FavoriteLoadingAjouter aux favoris

image_pdf

Comme les lecteurs de l’Institut le savent, je ne suis pas un partisan inconditionnel de l’or.Il y a environ 18 mois, j’avais même consacré l’une de ces chroniques à la nécessité de vendre le métal jaune  alors que son cours était aux alentours de  $ 1800 par once.

 

or aux usa

Je devrais donc être satisfait de le voir baisser, et pourtant, je ne le suis pas, pour une raison très simple: Comme le graphique ci dessus le montre, chaque fois que l’or a baissé dans le passé (périodes hachurées en blanc sur le graphique), cela a correspondu à une baisse du taux d’inflation aux Etats-Unis.

Quelques explications

La ligne rouge, échelle de droite, correspond à la variation de l’indice des prix de détail aux USA sur les 12 derniers mois

Le hachurage gris correspond aux moments où le cours de l’or fait mieux que le cash en dollar, ajusté pour les taux d’intérêts que l’on peut recevoir sur ce cash.

Quand l’or fait mieux que le cash, cela veut dire en général que la politique monétaire Américaine est quelque peu « incontinente », ce qui dans le passé a toujours déclenché une hausse de l’inflation.

Fort bien, mais va me demander le lecteur, mais qu’est qui vous ennuie en ce moment?

Une chose: de l’avis général, la politique monétaire serait éminemment laxiste en ce moment  et donc l’or devrait monter, or il baisse, et à cela il y a deux explications.

  •  Celle du grand complot international, à laquelle je ne prête pas d’attention.
  • Celle d’un écroulement de la vélocité de la monnaie (trou noir financier) quelque part dans le système, qui m’ennuie beaucoup plus, et que je vais développer ci dessous

Revenons  à MV=PQ, ou M est la quantité de monnaie dans le système, V la vélocité de cette monnaie , c’est à  dire le nombre de fois où un signe monétaire change de mains en une année (par exemple) et PQ (prix * volume) l’activité nominale dans un pays  (le PIB par exemple, bien que je n’aime guère cette mesure)

Comme nous le savons tous, M augmente de façon plus rapide aux USA  qu’ à n’importe quel autre moment dans l’histoire, et pourtant l’or baisse.

Cela veut sans doute dire que quelque part la vélocité de la monnaie est en train de s’écrouler et ce quelque part est sans doute l’Europe après Chypre .

Je m’explique. Imaginons un déposant dans n’importe quelle banque en EuroLand qui aurait  plus de 100000 euro de cash sur son compte.Sauf s’il est complètement idiot,  avec ce qui s’est passé a Chypre et ce qu « ils » nous préparent  à Bruxelles, il ne doit pas les garder en cash et notre déposant doit donc  choisir entre les 2 solutions suivantes.

1.     Soit il envoie son cash en dehors de la zone Euro, dans une banque à  New-York , Montréal, Singapour ou Hong-Kong.

2.     Soit il reste là ou il est, et achète par exemple des bons du Trésor Allemands avec ses dépôts, ce qui lui coutera un peu d’argent , mais beaucoup moins que si on lui en prenait 60% pour sauver sa banque- ou celle d’à coté.

De ce fait, les dépôts des banques Européennes doivent être en train de littéralement s’écrouler.

Et comme les banques prêtent leurs dépôts, cela veut dire que le taux de croissance  des prêts bancaires va non seulement baisser, mais se contracter, déclenchant une récession/dépression gigantesque en Europe du Sud d’abord, et partout en Europe ensuite. Cette dépression en Europe va faire que l’inflation aux USA , à la place de monter comme tout un chacun s’y attend va baisser…d’ou la chute de l’or.

Ce qui est embêtant c’est que si l’inflation baisse sèchement aux USA, le risque est réel de voir la déflation générale s’installer aux USA , ce qui est rarement une bonne nouvelle.

Si cette analyse est la bonne, les Européens privés de prêts bancaires vont devoir vendre leurs actifs liquides pour se procurer du cash, d’ou (peut être), la baisse de l’or actuellement.

Ensuite ,ils vendront leurs actifs à l’étranger et convertiront en Euro, ce qui fera monter la monnaie Européenne, à la surprise générale

Et bien sur , le cours des banque se ratatinera.

Si donc je vois, (et ce n’est pas la première fois que je le dis): l’or baisser, l’Euro monter et les financières baisser alors que les taux longs baissent sur les obligations d’Etat , je me mettrai volontiers à  hurler  « Timber », le cri que pousse les bucherons Canadiens quand un très gros arbre va tomber

Je me demande d’ailleurs si ce n’est pas le titre que j’ai donné à cet article?

 

 

Charles Gave

Le 14 avril 2013

 

Petit Rappel:

Réflexions monétaires

La monnaie est l’un des sujets les plus fascinants qui soit. Tout le monde l’utilise pour mesurer la valeur des choses, mais personne ne sait pourquoi elle-même a de la valeur, ce qui, le lecteur l’admettra sans peine, est un bien curieux paradoxe. Quand la monnaie était fondée sur l’or, peut-être pouvait-on dire qu’elle avait une valeur intrinsèque (quoique personne ne puisse expliquer pourquoi l’or a de la valeur), mais ce n’est plus le cas aujourd’hui dans la mesure où toutes les monnaies sont purement et simplement ce qu’il est convenu d’appeler des « flat » monnaies.

Philosophiquement, on ne sait donc pas pourquoi les gens acceptent la monnaie comme moyen de paiement, mais, pratiquement, on connaît très bien les conditions qui garantissent que cette monnaie sera acceptée. Elles sont au nombre de trois.

1. La Banque centrale qui émet la monnaie doit être indépendante des pouvoirs politiques et ne pas financer les déficits budgétaires de l’Etat.

2. Les déficits budgétaires doivent être sous contrôle.

3. Le système de distribution du crédit (banques commerciales) doit être possédé par le secteur privé, bien capitalisé et encore mieux réglementé par la Banque centrale.

Comme chacun peut le voir, ces trois conditions se sont effondrées depuis trois ans un peu partout, surtout aux Etats-Unis.

De ce fait, un certain nombre de commentateurs expliquent que les démocraties sont incapables de gérer leur monnaie et que la seule solution est, pour chacun, afin de se protéger contre l’écroulement inéluctable de nos signes monétaires, d’acheter de l’or, des matières premières, de l’immobilier… Fort bien. Mais comme ce raisonnement « traîne » dans les marchés depuis trois ans au moins, il est probable qu’il est déjà, au moins partiellement, dans les prix.

Prenons l’or : le coût marginal de production d’une once d’or est sans doute de 600 $. Le prix de marché est supérieur à 1.700 $ l’once. En termes clairs, cela veut dire que le prix de l’or a deux composantes aujourd’hui : son coût marginal de production, auquel il faut ajouter une espèce de prime de crainte sur la capacité des Etat-Unis, qui contrôlent la monnaie de réserve du monde, à gérer leur monnaie. Et cette prime existe sans doute sur le pétrole, la plupart des matières premières, le cours de l’euro contre le dollar…

 

 

 

 

 

 

Auteur: Charles Gave

Economiste et financier, Charles Gave s'est fait connaitre du grand public en publiant un essai pamphlétaire en 2001 " Des Lions menés par des ânes "(Editions Robert Laffont) où il dénonçait l'Euro et ses fonctionnements monétaires. Son dernier ouvrage "L'Etat est mort, vive l'état" Editions François Bourin 2009 prévoyait la chute de la Gréce et de l'Espagne. Il est le fondateur et président de Gavekal research (www.gavekal.com) et Gavekal securities.

Partager sur