https://institutdeslibertes.org/ruptures-frictions-fractures-et-evolution/
Jean-Jacques Netter

Ruptures, Frictions, Fractures et Évolution

Régulièrement, Jean Jacques Netter, Vice Président de l’Institut des Libertés, publie les notes de son cahier concernant les ruptures économiques, les frictions géopolitiques, les fractures idéologiques et les évolutions technologiques de notre société. Cela peut permettre, essentiellement à partir de livres qui ne s’inscrivent pas forcément dans le court terme ou le politiquement correct, de regarder la réalité telle qu’elle est aujourd’hui ou de faire apparaître de nouveaux angles d’évolution…

 

Points de ruptures économiques: les nouvelles technologies améliorent nos vies et détruisent des emplois. Il faut apprendre à vivre avec une croissance faible

 

Capitalisme3.0 :

Le dernier livre de Philippe Escande et  Sandrine Cassini « Bienvenue dans le capitalisme 3.0 » est un voyage dans le nouveau monde numérique. Le futur numérique est à la fois un enfer et un paradis. Après Google, Apple, Facebook et Amazon (GAFA) Uber et booking.com sont entrés dans le quotidien de centaines de millions d’êtres. Chaque chapitre du livre ouvre sur une petite révolution qui promet de tout changer dans les « business model » de nombreuses sociétés…

 

France 3.0 :

Dans ce nouveau livre,  « France 3.0 », Christian Saint-Étienne formule des propositions originales pour rétablir la confiance du peuple dans ses élites. La République doit réécrire son contrat social et rénover ses institutions. Il faut casser la défiance entre les dirigeants et le peuple en faisant participer ce dernier à la décision et en l’intéressant aux bénéfices de la prospérité. Nous pouvons passer rapidement d’une France 2.0 en difficulté à une France 3.0 à la pointe du progrès économique, social et culturel, avec plusieurs millions d’emplois à la clé. Notre capacité de rebond dans une « iconomie entrepreneuriale » est réelle. Mais il faut agir vite….

 

Croissance :

Les nouvelles technologies améliorent nos vies mais elles détruisent aussi des emplois sans compensation suffisante par rapport aux pertes explique Daniel Cohen dans son livre « Le monde est clos et le désir infini ».  Il faudra apprendre à vivre sans croissance et sans doute renoncer au mythe de la croissance éternelle. En Europe la croissance du PIB est passée de 3% dans les années 70 à 0,5% entre 2001 et 2013.

 

La gauche a ajouté une crise de société à une crise économique

 

Déclin :

Les dirigeants de notre pays feraient bien de lire le livre de Robert Frank professeur émérite à l’Université Panthéon Assas. Dans “Hantise du déclin” il pointe l’anxiété des français face à la métamorphose de la communauté nationale. Il ajoute que quand la gauche croit pouvoir faire oublier la hausse du chômage en leur vendant la modernisation de la famille ou du code pénal, elle ne fait en réalité qu’ajouter une crise de société à une crise économique…

 

 

 

Mensonges économiques :

Selon Jean Marc Daniel,  professeur d’économie à l’ESCP, depuis 40 ans nos gouvernements successifs ont pratiqué une  double tromperie vis à vis de leur opinion publique et de leurs partenaires européens. Dans son dernier livre « Le gâchis français » il passe en revue ces années de mensonges économiques qui se sont déroulées toujours selon le même scénario: 1/chaque gouvernement veut lutter contre le chômage en ne pratiquant que la redistribution 2/ le dérapage des comptes oblige de corriger la trajectoire, ce qui conduit à davantage de chômage 3/après des élections perdues, le nouveau gouvernement recommence la même chose. A l’égard de l’Europe, la France est dans une impasse qu’elle ne pourra quitter qu’à condition de jouer pleinement le jeu des traités européens qu’elle a suscités, réclamés et signés…

 

Complexification :

Nos sociétés sont menacées des mêmes rigidités que l’URSS d’antan. La complexification des modes d’organisation qui avaient fait le malheur de l’URSS sont à l’œuvre aujourd’hui. C’est ce que pense Hubert Rodarie, assureur dans son livre « La pente despotique de l’économie mondiale » Les élites sont coupées de la base comme l’était à l’époque “la Nomenklatura”. Les multiples comités qui peuplent les entreprises et les administrations n’ont rien à envier aux “Soviets”…

 

Libéralisme :

Gérard Minart dans son livre « Jacques Rueff un libéral français » c’est Jacques Rueff qui a qualifié les déficits publics de gangrène sociale. Il voulait moderniser le libéralisme économique. Il s’agissait de rénover le vieux libéralisme manchestérien du laissez faire, laisser passer qui refusait toute intervention de l’Etat dans l’activité économique. Il faut donner aux hommes la liberté sans le désordre et le bien être sans la servitude tout en réduisant autant qu’il est humainement possible l’inégalité et l’injustice…

 

Responsabilisation:

C’est la première condition pour que la France sorte du chômage de masse. Pour Robin Rivaton auteur de “La France est prête” le début de la responsabilisation c’est de reconnaître que la France est le pays où le nombre d’heures de travail annuelles par adulte est le plus faible du monde. C’est ensuite concéder que la précarité mesurée par le nombre de travailleurs pauvres ou de temps partiel subis n’est pas moins forte en France qu’en Allemagne ou au Royaume Uni…

 

Bien commun :

Dans son dernier livre « Economie du bien commun »,  Jean Tirole prix Nobel d’économie décrypte les grands dossiers et livre ses convictions. Face au chômage il faut arrêter les rustines… La réduction de temps de travail est une fausse solution… Face à l’ubérisation de l’emploi il faut repenser notre code du travail. L’Etat doit dépenser moins et mieux…

 

Les banques centrales nous entrainent dans un engrenage infernal

 

Banques centrales : elles nous entrainent dans un engrenage infernal expliquent Patrick Artus et Marie Paule Virard dans leur dernier livre « La folie des banques centrales ». Elles s’entêtent dans une fuite en avant où l’on entretient le mythe du crédit qui crée de la valeur. Il faut s’attendre selon eux à ce que les crises deviennent de plus en plus fréquentes et violentes…

 

Argent :  il n’est pas un mal nécessaire mais un bien positif nous explique Pascal Bruckner dans « La sagesse de l’argent ». Malheureusement la haine de l’argent est devenue la bande son de la société française.  Pour certains, mieux vaut punir les riches que d’enrichir les pauvres. Il vaudrait mieux selon lui se préoccuper beaucoup plus des fanatismes religieux que des diktats de Wall Street…..