4 November, 2021

Pays rayés de la carte

 

Ce que démontrent des disciplines comme l’économie, la géopolitique ou l’histoire c’est que rien n’est figé et que des pays peuvent mourir et être rayés de la carte. La cause en revient souvent à un mauvais gouvernement, lui-même installé ou maintenu au pouvoir par la population. Sans remonter aux origines de l’histoire, le siècle écoulé donne plusieurs exemples de ces cas.

 

Argentine : embourbé dans le populisme

 

Au début du XXe siècle, l’Argentine était l’un des pays les plus développés d’Occident, ayant bien mis en valeur ses dispositions naturelles. Un grand port, Buenos Aires, ouvert sur l’Atlantique, des plaines qui permettent d’avoir un élevage de grande qualité, des montagnes qui apportent l’eau nécessaire à l’irrigation, le développement d’un vignoble aujourd’hui mondialement reconnu (dont la Mendoza), une population industrieuse et volontaire. Jusque dans les années 1930, la puissance agricole argentine est supérieure à celle de la France, qui lui achète de quoi nourrir sa population. Buenos Aires est une ville européenne dans un pays qui est un morceau d’Europe. L’arrivée au pouvoir en 1946 de Juan Perón (1895-1974) a mis un terme à cette histoire. Perón est l’inventeur d’un concept très particulier, propre à l’Argentine et à de nombreux pays d’Amérique latine, le populisme ; un mélange d’autoritarisme militaire, de socialisme et de démagogie, de culte de la personnalité et de manipulation des foules. Réélu trois fois président de l’Argentine, occupant le pouvoir avec ses femmes successives, il a contribué à ruiner un pays qui a accumulé les faillites et les échecs. L’Argentine d’aujourd’hui n’est pas ce qu’elle aurait dû être si elle avait poursuivi la courbe de son développement initié au début du XXe siècle.

 

Yougoslavie : l’éclatement ethnique

 

Tenue d’une main de fer par la dictature de Tito (1892-1980), la Yougoslavie n’a guère survécu à sa mort et à la disparition du mythe communiste. La Yougoslavie a son histoire propre, faite de guerres et de tensions avec les empires voisins, les Ottomans et les Autrichiens. La tentative du premier royaume de Yougoslavie (1918-1941) s’est terminée lors de l’invasion de l’Allemagne et de la déposition du roi Pierre II. La guerre de Yougoslavie, débutée dans les années 1990 et qui, d’une certaine façon, se poursuit encore aujourd’hui dans la région sécessionniste du Kosovo, a été l’une des premières guerres de civilisation de la fin du XXe siècle. Elle a démontré que plusieurs peuples ne peuvent pas vivre sur un même territoire, se soldant par l’éclatement de l’État, des purifications ethniques, des déplacements de population et la naissance d’États mono-ethniques, Croatie, Slovénie, Serbie, Bosnie. On oublie aujourd’hui la dureté de cette guerre et les drames vécus par les populations civiles ; guerre que les pays d’Europe furent incapables de faire cesser.

 

Liban : la fin de la Suisse orientale

 

Le Liban était un rêve, celui d’un petit territoire où plusieurs communautés vivent en harmonie et qui parvient à se développer au milieu d’États fragiles et belliqueux. Adossé au port de Beyrouth, bénéficiant d’une intelligentsia chrétienne cultivée, commerçante et marchande, le Liban a connu ses années de prospérité et de félicité de son indépendance (1943) à la fin des années 1970. Un équilibre rompu par l’arrivée massive de réfugiés de Palestine (120 000 personnes en 1948) puis de la déstabilisation provoquée par ses voisins, notamment Israël et la Syrie, qui ont voulu en faire leur terrain de jeu. Entre tensions communautaires et religieuses, théâtre de guerre de nations interposées, infiltration mafieuse, il a connu la terrible guerre civile (1975-1990) dont il ne s’est jamais remis. L’arrivée de réfugiés syriens à partir de 2012 a fini de déséquilibrer un pays déjà chancelant. Incapable de faire face à un tel afflux et aux problèmes sociaux que cela pose, le Liban s’enfonce dans les crises économiques et sociales dont il est peu probable qu’il puisse sortir.

 

Afrique du Sud : de la greffe cardiaque au manque d’eau

 

L’Afrique du Sud est le premier pays où s’est déroulée une greffe réussie de cœur humain. C’était en 1967, dans une clinique du Cap sous la direction du Professeur Christiaan Barnard. Avec la fin de l’apartheid, l’Afrique du Sud devait devenir un pays exemple et modèle. La coupe du monde de rugby remportée en 1995 par une équipe qui n’avait aucune expérience de la compétition internationale sonnait comme le renouveau du pays.

20 ans plus tard, l’Afrique du Sud est l’ombre d’elle-même. Les coupures d’eau et d’électricité sont désormais fréquentes. Les massacres de fermiers blancs ont provoqué leur exode et donc la diminution de la production agricole, ce qui crée des tensions alimentaires fortes. En juillet dernier, des émeutes d’une grande violence où vu s’affronter Zoulous et Indiens dans la région de Durban. La corruption est endémique et le pays dans une situation de mort sociale et politique.

 

Des points communs

 

Ces quatre exemples de pays qui ont disparu, pays de cultures et de continents différents, démontrent qu’il n’y a pas de fatalité et d’histoire écrite d’avance, ni dans les succès ni dans les échecs. On pourrait y ajouter le Venezuela, pays le plus riche d’Amérique latine dans les années 1970, aujourd’hui l’un des plus pauvres. Quelques facteurs réguliers se dégagent de ces exemples. D’abord, le choix d’un mauvais gouvernement et de mauvaises politiques. Le socialisme, quel que soit sa forme, autoritaire, keynésien ou social-démocrate conduit toujours à la pauvreté et aux pénuries. La responsabilité n’en revient pas uniquement aux dirigeants, mais aussi au peuple. Juan Perón a été réélu plusieurs fois, tout comme Hugo Chavez a bénéficié d’un large soutien populaire. La démagogie et la redistribution organisée permettent d’efficaces achats de voix.

 

Ensuite, les confrontations civilisationnelles et ethniques. Liban, Yougoslavie, Afrique du Sud, liste à laquelle on peut ajouter l’Algérie française et les Indes anglaises, démontrent qu’il est très difficile de faire cohabiter plusieurs peuples sur un même territoire. Généralement cela finit toujours par une séparation où chaque peuple prend son indépendance et son bout de territoire, accompagné hélas de massacres et de purifications ethniques.

L’Empire des Indes s’est soldé par l’éclatement en cinq pays distincts : Ceylan, Birmanie, les deux Pakistan et l’Inde ; pays fondés sur une unité ethnique et religieuse. Même s’il y a plusieurs ethnies au Pakistan et deux grandes religions en Inde, au moins une domine les autres. Le Royaume-Uni n’a préservé son unité territoriale et politique qu’au prix de larges concessions aux Gallois, aux Écossais et aux Irlandais et la Belgique ne demeure comme État uni entre Flamands et Wallons que grâce à la soudure effectuée par le roi et l’intérêt pour les institutions européennes. Si les chemins de l’échec sont connus, il appartient aux peuples de ne pas les emprunter.

 

 

Auteur: Jean-Baptiste Noé

Jean-Baptiste Noé est docteur en histoire économique. Il est directeur d'Orbis. Ecole de géopolitique. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages : Géopolitique du Vatican. La puissance de l'influence (Puf, 2015), Le défi migratoire. L'Europe ébranlée (2016) et, récemment, un ouvrage consacré à la Monarchie de Juillet : La parenthèse libérale. Dix-huit années qui ont changé la France (2018).

27 Commentaires

Your email address will not be published. Required fields are marked *

  • EG

    5 November 2021

    Je ne pense pas que la corruption et le populisme soient réservés aux sociétés ” de gauche “.
    Le problème demeure l’être humain avec ses référés, c a d son éducation familiale et socio culturelle.
    Je vous renvoie à l’excellent article de Thierry Menissier:” La corruption, un concept philosophique et politique chez les Anciens et les Modernes. “

    Répondre
  • Carel Wijngaards

    5 November 2021

    ça s’appelle la démocratie élire un chef par le peuple au moins les indo européens ont un chef issu de la caste militaire et cohabite avec le clergé. Puis un tiers état qui fait chauffer la marmite! La révolution française on veut donner la vois au peuple . 18 Brumaire on sonne la fin de la créé avec un vrai chef qui rétablit le clergé avec le concordat et la machine repart. 1894 un petit con trahit son pays les RADSOCS castrent l’armée affaire du ficher de l’armée 1904 l’an suivant c’est le tour de l’église 1905 séparation église et état Il vaut attendre 1958 et la France a à nouveau un chef mais si ce fut un grand chef d’état il fait un erreur monstre de faire élire ce chef par suffrage universel. La démocratie n’existe nul part dans notre univers et est seulement applicable dans des groupes homogène de culture et ras et religion identique.

    Répondre
  • TENIZOUC

    5 November 2021

    l’ exemple des pays donnés est bien restrictif, il aurait pu évoquer l’ Ukraine et la Biélorussie.

    Répondre
  • Lio

    5 November 2021

    Bonjour
    Sur l’Argentine je tiens à vous dire que les mafieux qu’il y a ces derniers temps se débrouillent aussi bien pour ruiner le pays que du temps ” Péron”. Je suis allé 3 fois dans ce pays ces dix dernières années et c’est bien plus le mondialisme que le populisme qui le détruit.

    Répondre
  • Yves Lemaire

    5 November 2021

    Article magnifique, synthétique, savant, perspicace, bien écrit.

    Répondre
  • scardanelli

    5 November 2021

    La France serait-elle un mélange de tout cela ?

    Répondre
  • herrmann vincent

    5 November 2021

    Il faut remarquer que la sélection de Monsieur Noé est judicieuse. Il ne prend que des pays sous influence américaine ou israelienne. Les USA ont mis la main sur sarajévo lors des JO et a monté les yougoslaves les uns contre les autres. Prenez votre avion et circuler en Serbie pour le constater.
    L’Argentine est un pays convoité par les américains qui l’on détruit au meme titre que le Chili. Merci aux amis de Monsieur Gaves l’école de Chicago.
    Le Liban : La destruction de ce pays était prévisible. Les israeliens ont le temps pour eux. Et ils sont patients. L’explosion de l’économie et du bateau ne sont que du hasard. Mince alors.
    Et maintenant l’Afrique du Sud. Pied à terre d’un peuple américanisé il a permis de mettre le pied en Afrique du Sud puis les américains, les sauveurs de l’Afrique on décidé de détruire ce pont.
    Et Monsieur Noé veut nous montrer que les hommes ne savent pas vivre ensemble. Non non les hommes doivent mettre les grandes puissances et les financiers hors de leur pays pour pouvoir vivre paisiblement. Que Monsieur Noé parle de la vraie vie sans filtre.

    Répondre
    • Régis ORSEL

      5 November 2021

      D’accord avec Vous.
      Monsieur NOÉ, prends son esquif, dont son logiciel est sur pilote automatique…..
      Car, qui a perturbé tous les pays qu’il cite ??
      Et, pour terminer, .. le chaos de ces pays, il l’attribut aux peuples qui ont..voté !!??
      Ah,! Bon.. ??

    • HAPPYSURFER

      5 November 2021

      Selon vous, Israël serait à l’origine des malheurs de ces quatre pays aussi différents, sur 4 continents ???
      Ça alors ! Encore le Mossad, Israel, et – allez, dites-le – les Juifs.
      Mon pauvre ami, voilà bien le malheur de la France. “franck” l’écrit judicieusement dans son post : la stupidité de certains.
      Pendant que vous délirez, la situation de la France s’aggrave. La libanisation, justement.
      Le jihad est quotidien en France, mais vous en serez à accuser Israel.

    • MourZed

      5 November 2021

      La destruction du Liban n’a pas grand chose à voir avec Israël. La communauté maronite a eu le choix à la fin du Protectorat français d’avoir un petit Liban qui lui était réservée. Elle a fait le choix de l’état multi-culturel : erreur ! Ensuite, ce sont eux qui ont appelé Israël à la rescousse pour mater les Palestiniens bien encombrants : encore une erreur et la Guerre a commencé …

    • YB

      5 November 2021

      Le Venezuela a été sous influence américaine pendant une très longue période étant donné que c’était un pays pétrolier, cependant, si le pays est actuellement un pays du tier ou peut-être même du quart monde, la faute n’est pas des américains ; les VRAIS coupables sont les vénézuéliens qui ont voté pour Hugo Chavez qui a appliqué une doctrine Castro-communiste ! Chavez a coupé les ponts avec les compagnies pétrolières américaines qui ont été remplacées par des entreprises russes et chinoises (à travers la mainmise de Cuba).
      Quant au Chili, Salvador Allende (grand ami de Fidel Castro) avec ces idées révolutionnaires a foutu l’économie du pays à terre, ce qui a débouché sur une dictature militaire. Sur le plan économique, Pinochet fait appel à Milton Friedman et les Chicago Boys et lorsque Pinochet laisse le pouvoir, le Chili a une économie saine.
      Les américains ne sont pas des ″saints″, mais les designer systématiquement comme les coupables de tout ce qui se passe dans le monde, non, les peuples choisissent leurs destins et en France les français ont choisi Mitterand, Chirac…..pas les américains !

    • Jacques Ady

      6 November 2021

      Ben voyons, tout est de la faute du grand Satan, les USA, et du petit Satan, Israël. Comment ne pas l’avoir vu tout de suite. Tout est si simple dans le monde merveilleux des anti-Occidentaux…

    • HAPPYSURFER

      6 November 2021

      J’ai répondu il y a plus de 24 heures au commentaire de hermann vincent et mon commentaire est parti à la poubelle. Sympa !
      Je précise que j’écrivais en des termes parfaitement polis et respectueux, m’étonnant qu’Israël soit une fois de plus, et de façon grotesque, mis en cause. Comme Jacques Ady, dont le post a été accepté.
      Pas grave. Il y a assez à lire ailleurs.

    • sandra

      9 November 2021

      C’est la France qui passe son temps à détruire le reste du monde avec son idéologie gauchiste née en 1789 .

      La France n’a toujours vécu que sur la prédation de l’Afrique et ça continue .

      Elle a meme réussi à contaminer les USA avec son idéologie gauchiste .

      Vivement que la France disparaisse sous le joug islamique . Le reste du monde aura ENFIN la paix .

  • Charles HEYD

    5 November 2021

    Il y a un pays qui détonne dans votre liste de pays à la dérive, c’est l’Argentine; autant les autres pays se sont ou sont déchirés par des guerres civiles sur fond de guerre de civilisation, guerres de civilisation que Macron nie bien sûr, autant l’Argentine est relativement homogène autant du point de vue ethnique (même si partagée entre amérindiens et espagnols) que politique et civilisationnel! Je comparerais aussi l’Afrique du Sud plus à l’Algérie française, même si les contextes historiques ne sont pas les mêmes; ici les conflits ethniques font des ravages et le “vivre-ensemble” semble pour le moins avoir du mal à s’imposer!
    Vous avez aussi oublié, ceci n’est pas un reproche, des pays comme la Somalie et même le Côte d’Ivoire ou le Zaïre et bien entendu l’URSS.
    Bref, Zemmour a sous la main de multiples exemples pour illustrer son déclin de la France!

    Répondre
  • franck

    5 November 2021

    La France va suivre. J’en suis convaincu car les Français sont vraiment des gens très stupide. Cela fait 40 ans et ils n’ont toujours jamais rien compris. J’ai assimilé cela le jour où les Français sont aller voté massivement pour Chirac pour contrer Jean Marie Lepen qui voulait favoriser l’entrepreneuriat, était contre l’euro, pour la surpression de l’ISF, contre l’immigration, pour la famille etc etc contrairement à Macron qui n’a supprimé que l’ISF que sur les revenus et la taxe d’habitation mais n’a engager aucune réformes structurelles.
    Lepen etait le seul homme politique libéral au sens noble du terme. Et les Français haïssent le libéralisme, la richesse les riches !!!
    Quand vous parlez à des gens dans la rue, la plupart du temps ils vous diront c’est la faute des RICHES LES SALAUDS LES VOLEURS.
    Par contre heureusement QU’IL EXISTE CE GENRE DE SITE POUR RELEVER LE NIVEAU DANS CE PAYS. Entre la démagogie d’un côté, les gens qui n’y comprennent rien de l’autre et font des amalgames monstrueux, votre travail me permet de garder au moins une toute petite lueur d’espoir d’autant plus qu avec toutes les conneries que fait le gouvernement actuel les gens semblent un peu plus ouvert qu autrefois aux questions économiques. Enfin je crois bien, j’espère !

    Répondre
    • Marcel Depart

      5 November 2021

      Bravos

    • YB

      5 November 2021

      Quant je lis qu’une enquête sur la proposition de Mr. Mélenchon du blocage des prix de l’énergie a obtenue 88% d’avis favorable, je me pose des questions sur la rationalité et les connaissances des français. Sachant que la France ne produit ni gaz, ni pétrole, comment fait le gouvernement pour bloquer le prix ? chèque pétrole, chèque gaz et le jour ou le papier toilette augmente de prix, le chèque PQ ?

    • breizh

      5 November 2021

      70 ans d’état providence (ou de socialisme) donc de déresponsabilisation personnelle n’aide pas le peuple à réfléchir et permet aux socialistes de se maintenir.

    • Jacques Ady

      6 November 2021

      JM Le Pen, libéral peut-être, mais ses saillies antisémites, son amitié pour la cause “palestinienne” antisioniste ou sa complaisance envers l’Iran des mollahs – pourtant violemment anti-occidentale – en a refroidi plus d’un, dont moi. Alors que la plupart des leaders souverainistes en Europe ou ailleurs (D. Trump aux USA par exemple) sont à la fois libéraux économiquement ET amis d’Israël. Logique puisque Israël est un bout d’Occident au Moyen-Orient, et en première ligne dans la lutte contre l’islamisme conquérant. L’hostilité de JMLP envers Israël a coûté énormément à la cause souverainiste française. Énormément. Et sa fille est une socialiste à peine voilée, d’un niveau intellectuel limité qui plus est.

    • sandra

      9 November 2021

      100 % d’accord avec vous . Les franchouillards sont des gauchiasses jalouses et envieuses et le resteront .

      ça leur sera fatal . Bravo pour votre excellent commentaire .

  • Olivier

    4 November 2021

    On a beaucoup critiqué Zemmour qui prédit à la France la situation du Liban si aucune politique de fermeté n’est menée pour contrer la folie migratoire. Et à mon avis ce serait plus un mélange de Liban pour les guerres ethniques, religieuses et la soumission de la communauté autochtone aux nouvelles communautés immigrées, le Mexique pour la guerre des gangs et de la drogue, et la Yougoslavie pour la partition à venir du territoire.
    Les Français ont cependant tout à fait le droit de voter en faveur de cet avenir de peur de “cliver” si on s’y oppose; ce n’est au final que retarder le clivage qui sera alors bien plus dur et évidemment irréversible. De manière générale je ne pense pas que les Français soient capables de saisir réellement les enjeux de notre destinée, car depuis 40 ans tout concourt politiquement à faire d’eux un peuple hébété plus soucieux de grignoter quelques avantages sur les voisins que de penser l’avenir.

    Répondre
  • YB

    4 November 2021

    Ayant habité au Venezuela, à Caracas pendant ma jeunesse puis dans une ville plus petite pendant plus de 50 ans, j’ai connu l’époque doré ou le pays était le premier producteur de pétrole du Monde avec 3,5 millions de barils de pétrole par jour dans les années 50/60 ; un pays très riche avec 5 millions d’habitants alors que de nos jours la production de pétrole est de 400.000 barils par jour et une population de 27 millions en 2017. L’explication de cette chute pour résumer c’est produite lors de ces dernières vingt années avec l’arrivé au pouvoir de Hugo Chavez et pour l’exprimer en deux mots : Populisme et Corruption !

    Répondre
  • Gildas

    4 November 2021

    Nous cumulons donc : mauvais dirigeants, socialisme, conflit ethnique et religieux latent. Cela promet.

    Répondre
    • breizh

      5 November 2021

      ajouter : désindustrialisation, effondrement de l’éducation nationale : le reste commence à suivre (santé,…).

    • sandra

      9 November 2021

      L’avenir de la France c’est un mélange de Liban et d’ex URSS . Mais vous l’avez mérité .

Me prévenir lorsqu'un nouvel article est publié

Les livres de Charles Gave enfin réédités!