https://institutdeslibertes.org/les-vehicules-electriques-seraient-lavenir-incontournable-de-lautomobile/
Jean-Jacques Netter

Les véhicules électriques seraient l’avenir incontournable de l’automobile

Les véhicules électriques sont l’avenir de l’automobile selon les élites brillantes qui nous gouvernent. Il faut inciter les « gens » à acquérir ces véhicules, car dès 2035 tous les véhicules  émetteurs de CO2 moteurs diesel et à essence neufs ainsi que les modèles hybrides seront interdits. L’onde de choc sociale sera terrible pour les équipementiers automobiles  et tous les professionnels de l’automobile comme les garagistes.

Il faudrait rapidement renforcer l’enseignement des mathématiques à l’ENA pour leur donner le niveau d’un titulaire du Certificat d’études des années

  1. A cette époque on était capable de résoudre un simple problème de robinets. Aujourd’hui ce n’est apparemment plus le cas :

Un véhicule électrique a actuellement une autonomie moyenne de 330 km contre 550 à 600 km pour un véhicule thermique. Pour aller à Bordeaux qui est à 583 km de Paris par l’autoroute A10, il faut donc recharger ses batteries entre le 300eme et le 500eme km. Dans cette zone, il y a actuellement 5 stations pouvant accueillir des bornes de recharge.

Le flux des véhicules d’une journée de grand départ est de 80.000 sur 24 h en juillet ou août, soit 3333 véhicules par heure. Le temps d’une recharge d’un véhicule est à minima de 30mn. Les 3333 véhicules arrivant devront donc bénéficier de 1667 bornes soit 333 bornes par station dans la zone. Toutes en état de marche, avec des chauffeurs se répartissant de manière harmonieuse devant les bornes et d’une discipline exemplaire pour éviter les délais entre chacun. En réalité vus ces aléas, il faudrait au moins le double voire le triple de bornes disponibles. Soit entre 700 et 1000 par station ! Le gouvernement s’était fixé un objectif de 100 000 bornes en 2021, nous en sommes à 70 000 en cette fin d’année ! Les brillants politiques qui sont en charge de ces sujets ne savent donc pas compter.

On ne parle pas des pylônes électriques pour acheminer l’électricité, ni de la centrale nucléaire au bout du câble puisque les énergies alternatives dépendent de l’ensoleillement et du vent.

Les batteries sont pour le moment essentiellement composées de lithium, de cobalt et de terres rares. C’est la République Démocratique du Congo qui dispose de la majorité des réserves mondiales de cobalt qui appartiennent à la Chine. Pour exploiter ce minerai il est demandé à des enfants payés un dollar par jour de faire ce travail indigne. On n’entend pas beaucoup les défenseurs des droits de l’homme.  Pour le lithium l’essentiel des réserves se trouve en Amérique du Sud entre la Bolivie, l’Argentine et le Chili. Pour extraire une tonne de lithium il faut évaporer un million de litres d’eau. On n’entend pas beaucoup les écologistes sur ce sujet, eux qui nous expliquent que nous allons manquer d’eau. Quant aux terres rares elles sont aussi exploitées par les chinois.

Pendant ce temps l’Union Européenne acte la fin des véhicules thermiques. Frans Thimermans vice-président de la Commission Européenne a dit « Les consommateurs sont impatients d’adopter la mobilité zéro émission ». On les comprend Les voitures électriques coûtent 50% plus cher que les voitures thermiques. Une Renault Zoé vaut 32 000€ alors que l’équivalent Clio à essence revient à 17 000€.

Dans le cadre du plan automobile électrique en France, des aides ont permis d’acheter des voitures plus propres: 7000€ maximum pour une voiture électrique. Seuls les ménages déclarant moins de 18 000 euros fiscal de référence pouvaient bénéficier du maximum d’aide. Si la voiture coûtait plus de 45 000€ le bonus était divisé par deux. C’est idiot car cette démagogie exclut 20 à 25% des ménages du dispositif et empêche de faire bénéficier du bonus entier les modèles les plus chers comme la Peugeot 3008 Hybride produite à Sochaux et la Citroën DS7 Crossback produite à Mulhouse. Résultat plus d’aide pour les voitures produites hors de France. Encore bravo. Les allemands ont fait plus simple, ils ont baissé la TVA, ce qui fait une ristourne pour tout le monde….

La France disposait d’une électricité fiable, abondante et peu chère et vingt ans d’avance dans la recherche fondamentale et appliquée. L’ignorance l’a disputé au militantisme… L’idéologie antinucléaire s’est rapidement trouvée des alliés avec les promoteurs des énergies renouvelables…Emmanuel Macron a poursuivi le programme énergétique de François Hollande en fermant la centrale de Fessenheim pour changer ensuite d’avis sur le nucléaire…

La question du réchauffement climatique a quitté depuis longtemps les sphères scientifiques pour se transformer en une idéologie au service de la gouvernance globale, le climatisme. On assiste à la triple faillite de cette nouvelle idéologie. Faillite scientifique quand le dogme politique prend le pas sur les résultats expérimentaux ; faillite morale quand la censure remplace le débat universitaire ; et faillite économique quand l’Europe s’impose seule le coût faramineux et inutile des énergies renouvelables. Malgré une augmentation spectaculaire des émissions de gaz à effet de serre, les températures mondiales ont en fait diminué de 1940 à 1970. De plus, les modèles que nous utilisons pour prédire l’avenir du climat sont profondément défectueux

Après avoir abandonné la quasi-totalité des filières de production des énergies alternatives à la Chine, l’Europe est en train de se jeter dans les bras des chinois pour la voiture électrique. Le dernier salon « Mondial de l’automobile » a bien montré que les chinois voulaient envahir l’Europe avec des véhicules électriques beaucoup moins chers que les modèles européens.