https://institutdeslibertes.org/lassurance-vie-est-menacee-par-la-remontee-des-taux-et-les-changements-de-reglementation/
Jean-Jacques Netter

L’assurance vie est menacée par la remontée des taux et les changements de réglementation

La remontée des taux commence à angoisser les investisseurs et les gouvernements. Un tiers de l’encours de la dette émise par les gouvernements des pays de l’OCDE se trouve à des taux de rendements négatifs. On ne peut pas vivre longtemps dans des économies où des sociétés comme Henkel ou Sanofi empruntent à un taux négatif, puisque cela revient à demander à l’épargnant de payer pour prêter son argent. Les banques centrales vont donc devoir changer de stratégie.

 

L’endettement de la France qui atteint déjà 2 138Md€  (chiffre au 31/03 2016) soit pratiquement 100% du PIB progresse tous les jours en raison de l’accumulation du déficit  budgétaire, du déficit de la balance commerciale, des déficits des comptes sociaux, des déficits des régimes de retraite, du déficit de l’assurance chômage et de tout ce qui appartient au modèle social français qui coûte près de 750Md€ par an.

 

Il y a des milliers de pages d’économistes distingués qui nous ont expliqué pendant de nombreuses années  que les dettes de l’état n’étaient pas un problème.

Ils appartiennent à diverses tendances comme « les économistes de gauche », « les économistes du Front de Gauche », « les économistes atterrés »,  « les économistes déconnomistes»,  « les économistes régulationnistes », « les économistes keynésiens »… Après avoir été les apôtres du surendettement, ils viennent aujourd’hui dénoncer les risques de l’austérité qui est bien évidemment la conséquence du surendettement. Ce sont des incendiaires qui viennent faire la leçon aux pompiers accusés de provoquer des dégâts des eaux en éteignant les feux…

 

L’Etat qui ne pourra jamais rembourser les sommes qu’il a empruntées va être donc obligé de trouver des systèmes pour ne pas respecter ses engagements. Il a l’habitude. Pendant la Révolution, la France avait inventé la banqueroute des deux tiers (Loi du 9 Vendémiaire an VI soit 30 septembre 1797). Comme il n’y avait plus d’argent dans les caisses, l’Etat a décidé unilatéralement que  les rentes viagères et les pensions ne seraient payées qu’à raison du tiers. Les deux autres tiers sont « assurés ou remboursés » en bons au porteur permettant d’acquérir des biens nationaux ! Bien évidemment, à peine mis en circulation, le cours du « tiers », la fameuse rente,  n’a cessé de baisser. Dans la mémoire collective cette décision restera comme la première spoliation de l’épargne par l’Etat.

 

L’assurance vie pourrait devenir un produit risqué et bloqué

 

L’assurance vie aujourd’hui est la classe d’actif qui a connu un grand succès puisque 1 300Md€ de l’épargne des français  y sont placés dans des fonds en Euro. Ils comptent beaucoup dessus pour leur assurer un complément à la retraite par répartition, dont l’avenir est incertain compte tenu de l’âge actuel du départ à la retraite. Les sommes de ces contrats sont très majoritairement investies en obligations en Euro émises par l’Etat, pour financer ses nombreux déficits. La baisse des taux a bien évidemment beaucoup bénéficié à ce produit ces dernières années.

Le problème maintenant, avec les taux d’intérêts négatifs, est que toutes les nouvelles sommes encaissées par les assureurs-vie  sont placées à des taux inférieurs à ceux des portefeuilles existants.

Dans l’hypothèse d’une remontée brutale des taux il y a un vrai risque de panique sur les obligations. C’est pourquoi la future Loi sapin 2 dans son article 21bis autorisera le « Haut Conseil de Stabilité Financière » présidé par Michel Sapin à « suspendre ou restreindre temporairement les retraits des titulaires de compte en Euro ». Ce produit qui a toujours été vendu comme un contrat alliant sécurité et liquidité deviendrait donc en cas de krach obligataire un produit risqué et bloqué. Pour prendre sa décision, sera assisté par les membres du HCSF  qui sont Francois Villeroy de Galhau Gouverneur de la Banque de France et Président de l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution, Membre es qualité ; Gérard Rameix, Président de l’Autorité des Marchés Financiers, Membre es qualité ;  Bernard Delas Vice-président de l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution, Membre es qualité ; Patrick de Cambourg Président de l’Autorité des Normes Comptables, Membre es qualité ;  Raphaëlle Bellando Professeur, Université d’Orléans Personnalité qualifiée ;  Agnès Bénassy-Quéré Professeur, Université déléguée du Conseil d’Analyse Économique Personnalité qualifiée ; Hélène Rey Professeur, London Business School, Personnalité qualifiée. Nul doute qu’il n’ y aura pas beaucoup de résistance au sein du Haut Conseil pour prendre la décision !

 

Arbitrer une partie des fonds en Euros en fonds en Unité de Compte

 

Grâce à l’assurance vie, les Français sont  champions d’Europe de l’épargne,  87 % d’entre eux mettent de l’argent de côté, plus que les Belges (83 %), les Espagnols (81 %), les Italiens ou les Anglais (75 %). Ils sont aussi ceux qui « investissent le moins sur les marchés financiers (33 %), avec les Néerlandais (27 %).  Par contre, les Suédois (61 % ),les Italiens (45 %) ou les Allemands (44 %). investissent principalement sur des actions. les obligations, etc.),

Au total l’Assurance-vie en euro pèse 19 %  de leur patrimoine contre seulement 4 % pour les actions et 3 % pour les obligations détenues en direct. Cette situation est due au fait qu’ils ont peur de l’avenir.

 

Tous ceux qui ont un contrat d’assurance vie uniquement composé d’actifs en Euros devraient donc en convertir une grande partie en contrat en Unité de Compte. Cela devrait au moins permettre d’éviter le blocage de leurs fonds pendant une période présentée comme temporaire.

Rappelons nous de la grande phrase de Milton Friedman, grand économiste américain « Il n’y a rien de plus durable qu’une décision temporaire décidée par un gouvernement »…