14 septembre, 2022

La concurrence aussi dans l’espace intellectuel.

Tous les monopoles sont exécrables, surtout ceux qui émanent du capitalisme de connivence, car ils font croire à la concurrence alors qu’il n’en ait rien. La concurrence est nécessaire au système économique, notamment pour permettre l’inventivité, l’amélioration de la qualité, la baisse des prix. Mais elle est aussi indispensable au monde intellectuel, rappelant que le libéralisme n’est pas une pensée économique, mais d’abord une pensée du droit. Concurrence de la presse, concurrence des écoles, des universités, des idées, des pensées. La concurrence est le corollaire indispensable de l’esprit scientifique.

 

Contre l’unanimité

 

On le voit sur le sujet du réchauffement climatique qui est régulièrement asséné au motif que « tout le monde défend cette idée ». La science n’est pas une démocratie : la majorité ne fait pas une vérité scientifique. Une proposition est juste non pas parce qu’une majorité la soutient, mais parce qu’elle est en accord avec la méthode expérimentale. Quand le médecin hongrois Ignace Semmelweis préconisa à ses confrères de se laver les mains avant de réaliser un accouchement, il fut moqué et combattu. La majorité était contre lui : se laver les mains allait à l’encontre des idées scientifiques du moment. L’avenir lui donna raison et cette modeste pratique permit de sauver la vie de nombreuses femmes.

 

Quand on interdit toute concurrence dans le débat des idées, c’est que nous ne sommes plus dans le domaine scientifique, mais idéologique. Peut-être que l’action humaine cause le réchauffement climatique, mais ceux qui défendent cette idée doivent répondre, de façon rationnelle, aux arguments de ceux qui contestent tout ou partie de leur démonstration. Or aujourd’hui, dans le débat public, la concurrence intellectuelle est rétrécie pour imposer un monopole des idées.

 

Il en va de même sur les questions internationales. L’unanimisme impose d’être pro-Ukraine ou bien, ailleurs, d’être pro-Russe. Incapacité à écouter les arguments de l’autre, à les confronter à ses propres arguments, à les réfuter et donc à progresser aussi dans sa propre connaissance.

 

Les keynésiens sont utiles

 

Même les hérétiques sont utiles à la science, car par leurs questions, leurs erreurs, leurs doutes, ils permettent d’approfondir des questions qui auraient été ignorées ou à peine évoquées. Les hérésies chrétiennes d’Arius et de Luther ont permis d’explorer de nouveaux champs et d’approfondir de nouveaux points. Il en va de même en matière économique : les keynésiens empêchent les libéraux de se reposer sur leurs lauriers, ils les contraignent à chercher, à démontrer, à explorer. Leur rôle est donc essentiel pour améliorer la science économique.

 

Pour que la pensée puisse être libre et se développer, elle doit être indépendante de l’État. De la même façon qu’il doit y avoir une distinction entre le pouvoir politique et le pouvoir religieux, il faut aussi qu’il y ait une séparation entre l’État et l’Université. Ce qui en France n’est absolument pas le cas. Une université d’État n’est pas une université. Elle en a le titre et le nom, mais elle n’en possède pas le principe. Si l’État possède la collation des grades, s’il finance les recherches via les subventions et les bourses, s’il régit la règle pour le recrutement des professeurs, alors l’université n’est pas libre, mais soumise au pouvoir politique, c’est-à-dire au discours politique. La première réforme à opérer pour restaurer la dignité des professeurs est de séparer l’école de l’État, c’est-à-dire de permettre au pouvoir intellectuel de ne plus dépendre du pouvoir politique.

 

Ces derniers mois, j’ai suivi et accompagné un certain nombre de thésards dans leur demande d’obtention de bourse doctorale. J’ai vu d’excellents dossiers déposés, émanant d’étudiants qui avaient fait de très bonnes choses en master, qui disposaient d’un dossier sérieux et du soutien de leur directeur de thèse. Tous les dossiers qui n’avaient pas les termes écologie ou genre dans leur intitulé ont été rejetés. Tous ceux qui avaient ces mots magiques ont pu obtenir une bourse ou un contrat doctoral. Cela en devient une blague à l’université : « l’écologie dans la pensée militaire de Jules César » aura une bourse contrairement au sujet « La pensée militaire de Jules César ». Voilà où conduit la soumission du pouvoir intellectuel au pouvoir politique. Il est ensuite aisé de dire que tous les scientifiques défendent le réchauffement climatique ou l’idéologie du genre puisque c’est la condition sine qua non pour obtenir des financements et pour avancer à l’université. Mais ici, nous ne sommes plus dans le domaine de la méthode scientifique.

 

Savons-nous dialoguer ?

 

Il ne peut y avoir de pays civilisé sans capacité à dialoguer, c’est-à-dire à faire usage du logos, de la raison. Dans les banquets de Platon, les commensaux exposent librement leurs idées et leurs désaccords et c’est de cette confrontation acceptée que la vérité peut émerger. La violence, l’insulte, le terrorisme intellectuel n’ont pas leur place. C’est l’exact inverse de ce que nous connaissons aujourd’hui. La vérité n’est pas cherchée, mais l’idée commune imposée. La méthode scientifique n’est pas respectée. La science n’est même plus un sujet. Nous sommes dans une ère de sentimentalisme et de sensiblerie. À l’université, rares sont les étudiants qui acceptent d’étudier la pensée des autres, qui acceptent même de reconnaitre qu’ils ne savent rien, qu’ils doivent lire et apprendre. Imbibés d’écologisme naturaliste depuis le primaire, nous sommes confrontés à une génération qui refuse le savoir, la logique, la rumination intellectuelle et qui a peur de tout. On en vient à regretter la gauche d’avant, qui était tout aussi violente et sectaire que celle d’aujourd’hui, mais qui était au moins cultivée.

 

Vivre-ensemble sans commun ?

 

La France a toujours été divisée, sur les plans politiques, spirituels, intellectuels mais elle disposait malgré tout de quelques communs qui faisaient l’unanimité et qui permettaient le vivre-ensemble. Le Tour de France, le football et le rugby rassemblaient des gens de gauche et des gens de droite, des chrétiens et des anticléricaux. La table et la gastronomie étaient les lieux par excellence du commun et du partage. Les écologistes tentent aujourd’hui de briser ces communs, en interdisant le Tour de France, en attaquant le vin et la viande. S’il n’y a plus de commun, il est difficilement envisageable de penser un vivre-ensemble. Même les émotions, du sport, de la table, de la culture, ne peuvent plus être partagées. Tout devient motif à guerre et à lutte, à arrière-pensée et à guerre civile. Le comportement voulu par quelques-uns est imposé à tous, sans respect de la concurrence des modes de vie et des libertés personnelles. C’est le retour de la pensée magique et c’est la fin de la vie en société.

 

 

 

 

Auteur: Jean-Baptiste Noé

Jean-Baptiste Noé est docteur en histoire économique. Il est directeur d'Orbis. Ecole de géopolitique. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages : Géopolitique du Vatican. La puissance de l'influence (Puf, 2015), Le défi migratoire. L'Europe ébranlée (2016) et, récemment, un ouvrage consacré à la Monarchie de Juillet : La parenthèse libérale. Dix-huit années qui ont changé la France (2018).

37 Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Eric COPIE

    27 septembre 2022

    Tout à fait d’accord avec vous à une faute d’orthographe près : « Tous les monopoles sont exécrables, ………. alors qu’il n’en EST rien »
    Je suis taquin !

    Répondre
  • Dominique

    21 septembre 2022

    Philippe, quelles conclusions tirer pour nous de l’échec de Trump ? ( 2 / 2 )
    .
    J’ao essayé de montrer que :
    Trump n’a pas “nettoyé le marécage”, ni supprimé le Deep State.
    Il est impérialiste ( “Make America Great” ).
    Il ne s’oppose pas au NOM annoncé aux Américains par le républicain Bush en son temps.
    Les élus républicains sont essentiellement pro-NOM et pro-empire comme les Démocrates !
    Et l’électorat de Trump ne voit que son environnement immédiat : il n’est pas concerné par le NOM car il n’en souffre pas, et de facto il accepte l’existence de l’Empire. C’est aussi la position des Démocrates, contrairement aux Libertariens.
    .
    Il lui fallait aussi nationaliser la FED, qui est la banque des grandes familles de banquiers qui chapeaute le système monétaire et non la banque fédérale de réserve que l’on croit. J’écris sous le contrôle de IDL et j’aimerai lorsque Charles nous expliquera la FED 😊
    Depuis 20 ans, Ron Paul ( ancien candidat du parti Libertarien à la présidence ) demande que la FED soit auditée et que l’Etat fédéral reprenne la propriété de la monnaie.
    .
    Les grands banquiers américains choisissent les membres de l’État Profond, et par conséquent ils contrôlent l’Etat et l’Empire ).
    Trump ne pouvait ignorer que les présidents Eisenhower et Kennedy avaient dénoncé solennellement l’emprise du complexe militaro-industriel. Comme il ne pouvait ignorer les agissements du CFR, constamment révélés par la John Birch Society https://jbs.org/ dans sa revue :
    https://thenewamerican.com/?s=CFR&submit=Search
    .
    Sans doute Trump tient à sa peau ou bien il croit être tout puissant à la Maison Blanche et pouvoir y réaliser à la hussarde ses promesses de campagne.
    Au lieu de prendre son temps et commencer par supprimer l’Etat Profond, il fut contraint de passer l’essentiel de son mandat à résister.
    Erreur de stratégie par suite de mauvaise évaluation des adversaires et des enjeux : ce sont tous les Américains qui sont victimes et pas seulement le peuple républicain qui l’a élu.
    Alors que ses ennemis anéantissaient ses actions et le persécutaient, ils organisaient tranquillement la grande fraude électorale et rédigeaient les futurs décrets qui annuleraient son travail ! 50 executive orders furent ainsi signés par Biden – potiche des grands banquiers – le premier jour de son mandat. On connaît la suite.
    .
    Ne prenons donc pas exemple sur Trump pour choisir ceux qui nous délivreront du jacobinisme et du mondialisme, son échec doit servir de leçon.
    .
    En conclusion, je ne crois pas à un Trump français qui rétablirait la liberté, le travail, l’abondance, la famille, le pétrole, l’indépendance etc. après une campagne énergique mais réduite à peau de chagrin selon les règles actuelles, et qui gouvernerait avec des jacobins et des mondialistes qui auraient mangé leurs chapeaux.
    Je crois plus à un travail de fond, grâce à des personnalités comme Charles Gave qui prepatent, grâce à leurs paroles de vérité, la disparition du jacobinisme et du mondialisme en France.

    Répondre
  • Dominique

    20 septembre 2022

    Philippe, je termine, avec Hrump ( 1 / 2 )
    Trump a échoué dans quasiment toutes ses actions 😳 :
    Échecs fulgurants de l’annulation de l’Obamacare ( “repeal and replace » ) et de l’arrêt de l’immigration, échec de la construction du mur ( “we shall have a beautiful wall”). Échec de la détente avec la Russie, absence de nettoyage du marécage ( “drain the swamp” ), suivisme dans le covid ( maintien de Fauci, soutien des produits ARN ), absence de réhabilitation du système de votation qui lui coûta sa réélection. Etc.
    .
    Je ne lui jette pas la pierre d’avoir cru en la démocratie américaine, car les EUA sont aux mains du CFR et son État Profond qui est un état dans l’Etat.
    Attaqué dès son investiture, Trump ne put réaliser son programme en 2 ans malgré un parlement républicain acquis ( enfin … pas totalement ). Après les élections de mi-mandat il perdit le parlement.
    .
    La riposte de l’Etat Profond fut énorme : juges bloquant ses décrets, Russia gate, tentatives d’empêchement, émeutes avec antifas et BLM, inculpations de conseillers par le FBI, campagnes médiatiques, éviction de Twitter, etc. !
    Trump, qui n’avait pas ni expérience politique ni équipe, fut trahi par ceux qui devaient le conseiller ( FBI CIA etc. ) dans le choix des hommes et le protéger, et par les RINOs.
    .
    Mais Il fit trop d’erreurs : d’abord dans le choix de son VP Pence puis de ses ministres et conseillers ( Kushner Sessions Miller McMaster Tillerson Pompeo Barr, McMaster Chao & Bolton 3 membres du CFR … ) Il a écouté les traîtres ( Ryan, Connell … ) écarté des hommes de valeur ( Bannon, Mattis …) et repoussé des membres du caucus républicain !
    .
    L’ échec de Trump vient de n’avoir pas attaqué le mal à la racine : le CFR et sa créature l’État Profond ( deep state ).
    Il fallait interdire le CFR et lancer une enquête.
    Le Council of Foreign Relations est cette très puissante organisation des grands banquiers Rothschild Rockefeller Loehn etc. avec les Cheney, McCain, Bolton, Gates, Soros, etc. dont les 3.000 membres occupent des postes très élevés dans l’Administration fédérale.
    Quel que soit le parti élu, ils constituent le Deep State inamovible. Les Bush, Clinton, Obama ont nommé plusieurs centaines de membres du CFR dans l’Administration américaine ! Maintenant, Trump dit qu’il les révoquera…
    Pour info, les noms, les biographies et les postes occupés par les “ 3.000 “ étaient affichés sur le site internet du CFR, depuis peu ils ont été retirés.

    Répondre
  • marguerit

    20 septembre 2022

    nous arrivons a la croisée des chemins,nous devrons affronter la facture de nos aveuglements,les bases meme de notre facon de lire la realité constituant notre niche vitale est trompeuse.dechifrer,comprendre notre milieu suppose une approche holistique ,multidimensionnelle,remise periodiquement en cause. ainsi le PIB est un indicateur farfelu qui considere que les depenses consecutives aux accidents mortels ,aux catastrophes naturelles ou industrielles sont un enrichissement ! ainsi l analyse « economique » qui ne tient compte que du capital et du travail en oubliant les ressources offertes gratuitement par la nature,et les limites est d une ignorance PYRAMIDALE. ce que nous allons devoir affronter permettra aux plus lucides,perspicaces et responsables de se faire entendre c est ce que nous devons esperer de tout coeur…

    Répondre
  • Dominique

    19 septembre 2022

    Philippe, je continue sur des points importants : vous écrivez “…un parallèle entre la Macronie et le parti démocrate américain qui est le relais du N.O.M. Trump s’oppose seul à cette hydre.”
    Je suis en désaccord sur 2 points : Macronie et parti démocrate US, et Trump opposant à l’hydre.

    LREM est un rassemblement provisoire d’opportunistes ayant subi l’effondrement des deux forces politiques successivement au pouvoir depuis 1958. D’autres, parfaits imbéciles, furent séduits par un jeune- dynamique- beau (?) énarque- banquier- etc.
    Cet homme était vendu comme un produit de consommation : EM promettait ouvertement un monde nouveau qui apporterait la prospérité.
    L’accession au pouvoir révéla un tyran et un traitre à la solde de l’Empire, et son parti au nom bidon devint une “majorité” ( concept inventé sous de Gaulle pour évacuer les travaux parlementaires ) croupion sans racines, éphémère, désagrégeant encore plus l’AN.

    Aux EUA la situation est très différente : les grands banquiers ont créé un État Profond qui dirige l’Etat fédéral, et ils se jouent des partis. Mais les deux partis dominateurs s’appuient sur une longue tradition et ils incarnent la “démocratie américaine“.
    Ce sont d’énormes machines ancrées dans les institutions, les villes, les états : partout où il y a des mandats électifs, le peuple peut s’exprimer fréquemment et tenter de résister politiquement et l’espoir persiste.

    Si les Démocrates sont socialistes et itrahissent le peuple plus que les Républicains, beaucoup d’élus républicains ne valent pas mieux : ce sont les fameux RINO ( = Républicains seulement de nom ).
    Et surtout, les deux partis dominants soutiennent totalement le NOM, lequel est consubstantiel à l’Empire américain !
    Démocrates et Républicains sont en effet tous deux impérialistes. Ils votent ensemble les guerres extérieures, les “sanctions”, la politique pro-immigration, les lois restrictives de liberté etc.
    La différence se fait sur des choix de société : avortement, peine de mort, liberté de parole, port d’arme, police, assurances médicales, assistanat social, surveillance etc.

    Constatant la trahison de RINO, Trump proposa au peuple de se mettre à son service ( “ Make America Great “) et pris d’assaut le parti républicain.
    Mais Trump ne dénonçait pas le NOM ni les lois d’exception, seulement le symptôme du chômage dû à l’immigration.
    Une fois élu ( d’une courte tête ) Trump n’a jamais dénoncé ni le NOM ni l’Empire, ni le complexe militaro-industriel, ce que firent Eisenhower et Kennedy.

    Répondre
  • BERNARD MARTOIA

    19 septembre 2022

    votre présentation sobre de l’état des lieux de l’université en France, ravagée par la pensée unique, est un pavé dans la mare

    Répondre
  • Dominique

    18 septembre 2022

    Philippe, à propos de la France vous écrivez :  » … la connivence entre l’Etat énarchique et le haut Capitalisme ( mène au naufrage ).
    Je suis bien d’accord, tout en le pensant différemment :
    1 – L’Etat énarchique est ce système jacobin qui a été forgé par les successeurs des Révolutionnaires. Depuis 1789 ils ont fait la guerre à la France traditionnelle, et nous leur devons un pays suradministré, centralisé, socialiste, privé de libertés, avec maintenant un régime de tyrannie. Ce système est responsable des 8/9 millions de chômeurs etc. etc. etc au final de notre chute. Il est multiforme puisque l’Etat jacobin trouve ses meilleurs alliés chez les partis et syndicats socialistes qui sont toujours des Révolutionnaires. Lesquels partis s’allient avec certains du grand relpkacement, fidèles à l’alliance entre léninistes islamistes scellée au Congrès de Bakou de 1920. Tout est compliqué et le Trump français devra tenir compte de tout…
    2 – Le « haut capitalisme » est, selon l’analyse que j’ai faite, non pas les quelques milliardaires et banques français ( il n’y a plus de familles de grands banquiers comme aux EUA ) , mais les grands banquiers américains qui ont créé l’Empire qui a mis sous sa coupe la France, comme tant d’autres pays. La France est vassalisée.
    *
    Nos deux ennemis sont distincts et ils agissent pour leur compte. Même si l’Empire a profité de la corruption des élus et de la bêtise de hauts fonctionnaires pour se saisir d’entreprises françaises, les patrons de l’Empire ne sont pas responsables de notre  » système social que le monde entier nous envie  » et qui a ruiné les entreprises et les emplois, etc.
    La France traditionnelle subit ainsi une double peine et ceux qui aspirent à rétablir libertés, économie, monnaie, indépendance etc. doivent faire face à deux fronts. L’un est intérieur et l’autre est extérieur. Et l’ennemi extérieur a placé des complices chez l’ennemi intérieur.
    Encore une fois, la situation est compliquée et lorsque le grand chambardement prévu par Charles Gave se produira, le ou les Trump français devront aller à l’essentiel…
    Dans un pays qui fut contraint de remettre ses compteurs à zéro, il fallut successivement un Gorbi, puis un Kossigine, et enfin un Poutine…. Leur chance fut qu’il n’exista ni forces révolutionnaires capables de faire couler le sang, ni système démocratique. Je ne vante pas la Russie, je cite cet exemple pour espérer qu’il sera possible de sortir notre pays d’une situation tragique. Mais il faut de bons chefs et pas des traîtres.

    Répondre
    • Philippe

      19 septembre 2022

      Avec Pompidou- Giscard , le haut capitalisme banquier a pris le pouvoir en France . Il a fallu la loi du 1er janvier 73 pour supprimer le privilège de l’ Etat de escompter ses obligations auprès de la Banque de France . L’ Etat désormais privé de son partenaire obligé ( BdF ) a été contraint de se tourner vers le secteur bancaire privé .La suite c’est un endettement croissant puis colossal , assorti d’une fiscalité étouffant l’économie . Le français travaillera donc pour deux patrons au lieu d’un, l’Etat d’une part et en plus les banquiers créanciers de l’ Etat.Cette situation perdure et tout le personnel politique-médiatique trouve cela normal . Alors que c’est une spoliation permanente . Et cet endettement finit par remplacer la croissance qui est anémique . Grotesque . C’est l’agonie à crédit, la mendicité comme fondation . La solution serait d’en sortir par un sursaut productif donc retour au Franc et moratoire de remboursement de la dette – en FF – quand le pays sera revenu a son plein potentiel productif ( 7/8 ans ) . Tant pis pour les crèanciers , le risque de changement de devise existe ( art 50 Traité de Maastricht ) .

    • Dominique

      19 septembre 2022

      Vous pensez vraiment que le retour au FFR est la solution pour retrouver la croissance ?
      Pour ma part, c’est l’augmentation continuelle et abusive des charges sociales qui a plombé les prix de revient de tous les secteurs économiques.
      J’ai vu les artisans de production disparaître comme les entreprises industrielles.
      Dans les années 80 j’étais idéalement placé à la direction financière du groupe Rhône Poulenc pour constater que nos coûts salariaux ne tenaient pas la route par rapport à ceux des industriels allemands dans tous nos secteurs : chimie lourde, chimie fine, pharmacie, agrochimie, etc.
      Evidemment, les pays neufs avaient en plus un avantage salarial sur nos usines.
      C’est le socialisme qui a tué l’économie en France et non la monnaie.0
      Ma conclusion a été qu’un retour volontaire au FRF serait inopérant si le jacobinisme n’est pas abandonné.
      Je ne demande pas mieux d’être convaicu par plus d’arguments de votre part.

    • Philippe

      20 septembre 2022

      Deux pieuvres géantes étouffent la France : son énarchie jacobine , son adhésion iréniste à l’Europe de Bruxelles-Francfort . Se débarasser de la pieuvre énarchiste , et remettre a plat le centralisme Jacobin est une entreprise voués a l’échec . De Gaulle avait bien tenté en 1969 un réferendum sur la décentralisation , les électeurs ont voté contre . Un emploi sur cinq en France dépend du secteur public ( contre 12% en Allemagne ) . A cette gueuse de plomb s’ajoute la perte de souveraineté monétaire . Là existe l’article 50 du traité de Maastricht . Mais l’épargnant qui tient a sa rente de situation n’acceptera pas de sacrifier durant 7 a 10 ans son capital par un retour productif au Franc . Donc agonie sans fin l’emporte sur fin de l’agonie . C’est la thèse de Charles Gave . Quand aux salaires ils sont bien supérieurs en Allemagne . C’ est l’avantage d’avoir un Etat fédéral plutot que centraliste , une structure administrative allégée ou les Lander font leur travail au plus prés des populations . Le seul qui aborde ce théme de l’état Girondin reméde au jacobinisme est Michel Onfray ..les politiques n’en veulent surtout pas . Seul le systéme suisse me séduit . Et il fonctionne tres bien .

    • Dominique

      20 septembre 2022

      Vous êtes assez défaitiste, or  » le désespoir n’est pas permis en politique  » ( Mauras ).
      De Gaulle, veuillez m’excuser, n’a rien tenté au contraire :  » j’ai passé ma vie à combattre les Français  » ( paroles rapportées par Balladur ).
      Charles Gave prévoit la ruine des Français : dès lors les retraités et les épargnants ne seront plus immobilistes.
      .
      Je suis d’avis d’expliquer aux jeunes pourquoi un apprenti débutant gagne 2.000 euros en Allemagne contre le smic, et pourquoi son salaire misérable stagnera ( sinon l’employeur est privé de réduction de charges sociales sur  » bas salaires  » ). Tous les jeunes comprennent je l’ai constaté.
      Je suis aussi d’avis d’expliquer le système suisse : constitution, votations permanentes, assurances sociales privées etc. et de comparer les revenus, les nombres de chômeurs, la qualité du système de santé etc. Concrêtement, avec des exemples.
      .
      Il y a moyen de faire comprendre ( au moins au peuple de la France traditionnelle ) pourquoi le jacobinisme est nuisible. L’homme qui voudra  » sauver la France  » devra avoir identifié le mal ( le jacibonisme ) et l’avoir désigné. Sinon il pourra, en vain, proposer le RIP par exemple.

  • Dominique

    18 septembre 2022

    Philippe, je ne parviens pas à vous répondre.
    L’idée est que c’est l’égalité qui a ruiné la concurrence, plus que le consensus imposé. Lire la critique de Tocqueville sur la démocratie américaine.
    La toute puissance des banquiers américains leurs permis de faire échouer les décisions de Trump. Malgré la volonté populaire et ses qualités, il a échoué. Eisenhower et Kennedy avaient informé les Américains du danger. Il eut fallu révoquer les 3 mille membres du CFR qui forment un état privé dans l’état fédéral ( le Deep Stage ). C à d faire une quasi révolution.

    Répondre
  • Sahut

    18 septembre 2022

    J’apprécie beaucoup les articles de monsieur Noé. Ce qui n’empêche que je relève une faute qui pique les yeux :
    … alors qu’il n’en ait rien….

    Répondre
  • Steve

    17 septembre 2022

    @ Patrice Pimoulle
    Vous écrivez:  » le monde sera parfait quand le marché de la ligne 9 Pt Sèvres Mie Montreuil sera ouvert à la concurrence …. à l’inventivité….  »
    Je ne vois que la téléportation pour vous satisfaire, sans encombrer au delà du raisonnable, une voie déjà saturée….
    Etant donné les progrès de la biologie moléculaire, et les limites actuelles de la physique, je crois hélas que les poules auront des dents avant que cela ne se produise.
    Cordialement

    Répondre
  • Philippe

    17 septembre 2022

    @ Dominique; je ne me suis pas limité a la France, j’ai établi un paralléle entre la Macronie et le parti démocrate américain qui est le relais du N.O.M . Trump s’oppose seul à cette hydre , et je souligne qu’en France il n’ y a aucun personnage du calibre de Trump ni d’equivalent sérieux du parti républicain US .

    Répondre
    • Dominique

      17 septembre 2022

      @ Philippe, j’ai bien compris.
      La concurrence est victime de la toute puissance de l’égalité, plus fortement que des médias dominants et du consensus qu’ils imposent. La démocratie en est responsable, par son essence.
      En tant que libéraux ( Mill, Bastiat ), nous aspirons à la liberté. Or, en démocratie la liberté est supplantée par l’égalité. Nous n’y pensons pas alors que Tocqueville a analysé ses méfaits : nivellement des sujets ( d’où : chute de la connaissance, de la culture etc. ) et individualisme ( d’où : destruction de la solidarité, etc. )
      Nous devrions lire et relire AdT car son analyse de la démocratie ( en Amérique, alors le seul pays démocratique ) le conduisit à rejeter la démocratie.)]

    • Dominique

      18 septembre 2022

      @ Philippe, j’ai bien lu et je suis d’accord. J’ajoute simplement que le consensus qui est imposé par l’oligarchie est l’écume des vagues, l’essentiel est ailleurs.
      Car la concurrence est plus ruinée par l’  » égalité  » que par les médias, mais nous ne le voyons pas car nous avons les yeux axés sur la liberté. Pourtat, Tocqueville démontra que l’égalité a supplanté la liberté, faute à la démocratie “en Amérique” ( seul pays démocratique à son époque ) :
      L’égalité crée le nivellement des sujets, ( le wokisme en est une forme aggravée ) ce qui fait chuter la culture etc.
      Et elle entraîne l’individualisme ( ceux qui veulent briller doivent “réussir” d’où l’argent roi ) qui détruit la solidarité etc.
      L’égalité est donc mortifère pour la société, d’où l’opinion négative de Tocqueville sur la démocratie. Deux siècles ont passé et il a toujours raison.

  • Léon

    16 septembre 2022

    Bonjour,

    oui, la concurrence dans l’espace intellectuel comme dans l’espace sociétal, est une nécessité vitale.
    C’est aussi une réalité naturelle, une réalité de vie.
    Tout ce qui va contre la réalité et la vérité des choses est condamné à mourir, à disparaitre.

    La concurrence, c’est aussi l’exercice des libertés et du sens des responsabilités.
    La concurrence permet de valider ce qui marche de ce qui ne marche pas.

    C’est une bonne chose de promouvoir véritablement une Ecole Libre en France jusqu’au plus haut niveau universitaire.

    Répondre
  • Francois

    16 septembre 2022

    Oui, cette guerre de tous contre tous évoque la notion d’ENTROPIE issue de la thermodynamique. Nous assistons à une augmentation irrerversible de l’ENTROPIE, donc in fine à la destruction de la civilisation et la mort. J’insiste sur l’IRREVERSIBILITE du phénomène. Déjà observée dans l’histoire avec la fin de l’EMPIRE ROMAIN

    Répondre
  • Philippe

    16 septembre 2022

    Le débat médiatique est coulé dans le moule BFM , Europe 1 , RTL , TF1 ; hors du pognon et de quelques divertissements trash ; silence , point d’interet .
    Le débat politique est coulé dans l’ européisme irénique- l’écologie purificatrice – la diversité multiculturelle hygiénique -la Destruction systématique des savoirs humanistes – l’Etatisme pachydermique – le fiscalisme écrasant . Sur cette déconstruction régne la Macronie qui agit comme les naufrageurs du film d’Hitchcock  » La taverne de la Jamaique  » : Avec quelaues lanternes sociétales : individualisme nihiliste du droit, de l’histoire, de la culture , de la biologie sexuelle , guerre d’usure contre la propriéte immobiliére , la liberté individuelle , la Macronie précipite la classe moyenne vers les récifs de la paupérisation . La classe moyenne est donc rejetée vers l’inepte MLP . A noter que les pseudo-gaullistes de LR accélérent leur disparition en refusant de tirer la leçon de 30 ans d’échec dus à Chirac et à Maastricht . Si les LR avaient une once de Patriotisme ils devaient refuser Maastricht , seuls Pasqua et de Villiers ont sonné l’alarme . Pécresse est macron-compatible tout comme Copé ou Sarkozy : des clones de la Macronie .
    Sur ces bases , aucune amélioration n’est possible : la France marche les yeux grands fermés vers la chute de la classe moyenne et ce sont les soi-disant élites ( Enarchie en tete ) qui nous y mènent .
    Par conséquent ce n’est pas le capitalisme au sens classique d’initiative et de liberté , qui méne ce naufrage , mais la connivence entre l’Etat énarchique et le haut Capitalisme qui lui pousse au monopole ( élimination de la concurrence ) .
    Le meme phénomène existe aux USA ou le parti démocrate est le relais des grandes entreprises et vise a conforterr les rentes de positions dominantes tandis que le parti républicain vise a répandre vers la classe moyenne les rentes . Trump est la bete noire du Haut Capital americain . En France il n ‘y a ni Trump ni de parti républicain . Il y a la Macronie élue par 57% des 48% de votants , de Profundis …

    Répondre
    • Robert

      16 septembre 2022

      Quand la France n’ emprunte pas la voie de la grandeur elle emprunte celle de la médiocrité.
      (Charles de Gaulle)
      Autrement dit : quand la France est gouvernée depuis des années par un personnel politique médiocre, dépourvu d’ ambition pour la nation, elle ne peut que connaître le déclassement…

    • Dominique

      16 septembre 2022

      Vous raisonnez en libéral, à la façon de Bastiat. Ce n’est e évidemment pad critiquable.
      Mais en n’ayant QUE ce point de vue pour analyser la situation, vous écartez les réalités politiques. Car le monde occidental n’est plus guidé par le libéralisme et le christianisme.
      L’occident est mené par des oligarques dont la puissance est incommensurable ( les grands banquiers américains et leurs réseaux financiers ) qui ont un projet messianique pour le monde entier.
      Et ils appliquent leurs plans depuis fes lustres avec une poigne de fer.
      Se cantonner à la macronie témoigne de votre cécité : notre sort n’est pas décidé à l’Elysée, où un commis de l’Empire reçoit ses ordres via mackinsey, et encore moins dans les urnes.
      Mais dans les bureaux des oligargues mondialistes et ses  » filiales  » : CIA, Pentagone, FMI, UE, Pfizer, lOMS, OTAN, Blackrock – je cite au hasard et dans le désordre.
      Ce débat sur la concurrence devient ubuesque dans un monde occidental ( dont la France ) où les entreprises sont dans les mains des financiers anglo-saxons ( Total est aux 2 tiers à capitaux anglo-saxons ) et où les peuples sont gérés par les GAFA.
      Les oligarques mondialistes nous détruisent silencieusrment, et ils ont anéanti à coups de bombes les pays qui entendaient vivre librement.
      Aujourd’hui ils nous poussent vers une 3ème guerre européenne ( on dit mondiale ) pour détruire la Russie.
      Eux, les oligarques du NOM sont bien au chaud à New-York, Washington, ou sur leurs yachts où ils se rient de Trump.
      Faire de la géopolitique, c’est aujourd’hui ouvrir les yeux sur le  » grand jeu » dans l’Hinterland.
      Pour le reste, je partage vos opinions mais la chute du pouvoir d’achat des classes moyennes et la fausse démocratie à la française sont, à mes yeux, d’importance tout relative.

    • Philippe

      17 septembre 2022

      @ Dominique; je ne me suis pas limité a la France, j’ai établi un paralléle entre la Macronie et le parti démocrate américain qui est le relais du N.O.M . Trump s’oppose seul à cette hydre , et je souligne qu’en France il n’ y a aucun personnage du calibre de Trump ni d’equivalent sérieux du parti républicain US .

  • Gil

    16 septembre 2022

    Bonjour
    Coquille
    pas : concurrence alors qu’il n’en ait rien
    mais : concurrence alors qu’il n’en est rien

    Cordialement

    Répondre
  • Delaunay Francois

    15 septembre 2022

    Bonjour, très intéressant et c’est une excellente base pour en penser les conséquences, la guerre civile. Il paraît vraisemblable qu’à ne point évoluer sur cette liberté, nous courrions à la destruction. Nos politiques sont exactement dans cette dynamique, le dernier exemple à l’Assemblée Nationale de la motion de censure déposée par la NUPES et qui n’a pas été votée par la droite par principe, par opposition et refus d’imposer à ce gouvernement la confiance. Il y a en effet de nombreux indices qui concurrent à l’intolérance, l’absence de débat libre, l’imposition des lois par ordonnance. Des situations bien concrètes où la démocratie n’existe plus en France.

    Répondre
    • Robert

      16 septembre 2022

      Nous vivons dans une démocratie d’ apparence.
      Nous sommes collectivement responsables de cette situation.
      Dans l’état actuel de notre pays, l’ abstention aux élections devient une lâcheté, la dernière élection présidentielle ayant été révélatrice à ce sujet.

  • Frank

    15 septembre 2022

    Le réchauffement climatique. Oui chacun peut avoir son avis. Personnellement si cela permet d’accentuer la prise de conscience de notre jeunesse-en particulier- sur le nécessaire équilibre entre l’être humain et la nature, alors c’est bien.
    Restrictions, atteintes à nos libertés. à notre santé et bien-être, à nos besoins fondamentaux : air, eau, sols pour faire des profits discutables ont bouleversé les liens que normalement nous devrions avoir avec la nature. Il est urgent de discuter des moyens et d’une nécessaire  sobriété.
    Marqué à jamais je suis par les faits suivants. Années 1970-80 le maire est venu expliquer à mes grands parents que l’eau de leur- de notre- puits n’était plus potable. Cause ? Les engrais chimiques épandus dans le jardin collectif proche.
    Dans mes études un professeur de botanique remarquable : « nous avons toutes les herbes nécessaires pour nourrir nos bovins, pourquoi acheter du soja à l’étranger? »
    Un autre jour: interdiction de se baigner dans la Loire : trop polluée. Devenue aussi dangereuse de par les extractions permanentes du sable. Des travaux de rééquilibrage au coût faramineux sont en cours depuis au moins vingt ans. Alors discutons sur l’écologie – notre maison à tous.

    Répondre
    • Dominique

      16 septembre 2022

      Le réchauffisme anthropologique est un poison mental pour détruire nos industries ( en occident ), au même titre que l’Arn anti Covid est un poison chimique pour tuer nos corps.
      Tous deux sont des armes des mondialistes pour détruire notre civilisation. Ils sont tellement assurés de leur puissance qu’ils exposent leurs projets en plein jour.
      Ne tombez pas dans le piège de la fausse écologie.

  • Dominique

    15 septembre 2022

    Vous présentez des évidences et cela créé un rideau de fumée qui cache la vérité.

    La  » pensée commune  » est imposée – ce qui est le principe de la démocratie., et il est très critiquable lorsqu’il permet de détruire la loi naturelle – mais cela n’est pas le pire.

    Il n’y a plus de ( saine )  » concurrence  » en France parce que la France révolutionnaire a vaincu la France traditionnelle et qu’elle impose ses lois, ses idées, ses hommes, par tous les moyens y compris la violence. Et parce que l’oligarchie mondialiste. a instauré une dictature sur tous les pays occidentaux, et au delà.

    Une guerre permanente nous est faite par ces deux ennemis de la liberté depuis plus de 2 siècles par les révolutionnaires, et depuis plusieurs décennies par l’Empire américain.

    Il faut nommer les ennemis, au lieu de seulement parler de  » quelques uns « , si on veut pouvoir les combattre. Sinon ils continueront de nous détruire. Pour le Tour de France c’est déjà fait.

    Répondre
  • Anibal Landauro

    15 septembre 2022

    Le marxisme est devenu la religion d’état et la lutte de classes le principe d’organisation de la pensée.

    Répondre
  • VINCENT

    15 septembre 2022

    Bonjour,
    J’ai lu avec beaucoup de plaisir votre façon de voir, je suis assez d’accord, il y a dans notre pays, du travail à faire !

    Répondre
  • Settler

    15 septembre 2022

    Bonjour,

    En total accord avec votre message

    Jamais l’humanité n’a eu un accès aussi vaste aux informations et pourtant jamais la pensée dominante et bien pensante n’a créer autant de singe savant ne sachant plus que répéter bêtement ce qu’il leur est asséné

    Le rêve…..une école et une société qui pousserait à réfléchir et débattre

    Peut être se rappeler qu’une belle partie de nos avancées sociétales proviennent de Grèce et de cela avant même que l’ère chrétienne existe …qui avait mis en avant le débat de pensée

    Bien à vous et merci a IDL pour défendre un lieu de débit et d’idée

    Répondre
    • Philippe Marcel Landras

      15 septembre 2022

      Parfaite response, rein a ajouter!

    • Dominique

      15 septembre 2022

      La pensée grecque se révèla pleinement après avoir assimilé les enseignements du Christ, puis en les diffusant dans la langue grecque.
      Ce que nous appelons la civilisation repose sur les « valeurs » gréco-chrétiennes.
      Les révolutionnaires français et l’Empire anglo-saxon détruisent toutes ces valeurs.

  • Steve

    14 septembre 2022

    Bonsoir

    Pour qu’il y ait concurrence, il faut d’abord qu’il y ait liberté: par exemple pas de concurrence des idées s’il n y a pas d’abord de liberté de penser…..
    De même , une proposition est juste si elle est vérifiable expérimentalement selon les critères habituellement retenus comme validants.
    Quant au problème du dialogue, le fait de réduire le langage à un sabir smarttefoneux ne peut qu’ouvrir grand la porte au dialogue manuel, c’est à dire avec les poings, la ponctuation se faisant par éructations injurieuses.

    Sinon, merci pour l’excellent tuyau de rédaction d’intitulé de thèse!
    Je vais de ce pas proposer « Le refus des genres dans la légion romaine et ses conséquences néfastes sur la forêt Gauloise  »
    Cordialement

    Répondre
    • Patrice Pimoulle

      15 septembre 2022

      Le monde sera parfait lorsque le marche de la ligne Pont de Sevres – Mairie de Montreuil sera ouverte a la concurrence, a l ‘inventivite et a la baisse des prix.

    • Dominique

      15 septembre 2022

      Nos ancêtres les Gaulois furent exterminés ( le mot n’est pas trop fort ) par l’empire de l’époque : Rome. Mais ils résistèrent grâce à leur courage et leurs grands seigneurs.

      Vercingétorix incarne la liberté et l’esprit résistance. Il donna ( en vain ) sa vie pour que les Gauois vaincus fussent épargnés.
      L’actuel usurpateur incarne la trahison et la soumission. Il nous opprime et nous détruit.

Me prévenir lorsqu'un nouvel article est publié

Les livres de Charles Gave enfin réédités!