8 October, 2020

Infiltration criminelle dans le golfe de Guinée

Le bras de fer sahélien contre la pénétration islamiste est en train de se déplacer vers le sud pour atteindre le golfe de Guinée. Après le Burkina-Faso, le Niger et le Nigéria, c’est désormais la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Togo et le Bénin qui sont sous menace islamiste. Ces derniers arrivent par le nord et s’infiltrent dans les pays en direction de l’accès maritime. Plusieurs phénomènes sont en jeu : la présence musulmane au nord, dont une partie de la population est en train de basculer dans l’islamisme, les rivalités ethniques, la connexion au réseau de trafics de drogue. Longtemps épargné par la drogue, l’Afrique est devenue depuis une dizaine d’années l’eldorado des substances illicites que l’on trouve désormais assez facilement. Cela s’explique par la recherche de nouveaux marchés pour les cartels, l’accroissement du mode de vie d’une petite élite urbaine, la diminution des coûts de fabrication grâce à l’introduction des drogues de synthèse. Les syndicats du crime nigérian jouent un rôle majeur dans ces trafics qui leur rapportent beaucoup. Alors que jusqu’aux années 2015 la drogue était fabriquée ailleurs (notamment Inde et Colombie) et importée en Afrique, depuis ces années-là de plus en plus d’usines à drogue sont directement installées au cœur du continent, dans les régions qui échappent au contrôle des États. Étant plus petits et plus mobiles, les laboratoires n’ont plus besoin d’être domiciliés loin pour être efficaces. C’est aussi l’assurance d’être au plus près des marchés et de diminuer les temps de transport. Une délocalisation de la production de drogue qui permet à l’Afrique de s’insérer dans ces connexions mondiales, ce qui n’est pas nécessairement une bonne nouvelle.

 

Golfe de Guinée : zone stratégique

 

Pour ce faire, le golfe de Guinée est une zone stratégique : c’est un accès à la mer, il est proche du Sahel, il possède de nombreux ports et des mégapoles bassin de consommation, il est baigné d’États faillis qui sont de plus en plus des États mafieux, comme le Ghana et le Togo. Y prendre appui est donc un objectif des islamistes qui continuent ainsi la pénétration de l’islam vers le sud qui avait été arrêtée au XIXe siècle avec l’arrivée des Européens. Depuis le début des années 2000 ce mouvement reprend, mêlant religion, ethnicité, rivalités locales et intérêts financiers. La Côte d’Ivoire est désormais aux avant-postes du combat contre le djihadisme. En juin 2020, des accrochages avec des colonnes islamistes le long de la frontière du Burkina-Faso ont fait 10 morts parmi l’armée ivoirienne. Le pays étant en campagne électorale et dans l’incertitude non seulement du vainqueur mais surtout de la stabilité post-électorale, le gouvernement n’a pour l’instant ni les moyens réels ni les possibilités de lutter contre cette infiltration. La présence militaire française dans le pays est une garantie de stabilité et une protection pour un pays qui va entrer dans des turbulences graves d’ici quelques mois. Initiée en 2002 par l’opération Licorne, qui a engagé 5 000 hommes au plus fort de la crise, la présence française s’est muée en Forces françaises en Côte d’Ivoire en 2015. Cette base d’appui est essentielle pour éviter le basculement du pays et donc de la région du golfe de Guinée dans l’islamisme et la criminalité. Reste à voir comment il sera possible d’éviter une prise de contrôle djihadiste sur le long terme. Le risque majeur pour la France est que cette zone devienne une nouvelle Indochine, nous obligeant à engager des troupes nombreuses pour maintenir un régime auquel les populations locales ne croient pas. La lutte contre l’islamisme entre dans le cadre des guerres révolutionnaires de contre-insurrection, comme en Indochine et en Algérie, mais à cela s’ajoute une dimension criminelle d’hybridation avec les trafics d’esclaves, d’armes et de drogues, comme le firent les FARC en Colombie. Ce sont donc des opérations compliquées à mener car il faut à la fois maîtriser les stratégies de contre-révolution et les stratégies de police pour lutter contre la criminalité. Or cette hybridation est quelque chose de nouveau dont la lutte nécessite de mettre au point de nouvelles tactiques.

 

Coopérer avec les pays, jusqu’où ?

 

Il est évidemment essentiel de coopérer avec les pays et les polices locales, mais jusqu’où peut-on aller ? France et Espagne forment ainsi les polices des États du golfe. L’Espagne a un rôle important à jouer, d’une part parce qu’elle a une longue tradition de lutte contre les trafics venant du Maroc et de Colombie, d’autre part parce que la Galice est l’une des portes d’entrée de la drogue d’Amérique latine, dont les flux se déplacent aujourd’hui vers la Guinée. Grâce à ces coopérations quelques actions spectaculaires ont pu avoir lieu, comme l’arrestation en octobre 2019 d’un bateau transportant 750 kilos de cocaïne qui fut saisi au large de Dakar. Mais pour un bateau saisi, combien sont passés ? Les cartels colombiens se servent de sous-marins, qui peuvent faire jusqu’à deux allers-retours par an. Mobiles, peu visibles, transportant beaucoup de drogue, ces submersibles sont très efficaces. Certains ont déjà été arrêtés au large de la Galice et dans le golfe de Guinée.

 

Mais la coopération a ses limites. La drogue fait vivre une grande partie de la population qui, a des degrés divers, en touchent les dividendes. Bakchich et pot-de-vin pleuvent, comme la corruption qui touche la police, les juges et les pouvoirs publics. Difficile donc de s’entendre avec des autorités quand elles-mêmes vivent de ces trafics, que ce soit de façon directe ou indirecte. L’instabilité sécuritaire est également un moyen de toucher des aides internationales et de justifier la présence de l’armée dans certaines régions ou quartiers et de contrôler et surveiller les populations. Les chefs d’États ont donc des intérêts objectifs à maintenir une certaine dose de potentialité islamique afin d’en faire une base légitimant leur pouvoir et justifiant leur action. D’où là aussi la difficulté de lutter contre cette hybridation.

 

Faux médicaments

 

Les trafics de médicaments contrefaits sont légions. Ils rapporteraient 200 milliards de dollars à leurs commanditaires. Des « pharmacies par terre » des rues de Lomé et d’Abidjan aux officines plus organisées le faux est partout. Là aussi les bandes armées et les groupes terroristes en tirent profit. Le juge anti-terroriste Jean-Louis Bruguière a constaté lors de ses enquêtes que le Hezbollah, le Hamas et Al-Qaïda se sont financés avec des trafics de médicaments. Boko Haram trouve elle-aussi des sources de revenus dans ces ventes illicites. Ces trafics se sont beaucoup développés dans la bande sahélienne. L’opération Serval a dû se muer en force d’interposition et de lutte contre le crime organisé, qui sont des opérations de police plus que des opérations militaires. Les groupes cherchent à tenir des positions qui leur servent de comptoirs pour prélever des taxes, d’où des batailles entre ces groupes autour des carrefours et des points de passage. Les guerres coutent chers et les trafics permettent de les financer. Des groupes criminels qui n’hésitent pas à mener des actions armées pour tenir leurs positions et pour repousser les troupes françaises et internationales qui cherchent à les déloger.

 

Le golfe de Guinée fait partie de ces zones secondaires de la géopolitique mondiale qui sont néanmoins d’un intérêt stratégique essentiel pour la sécurité et la stabilité du continent africain et de l’Europe. Mondialisation criminelle et mondialisation financière évoluent de façon parallèle, un facteur que les entreprises ne prennent pas assez compte dans leurs analyses stratégiques.

 

 

 

 

 

Auteur: Jean-Baptiste Noé

Jean-Baptiste Noé est docteur en histoire économique. Il est directeur d'Orbis. Ecole de géopolitique. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages : Géopolitique du Vatican. La puissance de l'influence (Puf, 2015), Le défi migratoire. L'Europe ébranlée (2016) et, récemment, un ouvrage consacré à la Monarchie de Juillet : La parenthèse libérale. Dix-huit années qui ont changé la France (2018).

6 Commentaires

Your email address will not be published. Required fields are marked *

  • Dominique

    14 October 2020

    Dans ce documentaire fort bien fait sur le rôle de la France en Indochine de 1945 à 1954, on comprend clairement que notre armée combattit pour d’abord libérer les peuples indochinois des forces militaires japonaise. Ce fut la mission menée par le genéral Leclerc, avec l’assistance américaine pour l’équipement et le ravitaillement. Puis, dans un second temps, c’est à dire rapidement, pour protéger les peuples de révolutionnaires rouges iimpulsés par la Chine de Mao Tsé Toung : Ho Chi Minh déclara le JOUR même de la capitulation japonaise, que le ” peuple vietnamien se libérait aujourd’hui du joug colonial ” ! Il s’agissait en fait d’une guerre révolutionnaire communiste qu’il menerait en sous marin de la Chine communiste, contre tous les peuples indochinois pour les soumettre au joug communiste.
    .
    La France a donc libéré puis protégé les peuples indochinois, jusqu’à la trahison du gouvernement français qui décida ( le gouvernement Mayer je crois ) sous pression des communistes et même des socialistes français d’abandonner ces populations dont toutes les nombreuses ethnies différentes étaient anticommumistes et craignaient ce ” Vietminh “. Et un dirigeant socialiste français bien connu finit le travail dans une honteuse conférence internationale …
    .
    Il y a donc un point commun entre ce qui fut entrepris avec succès par une poignée de communistes dans cette partie d’Asie du Sud-est, en commençant par le Vietnam, et une grande partie de l’Afrique victime depuis des années de la subversion islamiste. Il s’agissait de mettre en place une dictature communiste dans toute la Cochinchine fomentée par la Chine communiste. Et il s’agit de mettre en place des Califats islamistes, contre la volonté des Africains, par la subversion menée, au début, par une poignée d’ islamistes.
    .

    Hélas la France trahit finalement son rôle de protecteur des peuples de la Cochinchine contre le communisme chinois, au lieu de tenir bon et de lever une coalition occidentale – seuls les USA soutinrent( matériellement ) l’armée française et prirent son relais ensuite contre le Vietminh. On connait la suite : la guerre entre Vietnam du nord et du sud puis le lâchage ses Vietnamiens du sud par les Américains. Et aussi la guerre de Corée, le terrible sort des Cambodgiens massacrés ( 2 millions de morts ) par les Kmers rouges armés par le Vietnam communiste. Et celui des Coréens du nord aujourd’hui
    .
    Aujourd’hui les pays occidentaux devraient s’en prendre aux pays qui ( comme la Chine contre l’Indochine ), veulent instaurer des dictatures islamistes dans les pays africains encore libres de ce totalitarisme ? La Turquie ? L’Arabie Saoudite ? Le Quatar ? L’Algérie ? Le Nigéria ? etc.
    La réponse n’est pss simple : peut être tous …. mais il est prouvé que les islamistes viennent de l’extérieur des pays africains qu’ils agressent et qu’ ils ont des bases arrières ( en armes, en camps d’entrainement, en dollars … ). La contrebande n’est pas, à mon avis, le support essentiel des islamistes, pas plus que le traffic de drogue n’est la colonne vertébrale du développement de l’islamisme en France, même si les sommes sont colossales.
    .
    Ce que la France fait au Mali, a minima et avec des forces bien insuffisantes, et ce que les Américains font également dans d’autres pays africains, moins visiblement, sera donc insuffisant. Car nous avons à faire face à une idéologie solidement implantée dans beaucoup de pays et qui étend son emprise. Je dirais : aujourd’hui France et Mali ( Cameroun etc. ) même combat, mais qui s’en rend compte ? Et ce qui vaut pour les Français vaut évidemment pour les Européens, et ensuite au delà.

    Le documentaire sur la Cochinchine m’aura amené à cette comparaison entre expansion communiste et expansion islamiste :

    https://m.youtube.com/watch?v=i2-V09b3tS4

    Répondre
  • breizh

    9 October 2020

    la destruction de la Lybie, le jeu des états du Golfe pan wahabbisme ne doivent pas aider…

    Répondre
  • Dominique

    8 October 2020

    Très intéressant article, vous nous apprenez beaucoup de choses.
    .
    Puis je vous préciser néanmoins que l’armée française avait, au contraire, vaincu le FLN ? La victoire contre les islamo-terroristes de l’époque était totale. Et que la France restait la bienvenue dans les pays africains qu’elle émancipait, lorsque le même chef de l’état français décida de donner les clés des départements algérien au FLN ( plus le Sahata ! ) soit un pays neuf construit de toutes pièces par les Pieds-noirs et qui depuis 1830 servait de rempart contre les invasions barbares ;
    d’abandonner ainsi les Français d’AFN on ne peut us brutalement – et tragiquement – et d’abandonner ensuite tous les Africains des pays de notre ancien empire … Quelles trahisons !!!
    .
    Ces retraits autant brutaux que stupides sont une des causes des malheurs de ces pays, et sources de l’invasion islamiste en Afrique. Nos braves commandos ne pourront pas éteindre le feu que nos dirigeants ont allumé depuis la terrible trahison gaulliste. Nous en payons aussi directement le prix en France où l’islamisme se répand d’autant plus rapidement que l’invasion migratoire à été par la suite organisée par nos dirigeants depuis les années qui suivirent la chute de de Gaulle, comme ensuite par tous les dirigeants de l’UE.
    .
    En Asie également nos troupes ne furent pas vaincues, elles étaient au contraire assistées efficacement par les autochtones enrôlés et les populations. Ce fut également une décision politique, là des socialistes cédant aux pressions communistes internes et extérieures, de nous retirer des pays de la Cochinchine. Dien Bien Phu fut une défaite seulement tactiqu : le choix de cette cuvette qui était censée marquer une précense française symbolique ayant été une gravissime erreur. Il y eut aussi l’abandon précipité de la RC4, la route coloniale numéro 4 qui bloquait les Chinois à la frontière nord du Vietnam. Dans les deux cas nos soldats furent abandonnés par Paris : effrayant.
    .
    Ce n’est pas un hasard si islamistes et communistes sont autant cruels l’un que l’autre. C’est au congrès de Bakou en 1920 que leur alliance fut scellée, à l’invitation des Bolchéviques. Il y a un livre sur ce sujet aux éditions du Trident.
    .
    Finalement nous aurons vendu au Chinois la corde ( économique ) pour mieux nous pendre, et offert aux islamistes turco-arabes les moyens pour soumettre Européens et Africains à l’idéologie islamiste.
    .
    Rappelons que c’est le même de Gaulle qui fit que la France fut le premier pays à “reconnaitre” la RPC. Décidemment, cet homme fut une fois élu président à l’origine de malheurs immenses.

    Répondre
  • Steve

    8 October 2020

    Bonjour M. Noé
    Voir aussi l’article :
    “L’Afrique, terre promise des narco-Etats:
    Le trafic de «coke» représenterait en Guinée-Bissau un montant supérieur au PIB”. sur Slate Africa.
    Vous avez raison de pointer la collusion entre trafics criminels et guérillas islamistes en afrique: c’est grâce à l’argent du crime que les bandes islamistes peuvent disposer d’armes modernes en abondance.
    Et les gangs nigérians sont désormais implantés sur le sol européen.
    Merci pour cet article car les msm ne parlent pas trop de cette collusion entre crime et islamisme armé.
    Cordialement.

    Répondre
  • germain

    8 October 2020

    Hélas! Ce constat s’applique à la France des banlieues qui vivent du trafic de drogue: La mondialisation criminelle avec la mondialisation financière. A ceci prêt que le gouvernement français édifie des mosquées avec nos impôts. Le gouvernement collabore avec les musulmans extrémistes pour islamiser la France…La fille aînée de l’Eglise catholique. Notre pays est gouverné par des fous.

    Répondre
    • Armel Besançon

      12 October 2020

      D’accord avec Germain!

      L’article est intéressant, mais qu’en est-il de la préfecture de Paris avec la distribution de cocaïne dans la capitale? On pourrait penser à faire le ménage chez nous d’abord.

Me prévenir lorsqu'un nouvel article est publié

Les livres de Charles Gave enfin réédités!