FavoriteLoadingAjouter aux favoris

image_print

Dans cette formule qui préside aux relations entre la Chine et Hong-Kong réside une ambigüité fondamentale. D’où le pouvoir tire t’il sa légitimité ? Vient-elle du rôle historique que le PC Chinois a joué depuis cinquante ans, ou vient-elle d’une élection libre ?

Le PC Chinois pensait qu’organiser des élections « libres »  à Hong-Kong avec des candidats que le PC aurait désignés répondait à cette contradiction. Le peuple de HK, et en particulier les jeunes étudiants ne l’entendent pas de cette oreille tant ils comprennent que si cela était le cas, l’indépendance de la Justice disparaitrait très rapidement, et avec elle tout ce qui fait l’attrait de HK, c’est-à-dire d’être une zone de Droit. Avec cette disparition, leur niveau de vie se retrouverait rapidement au niveau du reste de la Chine, HK ayant perdu tout avantage comparatif.

 

Et  là le PC Chinois est bien embêté.

Le PC Chinois n’a pas assujetti HK depuis 1997 à sa loi tout simplement parce que le vrai but est d’amener Taiwan à rejoindre volontairement l’empire du milieu, en lui montrant qu’il n’y aurait aucun risque à accepter la suzeraineté de Pékin tant ils pourraient continuer à gérer leurs affaires internes librement.  A Taiwan, les élections sont libres…

Qui plus, depuis la crise de 2009, le gouvernement Chinois fait tous les efforts qu’il peut pour transformer le yuan en monnaie de paiement internationale, pour faire pièce au dollar US, totalement dominant dans les échanges inter-asiatiques. Pour cela, ils s’appuient sur le système juridique ANGLAIS laissé en héritage à HK par les Britanniques. Sans système juridique sûr et indépendant, pas de statut international pour la monnaie Chinoise et échec dramatique pour la Chine.

Devant ces difficultés, faisons une petite analyse «cout/bénéfice» des options que le PC Chinois a.

1. Faire une répression du style Tien-Amen à HK, et massacrer quelques étudiants pour ramener l’ordre. Fin du rêve du retour de Taiwan à la mère Patrie et Taiwan pourrait décider de devenir indépendante. Voila qui serait un désastre diplomatique et économique sans précédent et terrifierait tous les pays Asiatiques qui courraient se refugier dans le giron des Etats-Unis, qui probablement fermeraient leurs frontières aux importations Chinoises…(Voir l’embargo contre la Russie…) Cette option est à la fois peu probable et pas du tout souhaitable, même pour les membres du PC les plus obtus…

2. Essayer de laisser pourrir la situation, en espérant que les étudiants allaient se lasser. Voila qui est probable, mais cela veut dire deux ans et demi de vide juridique puisque les élections doivent avoir lieu en 2017, avec des candidats «libres». Et le mouvement étudiant et démocratique aurait de fortes probabilités de repartir à tout moment, sans aucune possibilité de contrôle par les autorités de Chine.

3. Décider que le ‘chief executive » actuel, plus ou moins nommé par Pékin est un âne, qui n’a rien compris aux intentions de ses maitres (alors qu’il n’a fait qu’appliquer les ordres qu’on lui avait donné, y compris probablement en gazant les étudiants, ce qui à HK ne se fait pas, pas plus qu’à Londres) et que la demande lui soit faite de démissionner. Cela reviendrait à accepter des élections libres à HK en 2017, avec le risque que le même genre de demandes ne surgisse à Shanghai ou à Canton… Cela forcerait sans doute le PC à commencer à organiser des élections «concurrentielles» mais non libres ici ou là, un peu comme nous en avons eu à Singapour pour « habituer » le Citoyen Chinois aux pratiques démocratiques. Voila qui serait immensément ‘’bullish » pour tous les actifs en Asie. Risque de perte de face cependant…

Logiquement, les autorités Chinoises devraient d’abord choisir l’option numéro deux et espérer qu’ils pourront imposer « in fine » le plan initial de candidats libres mais désignés par le PC Chinois.

Si les manifestants ne se laissent pas impressionner ou décourager, il faudra alors que le PC Chinois choisisse entre l’option 1 et l’option 3.

Dans un monde rationnel, l’option 3 devrait être choisie à tous les coups.

Mais en ce centième anniversaire de la première guerre mondiale, il n’est pas du tout certain que l’option rationnelle sera choisie et la probabilité d’un officiel local décidant de prendre la mauvaise option est loin d’être nulle.

Mon argent est sur l’option 3, mais Dieu sait qu’en ce qui concerne la politique, je me suis souvent trompé.

La grande malédiction Chinoise est de souhaiter à ses ennemis de « vivre dans des temps intéressants».

A l’évidence, nous vivons tous dans des temps qui deviennent de plus en plus intéressants.

Auteur: Charles Gave

Economiste et financier, Charles Gave s’est fait connaitre du grand public en publiant un essai pamphlétaire en 2001 “ Des Lions menés par des ânes “(Éditions Robert Laffont) où il dénonçait l’Euro et ses fonctionnements monétaires. Son dernier ouvrage “Sire, surtout ne faites rien” aux Editions Jean-Cyrille Godefroy (2016) rassemble les meilleurs chroniques de l'IDL écrites ces dernières années. Il est fondateur et président de Gavekal Research (www.gavekal.com).

Partager sur

24 Commentaires

  1. Je suis perdu dès le début de votre billlet, je ne vois pas quel est le rapport entre:
    * le Chief executive (qu’il soit nommé/choisit ou non par le peuple)
    * l’indépendance judiciaire?….

    Répondre
    • La différence entre l’excecutif et le judiciaire?

  2. Ancien resident de HK au moment de la negociation de la “joint declaration”, entre 1983 et 1987,visiteur regulier, encore cette annee fin Mars, je souscris totalement a l’analyse de Charles.
    J’ajoute que HK est desormais moins utile a la Chine sur le plan economique et financier que le territoire ne l’etait en Juin 1997 au moment du depart des Anglais.
    Le risque pour HK, si la Chine continue sur sa trajectoire est de devenir une des villes cotieres, sans valeur ajoutee reelle pour la mere patrie.
    Les differents CEO du territoire depuis le premier Tung Chi Wah, ont ete mediocres et aux ordres de Pekin, tout en representant les interets des Grands Tycoons, une alliance objective de la ploutocratie locale enrichie par l’immobilier et du PC chinois qui n’est plus marxiste depuis belle lurette mais reste tetanise par la derive sovietique de la Perestroika, donc aucune chance de voir des elections libres au suffrage universel, et c’est bien la difference majeure avec Taiwan.
    Alors option 2?
    Sans doute a condition que cela ne dure pas trop longtemps, sinon a defaut de “l’armee populaire”- PLA – en garnison a HK depuis le 1er Juillet 1997, on reverra les voyoux et triads qui ont casse de l’etudiant a Mongkok pendant le weekend.
    Sans bien sur que la police n’intervienne..
    Surpris?

    Répondre
  3. Pour les étatistes, socialistes etc. etc. l’homme étant un loup pour l’homme il convient de mettre en place un État fort qui fasse régner l’ordre social corrige, voire supprime, les inégalités entre les êtres humains. Un État fort qui protège ainsi les brebis des prédateurs. Ce que les étatistes ne veulent pas voir, ou font semblant de ne pas voir c’est que les loups déguisés en brebis finissent toujours par infiltrer et contrôler l’état…

    Répondre
  4. il semble que l’on soit entre les options 1 et 2 : nunchaku de fer dans hanfu de soie.

    Répondre
  5. Pour les étatistes, socialistes etc etc l’homme étant un loup pour l’homme il convient-il de mettre en place un état fort qui fasse régner l´ordre social corrige, voire supprime, les inégalités entre les êtres humains. Un état fort qui protège ainsi les brebis des prédateurs. Ce que les étatistes ne veulent pas voir, ou font semblant de ne pas voir c´est que les loups puissent infiltrer l´état sous l´apparence de brebis

    Répondre
  6. Hongkong est bien redevenue chinoise avec ses 7 millions d’habitants, ses nouveaux émigrés et visitée chaque jour par ses milliers de touristes du continent venus faire un peu de shopping. Honkong n’est pas une place financière chinoise et ne le sera probablement pas ! Shanghaï a repris sa zone de libre échange et tous les anglo-saxons se sont déjà tournés vers Singapour.
    Ses quelques milliers d’étudiants ne représentent plus que la fin d’une colonisation britannique nostalgique, animée d’un racisme anti-chinois appelée à très court terme à disparaître ! La revendication d’élections libres qu’ils expriment est bien celle de Taïwan sous contrôle des USA depuis 1949 ! Le droit, enfin leur zone de droit héritée, ne doit pas redevenir une zone de non droit démocratique, seul argument encore défendable. Car Pékin a déjà proposé que Taïwan soit une zone de libre échange, refusée de facto par Washington !

    Au vu du tapage médiatique anglo-saxon; l’on doit se poser la question: “si ce n’est pas encore un coup de la CIA? “. Exactement calqué sur celui du Vénézuela ! Dont le but est toujours aussi limpide, celui de faire intervenir les forces de l’ordre afin de discréditer le PCC à travers cette propagande médiatique grotesque ! Je ne crois d’ailleurs pas qu’il tombera dans ce piège ridicule, il y a bien d’autre manières de retourner ces étudiants en les confrontant par exemple à d’autres bandes de voyous ou la population qui pour la majorité n’adhèrent pas sans que la police intervienne, et Pékin laissera faire; quitte pour leur laisser un candidat “libre”…

    C’est là où je rejoins Charles Gave: “que peu bien cacher tout ce tapage” ? Son analyse tient bien la route “la monnaie” mais c’est bien sûr ! Le Yuan, futur monnaie de paiement universel de l’Asie établi sur de solides bases juridiques dont tous les américains nourris à l’hégémonique $ sont atteints d’une subite “yuanmite” allergique !

    Répondre
    • @ JML, @Charles,

      Jeune padawan, je suis désormais lié par le coeur a une taiwanaise, depuis peu. nous nous parlons anglais (le miens étant approximatif) et je ne comprend pas le chinois. Cependant, la “révolution des parapluies” m’a ammené a m’interroger sur le sort de Taiwan vis a vis de la Chine. J’avais bien compris le réchauffement des relations entre ces deux pays, mais les évènement de HK m’ont fait prendre conscience d’un processus bien plus “mûr” que ce que j’imaginais.

      Si cela vous est possible, en MP ou en réponse ici(je sais bien que ce n’est pas le sujet de l’article), je vous demande de m’éclairer sur les relations politiques et commerciales entre Taiwan et la Chine. Malgré un gros travail de recherche sur le sujet j’ai de grande lacune (ou de me fournir des sources françaises).
      En effet, chaque fois que je progresse sur le sujet, je progresse aussi dans la compréhension de ma moitié. J’admire les Taiwanais, je leur trouve de grande qualités, mais je ne vous cache pas que je suis inquiet quand je lis que “taiwan pourrais “rejoindre” l’empire du milieu”.
      Merci a vous.

  7. Bonjour Monsieur Gave, avec la solution 2, même si les étudiants se lassent, les capitaux et les investisseurs ne vont ils pas voter violemment avec leurs ailes et se mettre à l’abri ailleurs?
    Pourquoi pas un pouvoir à 2 têtes avec le contrôle du territoire militaire et policier au PC, et l’autonomie du droit et des affaires courantes à une assemblée élue librement? La chine va peut être devenir un labo de la démocratie future?

    Répondre
  8. Toujours un plaisir de vous lire.
    Coïncidence troublante qu’une “révolte” pour plus de démocratie apparaisse maintenant à HK, quelques temps après les accords Chine-Russie sur le gaz.

    Je pense que ces accords rendent fou les américains. On connait leur rôle prépondérant dans les faits qui se passent actuellement en Ukraine.

    Sachant que le concept de “démocratie” est devenu la plus performante des armes utilisées par les bellicistes américains pour étendre leur domination systémique en créant des troubles dans tous les coins du globe.

    A quand ces mêmes demandes démocratiques au Vénézuela et en Equateur, appuyées bien entendu par des ONG pleines de financements US ??

    Répondre
  9. Merci d’avoir donné votre analyse de la situation.
    Comme je l’avais demandé à l’article precedent, quelles seraient les consequences possibles d’un libre choix des candidats?
    Hong Kong risque-t-elle d’etre touchee par le socialisme?

    Répondre
    • S’ils souhaitaient du communisme / socialisme , ils garderaient les candidats librement déclaré par Pékin non ?

  10. La seule chose que réclament les étudiants est que les candidatures soient libres. Si Pékin a autant peur de cette situation, c’est qu’ils craignent qu’un candidat résolument “démocrate” soit élu à une large majorité et n’obéisse pas aux ordres de la “mère patrie”.
    Un PC, cela n’aime pas beaucoup le partage du pouvoir. C’est pourquoi, je ne suis pas aussi optimiste que notre cher Président. C’est tout à fait dommage car j’aime beaucoup cette île (sauf en plein été).

    Répondre
    • Imaginez que cela contamine le reste de la Chine ….

    • Oui mais imaginez qu ils braquent Taïwan ou même qu’ils fustigent la montée du yuan comme zone de libre échange ?

    • On a déjà vu des manifestations se répandre comme une trainée de poudre dans des régimes “tyranniques”, le printemps de des peuples de 1848, l’effondrement du bloc de l’Est, les printemps arabes, si HK remet en cause le PCC, d’autres villes seront tentés de le faire menaçant le pouvoir du PCC, ce n’est pas de la science fiction …

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Manifestations_du_lundi

      et bien d’autres …

      Pour la deuxième partie de votre phrase, je n’ai pas bien saisi le sens …

      http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2014/09/30/hongkong-a-t-il-les-moyens-de-sa-desobeissance-civile_4496149_4355770.html

    • Cher nolife,

      pensez vous que Charles Gave ne soit pas au courant, quant il écrit cet article, des manifestations auquelles vous faites référence ? Quelle étrange idée?

      La deuxiéme partie de phrase, fait juste référence à la situation suivante: En 2008, au moment de lehman, toute la zone asie s’est retrouvée short en dollars américain. Du coup, aucun échange, rien. pas pour des raisons de production mais juste car aucun dollar n’etait dipso. De là, en réaction, la chine a dit à la corée, aux philippines etc, “ok les enfants, pourquoi s’echanger en dollar, on se fait un swap par an, je garantie moi banque de chine et en fin d’année on fait venir nos gars avec des bouliers”

      Et cela fut fait.

      Depuis 2008, les échanges commerciaux en Yuan ont augmentés de 30 % ce qui est un précédent HISTORIQUE dans le commerce.

      Et le but de pékin est de promouvoir une zone alternative. Ils bossent constamment pour casser cette hégémonie du dollar.

      D’ou la question? Pensez vous qu’un boulot aussi important et une telle importance économique vaillent la peine de se taper 3000 étudiants qui pourriront bien sur pieds tous seuls?

      Je ne crois pas.

      La révolution n’a pas vraiment de chance de se propager nulle part juste pour la bonne raison que le reste de la population chinoise n’est pas du tout au niveau educatif et capitaliste de Hong-Kong. Il existe toujours un lien ténu entre la demande d’un peuple pour la liberté et la croissance générale/l’education. Le reste de la Chine n’est pas, malheureusement au point de HK et l’information, comme vous le savez , est loin de circuler de façon stable.

      Donc, à moins d’un dérapage, je vois mal quel serait l’idée dérriere la tête du gouvernement chinois d ‘écraser quoique ce soit dans le sang. Ce serait bien plus inproductif qu’intelligent et ils ont des défauts mais certainement pas celui de ne pas faire utile.

    • Bonsoir,

      Merci pour cette réponse, je n’avais pas compris la formulation de la phrase, je vois à présent ce dont vous faites référence, au fait ça avance la yuanisation de l’Asie ?

      Pour ce qui est des gamins, je pense qu’ils vont les renvoyer … à leur études … c’est le cas de le dire 🙂

    • ça avance, trés trés bien. Du jamais vu comme devellopement exponentiel. On va voir ce que cela donne….

    • Dernière petite question,

      Le Yuan est paraît-il sous-évalué, mais Charles Gave dit qu’en cas de libération des capitaux, les Chinois échangeront leur RMB contre des autres devises pour le planquer en Occident, est-ce que ce fameux Yuan est surévalué ou sous-évalué ?

    • Ce sont des choses différentes. Si les chinois veulent sortir des rMB ce n’est pas en raison du taux de change mais plus pour des raisons politiques. Dans ce genre de régime, on peut avoir besoin de s’enfuir du jour au lendemain d’ou l’utilité du petit pactole en dehors de votre territoire national ou vos actifs peuvent être bloqués.

  11. Comment peut-on tenter une révolution en ce moment quand on voit l’Ukraine ou la Syrie ?

    Répondre
    • Cher no Life , ce n est pas un problème de révolution mais de démocratie .

    • Pour la démocratie, faut-il passer par une révolution ?

      Corrigez-moi si je me trompe :

      – Les jeunes veulent plus de liberté démocratique et se rebellent par caprice, dans cas ils prennent un gros risque de destruction

      ou bien

      – On va leur proposer des gauleiters du PCC qui viendront faire la loi et saperont l’état de droit et la prospérité associée ?

      Dans ce cas effectivement ces révoltes se comprennent, mais il faut rappeler que l’Ukraine, la Syrie, Bahrein … ont tenté une révolution pour la démocratie et que ça se termine en bain de sang …

Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *