https://institutdeslibertes.org/faire-part-de-naissance-dune-nouvelle-administration-et-covid-19/
Charles Gave

Faire Part de Naissance d’une nouvelle administration et Covid 19

Quelqu’un m’a envoyé ce faire-part sur ma boite email et du diable si je sais qui.

Voici donc le faire-part de naissance d’une nouvelle pompe à fric pour tous ceux qui sont sortis de l’ENA Et ceux qui font-part sont toutes les anciennes pompes à fric.

  • Le Ministère de la Santé
  • La Direction générale de la Santé
  • La Direction de la Santé Publique
  • Santé Publique France
  • La Direction de la Haute Autorité de la Santé
  • Les Directions des Agences Régionales de Santé
  • La Direction de l’Agence Nationale Sanitaire
  • La Direction de l’Alliance Nationale pour les Sciences de la Vie et de la Santé
  • L’Agence Epidémiologie-France
  • Le Centre National de Recherche Scientifique en Virologie Moléculaire
  • L’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et de la Santé
  • Le Conseil Scientifique de la Présidence de la République
  • Le Haut-Commissariat de lutte contre les épidémies
  • Le Haut Conseil de Veille Sanitaire
  • L’Agence Nationale de Sécurité de Logistique Médicale

Ont le plaisir de vous annoncer la naissance du petit dernier

Le Haut Conseil d’Orientation de la Stratégie Vaccinale

A mon avis ce document va au cœur des problèmes qui assaillent notre pays tels que l’hypertrophie administrative, les déficits budgétaires, l’incapacité à régler le moindre problème, et que sais-je encore.

Nous l’avons vu avec le drame du Covid qui a permis à l’administration française d’illustrer une fois de plus sa totale incompétence et pourtant, ce ne sont pas les « Directeurs, Présidents et Hauts Commissaires « qui manquent (voir plus haut).  Or, tous ces chefs ont été incapables de suivre une stratégie quelque peu cohérente.

En revanche en Suède, un seul homme Anders Tegnell, le patron des services épidémiologistes Suédois a pris la décision de ne pas confiner et c’était le seul autorisé par la Loi Suédoise à prendre une décision en la matière. Un seul homme, qui connaissait mieux que quiconque son métier, a donc pris la décision de ne pas confiner. Que le lecteur veuille bien comparer avec tous ceux qui en France se sont crus autorisés à intervenir dans notre vie de tous les jours, sans avoir aucune connaissance médicale et dont la liste figure ci-dessus.

Quand je pense aux voitures de fonction, au personnel administratif qui jamais ne voit un malade, aux voyages d’études …je m’émerveille qu’il y ait encore de l’argent pour payer les infirmières et les docteurs. Il paraît que dans les hôpitaux, il y a vingt ans, on recensait huit soignants et deux administratifs. Nous en serions aujourd’hui à cinq soignants et cinq ronds de cuir. J’attends avec impatience le moment où il n’y aura plus aucun soignant. Et bien sûr, ce sont les non-soignants qui prennent les décisions, en comité, de virer les soignants pour embaucher des non -soignants.

Clemenceau avait coutume de dire que pour prendre une décision il fallait être un nombre impair et que trois c’était déjà trop.

Comme le disait Churchill de son côté, un chameau, c’est un cheval dessiné par un comité. Et toutes les institutions mentionnées ci-dessus n’ont
pas arrêté de se réunir depuis un an pour dessiner un chameau dont, bien entendu, aucun d’entre eux ne reconnaîtra la paternité.

A l’opposé, dans un pays démocratique comme la Suède, un seul homme, Andrés Tegnell a pris une décision qui allait affecter tout le pays parce que c’était sa responsabilité, de par la LOI et qu’il la revendiquait.

Alors qu’en France, tous les comités Théodule (15 d’entre eux + la Présidence de la République + les services du Premier Ministre…) se sont penchés sur le sujet et ont donné leur avis sur ce qu’il fallait faire, le but ultime étant bien entendu que la responsabilité de l’échec ne puisse retomber sur personne, si bien qu’aucun d’entre eux ne soit rendu coupable du désastre qui a suivi. Le but du technocrate de base est bien entendu non pas d’être jugé en fonction du résultat mais que rien ne puisse lui être imputé en cas d’échec.

Essayons d’être honnête : compte tenu du nombre de talents engagés dans les discussions, les résultats, bien que désastreux, ont dû être bien meilleurs en France qu’en Suède ?

En tout cas c’est ce que nous disent sans arrêt les médias français.

Vérifions. Une fois encore, je ne vais pas prendre le nombre de morts « dû au Covid » tant ces chiffres me paraissent fantaisistes, mais le nombre de morts TOTAL dans chaque pays, ajusté pour la taille de la population, juste pour savoir s’il y a eu une augmentation anormale de la mortalité dans le pays, et tout cela remis base 100 au 31 décembre 2013. Et je vais analyser les chiffres pour la France, la Suède et le Danemark.

 

 

 

Pourquoi le Danemark ? Parce que ce pays avait dès le début de la pandémie ordonné un confinement total de sa population, ce qui lui avait valu les applaudissements de la classe journalistique et jacassière. Ce à quoi Anders Tegnell avait répondu que cette décision était stupidepuisque dès que les gens sortiraient du confinement, ils attraperaient à nouveau la maladie, et c’est bien sûr exactement ce qui s’est passé. Ce cher homme ne cessait de dire ce que disait le Professeur Raoult, que le confinement était une solution médiévale, et qu’il ne pouvait pas marcher.  Et il a eu raison. Le nombre de morts au Danemark au premier et au deuxième trimestre a été beaucoup plus faible qu’en Suède et en France (restant autour de 100), pour devenir ensuite, beaucoup plus élevé, ce nombre explosant au troisième et quatrième trimestre de 2020. Voilà qui a forcé le Danemark à confiner à nouveau sa population, alors que tout le monde sait maintenant que ça ne marche pas. Comprenne qui pourra.

  • Passons à la France, qui s’est débrouillée pour avoir plus de morts que tout le monde pendant les six premiers mois de 2020, mais qui a fait aussi mal que le Danemark ensuite, ce qui était difficile, mais « ils » y sont arrivés. Le nombre de morts repartant à la hausse quand la bise fut venue, nos hautes autorités et Grand Commissariats aux gaspillages public décidèrent évidemment de re-confiner la population, ce qui ne surprendra que ceux qui ne connaissent pas nos technocrates.
  • Finissons avec la Suède, qui se paye un nombre considérable de décès de Mars à Juin, un écroulement du nombre des morts pendant l’été mais qui connaît en ce moment une hausse saisonnière un peu supérieure à la normale du nombre de décès (les anciens ont une fâcheuse tendance à mourir en hiver), qui semble cependant se ralentir un peu plus tôt que prévu. Rien de miraculeux pour la Suède donc, mais des résultats qui sont exactement ceux qu’attendait Anders Tegnell.

Mais il y a une énorme différence entre la Suède et les deux autres pays.

  • La Suède n’a pas foutu ses systèmes de production,  de commercialisation et d’éducation en l’air.
  • Elle a dit aux anciens, à la retraite, de rester tranquillement chez eux, ce qu’a fait mon frère qui vit à Stockholm.
  • Les restaurants, les hôtels sont restés ouverts ainsi que les magasins et les grandes surfaces , les rassemblements de plus de 50 personnes ont été interdits, les classes primaires sont  demeurées ouvertes tandis que les études secondaires et universitaires passaient « en ligne », ceux qui pouvaient et voulaient travailler en télé -travail l’ont fait, les gestes de protection ont été respectés  et tout est pour le mieux dans le meilleur des royaumes du Nord possibles, comme le disait Pangloss.

Et le résultat économique est simple : La Suède a mis 6 % dans les dents en termes de production industrielle à la France en un an,  a des entreprises prospères et qui ne demandent rien à l’Etat Suédois, alors que les entreprises françaises, en particulier dans le domaine des services (qui ne sont pas dans l’indice de la production industrielle) sont agonisantes et ne survivent qu’à grands coups de subventions payées avec de l’argent qui n’existe pas.

Le désastre est fini en Suède. Hélas, il est loin d’être fini chez nous

Mais j’ai gardé le plus beau pour la fin.

Dans l’administration, où les décisions sont prises en comité, il est spécifié que chaque fois qu’un tel groupe se réunit, des minutes doivent être établies par un rapporteur qui notera soigneusement le lieu et l’heure de la réunion, le nom des personnes présentes, leurs fonctions ainsi que ce qu’a dit chaque participant.

Depuis des mois, les autorités médicales nous disent que les décisions douloureuses qui ont été prises l’ont été après consultation des plus hautes autorités médicales.

Il est donc venu à l’esprit de quelques députés de demander les minutes de ces réunions où le sort de l’économie française s’est joué. Apparemment, ces minutes n’existent pas et nul ne connaît ni la date ni le lieu où elles auraient eu lieu ni qui y participait et quelles recommandations y ont été faites et par qui.

Cela est tellement invraisemblable que j’ai du mal à y croire, tout en comprenant parfaitement les raisons de cette forfaiture. Tout cela risque de se terminer en Justice et nos tribunaux vont avoir bien du mal à identifier les responsables s’ils ne disposent d’aucune pièce….

Le but de cette manœuvre est bien entendu d’empêcher le contrôle de l’exécutif et par le pouvoir législatif et par le pouvoir judiciaire, ce qui est totalement inconstitutionnel. Comme pendant la pandémie, l’exécutif n’a respecté aucun de mes droits constitutionnels, voilà qui ne me surprend guère.   Hélas, les autorités qui auraient dû s’opposer à tout cela telles le Parlement, le Conseil d’Etat, le Conseil Constitutionnel sont restées aux abonnés absents.

Nous sommes donc dans un cas de figure intéressant d’un Etat qui agit de façon illégale au détriment du Citoyen, tandis que les Institutions chargées de protéger les libertés fondamentales du dit citoyen ne font pas leur travail, ce qui va finir par créer des problèmes.

D’après Saint Thomas d’Aquin, dans ce cas la rébellion est légitime.

Mais ce qui me surprend le plus est la réalité suivante : Tout ce bruit, toute cette fureur, toutes ces vies brisées, cette richesse détruite, pour une maladie dont 997 sur 1000 qui l’ont eu en réchappe, que l’on sait traiter aujourd’hui et pour laquelle l’âge médian des morts en France est de 84 ans, ce qui veut dire que plus de la moitié des victimes avaient plus de 84 ans tandis que plus des deux tiers des victimes avaient d’autres pathologies et donc mourraient avec le covid mais non pas du covid.

Je ne comprends pas.