https://institutdeslibertes.org/entretien-demmanuelle-gave-dans-monde-et-vie-macron-un-liberal-a-lamericaine/
Emmanuelle Gave

Entretien d’Emmanuelle Gave dans Monde et vie : “Macron, un libéral à l’américaine”

Téléchargez le numéro en question.

Emmanuelle Gave est avocate. Fille de Charles Gave, l’économiste bien connu, elle est à l’origine de l’Institut des libertés, qui diffuse la pensée de son père. Libérale, elle comprend les Gilets jaunes et critique son homonyme Emmanuel Macron, pourtant réputé lui-même libéral. Elle vient d’annoncer sa participation à la liste de Nicolas Dupont-Aignan pour les élections européennes de 2019. Sa contribution au débat politique s’annonce d’ores et déjà de grande qualité. Jugez-en. 

Alors ça y est : vous vous lancez en politique ? 

C’est effectivement la première fois qu’avec Nicolas Dupont Aignan, je me lance dans la politique, sur le terrain. Cette décision est radicale. Mes deux filles ont seize et dix-sept ans, il faut que je les laisse voler de leurs propres ailes, elles n’ont plus besoin de moi.Je ne suis pas du tout une politicienne professionnelle, je viens de la vie civile. Mon envie en politique, c’est de représenter les gens normaux. Je viens d’une famille de serviteurs de l’État. Je veux être au service des gens, avec le pragmatisme d’une femme et les solutions que j’ai acquises par mon éducation libérale. Par ailleurs, le moment est particulier : nous sommes à un tournant de l’histoire politique du pays, après avoir assisté à la captation judiciaire de François Fillon et à la montée artificielle de Macron.

Captation judiciaire, qu’entendez-vous par là ?

Avec ce Parquet National Financier, créé par François Hollande et qui ne dépend de personne, on s’oriente vers un certain gouvernement des juges, qui pour l’instant ne s’en est pris, il faut bien le constater, qu’à l’Opposition. Je ne suis pas une afficionada de Marine Le Pen, mais la manière dont, par décision de justice, deux millions d’euros alloués au Rassemblement national, ont été captés à la source, de façon préventive, avant tout jugement, cela relève clairement de la persécution politique. Il est toujours dangereux d’imaginer de telles juridictions, qui, qu’on le veuille ou non, fonctionnent comme des juridictions d’exception, en maîtrisant souverainement le temps de leur intervention.

Et que pensez-vous rétrospectivement de l’ascension d’Emmanuel Macron ?

Elle provient de la volonté d’un petit milieu d’oints du Seigneur, qui se sont choisis un champion à qui ils ont fait porter leurs couleurs. C’est la première fois qu’un président de la République est élu sans aucun mandat électoral. C’est un pur apparatchik. On a remplacé des énarques de 60 ans par un énarque de 40 ans, qui, depuis le début de son mandat apparaît souvent comme un amateur, en jouant d’une sur communication(comme dans l’affaire des Gilets jaunes), en prenant des poses, en cultivant un maquillage facile, qui s’efface à la première occasion. Regardez l’un des derniers épisodes : il devait aller skier dans les Pyrénées, on le retrouve à Saint-Tropez, il n’a pas pu s’en empêcher. Ce qui est très frappant, c’est que malgré sa soi-disant pensée complexe ou peut-être à cause d’elle, parce qu’il ne sait pas choisir, il n’a aucune vision et il compense cette absence de vision par une morgue invraisemblable, une fatuité qu’avaient déjà remarqué les députés présents pour le vote des lois Macron et El Khomri, sous FrançoisHollande. Il prend les gens pour des moins que rien. Je crois que le peuple l’emmerde…Regardez ses voeux : il a dit : « Je veux la vérité »et lui-même ne sait qu’entretenir le flou de l’affaire Benalla qui redémarre. « Je veux le respect ». Il ne respecte pas les Gilets jaunes, embastillant Eric Drouet sans motif légal et laissant se dérouler 800 gardes à vue, sans que ces 800 GAV ne débouchent sur une seule condamnation. Le régime du respect dont se vante notre Président est en réalité le régime de l’arbitraire dans de telles circonstances. En tant que mère de famille, j’ai été habituée à une vertu : l’exemplarité. En lieu et place, avec Emmanuel Macron, on a un système qui est aujourd’hui ce que Versailles représentait au moment où se déclenche laRévolution française.

Vous parliez à l’instant de votre éducation libérale… Vous faites allusion au rôle que vous jouez depuis plusieurs années auprès de votre père,Charles Gave, que nous avons reçu plusieurs fois ici à Monde&Vie. Vous êtes par exemple à l’origine de l’Institut des libertés ?

Disons que ma première formation est juridique ; j’ai souhaité me donner ensuite cette éducation libérale, dans une acception humaniste, avec des analystes du passé comme Frédéric Bastiat, Alexis de Tocqueville ou Jean-Baptiste Say. Plus précisément aujourd’hui je suis monétariste de l’école de Milton Friedman et des Chicago boys. Friedman n’est pas mon dieu, mais il dit des choses très bien et d’abord cette intuition de bon sens qu’il martèle : la croissance vient des entrepreneurs. Ils prennent des risques, c’est leur métier. Il faut les laisser travailler. Cela suppose d’empêcher la captation fiscale, pour que les entrepreneurs soient rémunérés à hauteur des dits risques. Cela suppose aussi que l’on ne pratique pas ce que Keynes appelle l’euthanasie du rentier, quand, dans un système donné, les petits épargnants se retrouvent avec des taux d’intérêts tellement bas que cela ne vaut plus la peine de mettre de côté quoi que ce soit. L’épargne n’est plus rétribuée, c’est la mort du petit épargnant. Mais, en même temps, ne nous leurrons pas, cela fait les affaires des très gros qui peuvent se permettre toutes les spéculations, Ils empruntent sans intérêt et vivent de leurs dettes, en rachetant leurs concurrents.L’un des spécialistes de ce système est Patrick Drahi, le patron de SFR qu’a tant aidé M.Macron et qui littéralement vit d’une dette de50 milliards d’euros. C’est ce que l’on appelle le capitalisme de connivence : j’emprunte sans intérêts grâce à mes amis et je deviens un homme important que l’on respecte à hauteur de sa dette. Évidemment pour raisonner de cette façon, il faut être dans le très haut du panier.

Avec cette finesse d’analyse, vous vous voyez au moins ministre de l’Économie ?

Alors écoutez, je suis peut-être une politique différente des autres, mais je n’ai pas du tout la prétention de penser que je saurais mieux gérer l’économie. Il faut des lois bien sûr, mais l’État stratège, cela n’a jamais fonctionné. Les plans de relance se sont effondrés les uns après les autres comme des châteaux de cartes. Les politiques qui croient faire de l’économie ne savent rien. Qu’ils laissent donc travailler les gens qui savent, les entrepreneurs. Il y a une violence légitime de l’État, elle doit exister, mais elle doit aussi rester d’ordre exceptionnel et toujours par délégation du peuple. C’est le problème que j’ai avec l’Europe, qui est une civilisation, mais qui n’est pas un peuple et qui ne peut pas être une économie.

Je comprends que votre vision du libéralisme n’a rien à voir avec les pratiques de M. Macron… ni avec son européisme.

Emmanuel Macron n’est pas un libéral à la française, mais à l’américaine « a liberal »,un homme de gauche, un social-démocrate qui pratique le capitalisme de connivence, connivence pour les hommes de Davos et connivence par les hommes de Davos (qui sont les mêmes que ceux de Bruxelles). Leur idée c’est d’arriver à un monde sans nature où tout serait contractualisé. Il faut déstructurer ou comme on dit déconstruire nos lois et nos sociétés. Ces hommes de Davos rencontrent une double convergence, avec les anciens trotskistes d’une part ; de Jospin à Taubira, ils ont la même ambition déconstructrice, et convergence avec les écolos d’autre part, qui, eux aussi, se sont donnés pour mission de reformater notre société. C’est l’image que donne aujourd’hui le Canada sous la houlette de Justin Trudeau, le « liberal », en fait un social-démocrate imbu de ce nouvel idéal déconstructeur. Cette nouvelle mentalité destructrice est particulièrement sensible dans les questions liées aux genres masculin et féminin et aux nouveaux genres, en particulier le genre indifférent. Au Canada, désormais, je dois respecter le genre indifférent. Je vois une fille mais, si je suis informée que je dois à son sujet, employer les nouveaux pronoms indifférents, je commettrais « un crime de haine »,sévèrement puni par la loi, si je m’abstenais dele faire. Une réalité aussi naturelle que le sexe devient un objet de contrat. Il n’y a plus de vrai ou de faux. L’individu peut faire plier toute réalité à sa guise. Mais surtout, on reconstruit un bien et un mal à travers ce prisme, tout redevient moral, il y a les gentils(qui acceptent ce contractualisme universel) et les méchants (ceux qui le refusent). On est gouverné selon cette nouvelle idée du bien et du mal.

Pourquoi vous engager avec Nicolas Dupont-Aignan ? Croyez-vous encore dans ce serpent de mer qu’est l’union des droites ?

En m’engageant à Debout la France, je montre que je crois plus en l’homme que dans le Parti. Comme on dit en anglais, NDA est « un homme qui a mis ses pieds là où sa bouche était ». Il a montré qu’il voulait l’union des droites en tendant la main à MLP. Il lui a fallu braver l’establishment politique pour faire cela. Comme l’a montré son attitude avec les GJ, il croit au peuple, il prend les intérêts de la France à coeur. Avec lui on économise les pensées d’appareil au profit d’impulsions authentiques, on est dans les commandos fusiliers marins plutôt que dans l’armée de terre. Il est vrai que les gens de droite ne sont pas d’accord sur tout. Bruno North du CNIP ou Jean-Frédéric Poisson, du PCD, tous deux participant aux amoureux de la France n’ont pas les mêmes idées surtout. En tout cas, il y a un sujet sur lequel les droites sont toutes d’accord, jusqu’à Laurent Wauquiez, un sujet sur lequel nous faisons bloc avec Nicolas Dupont- Aignan, parce que nous sommes à la veille d’une nouvelle bataille de Constantinople, c’est de reprendre nos frontières. Nous pouvons faire l’union des droites et nous devons la faire contre le Pacte de Marrakech.