23 juin, 2013

Enfin une bonne nouvelle

Depuis quelques semaines, les marchés sont en plein désarroi, ce qui ne surprendra guère les lecteurs de l’Institut des Libertés ( voir  mon article, “Timber”, publié en Avril 2013) .Derrière ce qui commencé à ressembler à une déroute, la hausse des taux longs aux USA, déclenchant un ajustement qui est sans doute loin d’être fini …Et contrairement à nombre de commentateurs, je trouve que tout cela est une bonne, une très bonne nouvelle.

Explication. Dans un système économique, deux entités peuvent créer de la monnaie “ex nihilo”, la banque centrale et les banques commerciales.

-La monnaie de banque centrale s’appelle la base monétaire,

-La monnaie des banques commerciales le crédit (pour faire simple).

Base monétaire +  crédit  forment la Masse Monétaire (M).

Quand les banques ont fait n’importe quoi pendant longtemps, un certain nombre d’entre elles se retrouvent avec des emprunteurs qui ne peuvent pas les rembourser et doivent donc enregistrer des pertes.Or il se trouve que les banques prêtent en général au minimum 12 fois leur capital (et parfois bien plus).Si donc une banque doit prendre une perte de 100 parce que monsieur Dupont ne peut pas la rembourser, elle va devoir réduire ses prêts d’au moins 12*100= 1200 et donc réclamer un remboursement anticipé à messieurs Martin et Durand , ou refuser d’accorder un prêt parfaitement légitime à monsieur Smith.De ce fait, la masse monétaire créée par le secteur privé  s’écroule…

Comme MV=PQ  (rappel M représente la quantité de monnaie en circulation sur une période donnée.

V  représente la vitesse de circulation de la monnaie/P représente les prix et/ Q les quantités.)

Si M se met à  baisser et si V (l’appétit au risque) ne compense pas, le PIB nominal PQ (PRIX * QUANTITES) va se ratatiner et nous aurons une dépression.C’est ce qui s’était passé pendant la grande dépression des années 30.Milton Friedman a montré que pendant cette période, la masse monétaire aux USA  avait baissé d’un tiers, la banque centrale ne faisant rien pour compenser la baisse du crédit.Et donc, depuis 2008 et le début de la grande crise bancaire, monsieur Bernanke, confronté à une baisse considérable de la masse monétaire du secteur privé s’est mis à imprimer de l’argent comme un fou pour que M ne s’écroule pas , compensant par la hausse de la base monétaire la baisse du Crédit, et il a fort bien fait.

Certes, je n’étais pas d’accord avec lui sur la nécessité de mettre les taux à  zéro (pour des raisons que j’explique ci dessous), mais ceci est un débat subsidiaire…Et du fait des actions de la Fed , M , à la différence de ce qui s’était passé pendant les années 30, n’a pas baissé, ce qui est une très bonne chose et nous n’avons pas eu de dépression aux USA.

Mais Milton Friedman a aussi montré qu’une banque centrale pouvait influencer l’économie en se servant de trois outils:

– Les taux d’intérêts,

– Le taux de change  et

– La masse monétaire ,

mais que la dite banque centrale ne pouvait utiliser à chaque moment que l’un de ces outils et certainement pas deux, et encore moins les trois à la fois.Et donc, depuis 2008, la Fed a ciblé la masse monétaire au travers des opérations de “quantititative easing”, avec succès et le dollar s’est baladé là ou il voulait…Mais c’est là où les choses se gâtent.Depuis quelques mois, les banques US qui ont été recapitalisées se sont remises à prêter de l’argent et donc le secteur privé se met à créer de l’argent à nouveau

Comme le disait Milton Friedman (encore lui!): “ L’inflation toujours et partout a été un phénomène monétaire”.Nous n’avons eu aucune inflation depuis 2008 parce que la masse monétaire aux USA n’a pas augmenté depuis cette date.Or maintenant, et depuis quelques mois, elle se met à monter à nouveau…Du coup, le marché obligataire Américain commence à se dire qu’un danger inflationniste se profile à l’horizon et baisse pour signaler à  la Fed qu’il est temps, grands temps, d’arrêter toutes ces opérations de QE.

Je vais faire simple: le marché obligataire ne baisse pas, comme semble le croire les journalistes parce que la banque centrale va arrêter d’acheter des obligations.La réalité est exactement inverse.

La Fed va cesser d’acheter des obligations PARCE QUE le marché obligataire baisse, signifiant de ce fait qu’ils  qu’il va cesser de s’intéresser à la masse monétaire pour revenir au contrôle des taux d’intérêts.C’est donc une excellente nouvelle, nous retournons dans une période où le cout du capital va être déterminé par le marché et non plus par la Fed, ce qui va remettre le système en équilibre.Hélas…

Comme la Fed a maintenu des taux zéro pendant très longtemps (trop longtemps?) et a laissé croire aux marchés que ces taux bas allaient durer toujours, des masses de capitaux absolument gigantesques se sont investis dans des opérations dites de “portage”  (carry trade), du style, j’emprunte à ma banque à  1 % et j’achète une obligation “pourrie” qui me donne du 7 %, et bien sur “Je ne peux pas perdre”.Et ces opérations de portage ont eu lieu sur l’or, l”argent métal, les obligations des pays émergents en monnaie locale, les actions à fort rendement,  les obligations pourries, que sais-je encore…

Au passif de ces opérations, nous trouvons toujours un emprunt en dollar, à l’actif les supports mentionnés plus haut.Et chaque fois, le dollar emprunté  a été vendu  pour acheter le support sur lequel on ne pouvait pas perdre, d’où la baisse du son taux de change…Et il va donc falloir dénouer toutes ces spéculations en même temps…Mais il n’y a pas d’acheteurs.Et donc le gérant qui s’est livré à ce genre d’activité téléphone à son broker pour lui dire de vendre ce qu’il a à l’actif de son portefeuille et ce dernier lui dit, “très bien, mais à qui?” Et ces marchés tombent dans un trou noir…et le dollar monte…

Résumons nous:

·         La banque centrale US a perdu le contrôle des taux.

·         Le monde entier a “shorté ” le dollar.

·         De ce fait , le Dollar va monter très fortement quand il va falloir couvrir toutes ces ventes ‘short”

·         Tous ceux qui sont “short” le Dollar vont prendre une énorme culotte.

·         Il y a peu ou pas d’acheteurs -aux prix actuels-pour les actifs que nos gérants ont en portefeuille.

·         Nous allons donc avoir des liquidations forcées, les bons investissements baissant autant que les mauvais.

·         Des valorisations incroyables vont apparaitre.

·         Pour ceux qui auraient suivi mon conseil et levé un peu de cash, le moment arrive où il va falloir mettre des limites idiotes très en dessous des cours actuels sur les bons investissements, en espérant être exécutés pendant les phases de panique, qui ne vont pas manquer de se produire.

 

Bonne chance, il va y avoir du rodéo.

 

 

Charles Gave

 

Auteur: Charles Gave

Economiste et financier, Charles Gave s’est fait connaitre du grand public en publiant un essai pamphlétaire en 2001 “ Des Lions menés par des ânes “(Éditions Robert Laffont) où il dénonçait l’Euro et ses fonctionnements monétaires. Son dernier ouvrage “Sire, surtout ne faites rien” aux Editions Jean-Cyrille Godefroy (2016) rassemble les meilleurs chroniques de l'IDL écrites ces dernières années. Il est fondateur et président de Gavekal Research (www.gavekal.com).

61 Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Hagen

    27 août 2013

    Pouvez-vous être moins sybillin?

    Répondre
  • Hagen

    25 août 2013

    Les liquidations forcées ont commencées, le “tapering” est dans le collimateur pourtant le dollar baisse. Comment l’expliquer?

    Répondre
    • idlibertes

      25 août 2013

      Parce que Bernanke joue au Dieu?

  • zorgbibes

    2 juillet 2013

    A lire cet article je me dis que P. JOVANOVIC qui fustige la planche à billet et qui conseille l’achat d’argent et or métal, a tout faux. Qui croire ?

    Répondre
  • Vlad XXII

    29 juin 2013

    “Si M se met à baisser et si V (l’appétit au risque) ne compense pas, le PIB nominal PQ (PRIX * QUANTITES) va se ratatiner et nous aurons une dépression.C’est ce qui s’était passé pendant la grande dépression des années 30.Milton Friedman a montré que pendant cette période, la masse monétaire aux USA avait baissé d’un tiers, la banque centrale ne faisant rien pour compenser la baisse du crédit.”

    Sauf que Friedman s’est trompé. La banque centrale de l’époque a fait son travail, et les banques commerciales avaient parfaitement les liquidités nécessaires pour favoriser le crédit.

    Tout est démontré ici :
    http://www.zerohedge.com/news/2013-06-28/when-milton-friedman-opened-pandoras-box

    Friedman avait de bonnes idées, mais il a commis une ENORME erreur de raisonnement sur cette période.
    C’est souvent le problème des grands théoriciens…

    Répondre
  • Fab

    29 juin 2013

    Cher Charles Gave,

    J’ai suivi le conseil des crieurs d’Apocalypse et j’ai acheté de l’or pour sauver mon épargne. Avec l’effondrement des marchés, j’ai enregistré des pertes records (si j’avais gardé mon PEL, mon argent ronronnerait encore tranquillement dans sa niche) Je n’ai plus que deux choix: 1) soit je vends à perte en sauvant ce que je peux sauver 2) soit j’attends que cela remonte en risquant la faillite si l’or coule complètement.
    Dilemme de l’investisseur en déroute…

    Que me conseillez-vous?

    Fabrice Durand

    Répondre
    • Fab

      29 juin 2013

      Je me rends compte que ma question est un peu abrupte. Je la reformule ainsi: savez-vous si l’or a des chances de redresser la barre ou bien n’était-ce qu’une bulle au milieu d’un magma de grumeaux?
      Cordialement
      Fabrice Durand

  • Roger Nimo

    29 juin 2013

    un plaisir de vous lire M. Gave, vraiment.

    j’aime la phrase “Je vais faire simple: le marché obligataire ne baisse pas, comme semble le croire les journalistes parce que la banque centrale va arrêter d’acheter des obligations.La réalité est exactement inverse.” je ne l’avais lue nulle part ailleur jusqu’ici.

    Maintenant une question technique qui me tarabuste :

    lors des QE la FED achète de la dette US mais elle a payé cher car les taux étaient au plus bas. Lorsque les taux prennent 100 points , la valeur des obligations détenues par la FED prend une claque donc le bilan de la FED va faire apparaitre des pertes monstrueuses si votre scenario que cette hausse des 15 derniers jours n’était qu’un apero

    Qui va financer ces pertes ?

    Répondre
  • jepirad

    28 juin 2013

    Bonjour, il faudrait qu’un jour M. Charles Gave nous explique s’il y a corrélation entre le niveau des indices boursiers et l’évolution de la croissance. Je m’explique comme certaines bourses sont au plus haut historique est-ce que finalement cela permet aux investisseurs (qu’il soit gros ou petit) d’injecter une partie des PV dans l’économie et de ce fait agir favorablement sur la croissance.

    Répondre
    • idlibertes

      29 juin 2013

      Cher Jepirad,

      “Agir favorablement sur la croissance”, c’est un peu la même idée que de demander aux entrepreneurs de créer des emplois. Ils se trouvent que structurellement, cela arrive en conséquence mais ce n’est pas la finalité première. De même,pour les indices boursiers.Votre question est dans sa structure un peu keynésienne (“agir sur la croissance”). C’est un peu comme la beauté ou la grâce. On tente des ébauches…

  • BA

    28 juin 2013

    Vendredi 28 juin 2013 :

    Qui sont les futurs membres de l’Union européenne ?

    1- Turquie.
    2- Islande.
    3- Serbie.
    4- Monténégro.
    5- Macédoine.
    6- Albanie.

    http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20130626trib000772471/qui-sont-les-futurs-membres-de-l-union-europeenne-.html

    Quel est le futur budget de l’Union Européenne ?

    Pour la période 2007-2013, le budget de l’Union Européenne était au niveau ridicule de 1,10 % du PIB de l’Union Européenne.

    Pour la période 2014-2020, les bisounours fédéralistes voulaient que le budget de l’Union Européenne augmente. Le samedi 19 novembre 2011, les bisounours fédéralistes ont demandé que le budget passe à 1,11 % du PIB, soit 1083,3 milliards d’euros.

    Mais neuf pays – Autriche, Danemark, Allemagne, Finlande, France, Italie, Pays-Bas, Suède et Royaume-Uni -, ont rejeté cette proposition jugée trop élevée dans un contexte de rigueur généralisée.

    Résultat : pour la période 2014-2020, le budget de l’Union Européenne sera en baisse !

    Pour la période 2014-2020, le budget de l’Union Européenne baissera au niveau minable de 1 % du PIB de l’Union Européenne, soit 960 milliards d’euros !

    Conclusion : l’Union Européenne accueillera de plus en plus de pays très pauvres, et elle aura un budget de plus en plus faible !

    L’Union Européenne n’est qu’un gigantesque château de cartes.

    Et le vent qui se lève va le faire s’effondrer.

    Répondre
  • P.M

    27 juin 2013

    Pour compléter son opinion lire sur le site : le blog a lupus
    L article Mister Market and Doctor Conjoncture du 27 juin 2013
    Interessant

    Répondre
  • BA

    27 juin 2013

    Samedi 19 novembre 2011 :

    Voici ce qui s’était passé le samedi 19 novembre 2011 : la Commission européenne avait proposé de porter le budget de l’Union Européenne à 1083,3 milliards d’euros pour la période 2014-2020.

    La Commission européenne a proposé une augmentation de 5% par rapport au précédent budget sur 7 ans, portant les dépenses à 1.083,3 milliards d’euros, soit 1,11% du PIB européen.

    Mais neuf pays – Autriche, Danemark, Allemagne, Finlande, France, Italie, Pays-Bas, Suède et Royaume-Uni -, ont rejeté cette proposition jugée trop élevée dans un contexte de rigueur généralisée.

    http://www.20minutes.fr/economie/826126-budget-2012-europe-impose-rigueur

    Jeudi 27 juin 2013 :

    Deux ans après, nous apprenons que le budget de l’Union Européenne ne sera pas de 1083,3 milliards d’euros, mais qu’il sera en baisse pour la période 2014-2020 !

    Pour la période 2014-2020, le budget de l’Union Européenne baissera à 960 milliards d’euros, soit au niveau minable de 1 % du PIB de l’Union Européenne !

    Les soi-disant “Etats-Unis d’Europe” , ça n’existe que dans les belles paroles !

    Les soi-disant “Etats-Unis d’Europe” , c’est du pipeau pour les bisounours !

    Union européenne : accord politique sur le budget pour 2014-2020.

    Les présidents des trois institutions de l’Union européenne (la Commission, le Conseil qui représente les Etats, et le Parlement) ont annoncé jeudi être parvenus à un accord politique sur le budget de 960 milliards d’euros pour la période 2014-2020.

    Répondre
  • Bruno

    27 juin 2013

    Bonjour M. Gave,
    Un bon ami m’a recommandé la lecture de vos livres. J’ai donc acheté “libéral mais non coupable” puis absorbé par celui-ci j’ai aussitôt enchaîné avec “l’Etat est mort vive l’Etat”. Que du bonheur!
    Tout d’abord un très grand bravo pour votre sens de la pédagogie! C’est incroyable comme l’économie paraît claire en vous lisant. Si tous les professeurs d’économie pouvaient être comme vous, peut-être n’en serions nous pas là actuellement, enfermé dans cet aveuglement dogmatique collectif qui tue la France.
    Maintenant en lisant vos articles du blog et vos conseils je n’arrive pas toujours à saisir les timings. Du coup je vous pose la question suivante:
    Que feriez-vous si vous étiez parachuté aujourd’hui jeudi 27 juin 2013 en France (sans pouvoir en partir) avec un peu de liquidités en ‘euros d’avance à placer ou à protéger? Quelles seraient vos arbitrages immédiats?
    En espérant que ma question saura retenir votre attention.
    Et encore bravo pour votre travail d’éveil et d’information.
    Cdt

    Répondre
  • riz

    27 juin 2013

    Bonjour,

    en ce qui concerne le cac 40 , il fait toujours un écart (étendue) de 800 points (mini) depuis 1997 (hormis 2004 l’exception qui confirme la règle et on est pas à un jour près) .Ca a tjs été bien utile , il y a donc 2 cas grosso modo : 3450-3500 à 4250-4300 ou alors on a fait le top 4072-3272 , pour l’instant je ne suis guère inquiet et on reviendra sur 4000 le scénario 1 a ma préférence .C’est 2014 qui sera rock n’roll et très mauvais .

    Répondre
  • Homer

    26 juin 2013

    « Le plafonnement des loyers est une hérésie économique » – Benoist Apparu.

    « Avoir autant d’élus et les payer si cher est une hérésie économique » – Ma grand-mère.

    Répondre
  • Brutus Inanitas Crastinus

    26 juin 2013

    Monsieur Gave,
    Vos articles sont limpides et pédagogiques, merci ! On sent que vous avez été enseignant, à défaut d’être météorologue 🙂 Une remarque toutefois : que peut faire un gestionnaire d’analyses brillantes dès lors que l’essentiel des coups à prévoir sont moins des marchés que dépendants des perfidies perpétrées par ceux qui ont le pouvoir soit politique soit de nuisance par la manipulation ? …

    Répondre
  • BA

    26 juin 2013

    Les enregistrements des deux dirigeants de la banque Anglo Irish Bank sont ici :

    http://www.independent.ie/business/irish/inside-anglo-the-secret-recordings-29366837.html

    Les enregistrements audio de Anglo Irish Bank révèlent pour la première fois comment les dirigeants de la banque ont menti au gouvernement au sujet de la véritable ampleur des pertes de l’établissement.

    Ces incroyables enregistrements montrent le dirigeant John Bowe, qui avait été impliqué dans les négociations avec la Banque centrale irlandaise, riant et plaisantant avec un autre dirigeant, Peter Fitzgerald, et racontant comment Anglo Irish Bank avait trompé l’État pour qu’il lui donne des milliards d’euros.

    M. Fitzgerald n’avait pas été impliqué dans les négociations avec la Banque centrale irlandaise, et il a confirmé qu’il n’était pas au courant de toute cette stratégie, ni de l’intention de tromper les autorités.

    M. Bowe, dans un communiqué hier soir, a catégoriquement nié avoir trompé la Banque centrale.

    Les enregistrements audio proviennent de son propre système téléphonique interne, et ils datent du cœur de la crise financière qui a amené l’Etat irlandais à genoux en Septembre 2008.

    Anglo Irish Bank était à quelques jours de l’effondrement complet – et dans les années suivantes, les contribuables allaient lui donner 30 milliards d’euros. M. Bowe parle de la façon dont il avait demandé à l’Etat 7 milliards d’euros pour renflouer Anglo – mais les négociateurs d’Anglo savait depuis le début que ce n’était pas assez pour sauver la banque.

    Le plan était le suivant : une fois que l’État aurait commencé à donner de l’argent à la banque, il serait incapable de s’arrêter.

    M. Fitzgerald demande à M. Bowe comment ils étaient arrivés à ce chiffre de 7 milliards d’euros. M. Bowe éclate de rire en répondant : “Comme le batteur disait (le batteur est le surnom du PDG David Drumm) : “j’ai sorti ce chiffre de mon cul.”

    Il dit aussi : “S’ils avaient vu l’énormité du sauvetage avant, ils auraient pu décider qu’ils avaient le choix. Tu vois ce que je veux dire ?”

    “Ils auraient pu dire que le coût pour le contribuable était trop élevé … tandis que si la somme ne semblait pas trop grande au début … si elle est assez grosse, mais pas trop grande pour que ça gâche tout, alors je pense que tu as une chance qu’ils acceptent de payer. Donc maintenant je pense que le montant du sauvetage va augmenter. ”

    M. Fitzgerald, le directeur des services bancaires de détail, dit : “Ouais, ils ont mis le doigt dans l’engrenage.”

    Les commentaires de M. Bowe dans l’enregistrement audio révèlent que la stratégie d’Anglo Irish Bank était d’attirer l’Etat, en ne laissant aux contribuables d’autre choix que de continuer à fournir des prêts à la banque et à “soutenir leur argent”.

    L’enregistrement montre également M. Bowe et M. Fitzgerald éclater de rire en déclarant qu’il n’y a aucune chance pour que la banque rembourse les prêts.

    Pour la première fois, les contribuables obtiennent un aperçu exclusif des magouilles bancaires qui ont coûté à l’Irlande notre souveraineté.

    Paul Williams, “Irish Independent”, lundi 24 juin 2013.

    Répondre
  • BA

    26 juin 2013

    Mardi 25 juin 2013 :

    Anglo Irish Bank : les deux dirigeants auraient menti aux autorités irlandaises.

    Les dirigeants de la banque irlandaise Anglo Irish Bank nient avoir trompé les autorités de Dublin pendant la crise financière en 2008, suite à la publication de discussions enregistrées au téléphone.

    Ces discussions révèlent que les dirigeants de l’Anglo Irish Bank – qui n’existe plus sous ce nom aujourd’hui – avaient sciemment sous-estimé les sommes nécessaires au sauvetage de la banque.

    Selon l’Irish Independent qui s’est procuré les enregistrements, les deux dirigeants de la banque parlaient de 7 milliards d’euros pour ne pas risquer un refus de Dublin, alors que l’addition pour les contribuables irlandais allait finalement avoisiner les 30 milliards d’euros.

    http://fr.euronews.com/2013/06/25/anglo-irish-bank-les-deux-dirigeants-auraient-menti-aux-autorites-irlandaises/

    Répondre
  • alexis

    25 juin 2013

    Monsieur Gave,

    Vous écrivez “Quant au dollar la réalité est qu’il y en a MOINS de par le monde qu’il y a cinq ans”. Si je fais une recherche sur internet je trouve une masse monétaire US en augmentation par rapport à 2007. Est ce que les chiffres sont faux ou quelque chose m’échappe? merci par avance pour votre réponse et la qualité de votre blog.

    Alexis.

    Répondre
  • Eric

    25 juin 2013

    “monsieur Bernanke, confronté à une baisse considérable de la masse monétaire du secteur privé s’est mis à imprimer de l’argent comme un fou pour que M ne s’écroule pas , compensant par la hausse de la base monétaire la baisse du Crédit, et il a fort bien fait.”

    Non, il n’a pas bien fait. Je m’étonne qu’un libéral comme M. Gave applaudisse ce genre d’âneries de la Fed et des banques centrales, qui par manque de courage ont tellement retardé la purge nécessaire du secteur financier et de l’économie de bulle qu’on va se la prendre bientôt… mais puissance 10.

    Répondre
  • svl

    25 juin 2013

    Mr Gave bonjour,

    Comme a mon habitude,je viens vous questionner

    D’après les informations que vous donnez le dollars devrait repartir a la hausse ce qui de mon point de vu n’est pas réellement une bonne chose pour les exportations US car au vu de la situation géopolitique actuelle nous reviendrions sur un taux de change du niveau de 2001
    1€=0,90 actuellement 1€= 1,30$

    Ce qui par la même occasion avantagerait les exportations européens!?

    De là nous assistons actuellement a des accords de libre échange en les US et EU ce qui pour ma part n’est qu’en fait le prémisse d’une nouvelle régulation de marché afin d’y trouver une stabilité monétaire sur la dérégulation( baisse de l’Euros pour une montée du Dollars )à venir avec comme vous le citez vous même avec les marchés tombant dans un trou noir en bref une baisse significative du marché action?

    Ainsi donc me viens a l’esprit le fait que la Chine souhaitant vouloir introduire le Renminbi sur Eurasie sans contre partie,les US ne s’en vont ils pas en guerre contre la montée de la Chine en prévision de son implantation monétaire au détriment du Dollars ?

    En bref une histoire de vase communicant avec un tuyaux percé qui pour ma part coulerai a remplir et faire gonfler le marché de l’or et de l’argent pour ainsi redonner a ce colosse au pieds d’argile qui est le dollars avec une dette irremboursable une légitimité plus sereine et instaurer a nouveau une base monétaire mondiale plus stable

    ayant un peu de cash en francs suisse est il legitime de les garder ou voudrait il mieux m’en séparer ?

    merci a vous

    Cordialement

    SVL

    Répondre
  • hergastul

    25 juin 2013

    P.S : à moins que vous ne parliez des ETF type GLD qui ont beaucoup saigné. Mais est-ce sur ce type d’instruments à levier faible qu’on trouve ceux qui ont abusé des taux faibles?

    Répondre
  • hergastul

    25 juin 2013

    Bonjour Mr Gave,

    Je comprends votre théorie, mais je ne comprends pas bien, concernant l’or, quels chiffres viennent étayer votre discours.
    Vous rangez l’or parmi les actifs dont on aurait profité pour renforcer imprudemment ses positions longues du fait des taux d’intérêts très faible, et déduisez donc que le de-leveraging de ces positions va continuer de peser sur le prix de l’or.

    Ma question : de quelles positions longues parlez-vous, et de quels investisseurs?
    Car à priori, en jetant un œil au COT report, on se rend compte que les Commercials sont en passe de passer longs sur l’or, avec une position short parmi la plus faible des 20 dernières années, tandis qu’inversement, les supposés spéculateurs imprudents dont vous parlez ont largué une partie considérable de leurs positions longues, avec un nombre important de hedge étant au contraire imprudemment…short, avec des positions short extrêmement importantes par rapport à l’historique.

    Qui donc reste t-il aujourd’hui sur l’or pour dé-leverager leurs positions longues? Je ne vois au contraire que des positions longues historiquement basses de la part des investisseurs sur ce marché.

    Merci de vos lumières,

    Répondre
  • Gilles

    25 juin 2013

    M. Gave,
    Votre analyse pertinente est centrée sur les US. Mais les marchés étant mondiaux, se peut-il que nous assistions à une réaction en chaîne, dans laquelle les banques Européennes seraient prises au piège et se verraient obligées de vendre leurs actifs entraînant une remontée de l’euro vis à vis du dollar? Un peu à l’image de ce dont vous parliez dans des articles précédents.
    Cdt.

    Répondre
  • BA

    25 juin 2013

    Mardi 25 juin 2013 :

    BOURSE/Shanghai : le SSE chute de 5,08% en séance.

    La Bourse de Shanghai a chuté mardi de 5,08% en séance, à cause d’une défiance des investisseurs liée au manque de liquidités des banques et du refus de la banque centrale chinoise d’intervenir.

    “La situation en terme de liquidité ne s’est pas améliorée”, a déclaré à l’AFP Zhang Yanbing, analyste de la maison de courtage Zheshang Securities.

    “Le marché attend toujours avec anxiété que les autorités améliorent les conditions de liquidité et stabilisent la Bourse”, a-t-il ajouté.

    http://www.romandie.com/news/n/BOURSEShanghai_le_SSE_chute_de_508_en_seance48250620130752.asp

    Cette dernière phrase est hallucinante.

    “Le marché attend toujours avec anxiété que les autorités améliorent les conditions de liquidité et stabilisent la Bourse”

    Quand ça va bien, le marché demande aux autorités de NE surtout PAS intervenir car il ne faut surtout pas fausser le jeu du marché.

    Mais quand ça va mal, le marché demande aux autorités d’intervenir pour stabiliser la Bourse.

    En clair :

    Le marché, c’est un joueur de casino qui demande aux contribuables de l’aider à chaque fois qu’il perd au casino.

    Répondre
  • seb

    25 juin 2013

    M Gave fait du Wishful thinking sur sa position en dollar. Il est aveuglé par sa haine de l’euro et se trompe une fois de plus.Les dollars excessivement créés par la Fed disparaîtront par éclatement de la bulle d’assets et les détenteurs de dollars en paieront évidemment le prix.

    Répondre
    • Charles Gave

      25 juin 2013

      Cher Seb
      L’Euro ne sait pas que je ne l’aime pas
      Je constate simplement qu’il ne marche pas
      Quant au dollar la realite est qu’il y en a MOINS de par le monde qu’il y a cinq ans (voir mon article)
      cg

    • Marius

      25 juin 2013

      Merci Mr Gave je le lirai avec intérêt,
      Cordialement.

  • roger duberger

    24 juin 2013

    Bravo Mr Gave, c’est toujours un plaisir de vous lire. Vous avez déroulé le fil de l’actualité en lui donnant une apparence logique. Maintenant, vive le rodéo et que la fête commence !!

    Répondre
  • Marius

    24 juin 2013

    J’avoue ne pas tout saisir concernant la monnaie, d’ailleurs Milton Friedman était à mon sens bien contradictoire sur ce point précis malgré son génie par ailleurs. A la fois il a toujours dit qu’il voulait abolir la FED, et en même temps était pour que l’Etat imprime du cash pour éviter la Dépression.

    A quoi sert le QE ? Si ce n’est gagner du temps en maintenant la masse monétaire, bloquer le processus de destruction/création ? Une fois qu’on a gagné ce temps le QE s’arrête, que se passe-t-il ? De l’inflation, la destruction ne s’est pas faite où il fallait et on repart sans monnaie assainie.

    Certes sans QE ça aurait pu être violent niveau, grande dépression etc, mais peut-être pas tant que ça et on aurait pu repartir sur des bases saines.

    Quel est votre point de vue sur la faillite des banques ? Vous êtes pour les sauver par les Banques Centrales (renflouement bail-out) ou pour des bail-in (faillites ordonnées, les gros servent a garantir les petits dépôts, et on ferme la banque) ?

    Vous savez que ce système de Banque Centrale et de renflouement créé un système faussé, irresponsable, risqué. Le contribuable sauve les banques, les banques déresponsabilisées ne font pas faillites, prêtent toujours plus, prennent des risques conséquents + la masse monétaire qui grossit avec risque d’inflation.

    Je suis novice, je n’ai pas d’avis tranché sur la monnaie et les banques centrales, je vois des arguments “pro-banques centrales QE” et des arguments “pro-autrichiens monnaies libres et physiques”

    Une Banque Centrale qui intervient comme ça n’est-ce pas une centralisation digne du communisme ? Ne faut-il pas laisser faire le marché, faire des faillites ordonnées de banques, destruction/création dans le privé et le public et repartir avec des monnaies saines ? Quand bien même ça serait douloureux comme une Grande Dépression ?

    Voilà les questions que je me pose.

    Répondre
    • Duff

      24 juin 2013

      Excellente question à laquelle j’ajouterais l’élément suivant : il me paraît hélas illusoire qu’une banque centrale puisse ad vitam eternam rester neutre, indépendante des pouvoirs politiques et des puissants lobbys bancaires. La FED et la BOJ sont nous le démontrent.

    • idlibertes

      24 juin 2013

      La BNS fait un bon boulot et la Fed n’a pas tj été aussi mauvaise…

    • Duff

      24 juin 2013

      Sur bien des points la Suisse nous donne des leçons de démocratie, notamment en matière de démocratie directe qui réfrène les folles ardeurs des politiques et assure un vrai contrôle de la démocratie représentative.

      C’est un bon exemple et il y en a d’autres. J’insiste sur le fait que la Suisse est dotée d’un contrôle démocratique efficient car je me demande si les bonnes décisions de la banque centrale chinoise vantée par M. Gave lors d’un de ces derniers passages dans l’émissions “Les experts” résisterons au coup de tabac que subit manifestement l’économie japonaise.

      Outrepassant totalement mes compétences, je serais heureux d’avoir quelques éclaircissements plus approfondis que les maigres papiers des échos sur la situation actuelle chinoise…

    • Duff

      24 juin 2013

      Sur bien des points la Suisse nous donne des leçons de démocratie, notamment en matière de démocratie directe qui réfrène les folles ardeurs des politiques et assure un vrai contrôle de la démocratie représentative.

      C’est un bon exemple et il y en a d’autres. J’insiste sur le fait que la Suisse est dotée d’un contrôle démocratique efficient car je me demande si les bonnes décisions de la banque centrale chinoise vantée par M. Gave lors d’un de ces derniers passages dans l’émissions « Les experts » résisteront au coup de tabac que subit manifestement l’économie chinoise.

      Outrepassant totalement mes compétences, je serais heureux d’avoir quelques éclaircissements plus approfondis que les maigres papiers des échos sur la situation actuelle chinoise…

      PS : Faute d’orthographe, confusion entre la Chine et le Japon, ne croyez pas que j’imite le président Hollande et encore moins que je lui voue un culte! Je vous serais reconnaissant d’effacer mon post précédent! 🙂

    • idlibertes

      24 juin 2013

      Cher Monsieur,

      M.Friedmann comme vous le savez était un monétariste; à ce titre, il est plutôt normal quand on pense avoir compris quelque part comment fonctionne la chose de vouloir influer de façon positive sur le systéme. D’ou ses conseils vis à vis du QE et de la masse monétaire.
      Que son souci ensuite en tant que Libéral fut de tenir une FED trop politisée loin de la masse monétaire est aussi légitime, car c’est le risque. Eviter que les politiques ne capturent la planche à billet comme ils sont toujours tentés de la faire.

      Si vous pensez qu’ il existe une concurrence entre les pays, concurrence légitime, alors votre monnaie fait partie de votre “attirail concurentiel”si je puis dire.
      Dés lors, vous allez devoir vous entourer de personnes plus ou moins compétentes, plus ou moins formées pour aider vos entreprises, votre commerce car il vous faudra réagir en conséquence par ex, au dumping des pays asiatiques, à l’inflation retenue du japon en son temps etc etc.

      La tentation est evidemment de se dire: nous voulons échapper à la capture par la ploutocracie donc nous confions cela à l’or. Ce faisant, vous vous privez de la possibilté de M.Friedman dans l’influx positif de la gestion d’une monnaie. Mais aprés, parfois, je comprends, il faut aussi savoir recoonnaitre ses propres limites si l’on se pense incapable d’un combat. Tout le monde ne peut pas courir le marathon aprés tout.

      Gérer une monnaie est sans nul doute un combat de tous les instants car c’est à la fois une lutte contre les politiques et un immense effort de recherche intellectuelle. M.friedman le savait, avec certitude.

      Bien à vous,

      Idl

    • caullet

      29 juin 2013

      Comme j’aime voir apparaître dans votre propos la “ploutocratie” qui rejoint vos développements sur le social-clientélisme.
      Si, comme le doyen Vedel le disait en 1947, le libéralisme fait glisser la démocratie vers la ploutocratie, la démocratie n’est-elle pas en danger ?
      Une très récente lecture m’apprend que JP Morgan souhaiterait de bonnes dictatures, la finance ayant horreur de l’incertitude.

    • Charles Gave

      25 juin 2013

      Cher Marius
      J’ai consacre une longue etude a la monnaie que vous trouverez sur ce site
      Vous y trouverz toutes mes reponses a vos questons
      Amicalement
      cg

  • Dioclétien

    24 juin 2013

    Bravo ! Très brillant.
    Sans être aussi à l’aise avec les notions que vous maniez, je ressens parfaitement votre analyse.

    Répondre
  • charlesM

    24 juin 2013

    Cher Monsieur GAVE,

    Vous dites : “Et il va donc falloir dénouer toutes ces spéculations en même temps”. Sachant que les taux courts ne sont pas prets de monter, qu’est ce qui selon vous peut provoquer la ruée simultanée vers la sortie? la hausse du dollar, la hausse des taux longs, le repricing general des actifs?
    et Merci pour cette analyse d’actualité!
    Bien cordialement,

    Répondre
  • El oso

    24 juin 2013

    Superbe, lumineux, brillant…
    Subsidiairement, si j’ai bien tout compris, acheter du dollar au cours actuel ne serait pas une mauvaise idée?

    Répondre
    • El oso

      24 juin 2013

      mais certainement moins productif que d’acheter de bons actifs fortement décotés…
      ok, je garde mes euros en réserve…

    • roger duberger

      24 juin 2013

      Vous avez peut-être intérêt à les convertir en dollar, tant que l’euro est fort. ça risque de ne pas durer…

  • JBD

    24 juin 2013

    Deux questions après lecture :
    Quels sont les bons investissements ?
    A combien est-on très en-dessous des cours actuels ?

    Répondre
    • gilbros

      24 juin 2013

      pour ce qui est de quoi acheter ….
      il faut remercier M.Gave qui nous l’a plusieurs fois indiqué de manière claire (relire “réfléchissons un peu ” et “les actions de l’euroland sont-elles bon marché”)

      par contre, le niveau d’achat est beaucoup moins évident…..
      des niveaux idiots cela peut être bas, très bas ou extrémement bas.
      Un trou noir c’est profond….

      Et là, M.Gave n’étant pas voyant (aux dernières nouvelles…), il ne peux pas nous dire ….

      mais par contre aurait-il un indicateur qui montre à peu près quand le gros du rodéo sera passé ????

      Par le peu d’expérience que j’ai, j’aurais tendance à attendre l’annonce d’une faillite ou de pertes assez conséquentes…..
      ou que la TV parle de la baisse de la bourse au 20h…
      j’aurais rater le plus bas (sauf si mes épuisettes sont activées) mais la remontée sera devant nous….

      Ma démarche vous semble-t-elle correct, M.Gave ???

    • idlibertes

      24 juin 2013

      Cher Monsieur,

      De ce que j’en ai compris, c’est une baisse plus structurelle qui va s’étendre sur autre chose que 4 séances de bourse donc vous allez sur une période de bien 6 mois là pour ce qui est du Rodéo.

    • gilbros

      24 juin 2013

      merci….

      six mois de rodéo, c’est long et pas simple à gérer ….

    • P.M

      24 juin 2013

      Pourquoi 6 mois pourquoi pas 3,9 ou18, madame Irma?

    • idlibertes

      24 juin 2013

      Cher monsieur,

      Tout à fait, du reste vous savez les économistes ont été inventé pour permettre aux astrologues d’avoir l’ait sérieux. C’est ce que CG dit mais aprés tout ce n’est pas comme si il gagnait (bien..) sa vie à le prévoir 🙂

      Bien à vous,

      Idl

    • P.M

      25 juin 2013

      Merci j avais compris qu en économie comme en politique a moins d être un petit amateur il ne faut donner ni de date ni de chiffre exact

  • JR

    24 juin 2013

    Autre question :
    Y aura-t-il des dommages collatéraux sur les dettes souveraines ou plutôt les intérêts de la dette ? Par effet de ricochet, le service de la dette des Etats Européens ne va-t-il pas augmenter et ainsi provoquer, par exemple en France, un scénario “à la grècque” ?

    Répondre
    • Charles Gave

      25 juin 2013

      Mon cher JR
      Je le crains
      Deja les taux longs Italiens et Espagnols remontent assez brutalement
      Quant aux taux Francais ils sont maintenant tres au dessus de la croissance nominale
      La France est donc en train de rentrer dans une trappe a dette
      Tout cela send le renard
      cg

    • vivelafrance

      29 juin 2013

      La cour des comptes met la pression sur le gouvernement depuis déjà un bon moment obligeant ce dernier à prendre conscience des échéances et de cette trappe à dette qui nous pend au nez.

      Cela signifie la fin d’une politique aberrante de protectionnisme, de subvention et de blocage de prix (smic, prix égal à 0 dans plusieurs domaines économiques) depuis bien trop longtemps en FRANCE.
      Le smic et les charges pesé sur les entreprises empeche un entrepreneur de verser un salaire par ex de 1800 euros net car les charges sont EXPONENTIELLES et plutôt que de le payer au smic, ce dernier auj prefere ne pas embaucher. c’est le cas à mon avis de la plupart des petites entreprises qui ne peuvent s’agrandir ou n’ont pas envie de prendre le risque à cause des charges des impots et des blocages de prix.

    • vivelafrance

      29 juin 2013

      J’en profite pour vous passer le bonjour Monsieur gave et vous remercier pour vos articles, toujours aussi interessants efficaces et compréhensibles à la fois.

      Respectueusement.

  • Sirius

    24 juin 2013

    Cher CG,
    Très intéressant une fois de plus, doit-on y voir à court terme un accroissement encore de la security bubble, puis à moyen terme le début de la “grande rotation” vers les actions ?
    Par ailleurs, si les taux long montent et que les taux courts restent faibles (pour permettre aux états de ne pas faire faillite), quel sont les risques d’une courbe des taux pentue ?

    Votre outil à 2 paramètres (pour simplifier) temps / géographie va reprendre du service ?
    Merci bcp

    Répondre
  • P.M

    23 juin 2013

    Monsieur Gave,
    Encore merci de cette brillante démonstration mais a quelle limite une hausse dollar sera t elle dommageable pour les USA,laisseront ils monter celui ci sans contrôle?
    Quand vous parlez de carry trade,les masses les plus considérables sont elles surtout sur les émergents sur l or(papier ou physique),sur les actions?
    Très cordialement

    Répondre
    • idlibertes

      23 juin 2013

      De mémoire, je crois avoir entendu carry trade or (plus que sur les actions) mais on demande

    • Achille Tendon

      28 juin 2013

      Le carry trade le plus massif a (eu) lieu sur les monnaies (forex) qui présentent les plus gros volumes de transactions journalières, de l’ordre de $ 4 à 5’000 milliards/jour !!!

      Histoire, justement de jouer sur les différentiels des taux d’intérêts:
      Un exemple ? Le yen. J’emprunte en yen à 0% et je spiel sur les autres monnaies: juste avec le différentiel j’encaisse déjà une petite portion pour compenser ce que je vais “perdre” sur le forex !

      CQFD

  • Amellal Ibrahim

    23 juin 2013

    Preum’s … :p

    Volcker a laissé monté les taux jusqu’à 20 % ce qui entraîna une mini récession et cassa m’inflation ?

    Bernanke remonta 17 fois les taux d’intérêts, ce qui éclata la bulle …

    Assistons nous à la même chose ?

    Répondre
  • Patrick

    23 juin 2013

    ça donne une bonne explication à la baisse de l’or, mais quand le barman va-t’il pour relever ses taux ? La pression politique et médiatique sera énorme.

    Pour mémoire voici le style de débat en 2007, tout “indépendant” qu’il soit, le banquier centrale n’aime pas passer politiquement dans tous les médias pour le fossoyeur de l’économie.
    http://www.youtube.com/watch?v=I1eSlYtXiro

    il tarde deja fortement dans ses choix.

    Répondre

Me prévenir lorsqu'un nouvel article est publié

Les livres de Charles Gave enfin réédités!