8 July, 2015

Après le « Grexit » qui se prépare, on pourrait passer au « Brexit » et surtout au « Francexit »

Dans le feuilleton grec toutes les prévisions des sondages se sont révélées fausses. Le pays est désormais aux avants postes du déclin occidental. Il porte une dette de 320Md€, soit 180% de son PIB qui a servi a payer des dépenses courantes et non pas des investissements (en dehors des Jeux Olympiques !). Le poids de la fonction publique, un régime de retraite parmi les plus généreux du monde (un tiers du pays part à la retraite à 55 ans, les présentateurs de télévision partent eux à 50 ans, 20 000 morts qui continuent à percevoir leur retraite),  une fraude fiscale endémique (les armateurs ne payent pas un centime d’impôts car c’est inscrit dans la constitution) et une corruption généralisée empêchent, par manque de courage de son personnel politique, ce pays de revenir dans les clous d’une gestion normale. Aujourd’hui, Alexis Tsipras est en défaut vis à vis de ses créanciers extérieurs, mais aussi vis à vis des salariés de la fonction publique et des retraités grecs.  A sa légitimité démocratique acquise après le référendum, les gouvernements des pays de la zone euro opposent le principe de continuité de l’Etat. Il en va de la crédibilité du projet européen.

 

La crise grecque révèle que les institutions européennes ne sont pas bonnes. Elles ont  été incapables de trouver une réponse adaptée aux maux causés par un système qui ne fonctionne plus. Chaque fois que l’on a aidé la Grèce, les mesures ont été inefficaces pour aider ceux qui étaient parmi les plus pauvres.

Si on ne les fait évoluer rapidement ces institutions, la Grande Bretagne quittera l’Europe et il y aura d’autres Grèce (les pays de l’Europe du sud et probablement la France avec un « Francexit »). Le non grec au référendum est l’opportunité de remettre sur les rails une Europe plus resserrée qui la renforcerait.

 

C’est d’autant plus urgent, que l’antigermanisme fait de nouveau entendre sa petite musique. La crise grecque serait uniquement la conséquence  des exigences de rigueur budgétaire imposées par la Chancelière Angela Merkel. Ce qui est totalement inexact quand on regarde les plans d’aide de l’Europe accordés à Athènes depuis 2010. Le problème qu’il faut traiter est que la « ménagère souabe », comme la surnomme les allemands, ne supporte pas que d’autres s’exonèrent des sacrifices qu’elle a consenti pour son pays….

Ce qui est en jeu c’est la possibilité pour les partis extrémistes de gauche et de droite en Europe de faire des fausses promesses dans des programmes populistes tout en rendant l’Europe et l’Euro responsables de leurs propres difficultés.

 

L’Europe ne peut pas fermer la porte à Platon, comme on le disait au moment de l’entrée de la Grèce dans ce qui s’appelait alors  la Communauté Economique Européenne. Il faudrait que le gouvernement grec comprenne vite que la diminution des dépenses publiques, baptisée par le mot impropre d’austérité, va de pair avec les réformes. Ce sont les deux facettes de toute politique de redressement

 

 

François Hollande prépare sa campagne électorale de 2017

 

François Hollande nous a encore expliqué cette semaine que l’économie française était « robuste » alors que la France est le pays qui est confronté à une avalanche de chiffres inquiétants : la dette publique s’envole, les dépenses continuent d’augmenter. Le Pôle Emploi est inefficace selon la Cour des Comptes. Il suit très mal les chômeurs et la fusion ANPE-Assedic n’a pas produit les effets escomptés.

Au lieu d’avoir le courage de prendre les décisions pour redresser son pays, il est entré d’ores et déjà en campagne électorale en faisant du clientélisme. Voilà quatre exemples particulièrement illustratifs de cette stratégie.

 1/ Les fonctionnaires auront droit à des hausses de traitement en 2017 et François Hollande ne touchera pas à l’âge de leur départ à la retraite (60 ans et six mois en moyenne dont 52 ou 57 ans pour la SNCF et la RATP contre 62 ans dans le privé). Ils conserveront également leur mode de calcul évalué sur les six derniers mois de traitement contre les 25 meilleures années dans le privé.

2/Les niches fiscales sont toujours au nombre de 453 représentant 82 Md€ de réductions d’impôts. Pourtant François Hollande  avait promis d’en supprimer pour faire des économies…

3/Les 4000 aiguilleurs du ciel garderont leurs primes. Elles seront exclues de la réforme du régime des primes des fonctionnaires. Partant en retraite à 57 ans ils n’ont pas encore accepté de partir à 59 ans ! L’Etat continue d’accepter que les français soient régulièrement pris en otage par un tout petit nombre de privilégiés. Rappelons que Ronald Reagan, président des Etats Unis en août1981, à la suite d’un conflit  avait eu le courage de renvoyer  11 345 contrôleurs aériens grévistes qui avaient ignoré ses instructions.  Ne faisant plus partie des services fédéraux, ils ont été remplacés par des contrôleurs non grévistes.

4/L’assurance maladie doit réaliser trois milliards d’économies en trois ans. Comme d’habitude l’essentiel de l’effort sera demandé au secteur privé. Le millier de cliniques et d’hôpitaux privés redoutent d’être la variable d’ajustement du secteur public. Marisol Touraine leur ministre leur rappelle qu’in doivent réaliser des « bénéfices raisonnables »  alors qu’ils représentent 25% de l’offre de soins, 34% de l’activité mais seulement 17% des coûts !

 

Au moment où il faudrait expliquer de façon pédagogique la situation de la Grèce pour Montere que les gouvernements extrémistes ne peuvent conduire un pays qu’au désastre, le Président de la République reste dans sa posture de synthèse permanente pour amadouer l’aile gauche du Parti Socialiste….

 

A suivre

 

 

 

 

 

 

 

 

Auteur: Romain Metivet

Romain Metivet est délégué général de l'Institut des Libertés. Économiste et entrepreneur, il est passionné par la géopolitique, l'Histoire et la littérature russe.

19 Commentaires

Your email address will not be published. Required fields are marked *

  • XC

    19 July 2015

    Monsieur,
    Merci pour votre article. Votre article est à rapprocher du remarquable “dossier sur l’euro” que l’Institut Des Libertés a diffusé et qui me semble dorénavant une référence en la matière. Continuons à nous battre pour éclairer les Français sur l’euro.
    Sincères salutations,
    XC

    Répondre
  • Alex

    15 July 2015

    Il est très possible que sans changement de régime, l’euro soit maintenu pour une éternelle agonie.

    Ne croyez pas qu’ils ne pourraient pas réussir à maintenir l’euro partout et même à le répendre encore dans d’autres pays.

    Les gens au pouvoirs sont les mêmes, ils mèneront donc toujours la même politique.

    En l’absence d’une perspective de changement de régime, je crois qu’on peut parier sur le fait que l’euro est éternel, tout comme l’endettement.

    Ils pourraient même temporairement restaurer des monnaies nationales pour nous imposer à nouveau l’euro deux ou trois ans après.

    Et pour y parvenir plus facilement ils pourraient même supprimer l’argent liquide.

    C’est comme en Argentine, même lorsqu’ils en sont réduits à manger des cailloux, ils vont réussir à partager les cailloux qui restent, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de cailloux et qu’ils se mettent à partager les grains de sable.

    L’euro et les dettes sont éternelles.

    Par contre ce faisant nous aurons donc une cyclicité dans l’effacement des comptes bancaires, comme une sorte de prix de marché tous les 8 ans les acteurs anticiperont des faillites bancaires et des effacements de comptes bancaires.

    N’est-ce pas le système dans lequel nous sommes déjà ?

    Les marchés intègrent totalement la cyclicité de la faillite et l’augmentation perpétuelle des impôts.

    Tout cela est déjà intégré dans les prix.

    Et comme l’apauvrissement qui en résulte est très lent année après année, personne ne prendra la décision de changer le régime.

    Répondre
  • Layec

    11 July 2015

    L’interview d’Emmanuel Macron à Madrid rapporté le 11 Juillet 2015 in http://www.huffingtonpost.es/2015/07/11/macron-francia_n_7776504.html?utm_hp_ref=spain va tout à fait dans ce sens …

    Sic ” Le temps est arrivé de débattre de façon ouverte et démocratique si on doit faire un pas de plus vers une union monétaire ou bien démanteler l’Euro de façon organisée
    L’euro est une drogue qui se transforme en poison …
    Pendant 10 ans l’Euro a été une morphine : ceux qui avaient des dettes se sont endettés encore plus, ceux qui avaient un peu de compétitivité ont augmenté les salaires …
    Avec la crise : la morphine est devenue un poison.
    Pour en sortir, normalement, on dévalue … mais avec l’Euro c’est forcément baisse des salaires et austérité … mesures dont on se remet très lentement.

    Face au problème, il y a 3 solutions :
    – 1/ Plus de solidarité et de convergence entre les pays de la zone
    – 2/ Ne rien faire ce qui fera monter le populisme et les extrêmes
    – 3/ Reconnaitre l’erreur et démonter l’Euro de façon ordonnée après un vote

    Je préfère la solution 3/ à la solution 2/ … peut-être que c’est une erreur mais ça sera une erreur décidée par tous après un vote “

    Répondre
  • Robert Marchenoir

    8 July 2015

    [Test technique.]

    Répondre
    • idlibertes

      9 July 2015

      A tous nos commentateurs,

      WordPress a fait une mise à jour qui bloque désormais sur d’autres sites compris, les adresses @spamex.com

      Nous allons tenter de remédier manuellement au cas par cas, n’hésitez pas à nous contacter si vos commentaires n’apparaissent pas et en tout état de cause, notre politique est un commentaire approuvé= tous vos autres passent.

      Si un commentaires n’apparait pas, il s’agit donc d’un bug qui peut être du soit à l’emploi d’un mot comme disons DAESH ou sept 11 ou parce que wordpress a patouillé quelque chose comme pour Robert Marchenoir et d’autres qui nous ont contactés.

      Désolés pour votre agacement que je comprends, c’est irritant.

      Merci en tout les cas de vos réactions.

  • Pseudonyme temporaire

    8 July 2015

    [Ecrit par Robert Marchenoir, dont les commentaires sont maintenant refusés sous son identification habituelle.]

    La réflexion d’Aleksandar est injuste à l’égard de l’Institut des libertés, mais elle a sa pertinence par rapport à l’opinion publique française.

    J’entends partout les Français prendre des poses indignées à l’égard de la Grèce, sur le thème de “ça suffit maintenant”, comme s’ils étaient tous plus sourcilleux les uns que les autres sur le déficit français, la dette française, la pyramide de Ponzi des retraites françaises, etc.

    C’était couru : ce sont toujours les plus riches qui posent leur gros cul sur les plus pauvres, en s’indignant que la banquette ne soit pas assez confortable.

    Pourtant, ceux qui prennent des mines de comptables à manches de lustrine pour faire la leçon aux Grecs sont les mêmes qui s’indignent contre la “logique comptable” lorsqu’il s’agit de mettre de l’ordre dans le foutoir français, ce sont les mêmes qui profitent des petites et grosses tricheries quotidiennes à la Sécurité sociale dont les médias ne parlent jamais, tellement elles sont rentrées dans les moeurs, ce sont les mêmes qui défilaient dans la rue contre l’ignoble Alain Juppé qui voulait réformer (un tout petit peu) les retraites, ce sont les mêmes qui posent en moyenne entre quinze jours et un mois et demi de congés-maladie frauduleux par an, ce sont les mêmes qui ont fait pression sur tous les gouvernements depuis 1974 pour qu’il n’y ait jamais un seul budget en équilibre, ce sont les mêmes qui disent “de toutes façons, la dette, on s’en fout, on ne la paiera jamais” (exactement comme tel ministre de Tsipras quand il croit qu’on ne l’entend pas) etc, etc.

    Comme quoi, le socialisme, c’est bien la lutte de tous contre tous pour profiter de l’argent gratuit des autres, et les Français ne sont pas plus innocents que les Grecs à ce jeu-là.

    Mais bien sûr, chacun va chercher à se refiler le mistigri et à désigner un bouc émissaire, pour qu’on puisse continuer comme avant.

    Tout cela me dégoûte profondément, je vous le dis tout net.

    Répondre
    • idlibertes

      8 July 2015

      Je suis désolé, c’est étrange mais croyez bien que cela n’est pas voulu.

      je vérifie cela tout de suite robert

    • Pseudonyme temporaire

      8 July 2015

      Merci beaucoup.

      Lorsque j’utilise l’adresse mail habituelle que vous connaissez, mes commentaires s’évaporent sans autre forme de procès.

      Un autre blogueur malveillant aurait-il mis mon adresse sur une liste publique de spam, pour me bloquer sournoisement (si cela est techniquement possible ?).

      Si nécessaire, on peut m’envoyer un mail à mon adresse habituelle, comme à la nouvelle adresse temporaire que j’ai utilisée ici.

      Robert Marchenoir

    • idlibertes

      8 July 2015

      Voila, ils partaient en Spam. La logique de wordpress “m’a tuer”; comme on dit et plus j’aime mon chien.

      J’ai redéfini votre mot de passe et relancer votre adresse “normale”

      le mot de passe temporaire est idl, vous le changez, et cela devrait aller.

      Sauf si….

  • Robert Marchenoir

    8 July 2015

    La réflexion d’Aleksandar est injuste à l’égard de l’Institut des libertés, mais elle a sa pertinence par rapport à l’opinion publique française.

    J’entends partout les Français prendre des poses indignées à l’égard de la Grèce, sur le thème de “ça suffit maintenant”, comme s’ils étaient tous plus sourcilleux les uns que les autres sur le déficit français, la dette française, la pyramide de Ponzi des retraites françaises, etc.

    C’était couru : ce sont toujours les plus riches qui posent leur gros cul sur les plus pauvres, en s’indignant que la banquette ne soit pas assez confortable.

    Pourtant, ceux qui prennent des mines de comptables à manches de lustrine pour faire la leçon aux Grecs sont les mêmes qui s’indignent contre la “logique comptable” lorsqu’il s’agit de mettre de l’ordre dans le foutoir français, ce sont les mêmes qui profitent des petites et grosses tricheries quotidiennes à la Sécurité sociale dont les médias ne parlent jamais, tellement elles sont rentrées dans les moeurs, ce sont les mêmes qui défilaient dans la rue contre l’ignoble Alain Juppé qui voulait réformer (un tout petit peu) les retraites, ce sont les mêmes qui posent en moyenne entre quinze jours et un mois et demi de congés-maladie frauduleux par an, ce sont les mêmes qui ont fait pression sur tous les gouvernements depuis 1974 pour qu’il n’y ait jamais un seul budget en équilibre, ce sont les mêmes qui disent “de toutes façons, la dette, on s’en fout, on ne la paiera jamais” (exactement comme tel ministre de Tsipras quand il croit qu’on ne l’entend pas) etc, etc.

    Comme quoi, le socialisme, c’est bien la lutte de tous contre tous pour profiter de l’argent gratuit des autres, et les Français ne sont pas plus innocents que les Grecs à ce jeu-là.

    Mais bien sûr, chacun va chercher à se refiler le mistigri et à désigner un bouc émissaire, pour qu’on puisse continuer comme avant. Et ça ne fait que commencer.

    Tout cela me dégoûte profondément, je vous le dis tout net.

    Répondre
  • aleksandar

    8 July 2015

    Le blablabla habituel anti-grec,
    Pas un mot sur le renflouement des banques européennes qui avait jouées au casino grec,
    Pas un mot sur les dépenses militaires excessives qui ont profités a Allemagne et a la France,
    Pas un mot sur les reformes déjà importantes engagées pas ce gouvernement, notamment en matière fiscale
    Pas un mot sur les scandales de corruption type Siemens,
    Pas un mot sur le fait que ce pays soit disant mal géré est, hors service de la dette, en excédent budgétaire primaire,
    Pas un mot sur l’effroyable catastrophe humanitaire que vit le peuple grec,
    et tout c’est bien sur la faute à ce bolchevik de Tsipras qui a détruit la Grèce en 6 mois.
    Lamentable, on dirait du Quatremer ou du Leparmentier.

    Répondre
    • idlibertes

      8 July 2015

      Non, ce n’est pas exact

      cela a été dit içi

      et içi

      et à peu prêt partout sur ce site maintenant, on ne peut pas aussi dire TOUT Le temps la même chose, rien que pour notre propre santé mentale…;

      on va partir du principe que certaines choses sont acquises comme le fait que les banques de dépôt et les banques casinos soient un scandale (un des premier à le dire fut Charles Gave en 2000)

      Quant aux reformes militaires importantes, on veut bien vos chiffres ainsi que ceux sur les importantes réformes fiscales déjà entreprises par la France….

    • idlibertes

      8 July 2015

      Ps Personne ne pointe du doigt le peuple grec plutôt que l’incroyable irresponsabilité des eurocrates qui ont fait rentré un pays connu pour être en dette tout le 20 ans depuis sa création dans cette ligne maginot qu’était déjà l’euro.

      Donc merci pour votre agressivité gratuite et non documentée mais non merci.

  • Patate

    8 July 2015

    Amusant : “Il porte une dette de 320Md€, soit 180% de son PIB qui a servi a payer des dépenses courantes…” Dépenses courantes ?? quelles sont-elles ? à quoi ont servi les plan d’aide (du moins la majeure partie) ?
    Je pensais qu’une grande partie des “aides” étaient directement revenues dans nos banques.

    “ne supporte pas que d’autres s’exonèrent des sacrifices qu’elle a consenti pour son pays….” –> parceque la population grec n’a pas été sacrifiée ?
    –> La dette de son pays (Allemagne) n’avait-elle pas été annulée ?

    La Grèce n’est-elle pas désormais en excédent primaire ??

    Répondre
  • Artiste

    8 July 2015

    L’euro étant une monnaie politique la solution sera politique (géopolitique).
    Mais à l’instar des Americain il serait bon de demander des comptes à Goldman et lui infliger une amende en conséquence .

    Répondre
    • idlibertes

      8 July 2015

      on peut réver ::((( et à trichet

    • Arsene Holmes

      8 July 2015

      Chiche 🙂

      Mais pour cela il faudrait trouver plusieurs personnes qui aient des c…..pour attaquer GS i.e es USA.

      Bonne chance 🙁

  • Clauz

    8 July 2015

    On lit souvent l’exemple des aigilleurs du ciel américains virés par R Reagan. Mais c’est un autre pays avec un environnement juridique très différent du notre.

    1) Nos aiguilleurs sont des fonctionnaires donc indéboulonnables!
    2) Si l’Etat tient tète face à eux, il faut pouvoir assurer le service à 100%. Au moins les premiers jours ou premières semaines avant que certains abandonnent la grève.
    Mais entre temps où trouver les gens qualifiés au pied levé? Dans l’armée? pas assez de personnes. A l’étranger? peut ètre, mais dans ce cas il faut vraiment anticiper.

    Avec pour finalité un service privé, controlé par l’Etat.

    Répondre
  • stefano

    8 July 2015

    La Grèce doit à la France 60 milliards, alors que l’ARCCO et l’AGIRC sont en faillite.Il est vrai qu’il ne s’agit que des régimes du secteur privé, dont les idéologues au pouvoir se fichent complètement;
    En revanche ils sont prêts à remettre au pot, et indéfiniment, pour les Grecs, sous les injures et le chantage de ceux ci, cela pour éviter un Grexit.
    Pourtant il y a des pays (Grande Bretagne , Danemark) qui font partie de l’UE mais pas de l’euro. Alors ?
    En fait l’euro a échoué, tout le monde maintenant l’ a compris même les esprits obtus ou obscurcis par l’idéologie. Mais les apparatchiks et les ODS
    s’y opposeront jusqu’au dernier euro des contribuables européens.

    Répondre

Me prévenir lorsqu'un nouvel article est publié

Les livres de Charles Gave enfin réédités!