30 September, 2012

Ah, si j’étais Allemand, je serais capitaine d’un bateau vert et blanc?

Si j’étais Allemand, j’analyserais la crise actuelle de la façon suivante:

L’euro était censé transformer les Grecs, les Italiens, les Français, les Espagnols en bons citoyens allemands, solides, car cette monnaie allait forcer les gens moins qualifiés à réformer et à travailler plus et mieux. En tant qu’allemand, je ne croyais alors et toujours, pas un mot de cela, mais j’étais prêt à leur donner une chance. Je pensais aussi de toute façon que je devais continuer à réformer parce que le monde en dehors de l’Europe était devenu tout à fait compétitif (Chine ).En tant qu’Allemand,j’ai donc continué mes réformes au cours des dix années suivantes et  ”eux”ils n’ont pas suivi, bien sûr. Et devinez quoi? En conséquence, ils ont des problèmes, je n’en ai pas mais pourtant, est-ce de ma faute?

Les suspects habituels qui ont refusé de réformer quand cela aurait été facile, devront réformer, sinon … les Allemands ne leur prêteront pas d’argent pour payer leurs fonctionnaires à la fin du mois. Ou du moins c’est ce que leurs «chefs» leur disent. Doux rêve.

Alors, que dois-je faire devant une telle situation (moi Allemand) ?

  • Je n’ai pas eu de succès dans le passé (pas plus que n’importe qui d’autre) sur comment dire aux autres pays en Europe comment ils devraient gérer eux-mêmes.
  • En conséquence, recevoir des ordres de l’Allemagne tend à être très impopulaire dans les autres pays. Pas une bonne idée à mon avis, même si elle est masquée par un simulacre européen. Elle apparaîtra à peu près aussi indépendant de l’Allemagne que Pétain ou Kissling ont pu l’apparaître en leurs temps.
  • La mise en œuvre de ces politiques devraient me pousser à prêter 5% ou plus de mon revenu pour ces gars-là, chaque année au cours d’une phase de transition qui va probablement durer éternellement, avec très peu de chance que mon argent ne soit jamais remboursé. Ceci est équivalent à ce que j’ai payé pour Allemagne de l’Est, mais au moins ces gars-là étaient des Allemands et je les avais laissé tomber par le passé donc je devais me rattraper.
  • Les politiques préconisées pour amener ces pays à l’équilibre par les génies à Bruxelles ou à la BCE conduisent à une «dépression secondaire»

Cependant

  1. Je suis perçu partout en Europe comme l’homme qui a détruit deux fois l’ Europe au siècle dernier. Par conséquent, je ne peux pas être perçu comme l’homme qui tue l’euro et peut-être l’Europe pour la troisième fois, même si l’euro, est une invention stupide des français.

2. De plus, au cours des dix dernières années, j’ai vendu pour € 1 trillion d’avantage à ces gars que je n’ai acheté d’eux (à cause de leurs manques de réformes, je suis donc devenu très concurrentiel). En conséquence, ma banque, ma compagnie d’assurance sont chargés de 1 billion de IOU émis par ces gens en faillite. Donc, je dois veiller à ne pas être trop difficile pour un bon moment.

Alors, quels sont mes choix ou plus exactement que dois-je faire puisque je n’ai pas à choisir entre une bonne et une mauvaise option, mais entre deux mauvaises options?

Mon seul objectif, rappelez-vous, est de pas être perçu comme le gars qui a tué l’Europe une fois de plus.

Je sais très bien que l’euro ne peut pas fonctionner (c’est ce que mon ami qui travaille à la Bundesbank ne cesse de me dire), mais je ne peux pas être perçu comme étant responsable de sa disparition.Mon choix est en fait de prendre une perte € 500 milliards maintenant ou à payer sans aucun espoir 100 milliards par an pour l’éternité.Inutile de dire, je dois en choisir un.Mais, encore une fois, je ne dois pas être perçu comme le méchant une fois de plus …Alors d’abord, je cherche à gagner du temps, ce qui permet à mes entreprises de diversifier leurs exportations loin des terres euros, tandis que mes sociétés financières amortissent autant que possible sur la reconnaissance de dette émis par ces anciens buveurs de vin.

Le prix à payer est d’aller à toutes ces réunions à Bruxelles écouter des plans stupides, les accepter , concoctées par un groupe de gars qui n’ont jamais compris ce qu’est une bonne monnaie est, en principe, pour ensuite refuser quelques jours / semaines plus tard, sur un détail technique mineur, et de le faire encore et encore.

Deuxièmement, je dois attendre que les Français fassent faillite, comme les Grecs ou les Espagnols ont fait. Ils sont les seuls qui se soucient vraiment de l’euro, peut-être avec la Commission à Bruxelles et les gars qui travaillent à la BCE. Après tout, les technocrates français ont inventé cette bêtise d’accroître leur pouvoir et il serait tout à fait normal pour eux de périr à leur propre piège.J’étais un peu inquiet par l’ancien Président français qui a fait une ou deux choses qui étaient tout à fait raisonnable.

L’électorat français a pris bien soin de lui et il a été remplacé par un homme qui mène une politique qui garantit presque que la France va entrer dans une dépression (secondaire), cet être est source constante de très bonnes nouvelles pour mes entreprises, et détruit lui même beaucoup de mes concurrents les plus dangereux. Ces politiciens français sont bizarres …

Compte tenu de la disparition de leur économie au cours des 12 prochains mois, la population française, qui n’est pas connu pour sa capacité à prendre des coups sera dans les rues en un rien de temps, les taux longs vont grimper le déficit primaire exploser vers le haut et le gouvernement français devra rendre des comptes Et les Français seront responsables de la fin de l’Euro, ce qui conduira à une France très affaiblie et l’Allemagne, elle, conservera un système de production très efficace et moderne, ce qui signifie que nous n’allons survivre aucune réévaluation.Je ne peux pas en croire mes yeux. Après tout, Kohl était un génie …. Jusqu’à présent, tout est prévu et je ne vois aucune raison de changer quoi que ce soit.

HUMOUR ET OPINION

Traduction libre Par IDL

POLITIQUE DE REPRISE DES ARTICLES

L’Institut des Libertés soumet la reprise par   ces textes à la demande préalable, à chaque article, à l’adresse suivante

institutdeslibertes@gmail.com

A défaut d’accord express antérieur, la reprise par autrui serait considérée comme abusive.

Auteur: idlibertes

Profession de foi de IdL: *Je suis libéral, c'est à dire partisan de la liberté individuelle comme valeur fondamentale. *Je ne crois pas que libéralisme soit une une théorie économique mais plutôt une théorie de comment appliquer le Droit au capitalisme pour que ce dernier fonctionne à la satisfaction générale. *Le libéralisme est une théorie philosophique appliquée au Droit, et pas à l'Economie qui vient très loin derrière dans les préoccupations de Constant, Tocqueville , Bastiat, Raymond Aron, Jean-François Revel et bien d'autres; *Le but suprême pour les libéraux que nous incarnons étant que le Droit empêche les gros de faire du mal aux petits,les petits de massacrer les gros mais surtout, l'Etat d'enquiquiner tout le monde.

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Me prévenir lorsqu'un nouvel article est publié

Les livres de Charles Gave enfin réédités!