image_pdfimage_print

Adhérer à L’Institut des Libertés, c’est avant tout soutenir l’action de L’Institut des Libertés. En adhérant, vous devenez membre de L’Institut des Libertés. A ce titre, vous avez droit aux avantages suivants :

  • La réception prioritaire, en temps réel, de la production (par email). Une invitation prioritaire à tous les évènements organisés par L’Institut des Libertés.
  • La possibilité de participer à l’élaboration des productions de L’Institut des Libertés. Vous êtes tenus informé(e) des avancées des groupes de travail et invité(e) à réagir. Vous pouvez être sollicité(e) pour participer à un groupe de travail.

S’inscrire en ligne

 

institutdeslibertes-logo

Diffuser cet article sur vos réseaux sociaux
 

3 Comments

  1. jacques MONDON dit :

    Je ne vous connais pas. Mais je vous lis.

    Je suis mosellan, de Metz, ville européenne ouverte aux cultures tant germaniques que françaises . (Pour information, le « platt », dialecte allemand-luxembourgeois du nord mosellan est la langue de Charlemagne, né à Thionville).

    j’apprécie particulièrement la rigueur de votre raisonnement et le souci d’éthique dans l’expression de votre pensée libérale.
    Alors, certes, l’analyse des évènements, si on la pousse un peu trop loin, peut apparaître un peu caricaturale dans ses développements possibles.
    En tout cas elle me convient, bien en phase avec mes réactions spontanées, car elle est passionnée, perspicace (elle anticipe les dérives, va au fond des choses…), et surtout : elle est toujours sous-tendue par une sorte de désir d’élever l’esprit du lecteur.
    On pourrait presque dire : recul devant la polémique du moment, tout en démontrant un esprit pénétrant , presque « coupé au couteau » devant le cynisme des décisions politiques ou la froide réalité économique.
    Tout cela vous honore car tout cela élève la conscience.
    Et votre pensée a au moins le mérite d’apporter une grande clarté dans l’interprétation que vous donnez des faits. (dernier exemple: celui de la crise chypriote).
    Aussi, recevez mes félicitations et tous mes encouragements.

    Également merci à Mme Emmanuelle Gave d’avoir précisé qu’on ne peut pas opposer la loi à la justice au nom d’une morale collective et rappelé que la loi (même estimée imparfaite) , et son observation, reste en définitive le dernier bastion de notre liberté individuelle.

    Bien cordialement à vous.
    Jacques MONDON
    jacques.mondon@wanadoo.fr

    • idlibertes dit :

      Cher Monsieur,

      Merci beaucoup de nous lire et de nous suivre.On avance toujours plus loin à plusieurs que tout seul.

      n’hésitez pas à intervenir, c’est un plaisir.

      Welcome.

      Cdlt

      Idl

  2. Charles Gave dit :

    Voila une tres bonne facon de rester en contact avec ceux qui sont vraiment motives
    Bravo
    cg

Leave a Comment

 




 

 
 
%d blogueurs aiment cette page :