image_pdfimage_print

 La lettre de Maurice Taylor, nous aura rappelé deux choses.

La première qui ne surprend personne (sauf Arnaud Montebourg décidement très rigolo) est que, notre pays marche sur la tête mais tous les lecteurs de ce site en savent déjà suffisamment sur cette constante so let me rest my case.La seconde est beaucoup plus parlante car oui, visiblement et contre toute attente, des Américains réfléchiraient même encore aujourd’hui à la possibilité de même mettre un pied autrement qu’en transit, dans notre beau pays.

Alors pour ces Américains qui souhaiteraient encore venir nous rendre visite, voici quelques conseils que je souhaite partager afin de faciliter les transitions.Tout d’abord, la barrière de la  langue. La langue Française obéit à quelques règles de prononciations que l’on peut décomposer ainsi :

 

I/ Prononciation

Voyelles                              Prononcez en Français

A                                               « ong »

E                                               « ong »

I                                               « ong »

O                                               « ong »

U                                                « ong »

2/ Le français possède trois sortes d’accents :

Le grave , l’aigu et le circonflexe. N’en prononcez aucun.

 

3/ Quelques Phrase courantes

ANGLAIS                                                                                                     FRANCAIS

What kind of a dump is this anyhow ?                                               Quelle espéce de dump is this anyhow ?

 

Do you call that coffee ?                                                                          Vous appelez cela Coffee ?

 

Of all the goddam country  I saw !                                                    De tous les goddam que j’ai vus !

 

Where can I get a  laundry done by six tonight ?                           Ou puis-je acheter des chemises ?   

 

 

Very Well                                                                                                    Très bien 

 

Leave it in my room                                                                                 Très bien

 

Good night                                                                                                  Très bien

 

Then when I land I’ll go straight to Starbucks                               Sogleich wir su Hause sind, geh ich

Get a real coffee and a glass of cold water                                       Zum starbucks und eine tasse kaffee

                                                                                                                      Und ein Eiswasser kaufen.

 

 

4/ L’argent Français

Voilà un sujet de grand tracas pour les touristes Américains. Etant donné les fluctuations de l’euro, il vaudrait mieux apprendre par cœur le tableau suivant afin d’éviter les erreurs :

  Jour de la semaine                             Valeur de l’euro 

Lundi                                                       1, 382 US  $

Mardi                                                      1, 383  US $

Mercredi                                                 1, 381  US $

Jeudi                                                       75 cl de crème de cassis ou 50 cl de Ricard

Vendredi                                                2 mètres cinquante de linoléum ou 3 maroufles

Samedi                                                   Ce que vous voudrez.

 

 

*La façon correcte dont un Américain doit faire ses emplettes est la suivante :

 

1/ S’assurer de la valeur de l’euro le jour dit (voir plus haut)

 

2/ Repérer l’objet dont il désire faire l’acquisition

 

3/ Demander   « Combien » ?                        « How much » ?

 

4/ Dire     « Trop Cher »!                               « What the hell » !

 

5/ Ne pas écouter ce qu’on lui répond.

 

6/ Payer le prix et quitter le magasin en jurant en Anglais qu’on ne l’y reprendra plus.

Un  » De tous les goddams que j’ai vu » est ici, approprié.

 

Il existe aussi d’autres mots qui ne trouvent pas de traduction en anglais et qui méritent donc d’être cités pour la parfaite information de tous; je trouve dans le désordre evidemment:

 

-Egriser  (polir les diamants par frottements );

-La nuque (si, si vérifiez et aprés on s’etonne que les Français soient jugés bons amants);

-Dromer  (avoir le cou raide à force  de piquer à la machine);

-Serin   (canari);

-Pardon.

 

 

Pardon our French, indeed, Mr Taylor.

 

 

***

Emmanuelle Gave

Institut des Libertés

 

***

 

 

NDLR: Très largement inspiré du remarquable Robert Benckley « le supplice du Week-end » chroniqueur de vanity Fair et du New Yorker. 

 

Tags

 

10 Comments

  1. Lolo dit :

    J’avais pu noter autour de moi ( amis ) et jeunes sortis des promos récentes …que l’exode semblait se confirmer :

    http://www.contrepoints.org/2013/07/01/129610-le-new-york-times-conseille-aux-jeunes-de-quitter-la-france

    Il va nous rester nos jeunes de cités, les post 45 ans que les entreprises ne veulent pas ( car trop chers à cause des charges sociales sur salaire ) et nos seniors en retraite

    cordialement

  2. sondizisi.org dit :

    comment va ? Je m’appelle Fantina.
    Je viens de fêter mon trente-troisième anniversaire. j’assume totalement mon age .

    je suis un stage de professeur d’arts plastiques ! On dit souvent que je suis pète sec.

  3. jpr dit :

    Bonjour
    ceci n’a rien à voir avec le sujet, mais je ne sais pas ou poser la question:

    N’ayant pas pu assisté à la conférence de Mr SAINT ETIENNE le 19 février, envisagez vous de la mettre en ligne pour les abonnés ?

  4. BA dit :

    Mardi 26 février 2013 :

    L’Italie provoque la panique dans les Bourses européennes.

    À l’instar des autres marchés européens, la Bourse de Francfort a flanché mardi, perdant plus de 2 % face aux inquiétudes d’un réveil de la crise de la zone euro à cause de l’incertitude politique régnant en Italie à l’issue d’élections serrées. Nettement dans le rouge toute la journée, l’indice vedette Dax s’est encore davantage enfoncé en fin de séance, pour clôturer en baisse de 2,27 % à 7 597,11 points.

    La Bourse de Paris a plongé elle de 2,67 % mardi, dans un marché effrayé par l’impasse politique qui se profile en Italie et ses conséquences économiques potentielles pour l’ensemble de la zone euro. À la clôture, l’indice CAC 40 a perdu près de 100 points (99,41 points) pour s’inscrire à 3 621,92 points, dans un volume d’échanges nourri avec plus de 4 milliards d’euros échangés.

    Du côté de la City, la Bourse de Londres a clôturé mardi sur une forte baisse de 1,34 %, toujours pour les mêmes raisons, l’indice FTSE-100 des principales valeurs a reculé de 84,93 points par rapport à la clôture de lundi, à 6 270,44 points.

    À Madrid, la bourse termine en baisse de 3,2 %.

    C’est en Italie que la baisse est la plus forte : la Bourse de Milan a connu une journée noire mardi, s’effondrant de près de 5 %. L’indice vedette FTSE Mib a clôturé en baisse de 4,89 % à 16 552 points.

    http://www.lepoint.fr/economie/l-italie-provoque-la-panique-dans-les-bourses-europeennes-26-02-2013-1633178_28.php

  5. Eric B. dit :

    Ce texte caricature surtout les américains !

  6. Gerald Muller dit :

    N’avez-vous pas entendu parlé du mot « nape » qui veut dire « nuque » en anglais (Vérifiez dans votre Websters)

    • idlibertes dit :

      Cher Monsieur,

      nape ne s’utilise pas seul mais avec en « nape of the neck ». Il n’existe pas de notion de nuque seule en anglais.
      de plus, un américain vous dira « back of the neck » tout simplement.

  7. roger duberger dit :

    Bien vu, vous êtes too much.

Leave a Comment