https://institutdeslibertes.org/vue-de-new-york-une-fin-dannee-sous-le-signe-de-lincertitude-et-des-anxietes/
Jean-Claude Gruffat

Vue de New York, une fin d’année sous le signe de l’incertitude et des anxiétés

Après plusieurs mois de silence, qui correspondait a un changement professionnel – je viens de quitter une maison de 260000 employés, pour rejoindre une boutique de 10 personnes, dont 7 nationalités- – je ne peux résister a la tentation de partager avec les lecteurs de notre site mes préoccupations avant de partir me ressourcer en Provence.

Première préoccupation, la montée des intolérances.

Dernière manifestation, le massacre de 140 enfants dans une école a Peshawar au Pakistan.

Pour avoir effectue il y a un peu plus d’un an, une visite d’affaires a Karachi et Islamabad, je peux témoigner de l’escalade de la violence et de la terreur dans ce pays ou j’étais aussi confronte a une niveau abject de pauvreté cohabitant avec des comportements inacceptables de beaucoup de nantis.

En 2014, la terreur sous ses formes les plus extrêmes, EI/ISIL/ISIS /DAESH, cumule une expertise des réseaux sociaux et de la propagande avec le radicalisme salai dans la lignée de l’idéologie wahhabite qui gouverne en Arabie Saoudite et dans le Golf.

Les manifestations les plus répugnantes de cette terreur radicale, crucifixion, décapitation, exécutions de masse, contribuent a la notoriété et au recrutement de désaxes marginalises dans nos sociétés occidentales.

La situation au Moyen Orient rapproche les intérêts occidentaux et ceux des Mollah iraniens, soucieux de préserver leurs zones d’influence et points d’ancrage en Syrie, Liban, et bien sur Irak. Ceci contribuera-t-il à un accord sur le nucléaire iranien? On peut en douter dans un avenir immédiat, mais a terme relativement proche, 12 à 18 mois, la République Islamiste d’Iran rejoindra le club des puissances nucléaires non officielles, Israël, Pakistan, Inde, au grand dam des monarchies autocratiques du Golf.

Et les sanctions seront levées.

Aucun progrès sur le front Israël Palestine.

La diplomatie Kerry a fait long feu face a l’urgence d’autres crises, et le magistère d’influence de l’Amérique sous la Présidence Clinton, qui avait permis les accords de Camp David, n’existe plus.

Hors Israël et avant un hypothétique rapprochement US Iran, l’Administration Obama n’a plus d’allies véritables dans cette partie du monde. Piètre résultat d’une diplomatie non engagée, qui a de surcroit joue a contre temps en Egypte avec la parenthèse des Frères Musulmans, préalable au retour des militaires. Que reste-t-il du printemps arabe en dehors de la Tunisie?

Quelled deception majeure!

L’Islam est il compatible avec la démocratie dans le Monde Arabe? L’exemple encore récent de l’élection présidentielle en Indonésie, première population musulmane au monde, démontre que cette cohabitions peut exister hors du Moyen Orient et d’Afrique du Nord…

Autre manifestation de l’intolérance, la crise ukrainienne et l’annexion de la Crimée suivie des troubles séparatistes fomentes par les ingérences russes.

Autre forme de terrorisme ignoble, l’avion civil abattu par les séparatistes.

En cette fin d’année, tous ceux qui pronostiquaient que l’Administration Poutine poursuivrait sa politique de conquête et de déstabilisation sans inconvénient diplomatique ou économique majeurs devraient reconnaitre leurs erreurs.

Poutine a tout a la fois sous-estime la résistance occidentale, et l’impact des sanctions dans les secteurs industriels et de haute technologie, mais aussi la détermination du Chancelier Allemand outrage, qu’il pensait amadouer au nom de leur passé commun en Allemagne de l’Est.

L’OTAN a également fait savoir sans ambages que les accords qui préservent et sauvegardent les pays membres anciennement dans la mouvance soviétique, seraient respectes, rassurant ainsi les Pays Baltes qui comme le Kazakhstan, abritent de fortes minorités russes.

Les sanctions que les milieu d’affaires occidentaux opposaient ont joue leur rôle, l’Europe emmenée par l’Allemagne s’est largement alignée sur les Etats Unis, et la chute du prix du pétrole de 40% en quelques mois a contribue a la croissance négative pour au moins un point de PIB.

Le rouble passe de 30 a 60 contre $ en un espace de temps relativement court, renchérissant ainsi le cout des importations que le régime veut restreindre.

En contrôle du pays, sans échéance électorale présidentielle avant 2018, Poutine est peu enclin a composer mais les difficultés économiques auxquelles est confronte son gouvernement peuvent calmer ses velléités dans certaines autres situations héritées de l’Union Soviétique.

Il aura ainsi récupéré la Crimée mais à un cout économique exorbitant.

Pas de commentaires très étoffes sur la situation européenne, d’autres dans ces colonnes s’en chargent avec grand talent. Les reformes a peine engagées en France sont a l’arrêt, voir les débats surréalistes sur le travail volontaire le dimanche et une renationalisation éventuelle des autoroutes.

Sans surprise Nicolas Sarkozy a été réélu a la tète de l’UMP, première étape de sa course d’obstacles pour reconquérir en 2017 des fonctions dont Francois Hollande l’avait spoliées en 2012. Ensuite y-aura-t-il des primaires de l’opposition dite républicaine et dans l’affirmative seront elles ouvertes au Centre de l’UDI et du MODEM?

S’il n’en était rien, Marine Le Pen pourrait être en tète du premier tour de la présidentielle en 2017 et dans une configuration défavorable pour moi et heureuse pour elle, il n’est pas totalement exclue qu’elle succède a Francois Hollande notamment en cas de fortes abstentions..

Ce qu’a Dieu ne plaise, propos d’agnostique…

Sur le thème des incertitudes, un développement sur la situation institutionnelle et politique aux Etats Unis.

Aux élections en Novembre dites de mi mandat les Républicains, contrairement a ce que la presse ‘Libérale” type New York Times, prévoyait, ont acquis une confortable majorité au Senat – toutefois insuffisante pour éliminer un veto présidentiel – , renforce leur leadership a la Chambre des Représentants, augmente le nombre d’Etats ou ils contrôlent tout la fois l’exécutif – gouverneur – et les assemblées locales. Bref un ras de marée rouge, la couleur républicaine oppose au bleu démocrate, qui s’explique par l’impopularité relative du Président, la croissance économique insuffisamment créatrice d’emplois, une diplomatie incertaine, et la persistance des conflits, Afghanistan, Irak. Et un système de santé sans doute élargi mais sans professionnalisme et avec beaucoup de maladresse dans l’exécution.

Les media pro démocrates annoncent maintenant un blocage quasi continu du système, l’absence de législation bipartisane, un usage plus fréquent du veto, bref une paralysie encore plus grande des institutions fédérales, susceptible de conduire a l’élection de la favorite non encore déclarée, Hillary Clinton, et a un retour du contrôle démocrate sur le Senat en 2016.

Pour ma part, je ne partage pas cette analyse et je pense tout au contraire que des reformes attendues et jugées essentielles peuvent être adoptées et signées par le Président, dans le domaine énergétique – Oléoduc Keystone – du commerce extérieur, trans Pacifique avant trans Atlantique, éventuellement une reforme au moins partielle du Code des Impôts éliminant bon nombre de “niches”, voir mais plus difficilement sur l’immigration et la situation controversée d’onze millions d’illégaux dont l’économie locale ne peut se passer.

Traditionnellement les élections de mi mandat donnent peu après le coup d’envoi de la prochaine présidentielle avec le positionnement des candidats potentiels sur les primaires de chaque grand parti.

A cet égard, mon pronostic qui est aux antipodes de mes chaux valide une élection ou s’affronteraient Je Bush, ancien Gouverneur de La Floride, et jeune frère du Président 43, W, et Hillary Clinton.

J’avais déjà évoque cette possibilité il y a quelques mois sur ce site, je continue a penser que c’est une très mauvaise idée qui sera toutefois soutenue par les principaux donateurs du parti républicain, qui limitent leur choix possible a Chris Christie, gouverneur en titre du New Jersey, controverse, ou a un retour improbable de Mitt Romney.

L’aile Team party , pour faire court , n’aime pas Je Bush, juge trop libéral en matière d’éducation et d’immigration, en dépit de références conservatrices sur les thèmes sociétaux, mariage homosexuel, avortements,.

Sa candidature quasi annoncée il y a quelques jours prend de court d’autres potentiels.

Elimine de fait certains candidats dans sa mouvance tel le Sénateur de la Floride Marco Rubio, Cubain Américain.

Cote démocrate Hillary Clinton n’est pas encore déclarée mais agit comme si, sa décision de ne pas faire acte formel de candidature ne pourrait venir que d’une affaire, ou de son état de santé, ou de celui de son époux, pièce maitresse pour sa campagne.

Pas d’autre candidat démocrate envisageable, si ce n’est une hypothétique tentative du sénateur socialiste du Vermont, ou de la Sénateur du Massachusetts, la très médiatisée anti Wall Street Elizabeth Warren.

Je considère quant a moi qu’après l’expérience de 8 ans de Présidence Obama, élu en cours de son premier mandateur de sénateur, le people américain choisira un gouverneur qui a fait ses preuves dans une gestion complexe au niveau d’un Etat.

Affaire à suivre de près dans les prochains mais je prends date.

Bonnes fêtes et libéralement votre.