https://institutdeslibertes.org/o-temps-suspends-ton-vol/
Charles Gave

Ô temps suspends ton vol

Ma liberté individuelle- et celle de tout un chacun- peut s’exercer dans deux domaines.

 

  • Le premier, c’est bien sûr l’espace géographique.
  • Le second c’est le temps.

Commençons par la géographie.

 

En 1981, lorsque le nouvellement élu Président Mitterrand décida de mettre des ministres communistes au gouvernement alors même qu’il avait une majorité de députés socialistes à l’assemblée, nous prîmes la décision- en famille- d’aller nous installer à Londres, ne pouvant accepter que des gens qui avaient été les complices actifs de génocides ayant fait plus de 100 millions de morts depuis 1917 entrent au gouvernement de notre pays.C’était une décision personnelle et qui n’avait rien à voir avec mon état de fortune à l’époque (des dettes et trois enfants) et tout à voir avec une vue « morale » ou « éthique » de la vie.

Rester en France, c’était, à nos yeux, se rendre complice d’une forfaiture car élever des enfants dans un pays où il y avait des ministres communistes, c’était risquer de les handicaper à vie en faussant leurs esprits et cela était impensable.

En aucun cas, ni à l’époque, ni depuis, je n’ai jugé ou pensé que ceux qui restaient étaient condamnables. Pour un Libéral, il n’existe ni morale ni responsabilité collectives. Il n’existe de morale et de responsabilité qu’individuelle. C’est déjà assez dur de savoir ce que  je dois faire- moi- sans en plus me charger des autres.  Je veux bien leur expliquer, à la rigueur, je ne veux ni ne peux agir à leur place.

Et donc en Septembre 1981, nous étions à Londres.

Dans  un environnement démocratique, ce  déménagement, cet exil-car c’était bien de cela qu’il s’agissait-étaient certes difficiles, mais possible.Bien entendu, ce genre de décisions n’aurait pas pu être prise si j’avais vécu dans un paradis socialiste, du type National (Socialiste) ou Marxiste-léniniste … (Jamais bien compris la différence). Dans ce genre de paradis, il a toujours été d’usage de bâtir des murs, non pas pour empêcher les gens de l’extérieur de rentrer mais bien pour empêcher leurs citoyens de sortir, ce qui n’est pas du tout la même chose, chacun en conviendra.

Ma famille et moi-même avons donc pleinement profité de la possibilité qui  nous était offerte en Europe de l’Ouest de « voter avec nos pieds » comme l’on disait à l’époque et c’est ce que nous fîmes. Grace à la chute du Mur de Berlin, vingt ans après, cette liberté fut étendue à quasiment tout le continent Européen et une grande bouffée d’espoir souffla sur le monde.

A ce point, je me dois d’ajouter que cette libération n’eût rien-mais vraiment rien- à voir avec les gouvernements ou les intellectuels Français de l’époque (à l’exception de JF Revel bien sûr) qui firent tout pour l’empêcher  mais dût à peu prés tout à trois personnalités, Thatcher, Reagan et Jean Paul II qui eux savaient ce que le mot « Liberté » voulait dire.

Le premier endroit où chacun peut exercer sa liberté est donc dans le domaine géographique et je constate avec satisfaction que beaucoup de Français ne se privent pas de l’utiliser.En 2002, quand j’ai quitté Londres pour Hong-Kong, 4000 citoyens Français vivaient là bas. Aujourd’hui, nous en sommes à 20.000, et il y a plus de Français à HK qu’il n’y a d’Anglais (ce qui agace passablement les Anglais et me fait doucement rigoler. J’aime bien quand les Anglais sont agacés…) .

Et la même chose s’est produite partout ailleurs.

Londres est maintenant la troisième ou quatrième ville francophone du monde (après Paris et Montréal), New-York grouille de Gaulois, 4000 ingénieurs Français travaillent dans la silicon-valley. A Miami ou à Singapour, on entend parler le Français partout …

Et pourquoi sont- ils partis ?

Parce que, compte tenu de l’introduction et du développement de l’idéologie communiste en France  en  1981, leurs libertés se sont réduites comme peaux de chagrin  depuis cette date et que, ne pouvant  développer leurs talents LIBREMENT en France, ils vont les exercer ailleurs plutôt que des enterrer. Comme cela s’est passé avec les Protestants sous Louis XIV, avec les aristocrates en 1789, avec les ordres religieux en 1905 ou avec les Français de religion Juive en 1940, les autorités décident qu’il vaut mieux qu’ils s’en aillent puisqu’ils sont différents. Ceux qui sont restés, comme les Vendéens, se sont d’ailleurs tous fait massacrer dans ce qui a été le premier génocide de l’histoire.

Et donc chacun peut voir que le raisonnement que nous avions fait en 1981 selon lequel l’arrivée des communistes au pouvoir allait restreindre de façon inimaginable les libertés concrètes de notre famille dans le futur a été parfaitement justifié par ce qui s’est passé ensuite.

Nous avons eu tort sur certains DETAILS, mais nous avons eu totalement raison sur les PRINCIPES.

Et pourtant, je continue à me faire du souci  pour nos Libertés., car une autre menace est apparue, à laquelle je dois dire que je ne m’attendais pas du tout.En effet, les hommes de Davos qui nous gouvernent sans que nous les ayons élu, ne pouvant plus  attaquer nos Libertés dans le domaine géographique pour imposer leur dictature car ce serait un peu trop visible, ont résolu de les faire disparaitre dans l’autre dimension où elle peut s’exercer, l’ordre temporel.

Je m’explique.

Chacun d’entre nous a une relation  unique  avec le temps qui lui est imparti sur cette terre et dans une société libre, c’est à chacun d’organiser ce temps comme il ou elle l’entend.

Pour un économiste, ce qu’après tout je suis, la relation entre mon temps sur terre et mes choix passe par les taux d’intérêts pour tout ce qui concerne ma vie professionnelle.  Le rôle des taux d’intérêts dans ce domaine est simple : ils sont l’outil qui me permet de comparer de façon rationnelle le présent et le futur. Si les taux d’intérêts sont «élevés», il est rationnel de différer ma consommation et de faire monter mon épargne, s’ils sont « bas » de consommer aujourd’hui plutôt que demain.

Et chacun d’entre nous a en plus une espèce d’échelle de préférence qui lui est propre. Comme nous l’a fort bien expliqué Jean de la Fontaine, certains sont des fourmis, d’autres sont des cigales. Si je suis vieux, que je n’ai plus d’enfants à charge, il est raisonnable de consommer et de ne plus prendre de risques. Si je suis jeune, que j’ai une nombreuse famille et beaucoup d’ambitions, je dois privilégier le futur par rapport au présent.

Que va-t-il se passer si les taux d’intérêts sont à zéro, voir négatifs ?

Une chose toute simple : techniquement cela veut dire que le futur a été « effondré » dans le présent et que je n’ai plus de moyens rationnels pour déployer mes préférences temporelles en fonction de MES choix. Ceux qui ont pris cette décision me FORCENT à être une cigale, moi qui ai toujours été une fourmi besogneuse. Ils ont choisi à ma place comment je vais organiser mon temps, ma dépense et ma capacité d’épargne, ce qui est tout simplement MONSTRUEUX.

Prenons quelques exemples.

Balzac disait que le désir de doter ses enfants ou ses petits enfants était chez un homme au delà d’un certain âge aussi fort que le désir de maternité peut l’être chez une jeune femme. Je ne sais pas grand chose sur le désir de maternité, mais je sais que le souhait de s’occuper de ceux qui me sont chers après ma mort  est chez moi très fort. Je sais aussi que cela a été l’une de mes principales motivations dans ma vie professionnelle,  et qui explique en grande partie pourquoi je continue à me décarcasser.

Imaginons par exemple que je veuille constituer un fonds dédié pour chacun de mes petits enfants dont le but serait qu’ils puissent se payer une éducation de qualité  quand ils en auront besoin. Avec des taux  à zero ou négatifs, il va falloir que je mette en réserve des aujourd’hui la quasi totalité de la somme nécessaire à chaque enfant, ce qui m’est à peu près impossible.

Dans un monde normal, si les taux étaient à  6 % par exemple et si je me dis qu’ils auront besoin de la somme dans vingt ans, il me suffit de mettre 25 % de la somme, et en 20 ans, cette somme quadruplera. Si les taux sont à  3 %, il me faudra mettre 50 %, ce qui sera déjà plus difficile, mais pas impossible. A 0 % , il me faudra mettre 100 % de la somme finale tout de suite, et comme j’ai le bonheur d’avoir 9 petits enfants, chacun peut voir le problème auquel cette tentative se verra confronté..

Rajoutons les impôts et pensons à l’impôt sur la fortune par exemple. Assez rapidement, je vais devoir payer 1. 5 % ou 2 % de la valeur totale de ma fortune chaque année, alors que ma rentabilité sur les placements sûrs est à  zero, voir négative si j’achète des obligations allemandes ou suisses.  Mon capital va donc baisser en valeur nominale mettons de 2 % par an au minimum après impôt, en admettant qu’il n’y ait pas de krach, ce qui veut dire qu’en un peu plus de 30 ans la TOTALITE de mon capital va passer dans les mains de l’Etat.

Il s’agit d’une spoliation pure et simple du droit de propriété au profit de l’Etat, lequel, faut il le rappeler est inscrit dans la Constitution. Ce qui fait qu’ayant été entrepreneur toute ma vie et ayant eu la chance ou le mérite de gagner un peu d’argent, je risque de me retrouver totalement appauvri et contraint à la mendicité si j’ai le malheur de devenir centenaire.

Et donc, empêcher les individus dans une démocratie d’organiser leurs futurs comme ils le souhaitent est totalement attentatoire à  la liberté individuelle.

Qui plus est, cela tue toute l’industrie de l’épargne longue (compagnies d’assurance, banques, fonds de pension etc..), et comme l’épargne est égale à l’investissement  sur le long terme, il est CERTAIN que mon niveau de vie dans le futur va s’effondrer puisque nous aurons bouffé les semences ce qui ne laissera rien pour semer.

Les lecteurs me diront que le socialisme et l’Etatisme sont toujours et partout les ennemis du citoyen libre. Il n’en reste pas moins qu’il s’agit d’une nationalisation rampante de tous les patrimoines. En trente ans,  il n’y aura plus que des exilés ou des serfs, attendant de leurs maitres leur pitance journalière. Car sans droit de propriété, il ne peut y avoir de Démocratie, c’est ce que l’histoire a toujours démontré.

Me forcer à rester dans un endroit où je n’ai plus envie de vivre était déjà une atteinte insupportable à ma liberté.

M’empecher d’organiser mon futur en fonction de mes préférences personnelles est à  mon avis bien pire.

Nous en sommes là.

Et cela se passe dans toutes les démocraties.

Il est temps, grand temps de renvoyer tous ces malfaisants  à une obscurité dont ils n’auraient jamais du sortir.

Les Anglais auront une chance de procéder à cette grande lessive le 23 Juin lors du vote sur le Brexit et la panique chez les hommes de Davos est en train de monter a toute allure tant il semble qu’ils vont prendre la bonne décision. J’ose espérer qu’ils sauront la saisir.

Et s’ils le font, les Néerlandais, les Suédois, les Danois, les Portugais, les Italiens, les Espagnols, les Grecs demanderont eux aussi un référendum.

Et nous nous retrouverons avec monsieur Hollande qui pourra utiliser un nouveau slogan électoral en remplacement de ‘ »Mon ennemi c’est la finance » par « Pour avoir un plat pays, votez Hollande », sur musique de Brel. Je ne suis pas sûr que cela garantira sa réélection.