20 juin, 2022

Nous sommes dans des marchés baissiers (Bear market).

Pour les non spécialistes, un Bear Market se produit quand les actifs financiers se mettent à baisser structurellement au lieu de monter comme ils devraient le faire. En termes clairs, l’investisseur perd de l’argent, ce qui a tendance à mettre les gens de mauvaise humeur, tant très peu d’investisseurs ont le sens de l’humour quand il s’agit de leur pognon.

Le lecteur ne peut même pas imaginer le nombre de comités d’investissements auxquels j’ai participé où le débat, jamais tranché, portait sur une simple question : sommes-nous toujours dans un marché haussier, ou bien avons-nous commencé une baisse structurelle ? Comme les marchés ont l’habitude de monter ou de baisser d’un jour à l’autre sans que l’on comprenne très bien pourquoi, il a donc été décidé de dire qu’un vrai marché baissier implique une baisse de 20 % sur un plus haut atteint précédemment, sans que quiconque sache tres bien pourquoi.

Appliquons cette règle et prenons par exemple l’indice mondial MSCI (Morgan-Stanley Capital International World) qui est censé représenter l’évolution des bourses du monde entier, base 100 au premier janvier 1970.

Voici le graphique de cet indice depuis le début du siécle.

 

 

Cet indice (un peu le CAC 40 mondial), est passé d’un peu moins de 1400 au 1 Janvier 2000, à 3240 au plus haut au début de 2022 pour retomber à 2486 vendredi dernier soit une baisse supérieure à 20 %.

Nous entamons donc le quatrième marché baissier de ce nouveau siècle, le premier voyant les cours de cet indice baisser de 50 % de janvier 2000 à mars 2003, le deuxième enregistrant une baisse de 60% de la fin 2007 à mars 2008, le troisième celui lié au Covid ne durant que trois mois mais enregistrant une perte de 33 %, et pour le quatrième, qui vient de commencer, nous en sommes déjà à -22.6 % de pertes.

Je peux donc dire sans craindre de me tromper que nous sommes à nouveau dans une période où il y a plus d’idiots que d’argent et que nous sommes sortis de la période où il y avait plus d’argent que d’idiots qui avait commencé en mars 2020.

Cette constatation amène immédiatement à deux questions subsidiaires.

  1. Comment ai-je préparé les lecteurs de l’IDL à l’arrivée d’un ours sur leur terrain de jeu préféré ?
  2. Combien de temps cette plaisanterie va-t-elle durer, et quand va-t-il falloir retourner à 100 % en actions ?

Traitons d’abord la première question, ce qui, après tout, est logique.

 

Explication du graphique.

La ligne bleue, c’est l’indice MSCI pour le marché français, dividendes réinvestis et en Euro.

Je prends l’indice français parce qu’après tout, la plupart des lecteurs doivent travailler surtout sur la bourse de Paris. Et je convertis tout en euro, parce que peu de lecteurs doivent payer leurs factures en dollar. Comme le lecteur peut le constater, en Euro, nous n’avons pas atteint les -20 %, ce qui veut dire qu’une bonne partie de la baisse des indices mondiaux hors USA vient de la hausse du dollar, due à une crise de liquidité internationale et c’est cette crise qui est à l’origine de la baisse actuelle sur les marchés.

La ligne rouge représente la valorisation du portefeuille que j’ai recommandé depuis plus d’un et qui a les caractéristiques suivantes :

  1. 50 % du portefeuille est constitué de valeurs anti fragiles (1/3 or métal, 2/3 obligations du gouvernement Chinois) , dont les cours sont censés monter si les actions se cassent la figure , et c’est ce qui s’est passé.
  2. L’autre moitié du portefeuille est constituée de 10 valeurs cotées à Paris et qui ont toutes une caractéristique commune, NE RIEN AVOIR AVEC L’ETAT FRANÇAIS. Les voici : Total, Air Liquide, Schneider, Pernod Ricard, LVMH, L’Oréal, Danone, Sodexo, Capgemini, Accor. Historiquement ces 10 valeurs ont, en groupe, fait mieux que les indices de la bourse de Paris, que le marché français baisse ou monte.
  3. Tous les jours, toutes les semaines, tous les mois, tous les trimestres, au choix, je ramène manu militari toutes ces positions à leur pourcentage initial dans le portefeuille en vendant ce qui a monté et en achetant ce qui a baissé, ce qui revient à dire que chaque société doit revenir s à 5 % du portefeuille, l’or à 16.66 % et les obligations chinoises à 33.33 % du portefeuille. Sur le graphique, j’ai procédé à ces rebalancements toutes les semaines.

Et ce portefeuille, pour des raisons que j’ai longuement expliquées dans des articles précédents (à consulter sur le site), est beaucoup moins volatil qu’un simple indice des actions et résiste beaucoup mieux en cas de baisse, ce qui semble bien être le cas si j’en juge par la performance du portefeuille IDL dans les deux dernières baisses significatives (2020 et celle en cours).

Mais bien entendu, il n’y a pas de miracle : si je rentre dans une hausse structurelle du marché des actions, cette protection va me couter cher et je vais sous-performer massivement si les marchés se mettent à monter.

Certes, et c’est une grande satisfaction, j’ai eu raison de recommander au lecteur de mettre en place ce genre de protection il y a plus d’un an, mais, un jour, il me faudra la liquider et retourner à un portefeuille non couvert contre les risques de baisse…

Ce qui m’amène à la deuxième question : combien de temps cela va-t-il durer, et ici la réponse est simple : je n’en ai pas la moindre idée.

En revanche, je sais ce que je verrai à ce moment-là : un marché des actions qui sera tres bon marché par rapport au coût de l’énergie.

C’est ce que montre le dernier graphique.

Le lecteur m’a souvent vu écrire que l’économie, c’est de l’énergie transformée.

Si cela est vrai, alors quand l’énergie est tres bon marché par rapport aux capacités de production , il faudrait s’attendre à ce que le potentiel de production de biens et services soit très cher par rapport au cours de l’énergie.

Et donc, comme une énergie bon marché cela ne dure jamais, il faut vendre les actions et acheter l’énergie quand les marchés pensent que l’énergie va rester toujours très bon marché, c’est ce que nous avons connu en 2000 et en 2021.

En revanche , si l’énergie est tres chère , le potentiel de transformation d’énergie en produits (les sociétés cotées) doit être donné dans la rue, et il faut vendre l’énergie pour acheter le potentiel de transformation d’énergie en produits, c’est-à-dire les actions.

Acheter au son des canons, vendre au son des violons, encore une fois

Question : Où en sommes-nous aujourd’hui ?

En plein sur la moyenne historique !

 Il est urgent de ne rien faire !

La prochaine grande occasion d’achat se produira quand le ratio passera en dessous de 42.2, ce qui pourrait arriver tres vite, si par exemple, le baril montait de 50% pendant que les actions baissaient de 50 %.

A ce moment-là, je recommanderai sans doute de vendre les protections (or et obligations chinoises) pour passer à 100 % en actions, et je n’ai pas le moindre doute que peu de gens suivront mon conseil, tant la panique financière et économique sera gigantesque.

Acheter au plus haut est facile, acheter au plus bas requiert des nerfs d’acier.

Mais au moins, le portefeuille actuel aura protégé le lecteur contre la débâcle financière qui s’annonce et qui me parait bien partie.

Être prudent quand il le faut et héroïque quand on le doit n’est pas donné à tout le monde.

Et les gens prudents transfèrent leurs gènes, ou leur épargne, plus souvent que les gens héroïques.

 

 

Auteur: Charles Gave

Economiste et financier, Charles Gave s’est fait connaitre du grand public en publiant un essai pamphlétaire en 2001 “ Des Lions menés par des ânes “(Éditions Robert Laffont) où il dénonçait l’Euro et ses fonctionnements monétaires. Son dernier ouvrage “Sire, surtout ne faites rien” aux Editions Jean-Cyrille Godefroy (2016) rassemble les meilleurs chroniques de l'IDL écrites ces dernières années. Il est fondateur et président de Gavekal Research (www.gavekal.com).

49 Commentaires

Répondre à Julian

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Donfra

    4 juillet 2022

    Bonjour,
    Merci pour cette analyse toujours excellente.
    Une phrase m’interroge:
    « Le lecteur m’a souvent vu écrire que l’économie, c’est de l’énergie transformée. »

    Ne faudrait-il pas prendre en compte l’intelligence en plus de l’énergie ?
    Mais il est vrai que l’intelligence frôle souvent le zéro, sauf sur ce site 🙂

    Répondre
  • Magali

    29 juin 2022

    Franchement ,un grand Merci surtout à Charle qui me fait rire avec son franc parler. Je ne comprends rien à la finance. Comment acheté t’ont des francs Suisses ou autre monnaie hors Euro ? Je vie en France dans cette espèce d’union européenne (sans majuscule) .Merci

    Répondre
  • Laurent

    24 juin 2022

    Mon message censuré apparaîtra dans toutes les vidéos Youtube récente où apparaît Mr Gave.

    Répondre
    • nikopool

      24 juin 2022

      le site bug parfois

  • Julian

    23 juin 2022

    Bonjour à toutes et à tous.

    Tout d’abord, merci à l’institut des libertés pour le travail pédagogique.

    Je me pose une question. Tous ces conseils s’adresse à un public averti. ayant des connaissance en finance et un certain capital à investir.

    Mais que conseilleriez vous aux gens qui possède une épargne classique (50 à 60 000 euros) et qui souhaite se protéger?

    Merci d’avance à toute personne qui prendra le temps de me répondre

    Répondre
    • Laurent

      24 juin 2022

      Pour une épargne de précaution (dont vous pouvez avoir besoin rapidement), restez en cash, diversifiez vos devises si vous le pouvez (USD, franc suisse). Pour une épargne longue (+ de 10 ans), vous pouvez investir dans des ETF actions (exemple : Ishares Core S&P500, SPDR MSCI Europe, Vanguard FTSE EM, Lyxor Core MSCI Japan en les pondérant comme il vous convient ou selon les pondérations de marché) en choisissant la variante accumulation pour les dividendes, ce qui devrait diminuer vos impôts. Dans 10 ans vous devriez récupérer votre capital augmenté de l’inflation et de la croissance si il y a croissance durant cette période. Ne les regardez pas trop car ça va être les montagnes russes avec des années à -30% et des années à +30% ! Pour une épargne à horizon intermédiaire (5 ans), je ne sais quoi vous suggérer, je resterais probablement en livrets et placements obligataires courts comme un ETF bonds du Trésor US à moins de 3 ans.

    • Robert

      24 juin 2022

      D’ abord faire le plein de tous les livrets défiscalisés, ensuite une épargne de précaution en cash (CHF, USD), voire un peu d’ or (physique !).
      En ce qui concerne les ETF on part déjà vers des placements plus « techniques », et comme le suggère pudiquement Laurent il ne faut pas avoir « de nerfs »… ni besoin des fonds à court terme.

  • Linda

    23 juin 2022

    Merci de nous éclairé. Nous avons très peu d’informations ici au Canada.

    Répondre
  • Freeman

    23 juin 2022

    Cher Monsieur Gave, vous avez quitté la France en 81 parce que vous ne vouliez pas vivre dans un pays où il y avait des ministres communistes.

    Je partage vos sentiments mais aujourd’hui, vous choisissez d’investir dans les obligations d’un pays communiste qui, par définition, méprise et dénie le droit de propriété, qui, de plus, n’a rien lâché de sa tradition totalitariste, que l’infâme Trudeau considère comme un modèle en ayant déclaré « c’est formidable de pouvoir faire ce que l’on veut avec son peuple ». Alors, ne voyez-vous pas une certaine contradiction dans cette prise de position ?

    Pour ma part, ayant une vague image de ce qu’il est advenu des emprunts russes, considérant que la situation actuelle fait grimper sur un graphique virtuel le taux d’incertitude réelle sous-tendu par la situation géo-économico-monétaro-politique à un sommet, j’avoue ne pas éprouver une confiance immodérée pour la Chine d’aujourd’hui.

    On a vu récemment comment ce gouvernement est prêt à sacrifier sa population en imposant des confinements politiques cruels à seule fin d’envoyer à l’Occident un message subtilement voilé tel que les Chinois savent le faire pour bien lui faire sentir qu’il s’est stupidement mis en dépendance vis à vis d’elle, et qu’il ferait bien de tenir compte de la position chinoise vis à vis du conflit Russe.

    Je sais que ma méfiance est toute « primaire et viscérale », comme dirait Marchais mais j’aimerais bien savoir quels sont les fondamentaux qui vous permettent de tenir votre position.

    Répondre
  • Nanker

    23 juin 2022

    « il prévient ses troupes de devoir se préparer à vaincre la Russie dans une troisième guerre mondiale !
    Rien que cela ! »
    Rêve masturbatoire nocturne et allez voir les commentaires des lecteurs dans l’article du « Daily Mail » qui reprend ses propos. On conseille (peu poliment) à ce haut-gradé d’aller se faire voir chez les Grecs. L’Anglais moyen est plus préoccupé par le coût de la vie ou l’invasion migratoire que par le sort de M. Zelenski.

    https://www.dailymail.co.uk/news/article-10930527/Prepare-fight-beat-Russia-World-War-Britains-general-warns.html

    Répondre
    • Frank Deljeune

      24 juin 2022

      C’est son boulot, non ? En tout cas pour le moment, en Ukraine, ce n’est pas une armée « de métier qui combat les soldats russes, mais un enroulement OBLIGATOIRE..Si la Russie devait envahir tout le continent européen, l’armée « de métier » ne suffirait pas. Comme pour les 2 guerres mondiales précédentes tous les hommes valides seraient engagés dans le conflit. Et la population civile serait en première ligne avec des bombardements massifs.

    • Frank Deljeune

      24 juin 2022

      Évidemment rien de tel que ce genre de déclaration pour paniquer le popu et faire du lectorat pour le Daily Mail. Mais c’est idiot de donner à croire que cette fameuse 3eme guerre mondiale n’impliquerait que des armées de métier, à la différence des deux précédentes.

  • Robert

    22 juin 2022

    Les récentes déclarations du nouveau chef des armées du Royaume Uni ne risquent pas d’encourager les marchés : il prévient ses troupes de devoir se préparer à vaincre la Russie dans une troisième guerre mondiale !
    Rien que cela !

    Répondre
  • Carol Nadon

    22 juin 2022

    Monsieur Gave, vous avez le bonjour de Montréal.

    En Juillet 1982, le Shiller price/earning était à 6.64 et l’indice Buffet i.e. le Willshire 5000/ GDP américain était dans un rapport de 34.6 %. Le 10 Juin 2022, le Shiller PE était à 38.58 et l’indice Buffet était à 170 %. Comme valeur refuge, que pensez vous du Franc Suisse ?

    Répondre
  • guillaume.pierrot

    21 juin 2022

    Bonjour Monsieur GAVE et les internautes de l’insititut, merci encore pour vos écrits. J’ai mis la main sur les chiffres de l’INSEE des actifs de l’état français (-1900milliards, bon… on était au courant). Par contre l’actif net des APU (c’est à dire châteaux , joconde etc….) passera en négatif cette année. Connaissez-vous les conséquences d’un actif net en négatif?, il me semble que normalement une entreprise est en faillite mais un état?…Merci.

    Répondre
  • Vladou06

    21 juin 2022

    Bonjour et merci pour cet article très instructif.

    J’ai réussi, à l’aide de données issues de différents sites boursiers, à reconstruire des graphiques ressemblant à ceux que vous nous présentez.
    Cependant, bien que mes courbes soient similaires, je n’arrive pas à retrouver les valeurs présentées dans le ratio Action Monde (MSCI World) et prix d’un baril (Brent).
    Exemple : ratio à date de l’article 2486/113 = 22 alors que votre graphique présente un ratio de 102.
    Souhaitant de tout cœur apprendre à manipuler les données financières, je serais reconnaissant à toute personne m’aidant à comprendre comment est obtenu le résultat de l’article !

    Merci encore pour l’apport éducatif de cet article et au plaisir de vous lire !

    Répondre
  • Frank Deljeune

    21 juin 2022

    Prix de l’énergie ? Nous sommes en train d’assister à une redistribution des cartes. Apparemment, les hydrocarbures russes vont aller, non plus vers l’Europe, mais vers la Chine qui va continuer de produire à tour de bras pour les USA et l’Europe. Est-ce soutenable ? Non. D’une part la Chine va manquer de machines de transformation ; d’autre part, les acheminements d’hydrocarbures russes deviennent plus compliqués. Il est probable, lorsque l’accalmie viendra en Ukraine, que les relations économiques avec l’Europe reviendront à l’antérieur, et donc, nous serons de nouveau dans une phase haussière pour les actions. Dans combien de temps ? 6 mois. Sachant qu’une guerre larvée risque de perdurer en Ukraine, comme de 2014 à 2020.

    Répondre
    • nikoopol

      21 juin 2022

      Nous en reparlerons si la Chine attaque Taiwan cet automne.

    • Alfredo G

      22 juin 2022

      les relations economiques russes/europe ne reviendront pas à l’état antérieur. Les russes n’en ont plus envie, ils ne fermeront pas complètement la porte mais il faudra rendre les avoirs gelés !!, payer en rouble et non plus en euro ,de plus à des tarifs plus élévés que les contrats actuels à long terme

    • Frank Deljeune

      25 juin 2022

      @alfredo g. Bien sûr que les russes enont envie, comme ils ont envie de coca cola, de Mac Do, de rock, de partouzes. C’est la puissance du marketing. Mais c’est leurs dirigeants qui sont encore ancrés dans le soviétisée et le néo tsarisme (avec le retour des religieux d’un autre âge) qui n’en veulent point, pour l’instant. Mais ils finiront par s’y mettre aussi au rock métal en porte-jaja, comme les hongrois, d’ailleurs.

  • BKK

    20 juin 2022

    A propos du  » bear market  » ambiant . Les augmentations de taux de 0,75 % ou 0,5 % sont bidons,
    Nous sommes officiellement dans un marché baissier, mais les marchés sont encore massivement surévalués. Les lois de la réversion moyenne sont immuables .
    La réalité est que les lois de la réversion moyenne ont commencé leur offensive tant attendue! Leurs objectifs stratégiques sont simples : ramener les actions à des niveaux sains en ligne avec les valorisations moyennes du marché à long terme, et rétablir les rendements obligataires au niveau optimal pour actualiser l’allocation la plus efficace du capital dans l’ensemble de l’économie. C’est ainsi que l’économie devrait fonctionner – mais ce n’est plus le cas depuis 2009.
    La réversion moyenne reprend du sens. Depuis 13 ans, l’expérimentation monétaire nous conduit à ce moment correctif. Cela a créé un déséquilibre massif des marchés En faussant tous les prix des actifs financiers par des taux d’intérêt ultra bas, un déséquilibre a été créé. Cela va maintenant être rectifié. Ca va faire mal mais patience attendons un signal comme un Brent touchant les 200$

    Répondre
    • nikoopol

      20 juin 2022

      un signal comme un réinvestissement des majors dans l’exploration subsea serait peut étre plus pertinent qu’un prix dans une monnaie de singe?

  • Benjamin

    20 juin 2022

    Merci Charles pour ce partage de vos belles connaissances,

    Si je suis bien et ayant suivi vos conseils (je suis 100% Total depuis le bas du covid), l’énergie devrait continuer à monter pendant la baisse des indices. Au moment opportun, il faudrait vendre Total pour racheter les valeurs au sol à potentiel de transformation d’énergie en produits ?

    Amis lecteurs, n’hésitez pas à confirmer aussi si vous avez bien compris comme moi ou pas, merci pour l’entraide 🙂

    Répondre
    • nikoopol

      20 juin 2022

      si j’avais de l’argent à gaspiller/mettre dans la bourse, je diversifierais , par exemple BP (britannique à priori 😉 voir pétrobras en supplément de TOTAL

  • Pascal

    20 juin 2022

    Un grand merci pour votre éclairage sur ces marchés difficiles. Juste une petite réserve sur l’or qui reste mystérieusement léthargique malgré le contexte : manipulations de marchés? A suivre 🤔

    Répondre
    • Nox

      22 juin 2022

      Les banques centrales annoncent toutes des hausses de taux. Donc pour un certain temps les obligations vont rapporter plus que l’or.
      Toutefois si ce phénomène était le seul en lice, le cours de l’or s’effondrerait, ce qui n’est pas le cas. Il y a aussi beaucoup d’investisseurs qui restent sur l’or, le considérant comme une assurance.
      Le cours de l’or fluctue en fonction de ces deux paramètres…

  • Boucly

    20 juin 2022

    Bonjour,

    Le graphique montrant le ratio entre l’indice mondial des actions et le prix du baril est-il reproduisible sur votre outil graphique ? Si oui, quels sont les paramètres à rentrer ?

    Merci pour votre travail.

    Répondre
  • Bed

    20 juin 2022

    Article très intéressant. Une question : pour que le prix du baril monte de 50% comme mentionné dans l’article ne faut-il pas que l’économie tourne à plein régime ? Dans ce cas, quelle peut être l’hypothèse pour qu’en même temps les actions fassent -50% ? La stagflation ?

    Répondre
    • BKK

      20 juin 2022

      Oui c’est cela stagflation, taux d’intérêts hauts, inflation haute , chômage haut .

    • Philippe

      20 juin 2022

      Non c’est la guerre qui fait grimper l’energie et chuter les indices actions
      En 2019 le baril de Brent etait a 60$
      Voilà une guerre en Ukraine = Baril a 120 = + 100 %
      Prochaine guerre au(?) proche-orient = + 100% ?? = 240 ??
      Guerre suivante Chine Taiwan : + ??
      Ceci dit cette guerre en Ukraine sert de manière parfaite les USA et frappent de maniére brutale l’ Europe …Bizarre , vous avez dit bizarre ?
      Autre avantage : elle obligera les etats européens – qui attendent ce moment historique – a déclarer moratoire ( ou défaut de paiement ) sur leurs dettes internes ( sociales-retraites ) .

    • nikoopol

      20 juin 2022

      cette situation ne serait elle pas « possible » si les banques centrales (FED+BCE) se rendent compte que l’inflation faciale n’est pas endiguée par l’augmentation des taux. Cet outils s’est d’ailleurs construit quand la production manufacturière se fessait dans la même zone monétaire & les matiéres premiéres s’y déversaient à bas cout.

      Mais plutot d’accord avec Philippe le prix du brent est plus de l’ordre du contexte géopolitique.

      Le « deal » ukrénien serait plutot un maintien du pouvoir d’achat US (grace a d’évaluation de l’Euro) par la dette & une invitation envers l’Europe à se ré-industrialiser… grace au Brent à plus de 150 (pondéré par la sur-évaluation du Dollar donc brent à 200 pendant plus d’un an) .

    • Du goudron et des plumes

      20 juin 2022

      Il parle en terme réel donc en or

  • Rijo

    20 juin 2022

    Billet du lundi toujours aussi intéressant. Pour plus de clarté merci de bien vouloir repositionner certains des graphiques et supprimer les doublons.

    Répondre
  • jean

    20 juin 2022

    Bonjour

    Ou peut on trouver le chart ratio marche action monde vs prix du Brent

    Merci

    Répondre

Me prévenir lorsqu'un nouvel article est publié

Les livres de Charles Gave enfin réédités!