8 June, 2021

Les idées de Thomas Piketty : Tout ce qu’il faut faire pour ne pas améliorer le sort des plus pauvres

 

 

Thomas Piketty, est l’économiste qui a séduit les gauches françaises et américaines. Pourtant son livre de plus de 900 pages « Le capital au XXIème siècle » est accompagné de propos, de graphiques et de statistiques qui sont souvent truffés d’erreurs.  Vendu à 450 000 exemplaires aux Etats Unis et 150 000 en France, le livre remet sur le tapis, au nom de l’égalitarisme, un marxisme à la manière du XXIe siècle, condamnant les “riches” et tous ceux qui ont réussi, condamnation que Marx lui-même n’aurait peut-être pas approuvée… Plus grave encore, afin de justifier ses théories, Piketty s’appuie sur des statistiques et des chiffres truqués, voire complètement inventés. A cet égard, le silence d’une grande partie des médias français est inexcusable. Ils se sont gargarisés du succès d’un imposteur.  Cette haine farouche de la réussite sociale témoigne d’une forme revisitée du marxisme. Il faut que les fruits de l’économie récoltés par les individus soient accaparés par un Etat chargé d’en disposer selon son bon vouloir.

Le grand économiste péruvien Hernando de Soto a d’ailleurs taillé en pièces le best seller de Piketty dans son livre “Mystères du capital”. La thèse de Piketty repose selon lui sur des présupposés idéologiques et non des constats de terrain qui montrent que les gens ne fuient pas le capital, mais que au contraire ils le recherchent.

 

Thomas Piketty trouve terrifiant que le taux de rentabilité du capital soit supérieur au taux de croissance de l’économie.  En écrivant cela au début de son livre, il montre qu’il confond la vitesse avec l’accélération , les stocks avec les flux …Ecrire long ne suffit pas pour penser juste et surtout ne dispense pas de regarder la réalité. La hausse des inégalités est concentrée en Chine, en Inde, aux Etats-Unis et en Russie alors que celles-ci sont particulièrement stables en Europe.  Il semble également oublier qu’entre 1990 et 2010, environ 700M de personnes ont quitté la grande pauvreté grâce à l’économie de marché ….

 

Le journal Le Monde, lui donne régulièrement la parole. Ce qui est normal puisque comme le fait remarquer Franz Olivier Giesbert dans « Le parti d’en rire » le grand quotidien du soir  écarte systématiquement  tous ceux qui ont émis des critiques à un moment  sur, Robespierre, Saint Just, Alain Badiou, Jean Paul Sartre… Le Président Mao, Fidel Castro , Hugo Chavez… Benoit Hamon, Philippe Sollers… Selon le même principe ceux qui s’expriment négativement contre Le « Collectif contre l’islamophobie en France » (CCIF) n’ont pas le droit de s’exprimer car comme chacun le sait, l’islam radical n’est pas le seul responsable des agressions contre les juifs !

Après les révélations du « Monde » sur l’évasion fiscale au Luxembourg, et dans le contexte de la crise sanitaire, Thomas Piketty a jugé urgent de lancer une transformation profonde du système économique dans le sens de la justice et de la redistribution.Les milliardaires sont partout dans les magazines dit-il, il est temps qu’ils apparaissent dans les statistiques fiscales…

 

 

 

Passer en revue les chroniques et les prises de positions de Thomas Piketty permet donc de faire la synthèse de tout ce qu’il faut faire si l’on ne veut surtout pas améliorer le sort des plus pauvres. Voilà le catalogue de ces idées fausses qui reposent pratiquement toutes sur une série de présupposés idéologiques extrêmement naïfs et irrationnels.

 

L’idée fausse numéro un c’est “la construction d’un nouvel horizon égalitaire » à visée universelle et internationaliste ». Cette révolution ne passe plus par la dictature du prolétariat des marxistes, mais par “un socialisme participatif” qui réalise l’euthanasie du capital avec un impôt progressif avec des taux allant jusqu’à 70 ou 90%, la socialisation de la propriété et la circulation du capital à travers une dotation universelle de 120 000€ à tout individu âgé de 25 ans.  Chez Piketty l’idéologue surplombe toujours l’économiste. L’ambition d’une économie totale dérive inéluctablement vers un projet totalitaire…Pour lui l’inégalité n’est pas un sous produit du système de production mais le moteur de l’histoire. Pourtant, les échecs de l’Union Soviétique, de la Chine de Mao Tsé Toung, du Cambodge de Pol Pot, de Cuba avec Fidel Castro , du Venezuela de Hugo Chavez n’ont pas l’air de lui poser de problème.

 

L’idée fausse numéro deux c’est « Il faut repenser les outils de la redistribution et de la solidarité » à partir de trois dispositifs .1/ Le revenu de base accessible aux personnes sans domicile et sans compte bancaire…, 2/ la garantie d’emploi proposés dans le secteur public et associatif…3/ l’héritage pour tous qui serait fixé autour de 120 000€ versés à l’âge de 25 ans.  Comme les héritiers se marient entre eux et leurs héritages sont défiscalisés (sic), il faut réformer l’impôt pour éviter une société de rentiers. On retourne vers une société où presque tout est joué à la naissance.Tout cela doit être mis en place le plus rapidement possible selon Thomas Piketty directeur d’études à l’EHESS. Succomber à l’égalitarisme et promouvoir l’indifférenciation, c’est se condamner à ne rien comprendre du malaise contemporain et s’interdire d’en corriger les effets pervers.

 

L’idée fausse numéro trois est « Il faut faire face à notre passé colonial et esclavagiste ». Le meilleur moyen serait de verser une indemnité à tous les africains qui ont été victimes de la ségrégation ce qui aurait une valeur symbolique forte. Il faut « affronter le racisme pour réparer l’histoire ».

Le courant radical anticapitaliste et d’extrême gauche ajoute ainsi à la critique du développement industriel moderne celle de l’esclavagisme. Ces idées sont diffusées dans les universités américaines depuis les années 90 par des intellectuels souvent français.

 

L’idée numéro quatre c’est « Pour lutter contre les discriminations il faut mesurer le racisme ». C’est pourquoi selon Thomas Pioketty  Il faudrait mettre en place un Observatoire des Discriminations puisque dès lors que dans un CV le nom était à consonance musulmane le taux de réponse par les entreprises était divisé par 4 . Cet Observatoire devra aussi surveiller les discriminations à l’intérieur des entreprises. Comme l’antisémitisme ou l’homophobie, l’islamophobie n’est pas une fatalité et peut être vaincue. On ne voit pas très bien à quel moment l’antisémitisme a diminué en France !

 

L’idée fausse numéro cinq est « il faut déconnecter le prix de l’énergie des prix du marché » Thomas Piketty recommande la construction d’un véritable service public de l’énergie sous contrôle citoyen. Dans cette idée angélique il est accompagné de grands spécialistes comme Jean Luc Mélenchon, Benoit Hamon, Arnaud Montebourg et Eric Piolle le maire écologiste de Grenoble. Il suffira selon eux de sortir l’énergie du marché pour “garantir une efficacité technique et économique afin d’assurer notre souveraineté”.  Comme la tarification doit être lisible et stable le prix de l’énergie ne peut dépendre du marché. Partout où ce type d’expérience a été tentée le résultat a été un échec cuisant.

 

Thomas Piketty est devenu le prosélyte de l’égalitarisme qui est une véritable passion hexagonale assortie d’une haine farouche de la réussite sociale. Il est le grand contributeur

du déclin de la gauche depuis que  les néomarxistes ont substitué à la lutte des classes la lutte des identités minoritaires…En réduisant la notion de capital au seul capital économique, Piketty néglige délibérément le rôle majeur du capital culturel et du capital social comme formes décisives de l’héritage. Malheureusement il a formé de nombreux disciples qui dispenent ses idées dans les universités américaines. Emmanuel Saez est directeur du « Center for Equitable Growth » de l’Université de Californie à Berkeley et Gabriel Zucman professeur. Leur thèses ont été reprises par Elisabeth Warren candidate pour les primaires démocrates. Saez et Zucman prônent un rééquiligrage radical en doublant le taux de prélèvement appliqué aux 1% les plus riches. Une telle réforme pourrait rapporter 750 Md$.

 

Pour tous ceux qui risquent de sombrer dans le pessimisme rappelons qu’en 1979, la Grande Bretagne était considérée comme irréformable. A l’époque, la stratégie de conquête du pouvoir de Margaret Thatcher a reposé sur six principes : 1/ avoir une doctrine claire préparée avant les élections 2/ Une fois arrivé au pouvoir, ne pas se disperser et limiter les réformes à quelques axes clefs 3/ Maîtriser le temps électoral 4/ Tenir et se préparer à tenir 5/ S’appuyer sur les valeurs. L’ordre moral, le mariage et la famille qui sont le meilleur rempart contre les vicissitudes de l’existence 6/ Obtenir des résultats. A suivre ….

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Auteur: Jean-Jacques Netter

Jean Jacques Netter est diplômé de l’École Supérieure de Commerce de Bordeaux, titulaire d’une licence en droit de l’Université de Paris X. Il a été successivement fondé de pouvoir à la charge Sellier, puis associé chez Nivard Flornoy, Agent de Change. En 1987, il est nommé Executive Director chez Shearson Lehman Brothers à Londres en charge des marchés européens et membre du directoire de Banque Shearson Lehman Brothers à Paris. Après avoir été directeur général associé du Groupe Revenu Français, et membre du directoire de Aerospace Media Publishing à Genève, il a créé en 1996 Concerto et Associés, société de conseil dans les domaines de le bourse et d’internet, puis SelectBourse, broker en ligne, dont il a assuré la présidence jusqu’à l’ absorption du CCF par le Groupe HSBC. Il a été ensuite Head of Strategy de la société de gestion Montpensier Finance.

24 Commentaires

Leave a Reply to chris31k

Your email address will not be published. Required fields are marked *

  • lecteur

    23 July 2021

    Un challenge pour les personnes charitables serait d’atteindre un niveau de mise à disposition , absolu , des matériaux .

    Ce qui est correspondant à un niveau d’ambition économique élevé , ne serait ce que par un seul individu d’un groupe.

    Merci Jean-Jaques.

    Répondre
  • Thierry

    12 June 2021

    Quand les entrepreneurs auront disparu, que plus personne ne sera disposé à s’échiner pour des clopinettes, les universités ne seront plus abondées et fermeront leurs portes. Ces grands génies de l’administration, de l’université, iront mendier leur pitance à des gens qu’ils auront rendu aussi pauvres qu’eux. Que sont devenus les enseignants de Rome après l’invasion des barbares ?

    Répondre
  • Ockham

    9 June 2021

    Ayant lu ce livre, je trouve normal qu’il plaise à ses collègues des grands écoles et des universités comme de maints fonctionnaires-politiques-à -vie. Son contenu ne m’étonne plus depuis que j’ai compris qu’ils gèrent à leur profit notre décadence ! Merci Jean-Jacques Netter, il méritait d’être en tête de gondole des idées bien ancrées dans notre élite !

    Répondre
  • Philippe Micouleau

    9 June 2021

    La raison du succès (relatif) des idées de M.Picketti ? (La mesure de la valeur des idées ces temps-ci tenant à l’importance -numérique- de leur audience). C’est l’irrésistible séduction de la promesse d’un plus grand bonheur pour le plus grand nombre acquis au détriment des plus nantis. Une banalité dans le monde judéo-chrétien et post-marxiste mais cette fois habillée des oripeaux de l’approche « systémique » qui évite prudemment toute forme de démonstration et d’analyse objective des conséquences de ces nombreuses propositions égalitaristes. Ici pas de pour et de contre, pas de matrice « SWOT », la peinture d’un nouveau monde n’exonère présenté comme à portée de main sans aucun prix à payer, sans risque, sans « effets secondaires ». Monsieur Picketti se voit et se présente comme un nouveau prophète annonçant le paradis sur terre. Qui donc (hormis quelques hérétiques) ne serait tenté de le suivre ?
    Ceci n’exonère pas pour autant le capitalisme de toute critique et à force de ne pas vouloir se réformer, il se pourrait bien en effet que celui-ci connaisse le destin de l’église catholique parachevant ainsi la lente mais certaine décadence de la démocratie libérale.

    Répondre
  • chris31k

    9 June 2021

    Petit rappel : La France est le champion européen du déterminisme social. “Il faut plus de 6 générations en France à une personne du bas de la distribution des revenus pour en rejoindre la moyenne”. De nombreuses études le démontrent. L’euthanasie de l’entrepreneur, la frilosité des organismes prêteurs, la fuite des capitaux vers les marchés financiers, le capitalisme de connivence, la prime au CV, l’élitisme scolaire ont littéralement détruit les possibilités “d’évolution de classe”.
    Néanmoins, je reste convaincu que la solution n’est pas de filer 120 000€ a tout le monde. Déjà parce que si tout le monde reçoit cet argent, c’est comme si personne ne l’avais. Puis parce que le système (économique, monétaire) s’ajustera à cette nouvelle donnée et en annulera les bénéfices. Et enfin parce que filer du pognon aux gens sans rien faire, ca a déjà été fait, ca finit toujours très mal. Je pense qu’il y a tout de même une vraie réflexion à mener en France sur l’ostracisation des jeunes du jeu économique, le déterminisme social terrible, la prime au rentier et la captation, beaucoup trop importante en France, des capitaux par les personnes âgées. C’est comme cela que la majorité des capitaux Français finissent sur des assurances vies rémunérées a 1% et investies en obligations françaises. Pendant que la moindre tentative de création de valeur, d’entreprendre est tuée dans l’œuf par la frilosité bancaire. Dynamisme zéro, création de valeur zéro, fuite des jeunes cerveaux.

    Répondre
  • Fabien Chalandon

    9 June 2021

    Excellent papier que je partage. Le problème des Piketty et all, c’est qu’ils concentrent leur énergie haineuse sur la redistribution et non sur l’explication de la création de la richesse, ce qui explique le déclin français, économique comme intellectuel. Piketty est un charlatan, et la France en produit beaucoup trop.

    Répondre
  • Cuisset Pierre

    8 June 2021

    Monsieur, sur le point 5, je vous renvoie à M.Marcel Boiteux, ancien président d’EdF, dont j’ai eu l’honneur d’être l’élève en sciences économique quand il n’était encore que directeur financier. (1966-1967).
    EdF étant une entreprise nationale ne devait pas faire de bénéfices. Ses investissements devaient être financés par le marché, au taux du marché.
    Cela conduisait au prix minimal de l’énergie. Et EdF n’accumulait pas de capital.
    M. M. Boiteux appliquait donc les idées de Piketti avant qu’il ne les emette.
    Mais c’était avant que la commision européenne prône une concurrence libre et non faussée.

    Répondre
    • Cuisset Pierre

      8 June 2021

      1965-1966
      émettre

  • Jussydiction

    8 June 2021

    Ne pensez-vous pas que Piketti est le bras séculier du Grand Capital pour assurer une redistribution très poussée à fin qu’un maximum de gens, pouvant ainsi satisfaire leur dépenses contraintes, achètent leurs produits de m…? Le parti socialiste n’a-t-il pas toujours été le parti le plus proche du Grand Capital…?

    Répondre
    • breizh

      11 June 2021

      qu’est ce que le “grand capital” ?

  • Alain Jacques

    8 June 2021

    Excellent article parfaitement argumente. Merci Monsieur Netter.

    Il est de plus en plus evident qu’on ne peut rien esperer des socialistes. Winston Churchill avait tres bien resume le probleme: “le socialisme est la religion de l’envie”.
    En ce qui concerne cet appel a la compensation des pays africains victimes de l’esclavage (apparemment, exclusivement importe par le monde occidental) il nest temps de rappeler un peu d’histoire.
    Les noirs africains devraient commencer par se compenser les uns les autres entre les differentes ethnies qui se sont asservies mutuellement.
    Ensuite, ils devraient approcher les pays arabes qui les ont soumis a l’esclavage. Tout ceci bien avant l’arrivee des colons blancs.

    Pourquoi se limiter aux pays africains quand la majorite des peuples de ce monde a ete soumis, a un moment de son histoire, a l’esclavlage.
    Commencons par le peuple d’Israel soumis a l’esclavage par les egyptiens. Tous les juifs du monde entier, en tant que descendants du peuple d’Israel, pourraient reclamer leur du a
    l’ Egypte.
    Les civilisations grecques et ensuite romaines ont egalement reduit a l’esclavage bon nombre de peuples des regions qu’ils ont envahies.

    En ce qui concerne les francais que Macron ne cesse d’intimer a se repentir, eux aussi sont des descendants d’esclaves.
    les romains avaient soumis bon nombre de gaulois a l’esclavage, Puis il y a eu les goths, les visigoths et plus tard les vikings.
    Plus recemment, n’ oublions pas les nazis qui ont soumis au STO les francais et les prisonniers de guerre sans compter ceux internes dans les camps de concentration.
    Nous francais pouvons donc reclamer compensation aux italiens, allemands (multiple), norvegiens suedois et danois. (On en oublie certainement).

    Chacun aura remarque qu’aucun grand pretre de la bobosphere ne s,offusque jamais de l’esclavage sevissant en France: prostitution des personnes de couleur et marchands de sommeil. Peut etre que les proxenetes africains jouissent d’une absolution permanente…!

    Il devient urgent que la majorite silencieuse se reveille.

    Répondre
  • Jacques Ady

    8 June 2021

    Ce qui est inquiétant n’est pas tant que Piketti, digne fils de ses parents marxistes, raconte ses âneries marxistes 2.0 au kilomètre que le fait que tant de Français (et d’étrangers) lui vouent une admiration sans bornes. On est mal.

    Répondre
    • breizh

      8 June 2021

      ses admirateurs sont surtout des bobos !

  • Eric Mary

    8 June 2021

    Ce qui me terrifie, c’est que la “crème de la crème” de l’enseignement supérieur français soit à ce point fascinée par l’extrême gauche, LFI en tête. Aujourd’hui ENS Lyon (avant Saint-Cloud) encore plus phagocytée par ce populisme de gauche

    Répondre
  • Cheunbaba

    8 June 2021

    Tout cette agitation médiatique autour d’un simple communiste (forcément régressif et jaloux). Il fallait le faire. Le ventre de la bête immonde est encore chaud.

    Répondre
  • Denis

    8 June 2021

    Cher M Gave vous aimez les débats, y compris avec des personnalités aux idées divergentes des votres (vos récentes interview en témoignent) de peu à beaucoup… Pourquoi ne pas inviter M Piketty ? Il s’honorerait (d’oser) vous “affronter”, vous vous grandiriez de lui rappeler la vraie vie. Salutations.

    Répondre
    • jean

      8 June 2021

      Je vote pour !!

    • breizh

      11 June 2021

      je doute que cela ait beaucoup d’intérêt : pas de profondeur intellectuelle chez Piketty, juste de l’idéologie.

  • Dexter

    8 June 2021

    Autre réflexion: qu’a fait Picketty de ses droits d’auteur substantiels? Les a t il généreusement restitués à la communauté?

    Répondre
  • Dexter

    8 June 2021

    On donne 120 000€ à un jeune de 25 ans. Que va t il en faire? L’investir soigneusement pour assurer son avenir ou le claquer en voitures fringues et boites de nuit?

    Répondre
    • Cheunbaba

      8 June 2021

      Personnellement, j’espère qu’il va le claquer dans des voitures et en boîte de nuit. Sinon, il ne serait pas très jeune.

    • jean

      8 June 2021

      Il y a autant de comportements possibles que d’humains de cigales et de fourmis… certains en feront quelque chose et se feront confisquer le fruit de leur réussite au nom de l’égalitarisme, d’autre effectivement claqueront tout en deux minutes… l’essentiel est qu’a la fin aucune tête ne dépasse, et que finalement tout le monde soit encouragé… à ne rien faire et tout claquer 🙂

    • Charles Heyd

      8 June 2021

      Je réponds en fait à #Cheunbaba;
      tout à fait! Investir soigneusement à 25 ans peut se concevoir mais pour la moitié de la somme citée; à cet âge si on ne s’inrteresse pas aux filles et/ou aux bagnoles on est vieux avant l’âge!

    • Pierre 82

      9 June 2021

      Excellente réflexion de Cheunbaba…

Me prévenir lorsqu'un nouvel article est publié

Les livres de Charles Gave enfin réédités!