19 July, 2021

« Les habits neufs » de ma rentrée politique.

Nous arrivons à ce point de l’année ou bons nombres d’entre nous allons refermer pour un temps les dossiers et oublier la pluie, la vieillesse qui pointe, les passages piétons, le tiers provisionnel et l’angoisse quotidienne d’avoir à se lever le matin pour être surs d’avoir envie de se coucher le soir, bref, c’est les vacances.

Enfants, les vacances étaient aussi le signe de renouveau, un peu comme une année présidentielle pourrait promettre de l’être ; la rentrée allait nous offrir l’opportunité de nouveaux professeurs parfois d’une nouvelle école mais surtout aussi de nouveaux habits, « pour la rentrée ».

Si je devais me prêter au jeu de « quels nouveaux habits de droite voudrais-tu rêver mon enfant » auprès de marraine ma bonne fée, voilà en quelques idées simples ce que l’on trouverait sur ma liste.

 

 

Tout d’abord, marraine ma bonne fée, je voudrais une droite qui comprenne l’importance du Logos.

 

Pour les grecs anciens, le Logos constituait l’essence même de la raison, qui, au travers de la connaissance de la langue, permettait la discussion et la démonstration lors d’un débat Éthique, Politique ou Scientifique.

 

Dès l’origine de notre civilisation est apparue l’idée que contrôler le langage équivalait à contrôler le système politique.

 

Or, depuis plus ou moins la fin des années 60, la novlangue gauchiste s’est montrée un outil puissant non seulement en ce qu’elle a fait table rase du monde social d’autrefois, mais aussi en qu’elle a décrit sa réalité supposée, tout en la taxant d’abomination.

 

  • « Les forces matérielles» « les rapports de productions antagonistes », c’est la superstructure idéologique de Marx.
  • « La structure de domination», déclinée à loisir, dans ce que vous voulez chez les Wokes, c’est Foucault.

La mission principale d’une vraie droite, que je qualifierais de (libérale) conservatrice serait déjà de sauver la langue de la politique et de remettre entre les mains du peuple, des éléments de langages judicieux que le jargon marxiste a, jusqu’à présent, plus que malmené.

Renaitraient ainsi peut être toutes les idées subtiles ayant trait au droit, à la constitution et aux racines de l’ordre qui avaient court avant l’assaut fatal du gauchisme que fût mai 68.

 

Ma droite conservatrice serait également audacieuse ; oui, oui n’y voyez pas contradiction. L’on attribue trop souvent l’idée que le conservatisme serait inapte au changement. Rien n’est plus faux.

Le conservateur libéral fut historiquement « progressiste » (sic).C’est François Guizot alors ministre de Louis Philippe qui en 1841 fit voter la première loi destinée à limiter le travail des enfants dans les usines.C’est Fréderic Bastiat, Économiste de génie, « Hyper libéral » dirait le journaliste du Monde, qui fût le premier en 1849 à demander le droit de grève.Et ceux qui représentaient la droite libérale et conservatrice furent toujours hostiles et à l’esclavage et au colonialisme.

Le savoureux paradoxe de l’anti-économie de marché est que la gauche a su l’utiliser pour pousser la droite à se suicider en reniant ses convictions. Ma droite aurait la conviction que seule fonctionne l’économie de marché, encadrée par des lois strictes qui s’appliquent également à tout le monde et d’abord à ceux qui les ont votées.Si l’on pouvait par exemple, cesser un instant d’avoir constamment à définir le capitalisme pour s’en tenir à des définitions claires comme celle de Roger Scruton.Le capitalisme se résume pour ce dernier au fait que les individus dans nos sociétés possèdent des choses, y compris leur travail et peuvent librement échanger ces choses avec d’autres individus.

En gros, ils peuvent ainsi acheter, vendre, amasser, économiser, partager ou donner.

  • Vous pouvez enlever leur capacité de vendre et d’acheter.
  • Vous pouvez les forcer à travailler dans d’horribles conditions.
  • Vous pouvez confisquer leur propriété.

 

Mais alors, si ce sont là les solutions de rechange au « capitalisme », il ne semble pas vraiment y avoir d’alternative à l’esclavage ?

Les marxistes cherchent en réalité une société qui serait sans pouvoir. Mais c’est une utopie, la nature humaine étant ce qu’elle est et l’homme, un loup pour l’homme.La seule chose que nous pouvons faire, en tant qu’êtres politiques, c’est bâtir un monde où le pouvoir est accepté parce que contrôlé (par le peuple), et où les conflits seraient résolus conformément à une conception commune de la justice.

Or, j’ai l’impression, mais je me trompe peut-être, que jamais comme sous cette mandature Macronienne n’a le pouvoir été aussi peu accepté et n’a fait preuve depuis longtemps d’autant d’autoritarisme direct (Gilets jaunes, passe Sanitaire). De même, jamais la conception de la justice ou ce qui s’en rapproche n’a-t-elle été aussi tronquée que sous ce gouvernement des juges.

 

 

Ma droite aurait du panache, revendiquerait ses codes, et ferait fi du sang de navet altermondialiste.

Elle se moquerait d’être égratignée, une fois encore, par le dernier stagiaire de Libération.

Elle connaitrait ses racines, fussent-elles Clovis, Roland de Roncevaux, Rabelais ou Marie Curie.

 

Ma droite n’aurait pas peur d’une société ouverte et attendrait que les grands changements de sociétés émanent de la base populaire et non pas des instances législatives.

Ma droite conservatrice verrait ainsi d’un œil extrêmement critique les changements sociétaux tels que la PMA et la GPA imposés au nom d’une soi-disant égalité qui n’en en réalité qu’égalitarisme beat, aux dépends des femmes et de la marchandisation outrancière de leurs corps qui devrait scandaliser la gauche humaniste si toutefois, cette dernière n’avait visiblement succombé à quelque sortilège secret tant ils sont invisibles.

 

Enfin, ma droite conservatrice, dans ses habits neufs, porterait le combat civilisationnel avec toute la grandeur des poètes romantique du 19 -ème. Consciente que les plus désespérés sont les chants les plus beaux, elle braverait toute cette classe jacassière faite de petits hommes gris, pour dire haut et fort « Non mais ça va pas bien là-haut « ? pour reprendre sa souveraineté, partout, dans chaque parcelle de territoire de France et de Navarre.

Parce que, au bout d’un moment, il faut quand même le dire, après des décennies d’échecs, ça finit par se voir qu’”ils” n’ont AUCUNE idée de ce qu’il faut faire quand bien même ils s’y mettent à plusieurs !

Entre la dette abyssale de la France, les émissions monétaires de la BCE qui enrichissent les riches et appauvrissent les pauvres, la charge budgétaire immense que l’Europe nous impose par ses quotas d’immigration nous forçant à intégrer une population sous qualifiée alors même que le niveau de vie des Français baisse depuis plus d’une décennie, quelque chose va devoir lâcher !

 

 

Emmanuelle.

4 eme 2

 

PS : Aussi, marraine ma bonne fée, comme c’est une année présidentielle et que je change d’école, s’il te plait, je ne voudrais pas pour cette rentrée avoir les vieux habits de mon « frère » Bertrand, ou de ma grande cousine Valérie.

S’il te plait, marraine ma bonne fée, apporte-moi des habits neufs !

 

 

Auteur: Emmanuelle Gave

Emmanuelle Gave est titulaire d'un DEA de Droit des AFFAIRES de PARIS II (Assas), ainsi qu'un LL.M de Duke University. Lauréate du barreau de Paris, elle prête serment en 1996. Elle est Directrice Exécutive de L'Institut des Libertés depuis janvier 2012.

22 Commentaires

Your email address will not be published. Required fields are marked *

  • marc durand

    1 August 2021

    L’importance du Logos sans langue de bois, sans periphrases, c’est a dire en énonçant clairement les mots: expulsions manu militari des clandestins, re-migration, restauration de la peine de mort pour les terroristes, contrôles des frontières, arrêt de la CMU, sortie de la cours européenne des droits de l’homme, sortie de l’OTAN, de l’OMS, preference nationale…

    Les Français ne se déplaceront pas pour voter tant que les mots ne seront pas énonces clairement.

    Et après, irais je voter pour un candidat de droite (girouette) qui a déjà été au gouvernement, qui a rien fait, pire qui nous a mis dans la mouise ? certainement pas.

    Répondre
    • Charles Heyd

      1 August 2021

      Ah #marc durand, pour un Chinois je vous trouve formidable! Je ne plaisante pas!

  • lecteur

    23 July 2021

    Droit des affaires ? Mais quel enchantement !
    C’est la fille de Charles .
    C’est vraiment la suite , on comprends mieux Charles avec les avances
    de cette directrice.
    Et , on n’omet pas son individualité , cet article est très miséricordieux.
    Je tire un enseignement direct de cet article .
    Ce n’est pas que de la poésie.
    “émissions monétaires de la BCE”
    Enrichissement et Appauvrissement.
    C’est bien informatif.
    “Une droite qui comprenne l’importance du Logos”
    Une catégorie de gens qui sont logiques ?
    On voit mieux l’image !

    Répondre
  • oak1277

    23 July 2021

    Bonjour,
    Merci pour votre billet dont je prends connaissance maintenant. Juste une petite remarque …
    Pourquoi mettez-vous le terme “libéral” entre paranthèses ? Vous vous considérez “conservatrice” de “droite” termes que personnellement je réfute. Je suis avant tout libéral, ni conservateur, ni de droite (d’ailleurs, je ne sais ni ce qu’est la droite, ni où elle se trouve !). Mais je ne suis plus de gauche (je l’étais dans ma jeunesse mais c’était probablement une maladie qui est désormais bien passée).
    J’ai réfléchi sur cette notion de liberté. En lisant l’ouvrage d’un philosophe qui se positionnait ni “socialiste” ni “libéral” mais avant tout chrétien, j’ai enfin trouvé une définition que j’ai adoptée et que je fais maintenant mienne. Je résume et vous la livre :
    la liberté est la conjonction de trois concepts de base : 1) La propriété (bien entendu comme tout libéral, celle de son propre corps et de soi-même). 2) La catallaxie (terme que j’emprunte à F. HAYEK et que je préfère à la science des contrats que nous échangeons avec autrui). 3) La responsabilité (obligation et nécessité morales de répondre de ses propres actes). Et quand on y réfléchi, ces trois principes forment la base de la subsidiarité car c’est dans cette subsidiarité que s’organisent et se protègent les libertés individuelles.
    Je vous rejoins quand vous espérez que l’année présidentielle ne voie pas s’affronter le frère Xavier ou votre grande cousine Valérie !

    Répondre
    • idlibertes

      23 July 2021

      Bonjour,

      Parce que le terme “libéral” est trop souvent mal compris en France; et mal utilisé par exemple, prenez Michel Onfray, il va vous parler de “l’Europe ultra libérale” de là, nous avons NECESSAIREMENT un problème de sémantique. Eric Zemmour fait parfois le même abus, donc à défaut de définir en amont les termes employés, je préfère mettre libéral entre parenthèse afin d’appeler à la réflexion en amont de toute qualification.

      Ici, nous avons des personnes averties comme vous qui avez le logiciel de lecture, mais je voulais mettre ce texte sur mes autres RS et je sais d’expérience que libéral est trop souvent compris comme Macronien, de sorte que mettre entre guillemet permet d’attirer l’attention du lecteur sur le fait qu’il va devoir faire un effort de réflexion.

    • Charles Heyd

      1 August 2021

      J’approuve ce petit recul face au mot “libéral” que CG sait si bien expliquer; en effet, chez nos ténors de droite, genre le ministre de l’économie, être libéral c’est forcément être ultra-libéral! Pour Onfray, qui se dit de gauche, on comprend et pour zemmour je mets cela sur son inculture économique!

  • olivier

    21 July 2021

    Et ben voilà ! C’est pas compliqué, c’est clair, c’est net et c’est bien. Merci Madame.

    Répondre
  • Erwan Stephan

    20 July 2021

    J espère que vos pensées deviendront réalité, et que vous aurez des habits neufs.
    Bravo

    Répondre
  • michel hasbrouck

    20 July 2021

    Vous avez raison sur tout, dans l’absolu, mais l’urgence aujourd’hui c’est cette affaire du soi-disant vaccin. Êtes-vous vaccinée ?

    Répondre
  • Karl DESCOMBES

    20 July 2021

    En démocratie, on a les dirigeants que l’on mérite.
    Si la classe politique dysfonctionne, ce n’est que le reflet de la société.
    .
    Notre société malgré tout opulente; nous avons l’impression que l’on peut dire et faire tout et son contraire sans conséquences visibles.
    C’est comme une couche de glace sur un lac. On peut sauter dessus et sembler avoir raison jusqu’à ce que….
    .
    Au stade d’inculture économique actuel, il n’est plus possible de dire aux gens d’arrêter de sauter.
    L’immense majorité des gens en sont inconscients (les assistés lobotomisés par l’éducation nationale), soit en profitent (la haute-finance), soit sont idéologues (il faut moins de monde sur la glace).
    Au mieux personne ne vous écoutera. Au pire vous vous prendrez un coup de poing (politique) dans la gueule.
    (Toute ressemblance…)
    .
    Malheureusement, il faut désormais que les gens fassent leur expérience de l’accident.
    .
    Et donc votre action politique devrait être non pas comment empêcher l’accident, mais comment en limiter les conséquences.
    .
    En parallèle, préparer la suite.
    .
    En particulier, cela passe par l’éducation des plus jeunes.
    Et ce n’est pas l’éducation nationale qui le fera.
    Ce n’est pas la télé non plus. Les jeunes ne la regardent plus. Elle est “irrelevant”.
    C’est sur internet et les réseaux sociaux que cela se passe.
    C’est là qu’il faut mener ses actions politiques.
    .
    J’ai peur que vous vous “n’usiez la Lune” à voulez remettre sur pied un monde qui n’existe plus.
    Vous allez gâcher vos ressources en vain.
    Vous ne convaincrez que la minorité qui sait déjà.

    Répondre
  • Dan

    20 July 2021

    C’est parfait et très bien dit. Je crains malheureusement que votre bonne fée n’ait pas assez de pouvoir pour lutter contre les maux actuels de la France. Mais nous pouvons toujours garder espoir!

    Répondre
  • pucciarelli alain

    20 July 2021

    La “droite”? Qu’est-ce que c’est? Concept aussi dépassé que “la gauche”. Vous vous trompez de combat. Souverainisme ou mondialisme, tel est le nouveau clivage. Chère madame, vous retardez de 50 ans. Mais vous en avez le droit.

    Répondre
    • Bruno PATOIS

      20 July 2021

      Le clivage est bien entre souverainiste et mondialiste.. Ne plus croire en la droite actuelle.

  • Jean-Pierre

    20 July 2021

    Voilà ce que j’aime entendre !
    Merci pour cet article qui me dit qu’il reste encore quelques personnes de bon sens.
    Et je me prends à espérer…
    Bien à vous et puisse votre marraine vous entendre.

    Répondre
  • Martinie

    20 July 2021

    Mon opinion?
    Charles Gave peut persister à monter ses gammes…à quatre mains !…. Puisqu’il possède des circonvolutions pariétales toujours alertes et que son sang ne saurait mentir
    Merci Madame, un rêve qui finira programme ? Chiche : vous aurez des fans et tant mieux

    Répondre
  • Le Clercq

    20 July 2021

    Tel père, telle fille, excellente opinion, bravo ! Nous devons tous passer du rêve à la réalité pour contrer l’OPA hostile mondiale en cours sur nos démocraties. Cordialement.

    Répondre
  • TanguydB

    20 July 2021

    Tout à fait d’accord avec toi Emmanuelle.
    Nos politiques ont perdu le sens du Logos. Quand Pass devient Liberté, et que la plupart des nos hommes politiques, ainsi que le Conseil d’Etat approuvent, tout en reniant ce qu’ils disaient il y a peu…
    Bon été en famille. Espérons que plus de braves gens ouvrent leurs yeux et se rendent compte que le Roi est nu,

    Répondre
  • breizh

    20 July 2021

    bonnes vacances,

    néanmoins, il se passe des choses très graves en ce moment !

    Répondre
    • Jacques Ady

      24 July 2021

      Charles arrive à un âge où il faut se ménager, et il n’avait sans doute pas prévu ce qui se passe en ce moment. Les atteintes les plus graves aux libertés depuis, depuis… en fait, on ne sait plus. Et ça s’accélère, en plus.
      Macron, qualifié par certains de libéral, aurait pu emprunter la même sortie de crise que Boris Johnson. Que nenni, il choisit la voie autoritaire, la voie de la brutalité et de la division des Français. Dans une perspective de réélection en 2022, c’est sans doute bien joué. Cyniquement certes. Car l’intérêt de la France et des Français, on le cherche et on le cherchera longtemps dans les mesures prises ces jours-ci.
      Quand on songe que le Covid joue le rôle des virus respiratoires habituels, et n’entraîne pas de hausse de la mortalité générale dans les pays où il est géré correctement, on ne peut que conclure que ce pays est devenu fou. Et que ses dirigeants ressemblent de plus en plus à des psychopathes.

  • Nanker

    19 July 2021

    Mademoiselle, je vous ferais passer direct au lycée!

    Répondre
    • idlibertes

      20 July 2021

      Merci beaucoup.

Me prévenir lorsqu'un nouvel article est publié

Les livres de Charles Gave enfin réédités!