https://institutdeslibertes.org/la-france-demmanuel-macron-risque-detre-ingouvernable/
Jean-Jacques Netter

La France d’Emmanuel Macron risque d’être ingouvernable

Le fait que le scénario Le Pen/Mélenchon ait pu être écarté et que les chances de voir Marine Le Pen gagner au second tour soient faibles a fait réagir positivement les marchés. Après le rejet du populisme aux Pays Bas et en Autriche, le premier tour des présidentielles marque un certain retour à la normale. D’ailleurs, dès l’annonce des premières estimations à 20h, l’Euro est reparti à la hausse pour atteindre 1,09 contre dollar en Asie. A sa réouverture l’indice CAC 40 progressait de 4%.

 

Le « dégagisme » s’est manifesté de façon spectaculaire avec près de la moitié des   français qui souhaitent voire mise en œuvre des idées qui ont déjà échoué partout. La moitié des français rejettent le système. Les deux grands partis qui gouvernent la France depuis 30 ans ont été écartés. Il faudra réfléchir sur  le système des primaires qui rétrécit l’espace politique et ouvre un espace qui peut être occupé par des « start up » politiques comme cela s’est passé pour « En Marche » et « La France Insoumise » . Les deux partis de gouvernement  (PS + LR) ont été ramenés à  26, 3% des voix exprimées.

 

Mitterrand avait débarrassé le paysage politique français des communistes. Hollande a spectaculairement réduit les socialistes autour de 6% (le niveau de Gaston Deferre en 1969).  Que le parti socialiste en France soit écarté comme dans de nombreux autres pays d’Europe n’est pas une surprise. En revanche Hollande a réalisé la performance de recréer l’extrême gauche de Mélenchon et de voir réapparaitre sur la scène les idées marxistes les plus usées.

 

Marine Le Pen dans une version qui ressemble à un poujadisme fatigué s’attaque  à la « mondialisation sauvage » et au « règne de l’argent roi » avant de prédire « la grande alternance » et « le grand débat ». Cela marche incontestablement puisqu’elle a progressé de 900 000 voix entre 2002 et 2017.

Populisme de droite et populisme de gauche rejettent la mondialisation. Ils gomment le clivage droite gauche sur lequel Emmanuel Macron a construit toute sa stratégie. Il a remplacé le « ni droite, ni gauche » par « avec la droite et avec la gauche »…

 

Macron a promis de faire des réformes en protégeant les français

 

L’engouement pour Emmanuel Macron  ressemble à celui qui s’était produit avec  l’élection de Valéry Giscard d’Estaing en 1974.  Il s’agissait déjà à l’époque de gouverner au centre.  Pourtant, avec 23,9% des voix l’effet Macron est moins important que l’effet Sarkozy (31%) ou même que l’effet Hollande (28%).

Le grand talent  d’Emmanuel Macron est d’être arrivé à incarner la nouveauté. Pourtant il est une réincarnation de la gauche, une sorte de fils spirituel de François Hollande.

Ce qui sera plus difficile pour lui,  c’est de disposer d’une majorité à l’assemblée, car le vainqueur du premier tour n’a pas un député. Il lui faudra faire fonctionner ensemble le monde disparate qu’il a su rassembler autour de lui. Le scénario de la France ingouvernable est donc tout à fait possible

Sans majorité, il sera condamné à faire de la figuration comme cela s’était produit avec la loi El Khomri où la grande réforme promise sur le droit du travail s’est terminée avec le lancement d’un programme de lignes d’autobus !

 

Il a la chance d’avoir une économie qui repart avec un indice PMI manufacturier et des services qui a connu une croissance plus forte que celle de l’Allemagne. Il essaiera de relancer l’Europe. Mais attention, Il y aura beaucoup d’abstentions au second tour. Si le taux est élevé (autour de 40%) la légitimité du nouveau président de la république sera faible.

 

François Fillon aura perdu une élection présidentielle quasiment imperdable pour son camp. Il est dur de constater la défaite de la droite  alors que la France était majoritairement à droite et enfin prête pour de vraies réformes.