17 June, 2020

Il faut oser affronter “le socialo écolo gauchisme” médiatique dominant

Le virus du Covid-19 m’ayant empêché de tenir régulièrement cette chronique au cours de ces dernières semaines, je la reprends aujourd’hui avec le plus grand plaisir.

 

L’épidémie de coronavirus incite une grande partie de l’échiquier politique à faire la promotion des idées socialo écolo gauchistes pour résoudre l’ensemble des problèmes de l’heure. Après la crise des gilets jaunes et celle des retraites, la tentation est grande de recourir à la boite à outil de toutes les idées qui ont échoué.

 

Les gardiens du temple de la Résistance sont encore nombreux

 

Alors que l’Etat Providence est partout, on nous explique que tout ce qui va mal est de la faute du libéralisme. Or le virus du Covid-19 n’est ni capitaliste ni libéral, il est universel.  Quand 57% de la richesse créée transite par l’Etat on n’est ni dans le libéralisme ni dans le néo-libéralisme, mais plutôt dans une situation qui se rapproche du bolchevisme.  Les derniers gaullistes protègent encore le pacte gaullo résistancialiste du Conseil National de la Résistance comme un fétiche et la gauche comme un totem. Pourtant cela constitue le creuset des drames hexagonaux: l’Etat nurserie, la surpuissance des syndicats, le paritarisme, les milliards gaspillés, la formation professionnelle, l’énarchie. Les gardiens du temple sont nombreux à vouloir conserver le maximum d’interventionnisme public, car ils tirent leurs revenus de leur position économique, sociale, politique dans ce système.

 

Le gaullo-communisme est une tragédie française qui perdure depuis la libération. Alors que Maurice Thorez, déserteur, s’est réfugié à Moscou pendant toute la guerre, il est amnistié par le général de Gaulle à la libération. Il devient vice président du Conseil et participe à la création de la caisse d’allocations familiales, des comités d’entreprise, de la médecine du travail, de la retraite par répartition, des syndicats …  Le premier statut de la fonction publique est mis en place. Il rendra intouchables les communistes infiltrés dans la fonction publique et entrainera l’augmentation constante du nombre d’agents de l’Etat. Les fonctionnaires représentent aujourd’hui en France 22% de la population active quand la moyenne européenne se situe autour de 15% !

 

Pour la gauche incarnée par le Parti Socialiste les ennemis s’appelaient Reagan, Thatcher et le RPR. Les crimes du communisme ont atteint 100 M de personnes exécutées au nom de la faucille et du marteau. Un bilan bien pire que celui du IIIème Reich. Pourtant en France la gauche perçoit toujours Lénine, l’inventeur du totalitarisme, comme un héros romantique. Staline a lui, été pire que Lénine, Mao plus dur que Staline et Pol Pot, le dernier de la bande a été encore plus implacable. Dans de nombreuses communes des rues portent encore le nom d’un grand assassin du XXème siècle !

 

Les media excluent tout débat avec ceux qui « pensent mal »

 

Dans la tradition stalinienne le journal Le Monde prétend faire régner sur le petit monde intellectuel parisien à coups d’excommunications au nom de la pureté. La mauvaise foi est son credo.  Il ne faut donner la parole qu’au « camp du bien ». En revanche, il ne faut pas la donner au « camp du mal »  qui sont tous ceux qui ont émis des critiques sur les sujets suivants :  Nuit Debout, Robespierre, Saint Just, le Bondy Blog, Benoit Hamon, Philippe Sollers, Le Petit Livre Rouge du Président Mao, les révolutions de Castro ou de Chavez, Le Collectif contre l’Islamophobie en France (CCIF), Thomas Piketty, le Gosplan, Le Monde Diplomatique, Alternatives Economiques, Alain Badiou, Jean Paul Sartre…

 

Le journalisme forme les consciences. Il est devenu une activité dont le but n’est pas d’informer. En France la profession a servi de bassin de recyclage au militantisme gauchiste. Il est non pas un contre pouvoir mais un véritable anti pouvoir. Le parti des medias s’est posé en rival du pouvoir politique et on a de plus en plus de mal à penser librement en France, car l’intimidation a remplacé le débat…

 

L’empire du politiquement correct élimine les contradicteurs

 

Nous vivons dans un système qui permet d’ostraciser ses contradicteurs et de les transformer en parias. Les contrôleurs de la circulation idéologique patrouillent dans tout l’espace public. Ils demandent d’exclusion d’Alain Finkielkraut de France Culture, car il a dit que la révolte de 2005 (Zyed Benna, Bouna Traoré s’étaient électrocutés) avait “un caractère ethnique et religieux”!; Eric Zemmour est condamné pour avoir dit en 2010 que  “La plupart des trafiquants sont noirs et arabes, c’est un fait”. Marcel Gauchet a fait l’objet d’une demande d’interdiction aux Rendez vous de l’histoire de Blois par Edouard Louis et Geoffroy de Lagasnerie….

 

De nombreux intellectuels français sont considérés comme de nouveaux réactionnaires

les écrivains Maurice G. Dantec, Michel Houellebecq, Philippe Muray, Pascal Bruckner; les philosophes Alain Finkielkraut, Alain Badiou, Pierre Manent, Marcel Gauchet, Luc Ferry; les historiens Pierre-André Taguieff, Pierre Nora. Jadis la censure venait de la droite conservatrice et moraliste. Désormais elle vient de la gauche et de l’extrême gauche…

 

L’administration pléthorique freine les initiatives privées

 

L’administration française qui est pléthorique, ignore et souvent freine les initiatives des entreprises. Dans la pratique elle n’est jamais responsable – entourée de hauts comités, de conseils et d’agences, elle a une propension naturelle à écrire des textes, des normes chaque fois qu’un problème doit être réglé, mais ne les applique pas toujours avec le pragmatisme nécessaire à l’action. Qui se préoccupe de mettre en cause leur responsabilité sous les formes appropriées lorsqu’elles ont failli à leur mission ? Généralement, une nouvelle structure est créée quand la précédente n’a pas rendu les services attendus, tout en laissant parfois l’ancienne subsister. Elle peut toujours servir de placard doré. Durant les années passées, on a entendu avec bonheur la voix de la Cour des comptes et de son président, Didier Migaud, s’élever contre tout le gaspillage, de temps, d’argent et d’énergies. Il a été écouté respectueusement, mais il n’a jamais été entendu…

 

La mondialisation en plus de tous ses crimes aurait permis la propagation du coronavirus.  Tel est l’avis des experts en collapsologie qui sont proches de l’administration. Ils n’ont sans doute jamais entendu parler des 35 M de personnes mortes du SIDA VIH depuis 1981, des 12M de morts de la peste autour de 1855, des 5M de morts de la peste antonine en 165 etc… Au milieu du mois d’avril 2020 le nombre de morts dus au coronavirus s’élevait à 119 000…

 

L’islamo gauchisme est en pleine dérive

 

L’islamo-gauchisme est le lien entre certaines idéologies de gauche et l’islamisme. Il est devenu le “champion de la lutte contre le capitalisme destructeur, porteur des revendications des damnés de la terre” Tariq Ramadan, petits fils du fondateur des Frères Musulmans a été la passerelle entre les trotskistes français et les Frères Musulmans. La CGT négocie en permanence pour que “les camarades magrébins puissent comme tout le monde pratiquer leur religion y compris sur les parking”.

 

C’est une situation qui éprouve les institutions et fragilise les Etats au moment où des millions de chômeurs en plus dans le monde pourraient réveiller la colère de ceux qui n’ont plus rien. Après l’annonce du confinement les marques européennes de vêtements ont annulé au Bangladesh plus de 3Md$ de commandes auprès de leurs fournisseurs. Au Cambodge, les ateliers de confection qui approvisionnent les marchés européens et américains ferment les uns après les autres. Ce sont près de 750 000 ouvriers qui risquent de se retrouver sans ressources. Depuis la mi-mars, les prix du blé et du riz se sont envolés ce qui menace les pays importateurs…

 

La crise du Covid-19  et celle du climat seraient inextricablement liées. Au moment où l’Europe annonce son plan de relance il n’est pas sûr que l’économie doive passer rapidement au vert. On a déjà dépensé des centaines de milliards pour répondre à l’urgence sanitaire et limiter la casse sociale, il ne semble pas possible de faire les deux en même temps.

 

La France est un pays enclin à ne se ressaisir vraiment que lorsqu’il touche le fond de l’abîme. Il est capable de le faire, car il déborde de talents. Encore faut-il qu’il soit permis à ces talents de s’exprimer sans qu’ils soient étouffés par le gros arsenal de nos carcans administratifs.

 

 

 

 

 

 

Auteur: Jean-Jacques Netter

Jean Jacques Netter est diplômé de l’École Supérieure de Commerce de Bordeaux, titulaire d’une licence en droit de l’Université de Paris X. Il a été successivement fondé de pouvoir à la charge Sellier, puis associé chez Nivard Flornoy, Agent de Change. En 1987, il est nommé Executive Director chez Shearson Lehman Brothers à Londres en charge des marchés européens et membre du directoire de Banque Shearson Lehman Brothers à Paris. Après avoir été directeur général associé du Groupe Revenu Français, et membre du directoire de Aerospace Media Publishing à Genève, il a créé en 1996 Concerto et Associés, société de conseil dans les domaines de le bourse et d’internet, puis SelectBourse, broker en ligne, dont il a assuré la présidence jusqu’à l’ absorption du CCF par le Groupe HSBC. Il a été ensuite Head of Strategy de la société de gestion Montpensier Finance.

9 Commentaires

Leave a Reply to Ockham

Your email address will not be published. Required fields are marked *

  • Dalla Vecchia Luigi

    21 June 2020

    L’état providence est partout; c’est bien cela le problème et il vient d’un usage électoraliste et spécieux de la conception de gestion de l’état. C’est dans un huit clos entre oligarques oublieux de la notion d’impartialité de l’état que les orientations budgétaires se font au profit d’un clientélisme fondé sur la promotion des particularismes (dont on espère un retour électoral). Le droit français s’est construit sur 2 piliers : un droit libéral égalitaire définissant les droits fondamentaux et un droit subjectif d’égalité des chances (d’équité) fondé sur des prérogatives de “rattrapages” adressées uniquement aux nécessiteux et dont la vocation est de réparer les accidents de vie… La gestion de ce système dans une idéologie ultralibérale (pas libérale du tout) tente de casser ce distinguo et use et abuse des droits subjectifs non plus pour les nécessiteux, non plus pour réparer une citoyenneté que des accidents économiques ou de santé pourraient altérer, mais pour promouvoir des “causes” et faire émerger des leaders d’opinion chargés de canaliser les velléités citoyennes vers autre chose que le regard sur l’organisation de la gestion économique du pays, l’industrialisation , l’activité, la recherche et les savoir avec la promotion des métiers et des carrières (supposément aller de pair). Une financiarisation de collusion s’est installée, imposant une hiérarchie de cols blancs bancaires à la place des anciennes élites d’ingénieurs, de chevaliers d’industrie, de détenteurs de savoir-faire. Les élites managériales qui les ont remplacés sont de simples garde-chiourmes sans compétences réelles, dont on rémunère uniquement le rang hiérarchique et dont la vocation est de garder une allocation douteuse des ressources. On voit bien que bons ou mauvais résultats, les PDG empochent leurs privilèges , les actionnaires leurs dividendes (bien que cela devienne plus hasardeux), les décadents du centre-ville auront pour aller au travail, leurs trottinettes ou leur vélos payés par la charité publique. Hier tout homme honnête aurait refusé de tels avantages et s’en serait offusqué tant il aurait eu l’impression de voler la gamelle des malchanceux… Aujourd’hui , pour ces nantis c’est un crime de lèse-majesté que de ne pas leur donner quelque chose…Gauche honnête et droite honnête font le même constat, toutefois face à une pseudo gauche et une pseudo droite, coalisées dans la sauvegarde de leurs intérêts décadents , il va être de plus en plus souhaitable de réfléchir à ce qui nous est commun plutôt qu’à ce qui nous sépare et certainement s’entendre au moins sur les libéralités et les solidarités que l’on veut partager…pour les promouvoir efficacement.

    Répondre
  • jean François AKAR

    20 June 2020

    Monsieur Netter,
    De Gaulle a amnistié Maurice Thorez parce qu’il en avait besoin pour convaincre les communistes de participer à la reconstruction du pays, plutôt que de faire une guerre civile à la grecque. Thorez a d’ailleurs tenu sa part du contrat : “il faut savoir finir une grève” a permis la reprise dans les charbonnages et à la SNCF. Staline pour sa part , savait que les accords de Yalta avaient placée la France dans le camp occidental, et qu’il n’avait donc aucune chance d’y prendre le pouvoir. Il jugeait donc utile de respecter son engagement. La seconde parce que ce fut un principe de la stratégie soviétique (et du bon sens…) que de ne pas chercher à prendre le pouvoir dans un pays qui n’avait pas de frontière commune avec l’URSS par la quelle l’ami rouge pourrait intervenir directement avec son armée (ex: oui en Tchécoslovaquie ou en Afghanistan, non à Cuba qui a couté sa place à Khoutchev).
    Notre ambassadeur à Moscou disait en 1947 que, lorsque De Gaulle a demandé à Staline de lui renvoyer Thorez, Staline a répondu:” si ça vous fait plaisir, mais … ne le fusillez pas tout de suite”. Aucune illusion de l’un ni l’autre sur le personnage .

    Répondre
  • Caroline PORTEU

    18 June 2020

    Je ne suis pas d’accord avec vous sur le “gaullo communisme” car au contraire , je pense que c’est cette alliance de souverainistes de gauche , comme de droite qui a permis à la France de devenir ce qu’elle est devenue dans les 30 glorieuses qui ont suivi . La mondialisation financière à outrance est en fait une casse sociale monstrueuse puisqu’elle permet d’exploiter les situations dans des pays de misère dans le seul intérêt d’une toute petite minorité , sans parler de la casse sociale générée dans les pays qui délocalisent leur production .
    Que notre administration totalement pléthorique soit de plus devenue inapte , la crise sanitaire actuelle est en train de le démontrer avec un brio exceptionnel .
    La séparation des pouvoirs n’existe plus en Europe et tous les fondements démocratiques sont systématiquement piétinés .

    Répondre
  • Ockham

    18 June 2020

    Votre chronique manquait. Finalement et vous y arrivez aussi, les autres pays doivent finalement bien pire que nous à quelques exceptions près. Nous additionnons le gauchisme de notre élite, des syndicats marxistes avec un islamisme radical tous deux funestes pour les systèmes sophistiqués, une incapacité proverbiale à compter les deniers publics, une extrême droite récemment enfiévrée de gaullisme subite, des fadas verts qui arrêtent la construction d’une autoroute pour une grenouille qui a une tache de vin sur la tête, des sans-papiers qui tirent à la kalachnikov sur nos boulevards et enfin des médias fiscalement chouchoutés qui font parler sans cesse tous les monomaniaques cités au-dessus. Ils ne représentent qu’un pouillième de la population mais ils causent. Malgré tout ce que vous soulignez dont le boulet socialo-communiste, héritage des communistes espagnols, qui tient Paris, je m’étonne de la force de la France ainsi plombée par tant de crétins non pas en nombre mais en importance médiatique. Franchement ils causent et font la pub pour Zoé alors que passé le pont de Kehl certain met la première pierre à la construction d’une usine pour produire des 44 tonnes à hydrogène mi-2022. Ah Madame la marquise ! Décidément le palais de la Pompadour n’est pas bon pour la France.

    Répondre
  • Thierry Balet

    18 June 2020

    Très beau billet.
    Il est vrai à regarder son histoire que la France a su à chaque fois rebondir lorsque tout semblait perdu. Mais la léthargie de notre époque concoctée à coup de morphine mediatique, de citoyens biberonnés à la sauce Facebook, d’une éducation nationale pervertie à un gauchisme nauséabond et d’un état totalement soumis à des forces supranationales me laisse de plus en plus perplexe sur la capacité du peuple à rebondir. J’espère bien sûr me tromper.

    Répondre
  • Aljosha

    18 June 2020

    Un plaisir de retrouver votre ton percutant !

    Répondre
  • Bernard

    18 June 2020

    Que vient faire le communiste Alain Badiou dans la liste des intellectuels ostracisés ???

    Répondre
  • Dominique

    17 June 2020

    Vous citez Contrepoints c’est effectivement un excellent journal libéral. Le seul qui ait annoncé le décès, fin décembre 2019, du professeur Georges Lane, un des trop rares économistes libéraux en France. ( Il eut été capable, entre autre, de nous sortir de la Sécu.)

    Répondre
  • Dominique

    17 June 2020

    Votre exposé du mal en France est remarquable. Merci. L’étatisme, le gauchisme, l’islamisme. J’y ajouterai le mondialisme voulu par le CFR créé en 1920.
    .
    Il ne manque que vos recommendations, avec C. Gave et vos compagnons contributeurs, avant que le pays ne touche le fond comme un beau navire qui a sombré.

    Répondre

Me prévenir lorsqu'un nouvel article est publié

Les livres de Charles Gave enfin réédités!