1 June, 2020

A l’origine du désastre français : Deux fous et beaucoup de lâches.

La situation est désespérée mais pas sérieuse (Winston Churchill).

A la suite de ma chronique consacrée à l’Italie la semaine dernière, beaucoup d’entre vous m’ont demandé d’analyser la situation française en utilisant la même méthode, ce que je vais faire, en commençant par une citation que j’aime beaucoup et qui figure en exergue de ce nouveau papier.

  • La situation est désespérée…si nous continuons sur les politiques actuelles
  • Mais pas sérieuse… car si nous en changions, tout se remettrait en ordre tres rapidement.

Commençons par un état des lieux. Je suis un épargnant français aujourd’hui et le gouvernement français veut me faire investir en bourse de Paris. Méfiant, je demande à l’IDL d’indiquer ce que la bourse de Paris a réalisé comme performance depuis Janvier 2001 par rapport aux autres investissements que j’aurais pu faire à l’époque. Rappelons pour la petite histoire que l’indice de Paris, dividendes réinvestis, est montée de 3 % par an en moyenne de Janvier 2001 à aujourd’hui. Ce qui compte cependant c’est la performance relative par rapport aux autres actifs qu’il aurait pu acheter.  Voici donc le résultat en performance relative (rentabilités totales, dividendes et intérêts réinvestis).

 

A l’évidence, investir en bourse à Paris a été une tres mauvaise idée depuis les débuts de l’Euro puisqu’elle a sous- performé à peu près toutes les autres formes de placement, de quasiment 70 % pour l’or, de 43 % contre l’indice mondial , et d’environ 15 % pour les bourses européennes toujours libellées en monnaie nationales (Grande-Bretagne, Suisse, Suède, Danemark, Norvège, Pologne, Tchéquie…).Et comme la bourse a comme objet de mesurer la rentabilité marginale du capital investi dans un pays, cela veut dire en termes simples qu’il fallait être fou comme un lapin pour investir à Paris ou être entrepreneur en France.

Vérifions, en montrant la marge brute d’autofinancement des sociétés opérant en France et par là je veux dire des sociétés qui produisent en France.

 

La ligne rouge est la marge brute d’autofinancement (le cash- flow en anglais) qui donne une indication de la rentabilité des sociétés opérant uniquement en France, ce qui exclue bien sur toutes les sociétés ayant une capacite de production en dehors de France. La ligne bleue est le nombre total de chômeurs en millions, et attention : l’échelle à droite est inversée.

Ce graphique appelle deux remarques.

  1. Monsieur Trichet arrive à la banque de France en 1993 et impose sa politique du franc fort. Depuis, la marge brute des sociétés, est passée de 25 % à 20 %, en pourcentage du PIB, et à chaque cycle, cette marge se retrouve plus basse qu’au plus bas du cycle précèdent. En Allemagne ou en Grande-Bretagne, cette marge n’exhibe aucune tendance baissière et est près de deux fois plus élevée.
  2. Quand la ligne rouge baisse, la ligne bleue se met à baisser six mois plus tard, ce qui veut dire que le chômage augmente. Quand les sociétés gagnent moins d’argent, elles embauchent moins, voire elles débauchent. Voilà encore une découverte stupéfiante à mettre au crédit de l’IDL. Et donc, compte tenu de l’immense gamelle que vient de prendre la ligne rouge, le nombre de chômeurs va exploser dans les six mois qui viennent de 750000 personnes au moins et cela est malheureusement une certitude.

L’étape suivante, que nous connaissons par cœur va être la suivante : Les « stabilisateurs automatiques » (allocations chômage, subventions directes et variées etc.) vont se mettre en route. Comme l’Etat a été incapable de se réformer pendant les années de vaches grasses, cela va déclencher une hausse du poids de l’état dans l’économie qui cette fois va passer tres largement au-dessus de 60 % du PIB, ce qui va engendrer à son tour une baisse du niveau de vie et je suis donc à peu près certain que le PIB Français par habitant va baisser dans les 5 ans qui viennent.

 

Nous voilà dans la situation de l’Italie. La baisse du niveau de vie commencer. A partir de maintenant et pour au moins les cinq ans qui viennent, ce niveau de vie ne va cesser de baisser année après année, cela est certain. La France va s’appauvrir. La réélection de monsieur Macron me parait tres compromise.

Ce qui m’amène à la question essentielle : Mais pourquoi l’économie française ne cesse-t-elle de s’enfoncer, et la France avec elle ?

Et la réponse a cette question est tres simple : parce que nous avons des dirigeants qui font passer leurs objectif politiques qui n’ont rien à voir avec la France avant le bien être des français et le bien du pays. Leur but n’est pas que vous et moi soyons prospères et libres de gérer nos vies comme nous l’entendons mais de créer un nouvel état européen auquel nous aurons abandonné toutes nos souverainetés juridiques, institutionnelles et surtout monétaires. Et si cela implique que nous soyons plus pauvres et plus asservis, tant pis, on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs.

Mais nous sommes les œufs et je ne vois toujours pas l’omelette.

Et cette politique ne peut pas réussir puisqu’elle est contradictoire dans son essence.

Il se trouve en effet que la France a 70 % de fonctionnaires de plus que l’Allemagne pour 10000 habitants, ce qui en tant qu’économiste m’indiffère totalement. Si c’est le prix à payer pour que les français soient heureux de vivre ensemble, ce n’est pas un problème de nature économique mais de nature politique. Et pourtant, le coût du siège social France n’est « que » de 35 % plus élevé en France qu’en Allemagne (poids de l’état dans l’économie de 57 % contre 42 %), ce qui est moins que les 70 % auxquels on pouvait s’attendre. La raison ?  Le travailleur français a une productivité supérieure à celle du travailleur allemand (ce qui n’est pas le cas de l’Italie) et réussit donc à rattraper par son efficacité hors norme la moitié de l’écart entre les couts des deux états, ce qui est déjà prodigieux. Il n’en reste pas moins que les entreprises françaises ont sur leur dos un jockey de 68 kilos tandis que les entreprises allemandes en ont un qui fait 50 kilos. Et devinez qui gagne la course ?

Dans le temps, avant l’euro, le franc baissait régulièrement de la différence du poids des jockeys ajustée de la différence de productivité, ce qui remettait les pendules à l’heure et protégeait la marge brute d’auto-financement de nos entreprises et donc l’emploi et les rentrées fiscales.

Mais depuis l’arrivée de l’Euro, tout cela est fini et la variable d’ajustement est maintenant la rentabilité des entreprises françaises.  Du coup et en l’absence de tout régime imposé au jockey français, la marge brute baisse structurellement, la croissance structurelle aussi et les deux seules choses qui montent sont le poids de l’état et la taille de la dette.

CQFD.

 

 

Dans le fond, deux hommes ont détruit la France : Delors et sa rage de constituer un Etat Europeen et Trichet et sa folie d’une monnaie forte. Et aucun des deux n’était élu pour mener ces politiques désastreuses et illogiques.

Car voilà la contradiction mortelle : On peut ne pas reformer l’état, on peut avoir un taux de change fixe avec l’Allemagne, mais on ne peut avoir les deux à la fois.

Et plus étrange encore, aucun des Présidents dument élus, Mitterrand, Chirac, Sarkozy, Hollande, ni bien sûr Macron n’ont cherché à renverser cette politique désastreuse. Jamais des élus n’ont autant trahi leurs électeurs.

Sont responsables du désastre donc, deux fous non élus donc, et cinq lâches qui, eux, avaient été élus, sans compter les députés et les sénateurs qui ont voté pour un Traité que les Français avaient refusé par referendum.

Mais de quoi ou de qui les lâches avaient-ils peur ?

Auteur: Charles Gave

Economiste et financier, Charles Gave s’est fait connaitre du grand public en publiant un essai pamphlétaire en 2001 “ Des Lions menés par des ânes “(Éditions Robert Laffont) où il dénonçait l’Euro et ses fonctionnements monétaires. Son dernier ouvrage “Sire, surtout ne faites rien” aux Editions Jean-Cyrille Godefroy (2016) rassemble les meilleurs chroniques de l'IDL écrites ces dernières années. Il est fondateur et président de Gavekal Research (www.gavekal.com).

80 Commentaires

Leave a Reply to colcombet

Your email address will not be published. Required fields are marked *

  • imppao

    2 September 2020

    Bonjour,
    et merci pour vos articles et vidéos
    j’aurai voulu savoir si vous connaissez la monnaie libre (la june)
    je vous mets une vidéo sur la théorie relative de la monnaie
    https://www.youtube.com/watch?v=PdSEpQ8ZtY4
    Cordialement
    Imppao

    Répondre
  • Cloitre Bernard

    1 August 2020

    Merci pour vos articles qui mettent en lumière la désespérance de ce pays et j’en profite pour apporter d’autres formes de désastres produit par l’idéologie écolo. Les rendements français de blé , colza , pois , féveroles et maintenant les betteraves connaissent des chutes vertigineuses de production . Bien entendu on peut avoir des parcelles qui s’en sortent mieux que d’autres mais il en reste que les rendements se sont affaisser de 20 à 40% . Voir la destruction compléte des pois , féveroles , avoines , orge . ….
    La faute à qui me direz-vous ? Le climat , trop de pluie , trop de sec , des gelées printanniéres …eh bien non ! la faute aux abeilles (avec un petit brin d’humour ) !!!
    En effet la suppression il y a 2ans du Gaucho ainsi que d’autres familles d’insecticides a plongé l’agriculture dans une impasse ou il est impossible de lutter contres les ravageurs . Certains comme méligètes et altises sont même immunisés . Cet hiver a été particulièrement doux et pucerons et cicadelles ont contaminés les céréales , inoculant des viroses fatales aux cultures .
    Pour revenir à l’économie , ces des millions de tonnes de céréales qui manqueront à l’appel plombant ainsi les exploitations agricoles et les recettes de l’Etat Français( pas les autres états européens qui ont conservé ces produits phyrtosanitaires ) . Le lobby écolo finit d’achever ce qui restait un atout du pays : son agriculture

    Répondre
  • septic

    23 June 2020

    Cher Charles,
    excellent article.
    Cependant, je crois que vous surestimez totalement les sinistres personnages que vous incriminez dans votre article.
    Chaque fois que j’entends ces élites sortir un plan sur des sujets que je connais bien (j’en connais peu, mais le numérique et le cloud je connais), je me rends compte qu’ils ne comprennent rien au sujet, mais qu’ils sont certains du contraire et ils sont sûr d’avoir raison.
    Leur statut qui leur garantit un poste et des responsabilités envers et contre toute preuve de compétence, leur donne une arrogance naturelle et un égo sur dimensionné.
    La France n’a pas encore sombré mais elle a des élites qui font tout pour la détruire en pensant qu’ils sont en train
    de la sauver.
    C’est la pire situation possible, rien de pire que quelqu’un qui ne comprend pas ce qu’il fait mais est persuadé d’avoir raison, c’est une arme de destruction massive.
    Ces gens sont des crétins tout simplement.
    Ce qu’ils font et les résultats qu’ils obtiennent sont contraire à ce qu’on appelle l’intelligence.

    Cordialement.

    Répondre
    • pascallandais@aol.com

      30 September 2020

      Et si leur incompétence n’en était pas….mais qu’ils “roulaient”pour des gens extrêmement puissants ( d’où leur arrogance) Lorsque l’on écoute M. Attali, je trouve que son aspiration à un ” certain monde ” est tout à fait en corrélation avec ce que font ces gens. Ne croyez-vous pas?

  • Benjamin

    20 June 2020

    Merci M. Gave pourriez vous écrire sur ce monde de demain post covid dont le système nous serinent avec des relances budgétaires vers la transition énergétique (la religion climatique comme vous l’appelez) et les conséquences sur nos fleurons français qui vendent à l’international, je pense notamment à une valeur que vous appréciez comme Total, je me souviens de votre vidéo sur le cycle de l’énergie tres intéressante, le covid baissant le prix du baril jusqu’en négatif et amenant à la dépréciation des actifs de BP et donc à une baisse des investissements en recherche de ressources. voyez vous une remonté de l’or noir ou au contraire une fin de pétrole compte tenu de leur monde de demain. Quel avenir pour ces belles compagnies françaises ? Je pense au 10 que vous donniez il y’a quelques mois. Peut ton encore miser sur elles post covid ? Un grand merci pour votre éclairage précieux et la bienveillance que vous nous apportez.

    Répondre
  • Michael

    11 June 2020

    Pour connaître la France et l’Allemagne, dans le privé, en France, on travaille en général plus intensément .

    Autre point : lorsque l’Euro a été créé, entre autres objectifs il y avait :
    – indépendance de la Banque Centrale, donc lutte contre l’excès d’étatisme
    – lutte par cette Banque indépendante contre l’inflation, très forte à l’époque
    – poursuite de l’ancrage en Europe de l’Allemagne réunifiée

    Ces objectifs étaient fort louables.
    Encore eut-il fallu, pour que ça marche, que la France ne prétende pas s’exonérer des nécessités d’une saine gestion économique, nécessités que masque l’Euro, mais qui ont refait et refont progressivement surface.

    Ces nécessités auraient eu la m^me force de contrainte, sans l’Euro, mais se seraient manifestées plus vite et plus violemment.

    Cela aurait-il entraîné une prise de conscience accélérée et un redressement? Je laisse la question ouverte, car ce matin ma boule de cristal est encore en recharge…

    Répondre
  • ilmryn

    10 June 2020

    Très bon mais la “productivité” française est un MYTHE:
    Un chômage hors norme dans le privé avec des tas d’incompétents recasés dans le salariat public fait que SEUL les plus productifs et les mieux formés travaillent en France.
    Ça exclus les vieux, les jeunes pas formés, les idiots, les mous. Il faut vraiment arrêter avec ce mythe qui n’a aucun sens. Pourquoi diable des Français latin et maintenant africain du nord seraient-ils plus performants que des Allemands pour ne citer qu’eux !?

    Répondre
    • Charles Heyd

      11 June 2020

      Je suis aussi de votre avis; si on fait courir 100 personnes prises au hasard un 100m la moyenne ne sera pas la même que celles des 100 meilleurs sprinters mondiaux;
      la productivité dépend ensuite des processus de fabrication, donc de l’entrepreneur, des “managers”, des employés et de la motivation générale, c-à-d de l’esprit d’équipe. Quand il y a des syndicalistes qui dénigrent leur entreprise (très souvent publique) il ne faut pas s’attendre à une productivité record; on ne le voit que trop bien dans notre service public!

    • TARIF

      4 September 2020

      Je me permets une remarque basico-basique complémentaire.
      Comment est évaluée la productivité d’un employé français ?
      je suppose que c’est le rapport de ce qu’il a produit au temps passé : des €/h).
      Comme c’est une fraction du PIB, gross-modo, le chiffre trouvé mis au numérateur doit correspondre à la réalité.
      Mais au dénominateur, je suppose que les économistes en charge de ces calculs vont mettre les chiffres officiels … Or, dans un pays où plus du tiers des employés sont des gens qui ne comptent pas vraiment leur temps, ce chiffre est faussé. En clair, autour de moi (Cadre dans l’IT dans un groupe d’énergie) tous ceux avec qui je travaille travaillent plutôt 45 h, voire plus de 50 pour beaucoup, plutôt que 35.
      De plus, pour avoir collaborer avec des collègues à l’international, j’ai pu vérifié que en Allemgane, aux US … les gens travaillent les heures officielles et pas plus.
      Comme annoncé, c’est super basico-basique, mais j’attends qu’on me démontre que j’ai tort.
      Qu’en pensez-vous ?

  • Empecheur_de_sovieter_en_rond_2022

    8 June 2020

    Patron, j’ai vue cette vidéo:

    https://www.youtube.com/watch?v=r-nQBelNdp4

    Félicitations. Il faut et faudra du courage. Et vous en prendrez plein la tête. Peu importe l’issue. Au pire, vous aurez avancées vos idées et joué les troubles-fêtes. Donc je pense que cela sera positif quoiqu’il arrive.

    D’ailleurs vous venez de recevoir votre premier soutien:

    https://www.youtube.com/watch?v=UsxxMZ4dcEs

    Restez bien conscient que vous subirez le même traitement que Trump: calomnies et désinformations en permanence, ainsi que écoutes et recherches de cadavres sous les tapis ou de squelettes dans les placards. Ainsi que de vos proches (cf. ce qui arriva à Philippe de Villiers). Soyez fort. Restez droit. Restez authentique. Restez habité par le logos.

    Vive la nation française – Vive les peuples français. ☺

    Répondre
    • Empecheur_de_sovieter_en_rond_2022

      8 June 2020

      Également, je me permets quelques idées avec lesquelles vous pouvez être bien évidemment en désaccord:
      – référendum d’initiative populaire (très important philosophiquement & pour représenter sincèrement les gilets-jaunes)
      – audit des comptes de l’État
      – Bruxit
      – criminilisation de la pédophilie
      – Foutre la paix aux français

      – souveraineté monétaire:
      * monnaie nationale
      * ordinateur à 3% comme banque centrale (la re-nationalisation de la monnaie serait une authentique opportunité pour mettre en place cette machine de Friedman)
      * création monétaire à travers les entrepreneurs [lesquels créent la richesse] et non à travers les banques [qui, par essence, financent les actifs les moins risqués, c’est-à-dire pré-existants]
      * une unique monnaie qui a cours légal [4e propriété d’une monnaie: l’État paye ses fonctionnaires avec]
      * néanmoins autoriser la concurrence afin d’anticiper la mégestion de la monnaie nationale
      En effet, seules la concurrence et la compétition sont un contre-pouvoir. Toutefois, en tant que français, je n’ai pas envie de placer mes économies en DM ou autres, d’autant plus que les monnaies étrangères sont soumises à droit étranger. En outre, la compétition ne doit être faite par l’État, ce qui reviendrait à avoir plusieurs fois la même monnaie – et donc par des entrepreneurs français. Cependant, ces monnaies privées nationales n’auraient pas cours légal, id est elles pourraient être refusées en tant que moyen de paiement. Bien entendu, par définition de monnaie, il n’y aurait pas de tva dessus lors de l’achat ou vente. Ces monnaies seraient aussi un moyen de sauvegarder à long-terme son épargne durement gagnée.
      * Par ailleurs, je sais bien que, selon la doctrine ultra-néo-libérale, le contrôle des changes est une mauvaise chose. Toutefois, par exemple, le fait que la CIA possède des francs français ne suscite guère mon enthousiasme (ou toute autre entité subversive étrangère). Notre monnaie est avant tout un moyen de vivre-ensemble. Je suis pour l’échange des biens et des services entre les nations. Néanmoins, la monnaie permetd’acheter du capital français et de le réallouer à des fins contre-productives voire subversives, contraire à nos intérêts. Notre monnaie est notre système d’information pour allouer le capital de notre nation, lequel capital n’est d’autre que les membres de cette nation. Je suis donc tout à fait frileux quant au fait que des entités étrangères possèdent francs français. Cela ne me plaît guère. Cela dit, je ne promeus pas l’idée d’un contrôle du taux de change, qui doit librement flotter (et pour une monnaie fiat, cela signifie se dévaluer). Nous préserver des ingérences extérieures, telle est mon idée. Et je conçois la monnaie avant tout comme un moyen de notre vivre-ensemble; le commerce extérieur est, de toutes façons, du troc par définition, et sa balance doit toujours revenir à zéro. Mais le fait que des étrangers ne puissent posséder des francs français m’est parfaitement secondaire.
      * monnaie élastique pour les établissements solvables mais illiquides.
      * impression en cas de guerre
      * Quid des dévaluations de type «rueff» (égoût collecteur des droits non gagnés)? De mon point de vue, il s’agit de financer l’État avec de la création monétaire (cas où les impôts sont insuffisants). Cela me paraît toujours mieux que la dette! Néanmoins, que l’État soit entièrement financé par les impôts me paraît mieux (je suis contre le financement «indolore» de l’État, cela est un mérespect du logos, et même antithétique au logos – reste que, de deux maux, la création monétaire est moins pire que la dette). Cependant, dans ce cas, où se matérialise la perte de valeur de la monnaie dus à une gestion sous-optimale de l’État et/ou des droits non-gagnés?

      – Votes blancs et non-exprimés
      * À mon avis, les votes blancs et non-exprimés devraient être pris en compte en laissant des chaises vides à leur place; cela permettrait de voter avec les pieds.
      * Et donc ces chaises vides seraient également comptées lors des votes. ☺
      * Le problème avec cela est que cela créerait une motivation pour rayer les citoyens des listes électorales; donc aucun citoyen ne pourrait être rayé des listes électorales – un citoyen serait forcément sur une liste.

      – Hystérésis et stabilité
      * Un problème avec le vote du 50%+1 voix est l’instabilité, et l’inflation législative (cf. Milton Friedman: «La pire invention à DC fut l’invention de l’air climatisé.»).
      Pour donner un peu de stabilité (et foutre la paix aux français par la même occasion), une idée serait de décaler cette barre de 50%. Deux-tiers paraît élevé, 60% pourrait être une opportunité.

      – Citoyenneté
      * Suppression du droit du sol (gilets-jaunes)
      * Instauration de l’impôt du sang: le droit politique (voter, être élu, être fonctionnaire, faire partie d’un jury) est la contrepartie de servir sous le drapeau, de donner sa vie pour la nation.
      * En particulier, la légion étrangère me paraît une très bonne institution.
      * Cf. le système à Singapore.
      * Il faut donc, à mon avis, réinstaurer le service militaire, en tant que moyen de payer et d’accepter l’impôt du sang. Celui-ci ne doit pas être obligatoire: ceux qui refusent n’ont simplement aucun droit politique. Aucune dispense ou exception accordée. Et cela ne devrait pas être un placard doré; le risque doit être réel («skin in the game» selon l’expression de Nassim Taleb).
      * Il devrait durer une année. Avec un rappel de quatre semaines tous les ans jusqu’à l’âge de quarante ans.
      * Le droit de vote ne serait accordé qu’à compter de la quarante-et-unième année, uniquement à ceux qui ont complété intégralement leur service sous le drapeau.
      * Pas de bi-loyauté. Une personne ne peut servir sous les drapeaux que d’une unique nation. Une personne étant découverte ayant payé l’impôt du sang également dans un autre pays devrait être jugée pour trahison.
      * La liste des déchus de l’impôt du sang doit être publique (avec la ou les raisons)

      – Épistémologie
      * Du fait que nous sommes la nation du logos, l’intelligence possède nos faveurs, mais également nous croyons dans le *consensus*. Implicitement, nous croyons que nous pouvons régler nos problèmes en nous mettant tous ensemble autour d’une table (de 60 millions de personnes), dans la mesure où chacun est de bonne volonté. C’est ce qui fait que nous croyons en l’État: l’État est l’impersonnification de ce consensus. Nous croyons en l’État parce que nous croyons au consensus. L’État est perçu comme le récipiendiaire de ce consensus, il doit s’y conformer et l’implémenter. D’où Tocqueville: «Sitôt que plusieurs des habitants des États-Unis ont conçu un sentiment ou une idée qu’ils veulent produire dans le monde, ils se cherchent, et, quand ils se sont trouvés, ils s’unissent. Dès lors, ce ne sont plus des hommes isolés, mais une puissance qu’on voit de loin, et dont les actions servent d’exemple; qui parle, et qu’on écoute. La première fois que j’ai entendu dire aux États-Unis que cent mille hommes s’étaient engagés publiquement à ne pas faire usage de liqueurs fortes, la chose m’a paru plus plaisante que sérieuse, et je n’ai pas bien vu d’abord pourquoi ces citoyens si tempérants ne se contentaient point de boire de l’eau dans l’intérieur de leur famille. J’ai fini par comprendre que ces cent mille Américains, effrayés des progrès que faisait autour d’eux l’ivrognerie, avaient voulu accorder à la sobriété leur patronage. Ils avaient agi précisément comme un grand seigneur qui se vêtiraient très uniment afin d’inspirer aux simples citoyens le mépris du luxe. Il est à croire que si ces cent mille homme eussent vécu en France, chacun d’eux se serait adressé individuellement au gouvernement, pour le prier de surveiller les cabarets sur toute la surface du royaume.».
      Psychologiquement, si les gens vont voir l’État, ce n’est pas tant parce que ils adorent l’État comme une déité, mais parce que il est l’intermédiaire par lequel le consensus se réalise. C’est vraiment un état d’esprit; a contrario de l’esprit de la nation américaine où l’idée est que chacun doit être laissé tranquille, chacun est son propre consensus, et l’État américain est là pour s’assurer du bon vivre-ensemble de ces «consensus» individuels; l’esprit de la nation française est au contraire basée sur un consensus collectif. Et cette idée du consensus collectif découle directement que nous sommes la nation du logos: entre gens de bonne volonté, nous pouvons nous mettre tous ensemble autour d’une table pour résoudre nos problème, nous pouvons discuter, faire jouer le logos entre nous.
      Le logos est une très bonne approche de son prochain. Toutefois, cela pose une problématique épistémologique. Implicitement, cette attitude suppute que la vérité peut être accédée par la discussion, par un comité théodule. Or, empiriquement, nous savons que le marché est un mécanisme plus puissant pour faire le tri entre les vérités (suprématie de l’Angleterre sur la France). La katallaxie est plus puissante que le comité théodule. Et c’est là, à mon avis, qu’il y a une authentique éducation à faire auprès des membres de la nation du logos. Leur dire que le consensus est une excellente chose, qu’il fonctionne (sinon la nation française serait un pays arrièré), mais que le système d’information que sont les prix est un système supérieur.
      C’est pour cela que notre droit est une bouillie (en lieu et place du droit romain dont pourtant il est tiré): notre droit est fondé sur notre idée que la vérité est accessible a priori par le logos.
      C’est aussi pour cela que la notion de risque est une notion compliquée pour un membre de la nation du logos: il est implicitement supposé que la vérité est connaissable a priori par le logos, par la discussion, par le consensus. Je refuse ce mythe absurde que les français seraient envieux. En revanche, je suis tout à fait d’accord qu’ils sous-estiment le rôle de l’entrepreneur; ils ne nient pas son existence ou son utilité (c’est un «porteur de projet»), mais à partir du moment où un entrepreneur ferait bon usage du logos, où il discuterait et atteindrait le consensus, il pourrait donc atteindre en amont la vérité, alors il n’y a pas vraiment de risque. Pour les français, l’entrepreneur n’est qu’un travailleur comme un autre: il est «porteur de projet», auto-chargé de dévélopper telle ou telle idée; un entrepreneur est interchangeable, sa tâche peut être entreprise par n’importe qui d’autre. C’est pour ça que, en sous-jacent, est développée l’idée que tout le monde pourrait simplement être embauché par l’État; ils croient sincèrement que cela ne fonctionne actuellement pas parce que le cœur des gens est impur, avide, cupide, etc. C’est pour ça cette idée bizarre que celui qui réussit n’a pas vraiment de mérite, et celui qui rate prouve qu’il ne s’est pas vraiment servit du logos.
      Empiriquement, il est indubitable que la nation du redneck, basée sur le «laisse-moi tranquille», a surpassé économiquement la notion du logos – et cette supériorité économique est d’ordre épistémologique: le système des prix est supérieur au consensus national; la katallaxie est supérieure au comité théodule; que supposer que la vérité n’est pas atteignable a priori est supérieure à supposer que la vérité est atteignable a priori.
      Je suis donc d’accord avec vos propos tenus auprès de M. Juvin, même si mon approche est différente: il faut ré-enseigner qu’il n’y a pas que le capital et le travail, mais un troisième ingrédient, l’entrepreneur. Et que l’entrepreneur est une personne très particulière, qu’ils ne sont pas interchangeables, parce que il est celui qui va tester sur le marché si une idée est bonne, ce qui est par essence risqué puisque on ne sait pas si cette idée est a priori bonne ou pas. Épistémologiquement, on ne le sait pas. Et un entrepreneur est une personne qui estime que telle idée est valable, qu’elle peut être une solution pour des clients, et qui en dépit de la probabilité d’échec, va devenir un M. Solution et se débrouiller pour la mettre à disposition de ses clients. C’est effectivement Jean-Baptiste Say. Bien qu’il ne l’ait pas explicitée comme Schumpeter, je ne vois pas de différence fondamentale entre Schumpeter et Say; de mon point de vue, la loi de l’offre est la même chose que l’entrepreneur.
      * Être la nation du logos est une excellente chose, mais, épistémologiquement, la vérité n’est pas connaissable a priori.
      C’est une vérité que nous devons absolument intégrée si nous ne voulons pas rester une nation de deuxième rang.
      * En outre, il est important de préciser que si un monopole quelconque est délégué à une entité étatique, la première chose à faire est d’acheter le fonctionnaire en charge. Il y a donc des intérêts particuliers qui pourraient obtenir des privilèges (toute ressemblance avec la réalité n’est pas fortuite). Et en plus l’entité en charge aurait naturellement un biais de sélection, à choisir et sélectionner ses membres par miroir (en les testant sur leurs vérités, qui doivent être les mêmes que ceux en charge), et donc une reproduction sociologique se produirait (toute ressemblance avec la réalité n’est pas fortuite).
      * La fameuse «arrogance» française est une dérive de cette nation du logos. Certaines personnes peu tempérées sont habitées par cette idée du logos, et croient avoir atteint la vérité par le logos. C’est quelque chose que j’avais déjà perçue et comprise comme le fait que ces personnes moyennes ne croyaient pas tant détenir la vérité unique, mais la forme d’esprit unique, la forme d’intelligence unique. Ce n’est pas tant la pensée unique que la forme d’intelligence unique. Mais cela va plus loin: c’est le logos.
      * On revient également à la «démocratie»: ce sont des esprits moyens qui ont pris le pouvoir, tout en étant habité par l’esprit de la nation. Et là, je pense vraiment qu’on touche à la vérité parce que cela me paraît parfaitement décrire la France depuis 1793. La France commença un processus de démocratisation, s’arrêta en cours de chemin, n’est pas devenue une démocratie pleine et entière, et depuis le pouvoir est entre les mains d’esprits moyens.

      – Ouverture du marché des banques:
      * facilitations pour créer des banques de dépôts uniquement
      * facilitations pour transformer une banque de dépôts en établissement de crédit mais non casino: pas de refinancement sur les marchés + pas de trading + pas de fonds propres fractionnaires
      * facilitations pour transformer un établissement de crédit «bon-père-de-famille» en casino (refinancement sur les marchés + trading + fonds propres fractionnaires)

      – État prescripteur et non fournisseur:
      * réforme libérale des assurances
      * réforme libérale des retraites
      * réforme libérale de l’assurance santé
      * réforme libérale de l’assurance chômage
      * réforme libérale de l’éducation
      * réforme libérale des hôpitaux
      * etc.
      * ajouter quelque part dans une loi (la constitution?) que, autant que faire se peut, l’État doit se restreindre à être prescripteur et non fournisseur (intérêts particuliers + reproduction sociologique + épistémologie)

      – Élection présidentielle
      * 500 signatures de citoyens également (gilets-jaunes)
      * un seul mandat
      * Un des problèmes du système de vote actuel est qu’il est à somme nulle (avec tous les effets indésirables que comportent les jeux à somme nul).
      Pour ma part, je suis très favorable au «vote par approbation», dans lequel le votant indique les candidats qui ne lui semble pas mauvais ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Vote_par_approbation ). Cela éliminerait le «vote utile» et les arguments de la peur («Il faut tous voter utile pour X sinon la Bête Immonde sera élue.»). Et cela permettrait aux candidats de proposer des idées constructives, positives, au lieu de se concentrer sur la bataille.
      * Même chose, le fait qu’un unique candidat soit élu détruit la pluralité et la diversité. Que ce soit Chirac en 2002 ou Macron en 2017, ces messieurs reçurent les pleins pouvoirs, alors que leur légitimité était pour le moins faible. Et tous les autres n’ont plus voix au chapitre. Alors que si un candidat reçut 50%+1 et l’autre 50%-1, la logique du fait que le gagnant prend tout me paraît douteuse sinon absurde.
      Ainsi, plus que de voter pour un candidat, on pourrait imaginer de voter pour un parti. Puis un comité présidentiel réunissant un représentant de chaque parti. Dans ce comité, chaque parti aurait une voix pondérée, et son poids serait le nombre de voix reçues lors de l’élection. Ce comité choisirait/élirait le président. Il pourrait aussi le révoquer, mais non pas symétrie mais par hystérésis afin de susciter de la stabilité: il faudrait 2/3 des voix (puis il resterait en position en attendant un nouveau choix de la part du comité présidentiel).
      – ineligibilité des fonctionnaires (tout fonctionnaire n’ayant pas démissionné le jour précédent le jour du vote est automatiquement démis de ses fonctions, et ne peut plus devenir fonctionnaire ad vitam æternam, et est inéligible ad vitam æternam).
      – obligation de déclaration a priori pour tout fonctionnaire, toute personne qui se présente à une élection, et à toute personne élue, de déclarer son appartenance à une confrérie ou sororité ou guilde ou corporation ou religion ou syndicat ou organisation politique ou secte (franc-maçonnerie, rose-croix, illuminés, chevaliers de la jubilation, CGT, adorateurs d’Osiris, adorateurs de Moloch, scientologie, ordre de Malte, Opus Dei, Frères Musulmans, dominicains, franciscains, guilde des forestiers et bûcherons, bolchévisme, bilderberger, trilatéraliste, CFR, mosaïsme, talmudisme, catholicisme, confrérie des adorateurs de bonbons, etc. – liste non exhaustive – toutes les appartenances si elles sont multiples – passées et présentes). Il faudrait introduire un délit de «subversion», qui, même si il serait bien difficile à appliquer, indiquerait explicitement que la subversion est un délit (la subversion est un mérespect du logos).
      * Dans cette optique de «prescripteur mais pas fournisseur», j’ai écoutées vos intéressantes conversations avec M. Juvin, en particulier celle concernant les fonctionnaires inamovibles. Je pense qu’il y a une idée là. Effectivement, travailler pour l’État ne devrait pas être désirable, ni voire une carrière. C’est une idée intéressante. Je me demande dans quelle mesure cela peut être mis-en-œuvre. Par exemple, dans l’armée, si le peuple est l’infanterie (impôt du sang), il me paraît nécessaire d’avoir une structure, une colonne vertébrale qui existe en permanence. Même chose concernant l’État et ses missions en général. Autre exemple: le renseignement; il me semble que le renseignement ne peut être accompli que par des professionnels qui y font carrière. De l’autre côté, la secrétaire administrative à la mairie ou à la préfecture, on s’en fout: on peut lui imposer une rotation obligatoire. Et cela pourrait faire partie des devoirs du citoyen: travailler pour l’État (défendre la nation; être jury; travailler dans l’administration; être élu/représentant). Cela me paraît intéressant et semble mérité d’être creusé. Une idée: les vieux monsieurs et les vieilles dames pourraient être affectés dans les administrations; ainsi ils continueraient à être productifs et à être utiles, et contribueraient à la nation et à leurs concitoyens, lesquels seraient leurs enfants (et les enfants de leurs co-nationaux); et moi, égoïstement, ça me ferait très plaisir de voir une grand-mère ou un grand-père lorsque je fais renouveler mon passeport (et de discuter avec eux – ce serait pas mal, me semble-t-il).

      – interdiction pour l’État et tout établissement para-Étatique de s’endetter et/ou de garantir de la dette

      – Appliquer Bastiat

      – Il y aurait une immense réforme du droit à faire (chantier gigantesque). Nous sommes la Nouvelle Athènes et la Nouvelle Jérusalem. En revanche, nous avons complément raté la nouvelle Rome (qui est l’Angleterre et les USA; l’Allemagne est la Nouvelle Sparte)
      Voir Lucien-Anatole Prévost-Paradol, «La France Nouvelle».
      (À nouveau, notre droit est un gloubi-boulga à cause de notre erreur épistémologique qui provient du fait que nous sommes la nation du logos.)
      * interdire strictement les lois rétroactives (cf. Hollande et le taux rétro-actif de la CSG sur les quinze dernières années!!! Mais y compris les lois de finance rectificatives concernant les années antérieures — SÉCURITÉ JURIDIQUE!!!)
      * jury partout
      * renforcer le droit de propriété, en particulier vis-à-vis de l’État
      * circonscrire les pouvoirs de l’État: il doit utiliser le logos
      * subordination de la violence active à une décision de jury
      * violence défensive pour les gardiens de la paix
      * suppression des tribunaux administratifs
      * suppression des tass
      * que deux juridictions: civile et martiale
      * l’État est un justiciable comme un autre

      – Réforme de Poutine sur les jeunes entreprises
      – Police: le problème de la police est qu’elle est utilisée par la classe dirigeante pour se protéger et non pour protéger le peuple – Quid?
      – interdiction du confinement – c’est une violation du logos – le gouvernement doit utiliser le logos
      – construire des prisons, *humaines*
      – avoir un équivalent du 1er amendement américain + avoir la possibilité d’ester en justice en cas de diffamation, etc.
      – séparation des trois pouvoirs comme préconisé par Monsieur de Montesquieu (le juridique est actuellement subordonné à l’exécutif)
      – abus d’utilisation de l’armée: interdiction à l’armée d’opérer hors du territoire sans autorisation préalable du parlement; et celle-ci doit être limitée dans le temps (6 mois par défaut)

      – assemblée nationale: un tiers par tirage au sort + 60% pour passer une loi (hystérésis afin d’avoir de la stabilité et de foutre la paix aux français)
      – re-création des provinces correspondantes aux peuples de France (et qui sont content d’être français, la question n’est pas là)
      – création d’une assemblée des provinces
      – néanmoins, la langue française reste la seule et unique langue de l’État français (droit, administration, question de police, contrat, etc.)
      * en particulier, toute personne qui n’est pas capable de répondre à des questions de police en français peut être emmenée au poste (la non-connaissance de la langue n’est pas une justification pour méconnaître la loi, le droit, la police); néanmoins, une personne ayant ses papiers en règle ne peut pas être retenue plus de 6h, sauf décision de justice
      * les autres langues ne sont pas interdites (pratique, enseignement, etc.)

      – séparation des affaires extérieures (diplomatie & armée & renseignement) et des affaires intérieures (justice & police & maintien du droit, de l’intégrité physique et de la propriété privée & renseignement & contre-renseignement & infrastructures nationales) et de la solidarité (éducation, santé, blabla): id est, trois sous-gouvernements
      – supprimer le ministère de l’économie et du gosplan
      – faire de l’INSEE une entité indépendante (pour l’instant, elle est malheureusement politique)
      – avec l’IRPP, on a les revenus ⇒ on peut calculer le revenu médian
      ⇒ salaire d’un élu: revenu médian
      – le conseil présidentiel dirige les propositions de loi à destination du parlement
      – le conseil présidentiel nomme et révoque (avec effet hystérésis) la tête de chaque sous-gouvernement, dont la durée du mandat n’est pas pré-définie, mais il ne peut pas être à nouveau choisi une fois révoqué (y compris les autres gouvernements)
      – chaque tête de sous-gouvernement doit faire un *court* bilan de l’année dans la semaine précédent le 25 décembre aux français + un autre court bilan semestriel dans les sept jours précédent le 25 juin
      – suite à ces présentations, le peuple vote pour le conseil présidentiel dans les sept jours suivants le 25 décembre et 25 juin (renouvellement par tiers; d’où mandat de 18 mois en tant que membre du conseil présidentiel; non-renouvelable)
      – dans les sept jours qui suivent, le conseil présidentiel doit voter si il révoque le président de chaque sous-gouvernement
      – le renseignement extérieur doit être contrôlé non-publiquement par le parlement; ces actes de contrôle sont consultables par toutes personnes ayant payé l’impôt du sang sept années révolues après les faits; toutes personnes qui en divulguent une quelconque information est coupable de haute-trahison; les archives deviennent publiques (en particulier pour les universitaires) au bout de 101 ans.
      – le sous-gouvernement extérieur doit être financé par la TVA et avoir son taux défini indépendemment – et cela doit être son unique source de financement (interdiction du trafic de drogue), sauf impression de billets en cas de guerre
      – le sous-gouvernement intérieur doit être uniquement financé par la TVA, avec son propre taux indépendant – ni impression, ni rien d’autre
      – le sous-gouvernement dédié à la solidarité doit être financé par l’IRPP et rien d’autre – ni impression, ni TVA, ni rien d’autre
      – interdiction de voter un déficit: les taux de TVA et d’IRPP doivent être automatiquement ajustés
      – suppression de l’IS – remplacement de l’IS par la création/destruction monétaire (avec lissage dans le temps pour éviter les opportunistes)
      – financement des collectivités locales à travers les mairies
      – financement des mairies par la taxe foncière et la taxe d’habitation et la taxe équivalente pour les locaux professionnels, commerciaux, et industriels – aucun autre mode de financement (subventions, impression, tva, dette, etc.).
      – suppression de tous les autres impôts

      – parlement: un seul mandat pour tous les élus (et tous les autres élus d’ailleurs)
      – interdiction pour le parlement de faire des propositions de lois

      – il faut laisser que le coût d’une erreur, d’un échec entrepreneurial, de mésallocation du capital, soit le plus bas possible: coûts d’entrée, coûts de sortie
      – séparer la création de richesses et la solidarité
      – ajouter trois lignes aux bulletins de paie:
      * salaire complet (i): …
      * salaire net (ii): …
      * taux d’imposition implicite (1 – ii / i): …

      – préciser quelque part, dans une loi, que la mission de l’État est de fournir des infrastructures et de mettre en œuvre les modalités du vivre-ensemble – mais il ne décide pas des modalités du vivre-ensemble, au niveau social, et encore moins au niveau familial et individuel. Par exemple, dans le cas du confinement, si il en est par définition l’exécutant (c’est sa mission), il n’est pas l’entité qui décide du bien-fondé du confinement.

      Logos, Non-violence, Charité

  • ChantelleF

    7 June 2020

    Bonjour à tous
    Tout d’abord je souhaite remercier l’institut Des libertés et plus particulièrement Mr Gave pour ces interventions qui me séduisent particulièrement.
    Je viens vers vous pour vous poser cette question (en ayant du mal réellement à comprendre cette situation):
    Le Japon ?
    QE depuis + de 20 ans, mais dette à 90% japonaise donc pas un endettement trop excessif en réalité =>ok je suis => mais yen qui monte malgré tout…
    Bien que comprenant le fait que le yen est moins disponible en cas de crise, j’aurais tendance à penser qu’avec les QE sa valeur aurait dû baisser successivement alors que non?
    Je sens que quelques chose me manque comme articulation et qui me permettrait de pouvoir comprendre et de fait anticiper ce qui pourrait arriver car au final on se dit que au bout, l’or paraît évident. Malgré tout certaines choses contre intuitives peuvent être les drivers…d’où mes incompréhensions et ma question
    Merci

    Répondre
  • Michael

    7 June 2020

    S’il ne fait pas de doute que le défaut de productivité de l’Etat est un handicap majeur, il n’est pas évident qu’à handicap constant ,la sortie de l’Euro permettrait à la France de rebondir. Certes elle profiterait dans un premier temps de son taux de change plus bas, de ses actifs à l’étranger revalorisés, mais relancerait son inflation, serait à peu près certaine d’être en faillite internationale du fait de l’absence de soutien de la BCE et, désormais, des Eurobonds, ainsi que d’un downgrading radical qui résulterait du libellé d’une partie de sa dette extérieure en Francs ; les investisseurs craindraient d’être dépendants d’un système légal non régulé par les lois européennes.
    Il n’y a qu’une voie : l’ accroissement radical de la productivité de l’Etat; couplée à une déconcentration des pouvoirs conduisant à une fédéralisation de la France à l’instar des grands pays qui réussissent : USA, Allemagne, Suisse ; permettant l’allègement de la fiscalité des affaires et une attractivité retrouvée pour les investisseurs.
    L’alternative que présente Charles Gave n’en est pas une, car elle n’a qu’une branche

    Répondre
    • ilmryn

      10 June 2020

      L’état ne peut pas et ne sera *jamais* productif.
      Hors régalien, il ne produit rien que des freins à l’économie (cerfa, fiscalité) et quand il remplace un segment qui pourrait être privé, il sous-performe gravement.
      La raison est très simple : dans le privé, les peu efficaces crèvent très rapidement, ils sont obligés chaque jour, mois, année de répondre aux attentes des clients et d’avoir un salariat, une qualité et des prix taillés au plus juste sinon c’est la faillite.
      Cet autonettoyage naturel n’existe pas dans le public.

  • Antoine

    6 June 2020

    Cher Charles,

    Je voudrais vous adresser un immense MERCI pour vos articles et vidéos. Cela doit faire plus de 10 ans que je vous lis et écoute. Vous m’avez éduqué et permis de regrouper toutes les pièces des puzzles économique et politique. Certains vénèrent des joueurs de foot, moi je vous vénère vous !

    Encore MERCI pour tout et prenez soin de vous.

    Répondre
  • Bernard Bruno JANIN

    6 June 2020

    Merci Mr Gave pour cette d’emonstration fortement parlante. En effet, les responsables non élus sont un désastre pour le quotidien de la France.

    Répondre
  • Frédéric

    5 June 2020

    Bonjour juste un constat il y avait 19 millions de travailleurs a ca on en enleve deja 1 puis sûrement encore 1.5 a 2 d ici septembre. On aura sans,doute un leger problème budgétaire. Et pire si le virus revient fin octobre comme je le crois.

    Répondre
    • Gérard Emile

      12 June 2020

      Vous dites 19 millions de travailleurs pour 4 à 5 millions de fonctionnaires ! Donc bientôt plus que 18, 17, 16 ? avec toujours le même nombre de fonctionnaires !!! Et là-haut on nous dit que ça repart ? Je rêve d’un président de la Cour des Comptes élu par le peuple et non plus des nominations par copinage. Je rêve d’une cour des comptes disposant de tous les pouvoirs pour établir un audit COMPLET des aspects financiers de la France. Je rêve d’une cour des Comptes imposant sa loi au ministre des finances. Je rêve….mais je prépare un exemple sur mon site, à paraître dans les jours qui viennent, d’un petit exemple pour faire des économies grâce à la cour des comptes.

  • AUSONE

    5 June 2020

    Bonjour Monsieur Gave,

    Je vous lis chaque semaine avec assiduité et délectation. Votre réalisme et bon sens me parlent. Me voilà paysan par choix depuis 9 ans après avoir oeuvré comme cadre Parisien pour des mastodontes français.
    Je ne regrette rien de mon choix.
    Pourriez vous, je vous prie, traiter de ce petit sujet connexe à votre dernier article, à savoir : quid de la valeur d’un emprunt bancaire après un éclatement de ce qui est encore appelée l’Europe donc de l’euro ou l’inverse .
    Emprunter aujourd’hui en France aboutirait à quel niveau de valeur dû au créancier après la réalisation de la fin du cauchemar Européen ?
    100 se transformeraient en combien pour un Français? 100? 50?
    J’ai posé cette question à de multiples reprises à des ‘pointures ‘ de banques privées qui ne savent que répondre…
    Incompétence notoire ou brouillard général?
    Question induite : faut-il se charger actuellement ou non?
    Soyez encore remercié pour vos lumières et l’altruisme qui vous est coutumier.
    Bien à vous,

    Répondre
  • Bret

    3 June 2020

    Bonsoir,

    Cela n’est effectivement plus un secret que le CAC40 et même les indices européens sous performent les indices World, US et même l’or…

    Quelle est votre position actuelle concernant votre article précédent ou vous parliez d’investir en yuan, US et or ?
    Nous vivons un fort rebond et une potentielle baisse de l’or à court terme pour ensuite viser 2000$ l’once compte tenu de l’entrée dans une ère de stagflation.
    Qui aurait pu prédire que le rebond serait si fort suite aux injections de liquidités des BC ? Je vous rejoins sur le chômage, les publications des résultats du T2 au mois de juillet et ensuite du T3 en octobre vont rappeler la réalité. Est-ce que pour autant une seconde baisse pointera le bout de son nez ? Pas sûr.
    En arrière plan de profile une instabilité géopolitique dont vous n’évoquez pas encore les tenants et aboutissants.

    A vous lire

    Répondre
  • NODRALG

    3 June 2020

    L’article de Guillaume BIGOT est juste parfait.

    Répondre
  • Éric Bommelaere

    3 June 2020

    Mais de quoi ou de qui ces laches avaient ils peur ?
    De perdre leur pouvoir par le capital? De la forêt qui masque leur égo?
    C’est la Remarque d’un idéaliste utopiste, ou l’accumulation de l’argent créé les maux…
    Remettre l’humain et son talent au centre des échanges, et des partages. C’est déjà écouter la place de l’humanité dans ce tout.
    Créer de la richesse ou l’entretenir, oui, mais générer du profit par l’oppression ou le stress romp tout contrat social tôt ou tard.
    J’aime bien cette allégorie des rats plongeurs : https://youtu.be/kk21JTzdxzY

    Dans un autre monde peut être…
    sachons surfer la bonne vague et respectons d’où nous venons et où nous allons.

    Répondre
    • ilmryn

      10 June 2020

      Vous n’avez réellement RIEN compris vous.

  • vandrebeck stephane

    3 June 2020

    très juste cher monsieur . j ai pour ambition de comprendre par moi même ce qui se passe et vous êtes pour moi la possibilité de découvrir des faits que je ne peux analyser seul . encore merci et continuez pour que des gens comme moi sorte la tète de l eau et puisse enfin nager seul .

    Répondre
  • ponchon

    2 June 2020

    Excellente analyse mais je crains que la réalité soit pire et que nous sommes en route vers une guerre civile généralisée qui arrivera avant l’ appauvrissement général L’armée suisse n’a -t-elle pas fait des exercices pour faire face à des colonnes de réfugiés venant de france ?? Prévoyant les suisses.

    Répondre
  • vdvthom

    2 June 2020

    Bonjour, et merci pour ce billet. Je bois vos paroles chaque lundi.. En revanche, j’ai mal avec votre graphique sur le poids de l’Etat dans le PiB vs croissance. L’Allemagne a une part de l’Etat dans le PIB qui baisse de 2010 à 2015 et pourtant sa croissance diminue durant cette periode et inversement sa part s’accroit depuis 2015 et son PIB a augmenté jusqu’en 2017 puis chute ensuite. Meme difference avec la suede et d’autres pays. Cette corélation n’est elle valable que pour la France , et si oui pourquoi ?

    Merci pour tout .

    Répondre
  • colcombet

    2 June 2020

    Schroder avait pourtant rencontre jospin et aubry pour les prévenir de la folie des 35h… Au meme moment l Allemagne integrait la rda et se reformait… Bravo

    Répondre
  • Denis Monod-Broca

    2 June 2020

    “Mais de quoi ou de qui les lâches avaient-ils peur ?”
    De sortir des sentiers battus, de penser par eux-mêmes, d’être traités d’hérétiques…

    Répondre
  • Ockham

    2 June 2020

    Vos idées sont excellentes mais la France n’en veut pas. La France aime ses fonctionnaires et les réélit de père en fils et en fille , la France pense avec éclat que le meilleur moyen de doubler tout le monde c’est de faire roue libre et de défiler pour les “empois” dans le triangle syndicaliste marxiste BNR Bastille Nation République x fois par an, la France vote à 30% à Lille pour la fille au combien sympathique de Delors, la France fait du déficit comme elle respire même par temps clair, la France accumule les ardoises sociales des non-invités car peu le savent mais l’hôpital coûte horriblement cher etc. … et la France continue imperturbable à couler relativement et disparaître du paysage comme l’Italie. Personne ne prend de décisions tranchées, les zadistes dansent et les zonards trafiquent. C’est comme ça.
    En aparté, et je n’ai aucun mobile pour défendre l’ancien responsable de la commission de surveillance des intermédiaires financiers sous Mitterrand qui vécut le feu d’artifice du Lyonnais dont toutes les archives ont brûlées… mais vous avez la dent un peu dure pour un serviteur de l’état. L’état fait faire des horreurs parfois et récompense même lourdement des omissions. Rappelez vous Fouché ou Talleyrand !

    Répondre
  • Vladimir Sellier

    2 June 2020

    Des œufs cassés mais pas d’omelette. Comme quoi on peut faire avec Delors de la m….., quant au Trichet le bien-nommé…

    Répondre
  • luc

    2 June 2020

    Mr Gave, quand l’etat capte 60% du PIB , ne pensez vous pas qu’on est en face d’un etat crypto-communiste. Il faut appeler un chat un chat. Il faudrait aussi avoir le courage de denoncer les fonctionnaires Français parasites dans les termes les plus DURS ! en France, les fonctionnaires sont l’ennemi du peuple quand dans tout système communiste ! Les hauts fonctionnaires sont la pour se servir et pas pour servir
    J’ai des temoiganges de fonctionnaires Français, c’est l’URSS, ils sont 4 pour faire le travail de 1 personne ! A la SNCF, des gars ont été payés pour ne rien faire pendant des dizianes d’années.
    Par ailleurs il est important de rappeller que la France était plus liberale sous le general de gaulle, il y avait plus de libertés et l’etat captait moins de part du PIB, moins de fonctionnaires pour emmerder le peuple aussi. quelle ironie !

    Répondre
    • Nox

      2 June 2020

      De Gaulle avait une obsession, la grandeur de la France. Sa maxime “la politique de la France ne se fait pas à la corbeille” signifiait qu’un pays endetté n’est pas libre, il est à la merci de ses créanciers… Et il a fait ce qu’il fallait pour avoir des finances saines.

  • Joumond Eliane

    2 June 2020

    Bonjour,
    Il y a quelques années, mon beau-père (un homme de grande valeur), las de m’entendre dénoncer notre situation d’agriculteur aux efforts bafoués par la dérive de nos politiques agricoles (communes) désastreuses, m’a dit un jour : “Dis-nous ce qu’il faut faire ?”.
    C’était pour lui comme pour moi le feu vert tant recherché !
    Quelques années plus tard, à mon père agriculteur, à cet homme pourtant de grande sagesse alors qu’il se plaignait, lui aussi, de la situation, je pouvais dire spontanément :
    “Papa, c’est pas ce que tu as fait qui te pèse mais ce que tu n’as pas fait”
    Alors oui, des fous, des idiots, des lâches, des peureux, des ignorants… il y en a eu beaucoup. Beaucoup trop !
    Tour à tour, sans le vouloir… nous le sommes chacun à notre façon… Dans le domaine que nous ignorons (ou voulons ignorer).
    A ma manière je vous l’ai déjà dit, alors voici précisé ma pensée :
    Pourquoi tout cette argent ailleurs que dans notre Pays ? Pourquoi si loin de notre Région, de nos petites et moyennes entreprises, de nos petits maraichers, de nos villages, de nos besoins de proximités ?… De là où naissent et où doivent prospérer les valeurs. D’une bonne vision, d’une bonne idée… De nous-mêmes en fait…. Qui aujourd’hui prenons beaucoup trop de coups.
    Nous avons tous été sidérés!
    Avec tous ces aiguillons qui nous piquent pour avancer. Pour changer de cap… Mais qu’est-ce qu’on attend encore ?!
    Qu’est-ce qui compte vraiment nos bêtises, passées, ou notre force présente ? La mort de quelque chose ou la vie pour autre chose ?
    Qu’est-ce qui nous empêche d’en sortir de cet état d’hypnose désargentée ? Pourquoi un tel accouchement si douloureux ?
    Qu’est-ce que nous attendons ? Ne sommes-nous pas des entrepreneurs ? Capable de créer des valeurs saines. Alors quoi ! Plus de bla, bla, plus de critiques vaines, de l’Action je vous prie, Mesdames-Messieurs !
    Que chacun (une) apporte sa part de contribution, OK. Mais… A la barre toute voile dehors ! Main dans la main. L’enjeu vaut le soleil qui nous éclaire. Les vents tournent toujours. Faisons-les tourner. De grâce, tournons avec eux !!! Laissons-nous porter par la providence.
    Elle est forte en ce moment, n’est-ce pas ? Personne ne nous y attend et bien faisons-le !
    Regardons autour de nous : que veut le peuple sensé ? Que nécessite la situation ? Quelle ré-conciliation reste à accomplir ?
    Que pouvons-nous, que devons-nous, que voulons-nous faire chacun chez soi. Le privé et le public, ensembles. TOGETHER.
    Pour une fois soyons synchro !
    En tout cas c’est le moment ou jamais : Cette stratégie-là vaut bien celle que nous venons de subir !
    Je me souviens de la tête des intendants, des chefs cuisiniers, des secrétaires quand j’ai parcouru tous les Collèges et Lycées de Cavaillon, que je suis allé les trouver il y a une trentaine d’année par un printemps semblable à celui d’aujourd’hui (difficile pour nous) … Je suis allé leur proposer nos bons fruits pour la cantine. Tous ont accepté. Ravis !
    C’est par cet effet de surprise que la Victoire est certaine.

    Répondre
  • Sangmelima

    2 June 2020

    Bonjour M. Gave
    A votre dernière question j’aurai envie de répondre qu’ils “ont peur d’être éjecter du cénacle des mondialistes, ces derniers étant totalement imbriqués dans le maillage financier et profitable des multinationales.
    Ils sont tous “élus” par les médias ou cooptés par les réseaux de pouvoir (l’état profond), jamais par la “volonté” d’un peuple dont chaque esprit est prisonnier de croyances “démocratiques”.
    Ils ont donc peur de se redégringoler au niveau de la vraie vie du vulgum pecus… d’où le fait que chacun d’entre eux/elles met – ou “a mis” – dans des réserves bancaires offshore leurs primes, économies, commissions…

    Ne jamais perdre de vue que pour se maintenir à des places comme celles que tous les élus et anciens élus conservent jusqu’à leur fin de vie, ils doivent faire allégeance aux conditions de fonctionnement de toute la caste des riches et ultra riches influents. Les conditions relèvent largement d’un certain état d’esprit acquis dans des clubs et groupes de pensées où on leur apprend, entre autres, ceci :
    “la morale et les lois du bien pour autrui sont des concepts totalement inventés par les religions classiques. Elles n’ont aucun fondement de vérité. L’on peut, en gros, être un opportuniste, cynique, amoral, traitre, meneur, pervers envers autrui, cela n’aura aucune incidence sur votre vie dans l’au-delà !”
    Les croyants qui ont intériorisé des valeurs humanistes ou les athées qui ont compensé avec les “droits de l’homme” au sens réel du terme, ne peuvent imaginer céder aux comportements préconisés aux influenceurs de l’appareil politico-financier.

    Il y a également une réelle dimension mystique, voire messianique dans le traitement inouï que nous infligent ces grands malades mentaux. Tant que la majorité qui produit, qui bosse, qui sue, continuera à croire aux discours politique et à la fable du vote démocratique, rien ne changera.

    Avec tout mon soutien
    SD

    Répondre
  • Kris

    2 June 2020

    “Le travailleur français a une productivité supérieure à celle du travailleur allemand (ce qui n’est pas le cas de l’Italie) et réussit donc à rattraper par son efficacité hors norme la moitié de l’écart entre les coûts des deux états, ce qui est déjà prodigieux”

    Concernant cette productivité du travailleur français, je me demande si elle n’est pas due en bonne partie au fait que les conditions en France rendent quasi impossible l’emploi de personnes à faible valeur ajoutée ne disposant que de faibles compétences, voire pas de compétence. J’en veux que cela représente la quasi totalité des chômeurs, et qu’apparemment les gens assez diplômés n’ont pas trop de mal à trouver du travail. j’ai l’impression qu’en Allemagne, il y a beaucoup plus de personnes employées, dont celles ayant de faibles compétences.

    Donc ma conclusion est la suivante: réintégrons la force de travail à faible valeur ajoutée française dans la masse des gens employés, et recalculons cette fameuse productivité.

    Cependant ma remarque ne dispense pas les employés français d’être fort productifs. Je dis simplement que si j’organise une course à laquelle seul Carl Lewis participe, je vais obtenir une bonne performance moyenne par coureur. Carl Lewis reste très bon, mais si vous ajoutez 10 tocards comme moi franchement pas performants sur une piste d’athlétisme, le rendement moyen va en prendre un coup dans l’aile.

    Répondre
    • grandga

      2 June 2020

      Excellente remarque !
      En effet à quoi cela sert il si chaque ‘super productif’ porte un chômeur sur son dos ? (image)

    • Cyril

      3 June 2020

      Très bonne remarque, je rajouterai que pour avoir travaillé avec des suédois, des suisses et des allemands, ils font leur heures dans PME/TPE point. Faire plus = mal perçu = “laquais du patron” ou “salarié médiocre puisque travaille plus que ses collègues pour la même mission”.

      En revanche en France le miracle tient aussi de la mascarade sur le temps de travail effectué en PME/TPE (je ne connais pas les grandes entreprises). Et j’observe qu’autour de moi les gens font bien plus que leurs heures (obligation pour tenir les objectifs/face à la concurrence) et ce sont des heures jamais déclarées. Donc statiquement “à 35h00” (45 ? 50? en réalité) nous sommes de facto plus “productifs”

    • ilmryn

      10 June 2020

      C’est surtout que les moins productifs, les vieux, les jeunes pas formés, les mous, les idiots sont soit au chômage, soit salarié de l’état. Donc pas comptés dans la productivité privée.

  • Stephane

    2 June 2020

    L’antienne affirmée et ré affirmée partout en France d’une “productivité supérieure du travailleur français” est un mirage statistique, et je suis étonné que Mr GAVE tombe dans ce panneau, vu qu’il comprends bien les statistiques.

    Je m’explique : en France, nous avons les travailleurs les plus productifs du monde car on empêche les moins productifs de travailler (smic, réglementation, 35H, etc …).

    Seul les travailleurs qui ont une productivité suffisante peuvent trouver du travail en France, les autres sont au chomage ou au RMI, ce qui explique notre très fort taux de chomage structurel depuis 40 ans.

    Si demain vous mettiez le smic à 10 000 euros pas mois, nous entendrions tous les hommes politiques s’extasier sur le formidable niveau de productivité des travailleurs français, mais ceux-ci seraient moins d’un millions, tous les autres seraient au chomage.

    Bien cordialement,

    Répondre
  • jean SEGUR

    2 June 2020

    Bonjour, Toutes ces castes engendrées depuis 40 années, se sont autoproclamées détenir la vérité. Elles ont régné par le mépris à l’égard de toutes personnes osant émettre une opinion différente. Quarante années de pensées gauchistes et l’effondrement en vue.

    Répondre
  • Pascal MISEREZ

    2 June 2020

    A l’image de Montebourg, idiot s’il en est, qui se targue d’aller suivre un cours d’économie APRES avoir été ministre de l’industrie, nos politiciens n’ont jamais travaillé en entreprise, n’ont jamais partagé leurs revenus avec leurs employés, ne connaissent RIEN aux PME (piliers de notre société) et sont d’une arrogance sans limites avec les créateurs de richesse que sont les entrepreneurs. Ils ne pensent qu’à la redistribution des sommes confisquées au forces productives, pour acheter des votes. Ils ne voient même pas que la France coule et ne parlent que de grandeur… (passée !)
    Je eu la chance de pouvoir créer mes entreprises en Suisse où le gouvernement n’intervient pas dans l’économie, avec le résultat qui fait crever de jalousie nos “élites” qui doivent ensuite trouver des excuses fallacieuses pour justifier la différence.
    Pour qui voter en 2022 ? Peut-être Bigard…
    Merci à l’institut des libertés pour ces excellents articles.

    Répondre
  • Vladimir Sellier

    2 June 2020

    Œufs cassés, pas d’omelette … comme quoi avec Delors on peut faire de la m…, quant au Trichet le bien-nommé….

    Répondre
  • pucciarelli alain

    2 June 2020

    Les “lâches” n’avaient pas peur. Ils étaient corrompus, et valorisaient leurs itinéraires personnels au détriment de l’intérêt général dont ils se fichent toujours. L’exemple lié au traitement du coronavirus montre qu’une grande partie de l’appareil d’état sert plus volontiers les intérêts privés que celui des citoyens, fût-ce au prix d’une mortalité extravagante. Donc, si peur il y a chez les lâches, c’est celle de perdre du pognon. Ces gens sont des minables. M. Delors est un dogmatique et un idéologue stupide. Avec la connerie et la saloperie des uns et des autres, on aura du mal à “voir le bout du tunnel”.

    Répondre
    • Karl Descombes

      2 June 2020

      Et comme les chats en font pas des chiens…
      Sa fille nous a fait les 35 heures !

      Etonnant non?

    • Vladimir Sellier

      2 June 2020

      Des œufs cassés mais pas d’omelette. Comme quoi avec Delors on peut faire de la m….. Quant au Trichet, nomen est omen

  • Philippe Carrel

    2 June 2020

    Très bonne analyse. L’importance de sortir de l Euro devient de plus en plus claire pour un grand nombre de français. Mais aucun des partis le proposant n ont jamais proposé d’alternatives et surtout de méthode. Les français sont technocrates et leur expliquer comment sortir est devenu plus important que pourquoi sortir. Je propose un groupe de travail technique pour un plan de changement de système monétaire.

    Un détail: “desperate” est un faux ami. Indique une situation où on ne voit pas de solution mais que l on cherche. “Hopeless” correspondrait mieux à ce que vs traduisez par “désespéré “

    Répondre
  • JACQUES BOUVIER

    2 June 2020

    Bravo. Votre approche économique et monétaire globale avec votre conclusion est pertinente. On ne peut qu’adhérer !
    Mais comment transposer cette thèse en convictions “populaires”, la rendre opérationnellee lisible, compréhensible, séduisante auprès d’un peuple qui ne comprend pas grand chose en économie et des hommes politiques qui n’ont pas le courage de dire la vérité et encore moins de faire ?
    Ce n’est pas avec cette seule argumentation/démonstration qu’un programme politique peut s’élaborer en vue d’en faire un projet digest lors de la prochaine
    Présidentielle. Car pour les Français, bien d’autres agrégats sont à prendre en compte : l’immigration incontrôlée et non choisie – le poids des charges sociales,
    etc.….
    Et quel périmètre de compétences pour une #UE des nations, qu’il faut de toutes les façons reconfigurer ?
    Donc beaucoup de pédagogie, de bon sens, d’intelligence pour traduire tous ces préceptes économiques, monétaires, sociologiques, sécuritaires…. afin de les rendre compréhensibles auprès d’un peuple qui n’est pas (encore) habitué à un langage de vérité…

    Répondre
  • Pascal

    2 June 2020

    Belle photo pour une candidature présidentielle …
    Situation pas désespérée , effectivement si nous étions un pays homogène je crois que comme en 1945 ou en 1871 nous nous en tirerions mais aujourd’hui la déstructuration même du pays parait presque achevée , la Nation existe t’elle encore aujourd’hui ? sans doute dans nos souvenirs teintés de nostalgie mais nous allons découvrir assez vite que nous sommes embarqués vers une voie sans issue en tant que peuple français et ce ressort fantastique qui nous animait dans les siècles précédents pour sortir des crises les plus invraisemblables semble cassé.
    La seule manière dont nous avons pu nous en sortir c’était grâce à l’homme ou à la femme providentielle , Jeanne d’Arc, Louis XI , Napoléon, De Gaulle … et nous devrions enfermer tous ceux qui détestent ces figures charismatiques comme fauteurs de troubles.
    Pour conserver l’espoir ce ne sont pas de chiffres dont nous avons besoin mais de continuer notre roman national , d’ouvrir de nouveaux chapitres, je conçois ce que ces paroles peuvent avoir de désuet au temps de la mondialisation mais nous venons d’assister à des événements si extraordinaires récemment qu’ils ont remis en cause les fondements de notre société , arrêtons d’être de simples témoins de notre déchéance et de regarder , fascinés son écroulement. Mettons tout en oeuvre , commençons d’ailleurs localement pour reprendre le pouvoir , tout le pouvoir aux descendants des Delors et Trichet …Comment ? Il faudra faire des sacrifices ,peut être commettre des erreurs mais nous n’avons pas le choix …

    Répondre
  • JamesWaynes

    2 June 2020

    Là ou la France dépense 5 points de PIB de plus que l’Allemagne c’est pour les retraites, au point ou les retraités français ont un niveau de vie supérieur au celui des actifs. Ce qui est très difficile pour un homme politique c’est de ne pas favoriser la majorité électorale votant consciencieusement, composée des plus de 55 ans, au détriment des jeunes et de l’avenir du pays.
    Il y a aussi un problème d’immobilier trop cher là ou il y a des emplois, à cause d’une restriction d’offre de foncier et des politiques d’urbanisme inadaptées. Une bonne partie des entrepreneurs s’adapte à cette situation en délocalisant.
    Il faut aussi avoir à l’esprit que les créations d’entreprise ne sont pas faites par des millionnaires, dans leur grande majorité. Pour pouvoir se lancer il faut d’abord pouvoir épargner pour avoir un capital de départ, puis pouvoir vivre des longues années sans trop se payer, le temps que votre entreprise décolle. Avec un immobilier trop cher, qui accapare une part trop importante de votre revenu, il devient beaucoup plus difficile d’épargner assez pour avoir un capital de départ suffisant. Et encore plus de vivre pendant des longues années sans trop se payer !
    La flambée de l’immobilier a ainsi cassé un rouage essentiel à la création de richesses et d’emplois … mais là encore c’est au benefice des retraités qui ont acheté bon marché et peuvent louer cher sans trop de concurrence.

    Répondre
  • EC

    2 June 2020

    Bonjour,
    N’y a t il pas inversion des couleurs dans le graphique 4 ?
    Cdt

    Répondre
  • Lantermoz

    2 June 2020

    Place au vieux !

    Répondre
  • Ibba ubaldo

    2 June 2020

    Exactement la même que la votre à la différence que vous avez su le démontrer facilement,alors que pour ma part ll est resté à l’état de pensé

    Répondre
  • marc durand

    2 June 2020

    Je vous trouve trop optimiste, 5 ans fonctinnaire dans le 93, que faites vous des au minimum 10 millions de personne qui ne veulent pas du vivre enssemble ?

    Répondre
    • Landeric

      3 June 2020

      Le “vivre-ensemble”, c’est comme de l’eau et de l’huille dans un bocal. On vit bien ensemble mais on ne se mélange pas.

  • Savio

    2 June 2020

    Bonjour Charles, je pense que la légende de votre dernier graphique est inversée : Le taux de change FF par DM devrait être en rouge et la marge brute d’autofinancement en bleu.

    Répondre
  • Dionysos

    1 June 2020

    “Mais de quoi ou de qui les lâches avaient-ils peur ?”

    De l’oncle Sam?

    J’ ai souvenir de ce fameux Sketch des guignols dans lequel Chirac passe à la maison blanche récupérer sa feuille de route auprès de l’état profond américain. L’Inénarrable Sylvestre remet alors le dossier fromage qui pue à Chirac en lui disant de retourner jouer avec Bill.

    Je ne veux pas faire d’anti-américanisme primaire mais pendant que les européens s’amusaient dans le bac à sable les États-unis déroulait leur stratégie d’influence au niveau mondial. C’était sans compter sur la Chine qui elle ne se couchera pas devant Hollywood.

    Répondre
  • breizh

    1 June 2020

    les “âches” n’ont aucune compréhension de ce qui s’est passé et de ce qui se passe. Ils profitent, sans responsabilité, ce que leur permet l’élection. C’est tout.

    quant aux deux “fous”, ben ils se sont crus intelligents, à l’étrave de l’histoire.

    Répondre
    • Henri

      2 June 2020

      +1
      Je crains que le rêve de nos politiques est de devenir des satrapes orientaux.
      Imaginez… l’argent, le rang, les privilèges, les accortes courtisanes, tout en n’ayant pas la dure tache de diriger… les décisions importantes sont prises par le conseil du Grand Roi, à Persépolis.

  • Stefano

    1 June 2020

    “Leur but n’est pas que vous et moi soyons prospères et libres de gérer nos vies comme nous l’entendons mais de créer un nouvel état européen auquel nous aurons abandonné toutes nos souverainetés juridiques, institutionnelles et surtout monétaires.”
    Pas seulement: il y a en France à peu près 5% de cinglés qui veulent croire que l’énergie nucléaire, une des rares réussites de la Vème république, va pouvoir être remplacée par des panneaux solaires et des moulins à vent. En pleine pandémie et alors que tout le secteur de la Santé est à la peine, le gouvernement a pris en douce un arrêté pour accélérer le programme éolien, qui va ruiner la France à coup de dizaines de milliards. Tout cela pourquoi ? parce que M Macron a besoin des 5 % d’illuminés pour 2022 ! (En 2017 il n’avait qu’une avance de 2 %)

    Répondre
    • Charles Heyd

      1 June 2020

      Je suis absolument d’accord avec vous!
      Et comme le dit fort justement CG, l’important c’est ce que l’on gagne à la marge (comme en économie)!
      Déjà en 2017 Macron n’a gagné que grace à quelques % des voies!
      Et en 2022, le scénario est le même, il suffit qu’il arrive ne serait-ce que d’un % devant le second (Mme Le Pen, ou même de quelques % derrière elle si elle était en tête), et il sera réélu haut la main!

    • Roger

      1 June 2020

      Le vrai sujet n’est-il pas plutôt dans la faible représentation professionnelle et sociale de nos élus au niveau national et la culture de l’entre-soi de nos hauts fonctionnaires qui d’une certaine manière, ont confisqué le pouvoir. Pile ils gagnent une élection, face ils peuvent retourner tranquille dans leur administration de tutelle ou mieux, être parachutés à la tête d’une entreprise dont l’ Etat est actionnaire, avec les grands succès que l’on connait. Voir Areva et EDF puisque vous parlez de nucléaire.

    • Karl Descombes

      2 June 2020

      Comme disait Mme Bonaparte mère: Pourvou qué ça doure !

      Concernant le nucléaire, avez-vous conscience du risque d’un tempête solaire majeure grillant les circuits électriques/électroniques?

      Nous n’avons aucun recul sur des tels événements.

      “La plus violente tempête solaire observée par l’humanité s’est produite en 1859. Connue sous le nom d’« évènement de Carrington », elle a inondé la Terre de particules magnétiques, provoquant des surcharges sur les réseaux télégraphiques de l’époque. Même débranchés, de nombreux fils télégraphiques ont grillé, relate le documentaire. Des aurores boréales étaient visibles jusqu’à Cuba. Celles-ci étaient si intenses que des Américains pouvaient lire leur journal à la seule lueur des aurores.”

      En juillet 2012, une super-tempête solaire avait manqué de frapper la Terre. À neuf jours près, elle aurait occasionné dans le pire des cas «mille milliard de dollars de dégâts», selon Le Nouvel Observateur.

      En cas de problème, la France ‘et l’Europe) seraient juste invivables pour les 200 000 prochaines années…

      Et pourtant nous avons construit une centaine de réacteurs sur notre sol….

      Quel pari hasardeux!

  • Hicham

    1 June 2020

    Pourquoi l’Allemagne a cédé finalement devant l’Europe et a accepté de mettre sur la table 500 Milliards d’euros de dettes mutualisées ? d’où vient ce changement d’attitude incompréhensible ?

    Répondre
    • Stefano

      1 June 2020

      Cher Monsieur,
      Vous êtes victime des fake news officiels
      1) Il ne s’agit pas de dettes mutualisées
      2) Il faut l’UNANIMITE pour une telle décision à laquelle s’opposent déjà 4 pays européens et non des moindres, (+ l’Allemagne , en secret)
      L’Allemagne refusera toujours la mutualisation des dettes européennes, pour une simple raison au moins: elle n’en a pas les moyens. ” L’Allemagne paiera ” est un slogan français – sans issue – depuis un siècle.

      Lire:Un plan de relance européen à 500 milliards, cette fable qui risque de coûter très cher à la France
      Par Auteur Guillaume Bigot
      https://www.valeursactuelles.com/historique/guillaume-bigot

    • leboucher de l'annonciation

      1 June 2020

      Bonsoir,
      l’Allemagne exportatrice nette est peu ou prou dans la même situation que beaucoup de pays : récupérer ses parts de marché voir les augmenter. Étant donné le déclin voir l’arrêt de son industrie automobile, il me semble opportun d’avoir un mark faible ( 😉) … un temps. Je parie la baisse de l’euro GRÂCE à ces manoeuvres de ” prêts “.

    • GD

      2 June 2020

      L’Allemagne se doit d’aider a minima les autres afin que ceux-ci puissent poursuivre l’achat de la production allemande, en particulier automobile…

  • Megot Honnete

    1 June 2020

    Edifiant comme toujours !

    Petit détail : les légendes sont inversées dans le second graphique. C’est la courbe rouge qui représente “FF par DM” et la bleue qui décrit l’évolution de la marge brut des sociétés françaises.

    Répondre
  • mirias

    1 June 2020

    Votre dernière question est terrible! C’est à devenir conspirationiste.

    Répondre
    • Coethaeloc

      2 June 2020

      Si mon souvenir est bon, ce que l’on appelle ”la théorie du complot” trouve son origine après l’assassinat du président Kennedy à Dallas. L’objectif étant de faire taire les esprits crédules en les ridiculisant en d’accréditant la thése d’un tireur absolument solitaire dont on a bien du mal encore aujourd’hui à trouver les motivations réelles. Bien évidement nulle organisation derrière tout cela, dormez tranquilles braves gens.

      La théorie du complot est en fait de la novlangue orwelienne la plus pure (la guerre c’est la paix, la liberté c’est l’esclavage…), comprenez que quand on vous oppose la théorie du complot, la probabilité qu’il y en est un en cours est fort probable.

  • Jean Merri de Vanssay

    1 June 2020

    Gave nous change du discours de Piketty=Piquetout

    Répondre
  • Nicolas

    1 June 2020

    Très bonne article , merci de passer du temps la dessus.

    Que ce passerais t-il si la France devenait pauvre comme l’argentine ou la gréce ? Je veux dire par la que avec les stock d’or que nous avons en France ne serait-il pas possible de revenir sur nos pieds a un moment ou a un autres en vendant de l’or ? Et même en quittant l’euros je suis assez d’accord sur ce sujet mais quelle réforme faire ? Car nous avons pas une industrie aussi puissante que l’Allemagne ou des produits manufacturés des Anglais.

    Même le talent culinaire Français et les vignobles sont en total décadence.

    Cordialement

    Répondre
  • Stephane

    1 June 2020

    Ils ont peur de ne pas suivre les directives qu’ils ont apprises a l’ENA.

    Répondre
  • Caroline PORTEU

    1 June 2020

    Je suis en train de réécouter pour la seconde fois votre entretien pour TV libertés qui est exceptionnel .
    A quand la retranscription exacte ?? en complément de votre article .

    Répondre
    • Michel MARTINIE

      2 June 2020

      C’est une très bonne suggestion car vos propos éclairent davantage votre papier et notamment sur « l’épaisseur « historique des explications
      De surcroît pourquoi aucune diffusion au moins dans la presse papier « non-asservie » ?
      Nous avons un besoin urgent de coups de pieds au cul …tout réside dans l’art de les donner
      Merci URGENCE

    • Fm06

      4 June 2020

      Prenez votre clavier et retranscrivez… ce sera fait tout de suite!

  • Nanker

    1 June 2020

    “les entreprises françaises ont sur leur dos un jockey de 68 kilos tandis que les entreprises allemandes en ont un qui fait 50 kilos. Et devinez qui gagne la course ?”

    Votre bonne éducation vous empêche certainement de dire la vérité à ce sujet… Ce n’est pas 18kg de handicap qui alourdissent le jockey français mais bien plus!
    A l’insu de son plein gré le contribuable français tient à bout de bras l’essentiel du Maghreb et une partie de ce qui fut l’Afrique Noire. Pourquoi? Pour que la France conserve sa place de “grand” et son siège au Conseil de Sécurité de l’ONU. 40% des bénéficiaires de la CAF ne seraient pas français.

    Pendant ce temps-là les Allemands ricanent…

    Répondre
    • marc durand

      2 June 2020

      Exact, le politiquement correct empeche de dire la verite.

  • Thevenet Anthony

    1 June 2020

    Bonjour Mr Gave, Un Technocrate n’a pas tort, on peut voir leurs repugnante arrogance envers ceux qui ne font pas parti de leur caste ( Trump, Dr Raoult…. ).

    Répondre
  • Tilt

    1 June 2020

    Les français ont économisé 60 milliards et Pénicaud a peur d’une chute de la consommation, l”endettement augmente et l’Allemagne ne veut pas payer. La notion essentielle qu’est la confiance de tous les acteurs économiques et sociaux vis-à-vis des Etats et des marchés approche un seuil de rupture. Seule réponse le revenu universel et la planche à billet, pourriez-vous nous éclairer, car les avis sont divergents, déflation ou hyperinflation à venir dans les prochaines années.

    Répondre

Me prévenir lorsqu'un nouvel article est publié

Les livres de Charles Gave enfin réédités!