image_pdfimage_print

On a reproché à Nicolas Sarkozy sa vulgarité, son coté outrancier et… son ministre du budget, Eric Woerth mais laisser ainsi sans pudeur ouvrir une instruction judiciaire contre un ministre du budget en exercice, la voila, LA vulgarité ultime.

Mais qu’elle victoire à l’aube de la  « République des justes ».

Dans un état de droit comme le nôtre, la justice est tout d’abord une institution politique, avant d’être une vertu que l’on tenterait de s’approprier publiquement. Il n’appartient ni à un président, ni un parti, ni à un média, ni à aucun citoyen de dire ce qui est juste et ce qui ne l’est pas. C’est une notion que nous avions aussi préalablement évoqué,entre ce qui est juste et ce qui est moral.

Selon Abélard, il existait une distinction essentielle entre le crime et le péché. Le crime n’existait que s’il était reconnu par la loi, ce qui est le rôle de la justice. Nulla crimen sine lege  (pas de crime qui ne soit reconnu par la loi)  disait déjà le droit Romain et il est donc, du ressort de la puissance publique de le punir et de l’empêcher puisque tout crime est destructeur de l’ordre social. Le péché, en revanche, ressort de la morale privée et il revient à Dieu de le punir.  Chacun doit s’en repentir tout en essayant d’en corriger les effets par ses actions ultérieures. Ceci est ce qu’il est convenu d’appeler la morale.

Il revient  par conséquent à l’Etat de punir le crime, mais en aucun cas de sanctionner le péché. Aux yeux de la puissance publique, une action peut être un crime sans représenter un péché, tandis qu’un  péché aux yeux de l’Eglise peut ne pas être du tout un délit aux yeux de la société.Certes dans un monde idéal, les deux se recouperaient mais la morale est fluctuante d’une personne à l’autre alors que la justice, elle, doit être la même pour tous. Ainsi, je m’interroge, s’il s’agit de rétablir une république des « justes », chère en son temps aussi au grand ordonnateur, feu le président François Mitterand,  qui aimait à rappeler la « force injuste de la loi », derrière quel paravent nos amis socialistes vont-ils s’abriter maintenant? Celui de la morale ? de la vertu ?

Je me sentirais un peu serré aux entournures à la place de Monsieur Hollande de prôner une morale collective au nom de tous que semble-t-il les miens ne savent déjà pas comprendre….

Entendons nous, une république plus juste est en soit une feuille de route acceptable, mais encore convient-il de respecter les lois et les institutions de la République et non pas, comme l’induit Monsieur Hollande d’opposer la loi à la  justice.Opposer la loi à la justice, c’est réintroduire au  cœur de la démocratie la préférence pour une morale collective, voire une religion. A travers ce genre de discours, on perçoit bien que le socialisme n’est rien d’autre qu’une religion cherchant toujours, au nom d’une morale collective, à s’immiscer dans l’ordre de nos sociétés et mettre à mal un des derniers bastion de nos libertés individuelles : la loi.

La morale n’est pas la Justice et Monsieur Hollande ne détient visiblement ni l’une ni l’autre. Les siens visiblement non plus.

 

Diffuser cet article sur vos réseaux sociaux

Tags

 

12 Comments

  1. Jules dit :

    La « morale » est l’ultime arme des faibles pour gêner les forts.

    Hollande est l’archétype du non-penseur. C’est un âne suivi par des moutons.

  2. Nicolas dit :

    La « force injuste de la loi » fiscal, on y pense, chez les socialo-communistes ?

  3. reporting dit :

    et vous remarquerez que les lois sont édictés par des gens qui s’arrangent pour que cette loi ne les sanctionne jamais ( pas folle la guêpe). L’exemple le plus fameux est la loi d’auto amnistie dans le cadre du financement des partis politiques. Donnez moi le pouvoir de faire les lois et de contrôler la monnaie, je serais Dieu.

    • idlibertes dit :

      Exactement, la captation du pouvoir et de son appareil par une ploutocracie. on y est.

      En revanche, tous les matins, il est subjugeant de constater les ressorts des uns et des autres.

  4. Marm dit :

    En me promenant non loin de mon bureau de Londres, j’ai eu le plaisir le plaisir de lire, inscrit sur un bâtiment: « too many laws, too few examples ».
    Attribuée a Louis de Saint Just, cette phrase corrobore bien votre propos. Dommage qu’on puisse la voir gravée a l’étranger !

  5. roger duberger dit :

    Merci pour le billet.
    Quel dommage de perdre (momentanément) notre ministre du budget.
    Pour une fois que l’on avait « un ministre compétent et sensé » puisqu’il plaçait son argent en Suisse, sans doute aurait-il bien géré les sous de la France.
    Bien cordialement

    • idlibertes dit :

      Gageons que cette compétence en aura justement géné plus d’un. Il est plus qu’évident que tous ces ministres ont avantages autres. La question est :pourquoi est ce apparu pour cahuzac?

      Oeil pour oeil?

      Un cahuzac pour un woerth?

      hummmm

    • Aristarque dit :

      Non, justement, il avait fermé ce compte bancaire sur lequel il n’y avait d’ailleurs « rien » puisqu’il n’a « rien » rapatrié en France.
      Pfûûû, ma bonne Dame, si vous saviez comme les Suisses ont des frais bancaires de clôture de compte.
      Cela bouffe tout le nominal.
      Donc comme il n,’y avait « rien » dedans, c’est bien sûr comme s’il n’existait pas.
      Bref, on lui cherche noise pour un simple oubli administratif qu’il jurait encore il y a peu ne pas exister et ce, sur tous les tons outragés du 3me acte!

    • JohnS dit :

      Ne vous tromper pas : ils sont toujours très intelligents quand il s’agit de gérer leurs sous et leurs intérêts perso.

      C’est quand ils s’occupent des intérêts des autres avec l’argent des autres que le bateau commence à gîter sérieusement…

  6. T.Michalski dit :

    Conrad, dans un de ses écrits autobiographiques, évoque « une explosion de moralité » en parlant de la Révolution Française…

    • idlibertes dit :

      Dans l’absolu, il est moral effectivement de vouloir que les hommes demeurent « libres et égaux en droit ». Le probléme reste les moyens pour y parvenir.

Leave a Comment