FavoriteLoadingAjouter aux favoris

image_pdf

France , Mère des Arts des Armes et des Lois

Tu m’a nourri longtemps du lait de tes mamelles

Or comme un agneau qui sa nourrice appelle

Je remplis de ton nom les antres et les bois

France, France, réponds a ma triste querelle…

Joachim du Bellay

Me voici de retour à Hong-Kong et il me faut raconter aux lecteurs pourquoi je suis  plein d’espoir.

GaveKal, la société dont je suis le ” Chairman”, sponsorise le principal club de Rugby de la ville et mon fils Louis, le vrai dirigeant de notre société est devenu le Président du Club. (Si vous voulez que quelque chose soit fait, demandez le  à un homme qui est trop occupé dit la Sagesse Populaire). Le monde du Rugby est petit et assez rapidement, nous avons été contacté par une société spécialisée dans les événements “sportifs” créée et dirigée par un jeune Spanghero, lui même ancien joueur du Stade Toulousain (tout le monde se souvient de Walter , de Claude ou de Laurent, formidable fratrie qui fit les beaux jours de  Narbonne et de l’équipe de France de Rugby. Il s’agit du fils de l’un des frères). Le contact fut excellent et assez rapidement, la décision fut prise d’essayer de créer un “événement “à Hong-Kong en y organisant un match amical entre les deux plus vielles équipes de Rugby en France, le Racing Club de France (les “ciels et bleu) et le Stade Toulousain (les rouge et noir). Ces deux équipes acceptèrent l’idée  du match mais aussi de passer une petite semaine à Hong-Kong en participant à toute une série de manifestations culturelles ou de bienfaisance.

Cette semaine vient de se passer et j’en sors convaincu plus que jamais que rien n’est perdu pour notre pays.

En voici le compte rendu.

Tout commence par l’arrivée en avion des deux équipes (le voyage dure 12 heures) où les pauvres hommes d’affaires qui avaient eu la malchance de prendre les mêmes avions ne purent fermer l’œil, un entrainement intensif à l’absorption des liquides présents dans l’avion ayant eu lieu, mais il s’agit là d’un grand classique.  Pas de chance pour les hommes d’affaires.

Débarquant à Hong-Kong, les joueurs apprirent l’existence d’un quartier spécialisé dans les bars et la bière, et Culture oblige,  ils se précipitèrent pour le visiter de fond en comble de façon à se faire une opinion personnelle sur la qualité de chacun des bars.

Le lendemain, les entrainements commençaient et malgré les absorbions massives de potion magique qui avaient eu lieu la veille et l’avant veille, quelques foulées étaient un peu lourdes et quelques passes imprécises, ce que les entraineurs remarquèrent bien sur. Des remarques furent faites. Rien que de tres classique.

Le soir , grand diner de Gala avec 300 personnes au bénéfice d’une œuvre admirable (Room to Read), fondée par l’ancien patron de Microsoft en Asie  qui a démissionné de Microsoft et consacre sa vie depuis à bâtir des écoles et fournir du matériel de lecture en langue locale  ainsi qu’ à financer des professeurs dans les coins les plus reculés d’Afrique ou  d’Asie.

Des millions d’enfants ont ainsi pu être scolarisés, un effort particulier étant fait en direction des petites filles. Des donations fort importantes eurent lieu ce soir là. En fin de soirée, nous avons eu droit à une interview du talonneur et capitaine de l’équipe d’Afrique du Sud qui joue à Toulouse (noir autant qu’on peut l’être ) et qui nous parla du rôle que Nelson Mandela avait eu dans sa vie, suivie d’une autre interview cette fois ci de Ronan O’Gara, (jouant au Racing),ouvreur mythique du XV Irlandais qui nous raconta quelques anecdotes pour conclure par une remarque signalant que William Servat (ancien talonneur du XV de France et entraineur des avants de Toulouse), présent dans la salle  avait une très jolie voix  et devait donc monter sur la scène pour pousser la chansonnette. Fureur de Servat, qui fut obligée de s’exécuter et nous chanta “Par dessus l’étang”, fort convenablement ma foi.

Puis vint le match,

Guy Noves, l’entraineur sans doute le plus titré de l’histoire du Rugby Français me demanda d’être assis sur le banc de touche  à coté de lui et de ses deux assistants (Servat et Ellisalde,  lui même ancien demi de mêlée et demi d’ouverture de l’équipe de France), honneur insigne s’il en est. Le même Guy Noves me demanda de l’accompagner à la mi temps pour le retour aux vestiaires où j’ai pu assister au petit discours traditionnel que le “coach”  fit dans un silence religieux. Le thème en était simple. Certes, il s’agissait d’un match “amical” mais des milliers de gens étaient venus  voir ce match et par honnêteté les joueurs devaient  continuer à  donner le meilleur d’eux mêmes et à faire preuve de la solidarité la plus totale. Ce qui fut fait et pour la petite histoire, le ST l’emporta, de peu.

Toutes les écoles de Rugby des lycées Français d’Asie (Singapour, Hanoi, Shanghai…), le Consul de France, les représentants des autres “sponsors” (Natexis, Airbus etc..)  et presque toutes les écoles de Rugby de Hong-Kong étaient présents. Et quand le match fut fini, tous ces enfants se précipitèrent sur le terrain et tous ces grands professionnels commencèrent à  JOUER avec eux, à se faire plaquer, à  donner leurs maillots,  à signer des autographes ou des ballons, à se faire prendre en photo avec les enfants…

La nuit était tombée, elle était un peu moite et venteuse, un typhon lointain étant en train de passer sur l’Asie et ces moments furent absolument magiques, faits à la fois d’équilibre et de joie.

L’un de ces enfants avait une soirée d’anniversaire où il avait convié toute son équipe et certains des joueurs acceptèrent de s’y rendre et de passer ce moment avec cette trentaine de gamins dont l’ainé devait avoir 10 ans.

Voir ces petits garçons, des étoiles plein les yeux, regarder Picamoles (Numéro 8 de l’équipe de France) , Jamie Roberts (International Gallois et Docteur en médecine) et toutes les autres légendes  présentes dans la salle restera comme l’un des meilleurs souvenirs de ma vie.

Pourquoi je raconte tout cela aux lecteurs de l’Institut ? En voici la raison,

Dans le Seigneur des Anneaux, de Tolkien, le Roi des Rohan , peuple de guerriers cavaliers tombe sous l’influence de ‘Wormsey” (le ver de terre) , personnage maléfique, qui réussit à le convaincre qu’il est vieux, fatigué, que la lutte contre les forces mauvaises est sans espoir et donc qu’il ne faut surtout pas attirer l’attention de Mordor (l’Empire du Mal).

Arrive Gandalf qui chasse le ver de terre, réveille le vieux monarque de sa torpeur, les Rohan repartent en guerre et dans la bataille décisive , le vieux monarque perd la vie, mais retrouve son Honneur perdu.

De nombreux ‘Wormsey ” (en fait, la majorité de la classe politique Française) murmurent à l’oreille de la France depuis bien longtemps qu’elle est vieille, fatiguée, qu’il ne faut plus prendre de risque mais se préparer à  mourir dans le déshonneur et l’indifférence générale et accepter de s’éteindre comme une lampe qui n’aurait plus d’huile…

Eh bien, tout ce que j’ai vu sur le terrain a Hong-Kong me permet de penser que tout cela est faux.

Les vertus auxquelles Guy Noves faisait allusion dans son petit discours ,de solidarité, d’altruisme  de service du bien commun, toutes vertus aristocratiques s’il en fut, sont présentes et bien présentes dans notre pays , puisque je les ai vu à  l’œuvre pendant une semaine.

Notre pays a été capturé par des “gens normaux” qui veulent détruire petit à petit ce qui a fait sa grandeur, c’est à dire l’amour de la Liberté couplé à la recherche du bien commun et du respect des Lois (l’arbitre au Rugby est incroyablement respecté), qu’ils ont remplacé par la dépendance, la jalousie sociale et l’anomie.

Or, la France n’est pas un Pays Normal.

Un jour la France se réveillera,  et redeviendra le pays que Bernanos aimait: Le pays des Cathédrales, des Saints, des Philosophes et des Fous.

Cela est certain.

 

Catégories: Economie

Auteur: Charles Gave

Economiste et financier, Charles Gave s'est fait connaitre du grand public en publiant un essai pamphlétaire en 2001 " Des Lions menés par des ânes "(Editions Robert Laffont) où il dénonçait l'Euro et ses fonctionnements monétaires. Son dernier ouvrage "L'Etat est mort, vive l'état" Editions François Bourin 2009 prévoyait la chute de la Gréce et de l'Espagne. Il est le fondateur et président de Gavekal research (www.gavekal.com) et Gavekal securities.

Partager sur