FavoriteLoadingAjouter aux favoris

image_pdf

L’Europe est en récession, c’est bien évidemment une mauvaise nouvelle pour la France qui réalise 60% de ses exportations dans la zone Euro. L’année 2013 sera terrible pour la France, nous annonce Thierry Pech, directeur de la rédaction d’Alternatives Economiques, hebdomadaire pourtant peu suspect de sympathie pour les idées libérales. Il s’attend au mieux à une croissance zéro, autour de 11% de chômeurs et un déficit budgétaire de 3,5% du PIB. Les manifestations contre l’austérité, qui se sont développées en Europe dans tous les pays où des mesures courageuses ont été adoptées, pourraient bientôt toucher la France.

 

La France, « bombe à retardement de l’Europe »

L’emploi a fortement dévissé  en France au troisième trimestre. Ce n’est malheureusement pas une surprise. L’article de John Peet  de  The Economist « La France, bombe à retardement de l’Europe » a suscité beaucoup de  commentaires. Pourtant l’éditeur Europe du prestigieux magazine britannique, se contente de faire remarquer que presque tous les autres pays européens ont fortement réduit leurs dépenses publiques, sauf la France et qu’il n’y a pas  d’autre alternative que la réforme.  Ce constat lucide a suscité le commentaire très peu professionnel d’Arnaud Montebourg, Ministre du Redressement Productif  « The Economist, c’est le Charlie Hebdo de la City » !

Le pacte de compétitivité, annoncé dans le sillage du Rapport Gallois,  à défaut de choc, va dans le bon sens, mais le compte n’y est pas encore. Les chefs d’entreprise ont beaucoup de mal à comprendre, pourquoi après leur avoir asséné un choc fiscal sans précédent, le gouvernement leur propose un dispositif de crédit recherche qui relève de l’usine à gaz, pour leur en rembourser une partie en 2014 ! Personne ne sait d’ailleurs dans quel état seront les entreprises françaises après les chocs fiscaux de 2012 et 2013.

Le Rapport Gallois a eu au moins le mérite d’introduire le mot compétitivité dans le vocabulaire socialiste, ce qui est déjà une très bonne chose.

Après avoir défait sans ménagement la TVA sociale de Nicolas Sarkozy, François Hollande a fini par l’adopter.   Pendant sa conférence de presse, il a toutefois nié tout virage et réaffirmé la cohérence de sa politique, alors que son discours de la semaine dernière n’a plus rien à voir avec ce qui a été promis avant le 6 mai.

 

La recapitalisation de la BCE devrait bientôt se poser

En Grèce, les mesures adoptées depuis le début de la crise sont un échec total. Il   devient évident avec l’explosion de la dette de la Grèce, qui en est aujourd’hui à 175% du PIB, contre 130% en 2009. On voit bien que l’on sera bientôt à 200%, car actuellement l’économie s’autodétruit et les recettes fiscales s’effondrent. Il va falloir bientôt s’occuper du bilan de la BCE qui avec 80Md€ de fonds propres, possède 2500Md€ d’actif essentiellement composé de dette souveraine dont 50Md€ émise par la Grèce et qui ne seront jamais remboursés. Pour le moment le pays pourrait faire défaut sur 5Md€ à rembourser d’ici la fin de la semaine. La recapitalisation de la BCE devrait bientôt se poser comme celle de toute banque qui possède des créances douteuses à l’actif de son bilan.

L’Espagne est toujours un problème avec un taux de l’obligation à dix ans à 5,88% contre 18% en Grèce, 4,96% en Italie et …. 1,34% en Allemagne.

L’Irlande continue de se redresser. C’est une des rares bonne nouvelle en Europe. L’agence de notation Fitch a changé sa perspective de « négative » à « stable ». C’est une avancée modeste mais significative, car elle a incité des fonds américains, notammentFranklin Templeton, à se remettre à acheter de la dette irlandaise.

Au Japon, le Premier Ministre Yoshihiko Noda du Democratic Party of Japan (DPJ) a annoncé la dissolution du parlement pour organiser des élections qui auront lieu en décembre prochain. Pour le moment c’est Shinzo Abe du Liberal Democratic Party (LDP) qui est favori. Même si les perspectives économiques ne sont pas très favorables, c’est le remplacement du Gouverneur de la Banque du Japon Shirakawa par un homme qui devrait s’engager dans une politique monétaire plus agressive qui incite certains investisseurs à revenir sur le Japon. Sean Darby, stratégiste de Jefferies à Hong Kong, recommande l’achat du tracker iSMSCI Japan Fund.

Aux Etats-Unis , la création d’emplois est freinée par les pertes d’emploi dans le secteur public notamment au niveau de l’Etat, des municipalités (14 000 par mois depuis 2011).

Charles Gave de GaveKal à Hong Kong, revenant sur les conséquences de la réélection de Barack Obama pour un deuxième mandat pense qu’il faut commencer à diminuer légèrement l’exposition sur le marché américain.

Les attaques palestiniennes sur le sud d’Israël ont malheureusement relancé le conflit avec l’assassinat de Ahmed Said Khalil Jabari, commandant en chef des brigades Izzadin Kassan.  Comme d’habitude, peu de médias français rendent compte objectivement de la situation. Parmi tous ceux, des deux côtés, qui essayent de trouver des solutions, il faut lire le livre de Jacques Bendelac, économiste à l’Institut Israélien de Sécurité Sociale : « Israël-Palestine : demain, deux états partenaires ». Il pense que le seul avenir de ce conflit, c’est l’entente économique. Il faut dit il, délaisser passions et fantasmes pour donner les clés d’une solution pragmatique au conflit.

 

Les Marchés ont cédé du terrain cette semaine

Les baisses ont été supérieures à 3% en Allemagne, en France au Japon et aux Etats Unis ; à 5% au Portugal, en Italie et en Espagne. Les raisons en sont : les incertitudes sur le mur de la dette (=fiscal cliff) aux Etats Unis, la crise de la dette européenne et notamment la situation de la Grèce ainsi que les perspectives de croissance mondiale.

Auteur: Jean-Jacques Netter

Jean Jacques Netter est diplômé de l’École Supérieure de Commerce de Bordeaux, titulaire d’une licence en droit de l’Université de Paris X. Il a été successivement fondé de pouvoir à la charge Sellier, puis associé chez Nivard Flornoy, Agent de Change. En 1987, il est nommé Executive Director chez Shearson Lehman Brothers à Londres en charge des marchés européens et membre du directoire de Banque Shearson Lehman Brothers à Paris. Après avoir été directeur général associé du Groupe Revenu Français, et membre du directoire de Aerospace Media Publishing à Genève, il a créé en 1996 Concerto et Associés, société de conseil dans les domaines de le bourse et d’internet, puis SelectBourse, broker en ligne, dont il a assuré la présidence jusqu’à l’ absorption du CCF par le Groupe HSBC. Il a été ensuite Head of Strategy de la société de gestion Montpensier Finance.

Partager sur