FavoriteLoadingAjouter aux favoris

image_pdf

Les marchés émergents restent attractifs

 

Les progressions des ETF exposés aux marchés émergents  sont spectaculaires.  Aussi bien pour les actions (iShares Emerging Markets + 36,4% sur douze mois) que pour les obligations ( Van Eck Vectors JP Morgan Local Currency Bond +14%). Il est important d’essayer de passer en revue les paramètres qui vont influencer le comportement de ces marchés.

 

La croissance des économies des pays émergents va rester forte.

L’Inde devrait enregistrer une progression de 6,7% de son PIB. La Chine et l’Indonésie arriveraient en second avec une croissance de l’ordre de 5,5%. Ces chiffres traduisent un ralentissement en Chine qui est imputable en partie à la démographie mais aussi à la baisse du rythme des investissements.

En Turquie la croissance tournerait autour de 4,8% si le rythme d’investissement ne ralentit pas trop pour des raisons politiques.

Au Mexique, en Pologne, en Corée du Sud les PIB de ces économies devraient avancer à un rythme  situé entre 2,5% et 3%. L’Afrique du Sud, le Brésil et la Russie ne devraient pas dépasser les 2% au cours des cinq prochaines années.

La hausse des devises des marchés émergents est impressionnante (indice JP Morgan Emerging Market Currency Index). Il a bien rebondi le mois dernier.  Mais la hausse de l’Euro handicape maintenant les exportateurs européens. L’Euro a progressé sur un an de 17% face au dollar de Hong Kong, de 11% face au Yen et de 6,8% face au Renminbi chinois. Les sociétés européennes exposées à ces marchés doivent revoir en baisses leurs prévisions de résultats. C’est notamment le cas pour SEB qui réalise un peu plus de 50% de son chiffre d’affaires hors d’Europe.

 

En Asie, sur le plan géopolitique, on assiste à une nouvelle alliance destinée à contrebalancer l’expansionnisme de la Chine dans toute la zone. Le Japon avait lancé dès 2007 l’idée d’une alliance sécuritaire à quatre regroupant les Etats Unis, le  Japon, l’Inde et l’Australie.

L’émergence de la Chine comme puissance militaire et technologique de niveau mondial a bien évidemment des implications géostratégiques et géopolitiques.

 

Les marchés émergents restent attractifs surtout par rapport aux Etats Unis

 

En terme d’évaluation les marchés émergents sont valorisés faiblement par rapport au marché américain. Le rapport cours bénéfices calculé par  Shiller (source Thomson Reuters et Credit Suisse Research) ressort à 11,1x pour les marchés émergents contre 31,3x pour les Etats Unis.

 

En Chine, les actions ont sous performé ces dernières années. Même après la remontée de l’année dernière les niveaux de valorisation sont normaux. L’indice Hang Seng se paye 13x ; l’indice H-Share qui comprend les sociétés chinoises cotées à Hong Kong ne se paye que 9 x. L’indice CSI 300 qui couvre les valeurs domestiques est en revanche valorisé sur la base de 15,5x. Certes on peut argumenter que la Chine communiste a bien adopté le capitalisme, mais que la gouvernance du pays reste empreinte d’un léninisme qui aura du mal à s’accommoder avec de la démocratie. La réalité c’est que le pays est en train de créer son propre écosystème y compris dans le domaine technologique.

 

L’inde reste toujours un pays intéressant bien que la croissance ralentisse depuis trois ans. La différence de stratégie en matières de services publics a joué un rôle clé dans la trajectoire de l’économie indienne par rapport à celle de la Chine. La perspective d’élections en 2019 devrait inciter Narendra Modi a stimuler l’activité économique, mais sa marge de manœuvre est étroite dans la mesure où il ne veut pas que son pays soit dégradé par les agences de rating.

 

L’Europe de l’Est veut avoir de plus en plus  voix au chapitre. Les quatre pays du « Groupe de Visegrad » défendent des positions communes en matière d’immigration et de souveraineté . Ce sont la Pologne, le République Tchèque, la Slovaquie et la Hongrie. Les trois pays de l’initiative des trois mers (Croatie, Roumanie, Bulgarie veulent établir une coopération en matière économique.

Le Chancelier autrichien Sebastian Kurz, récemment élu, a accordé  à l’extrême droite du FPÖ les portefeuilles régaliens de la défense et de l’intérieur. Il pourrait avoir la tentation de  recréer l’équivalent de l’Autriche –Hongrie de l’époque accentuant un peu plus le fractionnisme au sein de l’Union Européenne.

 

Pour continuer à être exposé aux marchés émergents on peut le faire soit à partir de valeurs européennes exposées aux marchés émergents, soit à partir de valeurs domestiques pas toujours faciles à acheter. Dans ce cas il faut avoir le courage de sortir des valeurs du luxe pour identifier les sociétés intéressantes dans des domaines porteurs.

 

 

Les métaux rares ne sont pas toujours aussi rares que cela

 

L’évolution du cours  des matières premières favorise particulièrement les pays producteurs comme la Russie pour le pétrole,  le Chili pour le cuivre, la Chine pour le charbon thermal et les métaux rares.

 

La Chine produit 85% des métaux rares utilisés dans le monde, 8% Australie, 3% Etats Unis, 2% Russie, 2% Thailande. Elle possède 37 % des réserves mondiales identifiées (36 millions de tonnes), la suprématie chinoise n’est donc pas près de s’interrompre. D’abord parce qu’elle applique une politique de bas coûts (dumping social et économique). Ensuite parce qu’il faut au moins dix ans pour qu’un nouveau projet d’extraction voie le jour. L’industrie des métaux rares reste en outre opaque.

 

 

Pour le Bérylium le premier producteur mondial se trouve aux Etats Unis. Ce métal est 1/3 plus léger que l’aluminium et sis fois plus résistant que l’acier.  <Materion>

 

Le Borate est très utilisé dans les matériaux d’isolation et la fabrication de fibre de verre. Une des rares sociétés cotées est <American Pacific Borate & Lithium>

 

Le prix du cobalt est passé de 25 000$T à 79 600 $T en dix huit mois. C’est un sous produit du nickel et du cuivre que l’on trouve en grandes quantités dans la République Démocratique du Congo. Il est utilisé par l’industrie chimique dans de nombreux pigments, dans les batteries et de nombreuses applications. L’univers d’investissement disponible est le suivant :

<Glencore> (Suisse + 24% en douze mois) , <Cobalt 27> (Canada + 742%), <Norilsk Nickel> (Russie +17%), <Sumitomo Metal Mining> (Japan +68%), <Freeport Mc Moran> (US +17% ), <Sheritt International> (Canada – 12,5%), <Umicore> (Belgique +67%)

 

Le gallium est très utilisé dans la fabrication des semiconducteurs ety de LED. Pour en extraire un kilogramme il faut traiter au moins 50 tonnes de roches. Combiné avec du cuivre, de l’indium, du gallium et du sélénium, on obtient du CIGS qui permet de fabriquer des cellules photovoltaïques à couches minces et hautes performances. L’univers d’investissement permettant d’’être exposé au gallium serait :

<Aixtron AG> (Allemagne  + 258% sur douze mois),  <AXT, Inc>  ( Etats Unis NASDAQ + 37%),  <Akzo Nobel>,  <Aluminum Corporation of China > (Etats Unis NYSE), , <Beijing JiYa Semiconductor Material Co> (Chine) , <Global Solar Energy > (Etats Unis ), <RF Micro Devices> (Etats Unis NASDAQ)

 

Le graphène est un matériau miracle qui possède des propriétés mécaniques et électriques remarquables. Il est 200 fois plus résistant que l’acier et plus fin qu’une feuille de papier. On en a besoin dans de nombreux domaines comme le  stockage de l’énergie, les senseurs bio médicaux, les semiconducteurs… <Samsung> est de loin le leader sur ce créneau où il a déposé les 38 brevets les plus importants. En revanche <Graphene Nanochem plc>, <Applied Graphene Material> en Grande Bretagne ont respectivement baissé de 76% et 69% sur les douze derniers mois.

 

L’indium est un métal utilisé par les industries des semiconducteurs, des paneaux solaires et des écrans tactiles. L’indium-111 est utilisé aussi par la médecine nucléaire pour détecter les leukocytes. Parmi les sociétés réalisant une part de leur activité avec l’indium figurent : <Teck Resources > (Etats Unis + 16% sur douze mois) , <Umicore> (Belgique +67%), <AXT>  (Etats Unis NASDAQ + 37%)

 

Pour le Lithium il y a abondance de ce métal très utilisé pour les piles et le stockage de l’énergie. Parmi les sociétés cotées en bourse on trouve : <FMC Corp> (Etats Unis + 50,7% sur douze mois), <Neo Lithium> (Canada + 76%),  <Bacanora Minerals> (Canada + 56%)

 

Pour le Tantalum le premier pays producteur est le Brésil avec la mine de Mibra exploitée par la société <Advanced Metallurgical Group> (+ 146% sur les douze derniers mois) Le Congo RDC et le Ruanda sont n° 2 et 3.

 

 

Auteur: Jean-Jacques Netter

Jean Jacques Netter est diplômé de l’École Supérieure de Commerce de Bordeaux, titulaire d’une licence en droit de l’Université de Paris X. Il a été successivement fondé de pouvoir à la charge Sellier, puis associé chez Nivard Flornoy, Agent de Change. En 1987, il est nommé Executive Director chez Shearson Lehman Brothers à Londres en charge des marchés européens et membre du directoire de Banque Shearson Lehman Brothers à Paris. Après avoir été directeur général associé du Groupe Revenu Français, et membre du directoire de Aerospace Media Publishing à Genève, il a créé en 1996 Concerto et Associés, société de conseil dans les domaines de le bourse et d’internet, puis SelectBourse, broker en ligne, dont il a assuré la présidence jusqu’à l’ absorption du CCF par le Groupe HSBC. Il a été ensuite Head of Strategy de la société de gestion Montpensier Finance.

Partager sur

4 Commentaires

  1. Bonjour,

    Je donne vos feuilles de route à mon conseiller pour chacune de vos parutions;
    Merci beaucoup !

    Répondre
  2. Est-ce que le business du recyclage des métaux rares est rentable en Europe ?
    On n’a pas de mine, mais on a des déchets.

    Répondre

Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *