FavoriteLoadingAjouter aux favoris

image_pdf

Deux questions presque conjointes pour l’actuel gouvernement: la légalisation de drogues dites “douces” et l’ouverture des alles de shoot, comme envisagé récemment par Marisol Touraine.

Pour Michel Huguier, chirurgien, membre de l’Académie nationale de médecine, ancien conseiller technique au cabinet de Simone Veil, alors ministre de la Santé, la dépénalisation du cannabis serait « une incohérence dans un objectif général qui est la santé publique. »

Dans cet entretien, l’académicien soulève la contradiction qu’il y aurait à dépénaliser le cannabis d’un côté, alors que l’on cherche à lutter contre le tabagisme d’un autre. « Prendre des mesures, qui au gré de l’opinion publique, vont à l’encontre d’un esprit de prévention individuelle » lui semble être incohérent.

Une incohérence que souligne également Jean- Paul Tillement, professeur émérite de pharmacologie à la faculté de médecine de Créteil (Paris XII), membre de l’Académie de pharmacie et membre de l’Académie nationale de médecine. Pour lui , cette étape de la dépénalisation du cannabis pourrait accélérer le passage à la consommation d’autres drogues : « Quand on interroge les toxicomanes, les drogués par injection, sur la raison qui les a amenés à l’injection, ils sont tous passés par une première étape qui inclut l’alcool, le cannabis et le tabac. Aujourd’hui l’alcool, le tabac sont malheureusement en ventre quasi-libre, si en plus on y ajoute le cannabis, cela ne fera qu’ouvrir la porte aux salles de shoot. »

 

Les salles de shoot, voilà justement un autre sujet de préoccupation pour les deux académiciens. 
Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, a exprimé sa volonté d’ouvrir des salles d’injections pour toxicomanes, à titre expérimental, dans des villes comme Paris, Marseille et Toulouse. Une initiative que combat ardemment Jean-Paul Tillement, pour au moins deux raisons :

« Quel médecin peut aujourd’hui accepter la responsabilité d’une injection en intraveineuse d’une solution non-stérilisée ? […]Injecter une solution non-identifiée et non stérilisée me paraît être une aberration ; j’ai appris à mes étudiants, pendant 40 ans, absolument l’inverse.  »

De plus, il craint des dérives sur la composition de la substance de départ amenée par les toxicomanes, dans laquelle on peut trouver des substances toxiques. Sa vision à long terme des salles de shoot s’avère, alors, alarmante : « ce que je crains c’est que connaissant l’industrie extrêmement florissante des drogues de synthèse, demain ces salles de shoot deviennent des bancs d’essai des nouvelles drogues qui seront payées par la  société pour le grand bénéfice des fabriquants.

 Michel Huguier, quant à lui, balaie l’argument de l’existence de salles de shoot dans d’autres pays européens depuis de nombreuses années : « Les salles de shoot sont fermées progressivement en Suisse, au Danemark. Les Hollandais reviennent sur l’ouverture des bars à cannabis ; donc faire appel aux exemples européens est un mauvais argument , il faudrait faire appel à ces exemples jusqu’au bout pour constater que tous reviennent en arrière, après des expériences dont il faudrait tirer profit. »


A ce titre, Jean-Paul Tillement rappelle qu’il existe déjà actuellement, de nombreuses structures, dont beaucoup de bénévoles, mobiles ou fixes, très actives qui réalisent l’accueil, le traitement et la prise en charge des toxicomanes injecteurs ou non injecteurs. Il regrette qu’ils soient « étrangement oubliés dans le débat. ».

 Soulevant d’une même voix « les conséquences neurologiques et comportementales qui mettent en jeu la sécurité d’autrui », les deux intervenants appellent à ouvrir le débat pour proposer d’autres solutions face aux problèmes de la drogue en France, un pays qui possède un triste record : celui du plus grand nombre de jeunes consommateurs de cannabis en Europe (Enquête publiée en juin 2012 par l’Observatoire européen des drogues et de la Toxicomanie (OEDT).

 De plus, juridiquement, nous aimerions tous savoir qui sera tenu pour responsable en cas (très probable) d’overdose d’un des utilisateurs de la salle de shoot en question. L’Etat sera t-il responsable  si les moyens mis en œuvres dans l’assistance ne sont pas à hauteur ?La famille de a victime aura- t-elle une action pour non assistance en personne en danger par exemple ?

Se pose  aussi la question de la responsabilité des médecins. Superviser l’injection de “drogues de la rue”, des produits loin d’avoir une qualité médicamenteuse, posera forcement des difficultés. L’héroïne vendue couramment dans la rue n’est composée que de 30 à 40 % d’héroïne pure que l’on trouve noyée dans tout un tas de substances de dilution» ; alors quel médecin accepterait de superviser l’administration d’un produit qu’il sait foncièrement impur ? Et par la suite, cette question en appellera une autre : lorsque le corps médical se rendra compte qu’il est impossible de superviser ces administrations de drogues impures, que feront-ils ?

Le Pr Costentin  (membre de l’Académie nationale de médecine et de l’Académie de Pharmacie et président du Centre national de prévention, d’études et de recherches en toxicomanie (CNPERT)),craint qu’en contrepartie des produits de la rue, les salles de shoot finissent par fournir elles-mêmes la drogue de bonne qualité. «De plus, il a été prouvé que chez les sujets qui bénéficiaient de ces salles que le dosage d’héroïne dans leur sang ne les avait pas dissuadés de compléter leur dose par de l’héroïne de la rue»

 

On imagine aisement les problémes humains et juridiques que soulevent en pratique une telle mise en application.  On se souvient, en terme d’étude de notre société civile, qu’il y a quelques mois, l’association CLER Amour et Famille, une association catholique, a réclamé – et obtenu – devant le tribunal correctionnel de Paris la fermeture d’un sex shop  installé à 100 mètres de l’école et du collège Saint-Merri. 2 Un emplacement jugé contraire à une loi de 2007 sur la protection de l’enfance, interdisant “l’installation, à moins de 200 mètres d’un établissement d’enseignement, d’un établissement dont l’activité est la vente ou la mise à disposition du public d’objets à caractère pornographique”. Le gérant du sex-shop a fait appel de la décision devant le Conseil Constitutionnel mais force est de constater l’extrêmement schizophrénie de notre société.

Car enfin, on voudrait faire croire qu’il serait plus tolérable pour une enfant de 10 ans de passer devant une salle ou des gens s’injecte la mort plutôt que devant un vibromasseur à tête de canard? Sauf à vouloir faire de la mort et de l’euthanasie le but suprême dans la recherche du bonheur terrestre, quelque chose doit nous échapper,

Rabelaisiens que nous sommes.

 

 

Source multiples dont Canal Academie

(dont nous saluons le travail admirable)

 

IdL

 

 

 

Auteur: idlibertes

Profession de foi de IdL: *Je suis libéral, c'est à dire partisan de la liberté individuelle comme valeur fondamentale. *Je ne crois pas que libéralisme soit une une théorie économique mais plutôt une théorie de comment appliquer le Droit au capitalisme pour que ce dernier fonctionne à la satisfaction générale. *Le libéralisme est une théorie philosophique appliquée au Droit, et pas à l'Economie qui vient très loin derrière dans les préoccupations de Constant, Tocqueville , Bastiat, Raymond Aron, Jean-François Revel et bien d'autres; *Le but suprême pour les libéraux que nous incarnons étant que le Droit empêche les gros de faire du mal aux petits,les petits de massacrer les gros mais surtout, l'Etat d'enquiquiner tout le monde.

Partager sur