image_pdfimage_print

Un état désastreux et accablant du marché du travail

Une gouvernance inexistante, couteuse, inefficace, avec une gestion périmée et complexe. Le constat est connu depuis plus de 30 ans est s’organise autour de l’idée que nos gouvernants sont incapables de faire simplement ». Stratégie, structuration, organisation, réformes, procédures, gestion et suivis sont-ils des mots à bannir de notre vocabulaire politique de peur de blesser certains cénacles politiques qui mettent tout leur énergie à critiquer l’autre.

Une vraie bombe à retardement, Sous le poids de la crise structurelle et financière, de la croissance nulle, des déficits et sans réforme immédiate, le système va simplement tout droit dans le mur.Et pourtant, 50 milliards d’euros sont consacrés chaque année à l’indemnisation des chômeurs à l’incitation au travail, à la création d’emplois et à la fameuse formation professionnelle, mais en vain.

Alors que la France connait une baisse de l’activité beaucoup moins forte que ses voisins, elle a pourtant observé son taux de chômage progresser beaucoup plus vite. Cela met en évidence que tous  les politiques du marché du travail aux multiples dispositifs ne sont plus adaptées aux évolutions et aux mutations du marché du travail.

Le régime d’indemnisation des chômeurs français est l’un des plus protecteurs d’Europe :

–       La durée de la cotisation la plus faible pour bénéficier de l’assurance chômage

–       L’indemnisation maximale la plus élevée

 

 

France

Allemagne

Italie

Taux de cotisation

6,4 %

3 %

1,61 %

Durée d’activité minimale requise

4 mois dans les 28 derniers mois

1 an dans les 6 dernières années

2 ans dans les 2 dernières années

Durée d’indemnisation

Entre 4 mois et 3 ans

Entre 6 mois et 2 ans

Entre 8 mois et 13 mois

Plafond mois d’indem.

6.165 €

2.215 €

1.119 €

Taux de chômage

10,7 %

6,1 %

8 %

 

Des solutions adaptées et urgentes doivent être mises en place immédiatement.

 

La Cour des comptes a fait des recommandations aux partenaires sociaux et au gouvernement dans le cadre de leur renégociation de la convention d’assurance chômage pour ce qui concerne le fonctionnement du marché du travail.

Les aides à l’emploi :

–       Constat: La concurrence pour accéder aux dispositifs de retour vers l’emploi devient s’est exacerbée devant le nombre de plus en plus important des demandeurs d’emploi. En effet, les chômeurs diplômés ont écartés des priorités des dispositifs d’aides les non-diplômés et ceux en plus grande difficulté.

–       Recommandation: Conditionner l’accès aux dispositifs aux difficultés réelles du chômeur, et non à sa situation juridique.

La gouvernance :

–       Constat: L’Etat, les régions, les partenaires sociaux, les organismes paritaires collecteurs agréés, etc. se superposent et s’entremêlent dans des stratégies différentes ou il n’existe aucune coordination qui empêche la mise en œuvre de politiques concertées et cohérentes.

–       Recommandation: Coordonner et simplifier les actions menées. Faute d’une gouvernance efficace aux objectifs communs aurait pour conséquence de rendre le fonctionnement des dispositifs beaucoup plus inefficaces.

Les emplois aidés :

–       Constat: Une exception bien française. Les personnes bénéficiant d’un emploi aidé dans le public ont deux fois moins de chance de trouver un travail que celles qui ont profité du même dispositif dans le privé.

–       Recommandation: Plus de contrats aidés dans les entreprises qui sont quasi intégralement exclues du dispositif. Se polariser sur les personnes en difficulté avec des contrats d’un an au moins et incluant une formation adaptée.

La formation professionnelle :

–       Constat : En France, les régions gèrent l’apprentissage et la formation des demandeurs d’emploi et les partenaires sociaux ont main mise sur l’essentiel des financements d’un montant de 31 milliards d’euros, soit 1,6 % du PIB. La formation professionnelle continue bénéficie plus aux salariés les mieux formés, alors que les moins qualifiés font face au risque de chômage le plus élevé. Quant aux chômeurs, ils continuent d’être les laissés-pour-compte du système.

–       Recommandation : Retirer la gestion de l’apprentissage et la formation des demandeurs d’emploi du mille-feuille régional, et surtout retirer aux entités dogmatiques partenaires sociaux pour regrouper l’ ensemble de la gestion apprentissage, formation et finances dans une entité efficace.

Les intermittents :

–       Constat : Dans le collimateur de la Cour des comptes, le régime des intermittents concerne 3 % des chômeurs, soit environ 100.000 personnes. Une minorité ruineuse et une inégalité insultante pour les autres chômeurs, son déficit avoisine le milliard d’euros par an qui représente 33 % du déficit de l’assurance chômage à elle seule. En cumulé depuis 10 ans, le déficit cumulé des intermittents équivaut à la dette totale de l’assurance chômage.

–       Recommandation : Sabrer les indemnisations des techniciens du spectacle en priorité.

Le chômage partiel :

–       Constat : un dispositif très peu utilisé par les entreprises parce que trop lourd administrativement et trop complexe

–       Recommandation : dispositif a fusionné avec les dispositifs existants pour plus d’efficacité.

 

Depuis 6  mois, François Hollande promet d’inverser la courbe du chômage d’ici fin 2013, alors que pour inverser la courbe du chômage, il faudrait une croissance d’environ 1,5 % du PIB.

 

 

Par André Moguérou

avec tous nos remerciements

 

 

Diffuser cet article sur vos réseaux sociaux

Tags

 

9 Comments

  1. Mamie dit :

    Oh bien çà !, çà m’fais r’penser à un récent sinistre de l’Instruction Nationale, celui d’avant maintenant !, ( vous voyez de qu’il s’agit ? ) : il était interrogé par le Jean Jacques à la télé ( pis à la radio en même temps ! ). Alors le Jean-Jacques il lui a posé le même genre de question que c’que vous dites juste avant !. Et beinh : il a pas été fichu de répondre !.

    Alors Mamie, elle se dit que si un sinistre de l’instruction nationale est infichu de comprendre une règle de trois ( au certificat d’étude ) comment qu’vous voulez qui gère un sinistrère ?.
    Et pis si tous ses copains, là haut à Paris, i sont pareils ?, beinh c’est normal que çà aille mal !.

  2. JohnS dit :

    Un prérequis très simple: retirer des mains de personnes ayant toujours biberonné dans la giron de l’Etat la gestion du travail (secteur privé)…comment voulez-vous qu’ils gèrent/réglementent qq chose qu’ils ne connaissent pas ?!

    • David dit :

      c’est du même niveau que les enseignants qui sont censé préparer nos enfants au monde de l’entreprise… sans jamais y avoir mis les pieds.
      Les meilleurs profs que j’ai eu étaient issus du monde du travail et étaient devenus enseignants sur le tard.
      ils étaient une division au dessus de ceux qui n’étaient jamais sorti du système éducatif.
      Je pense que le pire c’est les dynasties d’enseignants, de père/mères en fils/filles et qui se marient entre profs.
      la vie dans le mode de l’entreprise n’a jamais atteint leur monde, et ils font alors de leur mieux pour que leurs enfants en fassent de même.
      mais bon, on dévie la…

      • idlibertes dit :

        Vous connaissez?
        1. Apprendre les Maths en 1950
        Un bucheron vend un chargement de bois pour 100 francs. Son coût de production est de 4/5 du prix, Quel est son profit?

        2/ Apprendre les maths en 1960
        Un bucheron vend son chargement de bois pour 100 francs. Son coût de production est de 4/5 soit 80 francs. Quel est son profit?

        3/ Apprendre les maths en 1970
        Un bucheron vend son chargement de bois pour 100 francs. Son coût de production est de 80 francs. A t il réalisé un profit?

        4/ Apprendre les maths en 1980
        Un bucheron vends son chargement de bois pour 100 francs. Son cout de production est de 80 et son profit de 20. Votre tâche:Souligner le nombre 20

        5/ Apprendre les maths en 1990
        Un bucheron coupe le bois d’une superbe forêt parce qu’il est égoïste et sans pitié pour les animaux et la préservation de la nature laissée par ses ancêtres. Il le fait dans la seule idée d’effectuer un profit de 20 francs. Que pensez vous de cette façon de gagner sa vie? Question pour la classe que pensez vous que les oiseaux et les écureuils ont ressentis quand le bucheron a coupé leur maison sauvagement par orgueil? (Il n’existe pas de mauvaises réponses et vous pouvez partager vos émotions avec le groupe.

        6/Apprendre les maths en 2013
        Volez les bois auprès de votre riche voisin, cela n’a aucune importance car il s’agit d’une juste redistribution des richesses si vous estimez y avoir droit.

  3. roger duberger dit :

    Merci, très complet et édifiant.
    En France, une minorité prend en otage, la majorité de la population.
    C’est celui qui gueule le plus fort qui a raison….Et il y aura plein de petits drapeaux rouges dans les rues avec les casquettes coca-cola. Lol
    On n’est pas fichu de faire quelquechose de simple et qui fonctionne.
    Pas besoin d’innover et de compliquer (spécialité française).
    On voit bien pour les retraites et le chômage, toujours plus de cotisation, et jamais moins d’indemnisation. Tant pis si on n’est pas compétitif ! Les entreprises, – 90% des français n’ont pas compris que c’étaient elles qui créaient les richesses et donnaient un vrai travail-.
    Franchement pour investir dans ce beau pays, il faut être vraiment maso.

    • David dit :

      Cher Roger,
      On peut très bien ne pas être content sans pour autant raconter des bêtises.
      Les chômeurs sont de moins en moins indemnisés, leur régime est aujourd’hui bien moins favorable que dans les années 90.
      L’augmentation des cotisations est relativement « contenue », elle progresse moins que la quantité de chômeurs indemnisés, d’ou le déficit de ces dernières années.
      Je ne dis pas que les choses sont satisfaisante en l’état, mais elles vont dans le sens inverse de celui que vous décrivez.
      De plus je vous ferez remarquer que en France les chômeurs ne défilent pas dans la rue avec des drapeaux rouges et qu’ils ne prennent personne en otage.
      J’estimes pour ma part qu’ils devraient le faire, mais ils ne le font pas.
      Les chômeurs français ne sont pas organisés et ne sont pas défendus comme le sont les salariés.
      Peut être que si les chômeurs avaient un tout petit peu d’influence, on pourrais faire évoluer un peu plus vite le monde du travail.
      Contrairement à la majorité des salariés, eux n’ont rien à perdre avec un gros coup de pied dans la fourmilière.

      • roger duberger dit :

        D’accord avec vous sur certains points.
        La plupart des chômeurs sont à plaindre, néanmoins certains profitent bien des failles du système.
        Pour ce qui est des manifestations avec les petits drapeaux rouges, bien entendu ce ne sont pas les chômeurs, mais ceux qui empêchent d’avancer (certains syndicats extrémistes dont la seule vocation est de casser la machine). Je leur fais confiance, ils vont y arriver.
        A la lecture de l’article, il semble qu’en France on soit mieux indemnisé que dans d’autres pays européens, et que malheureusement il y ait différentes catégories de chômeurs, dont certaines sont plus favorisées que d’autres !

  4. Medocain dit :

    En voilà des solutions:

    en 2012 la SS espagnole a versé 103 milliards d’euros de pensions,
    et a reçu 98 milliards de cotisations:

    les 5 milliards manquants c’est l’état espagnol,lui-même en faillite
    (demandez à Charles Gave) qui les a fournis

    http://www.elconfidencial.com/economia/2013/03/07/las-cotizaciones-sociales-ya-no-bastan-para-pagar-las-pensiones-faltan-5145-millones—116374/

Leave a Comment