FavoriteLoadingAjouter aux favoris

image_pdf

Je travaille dans la finance depuis plus de quarante ans et tous les matins je me réveille en me disant que décidément je fais un métier merveilleux. Et puisque j’ai de vrais rapports d’intimité avec tous ceux qui se donnent la peine de me lire, je me suis dis que je leur devais et que je me devais de leur expliquer pourquoi j’étais heureux de faire ce que je fais.

Voici mon explication.

  • D’abord je fais un métier où l’on me paye pour apprendre et pour comprendre, ce qui est prodigieux.
  • Ensuite, une fois que j’ai appris et compris (dans cet ordre), je me balade partout dans le monde pour rencontrer des gens intelligents qui, à ma grande stupéfaction, payent pour me rencontrer et discuter avec moi du résultat de mon apprentissage.
  • Et pourquoi acceptent-ils de me voir et de discuter avec moi ? va se dire le lecteur. Tout simplement parce qu’ils savent que mon but ultime est de les aider à devenir plus LIBRES.

Je m’explique : Dostoïevski disait que l’argent « c’était de la Liberté frappée ». Par la, il signifiait que celui qui avait atteint son indépendance financière était vraiment libre. Loin de moi l’idée de dire que seuls les gens riches sont libres car l’on peut tout à fait être enchainé par sa propre richesse et nul ne peut servir deux maitres à la fois, Mammon et Dieu.  Le moine dans sa cellule est sans doute plus libre que l’homme le plus riche du monde. Hélas, cette forme de Liberté n’est pas ouverte à tout le monde. Mais celui qui a compris que l’argent est un mauvais maitre mais un très utile serviteur peut tout à fait accéder à une forme de Liberté qui m’est chère entre toutes, la possibilité de penser par lui-même.

 

Guizot disait « enrichissez vous par le travail et par l’épargne », ce que l’on a beaucoup brocardé dans les milieux bien pensant. Je dis la même chose. Si vous voulez être libre vous devez prendre le contrôle de votre épargne. Et donc, toute ma vie, j’ai essayé d’expliquer aux gens ce qu’ils devaient faire pour accéder à cette liberté « sans travailler…mais en réfléchissant ».  Notre société « ouverte », au sens où Karl Popper l’entendait, permet en effet à chacun dans le courant de sa vie d’atteindre l’indépendance financière pour peu qu’il réfléchisse à la façon dont il va  investir son épargne.

C’est là où le Liberal que je suis affirme une vérité fondamentale du Libéralisme : Le but ultime d’une transaction volontaire entre deux individus est un accroissement de la liberté individuelle des deux parties qui ont fait affaire. Le but de chaque échange est non pas d’enrichir une partie au détriment de l’autre mais d’enrichir les deux en permettant à chacun de se sentir plus libre après l’échange.

Et tous ceux qui détestent la Liberté ont toujours d’une façon ou d’une autre voulu empêcher la liberté des échanges en favorisant des monopoles (en particulier dans le domaine de l’éducation) et en suscitant des interdictions pour empêcher tout un chacun de penser librement c’est à dire par lui-même.

Par exemple, les réglementations que les états ou les autorités européennes mettent sur la libre disposition de leur épargne par les citoyens sont totalement attentatoires à cette recherche de la Liberté individuelle qui seule peut vous rendre heureux. Et ce n’est pas par hasard : des citoyens vraiment libres, c’est-à-dire indépendants financièrement, ne supporteraient pas une seconde la dictature molle que ces êtres malfaisants et donc malheureux veulent nous imposer.

Bref, j’aime mon métier parce que je continue à apprendre et que je suis payé pour diffuser ce que j’ai appris, ce qui permet à tout un chacun (moi y compris) de devenir plus libre et donc plus heureux.

Mais il y a une autre raison qui me fait aimer ce que je fais : je rencontre des gens vraiment hors du commun et beaucoup de ces gens partagent ma passion pour la Liberté à laquelle on arrive par l’échange volontaire entre deux parties.

 

Ce qui m’amène au sujet de cette semaine, HIBOO, après cette introduction qui peut paraitre un peu longue.

 

A la fin du siècle dernier, ayant vendu la société que j’avais créé en 1973 à un grand groupe américain, je me suis retrouvé quelque peu désœuvré. Mon fils me dit alors que j’étais trop jeune et trop compétent pour arrêter de travailler (ce qui était bien aimable de sa part), qu’il allait créer un nouveau groupe financier et que j’allais travailler pour lui. Ce que je fis. Au début, les clients étaient rares et l’un des premiers fut une société de gestion Parisienne « Rouvier et associés » et à ce jour, ils le sont encore. C’était- et c’est encore- une entreprise spécialisée dans la gestion de comptes individuels qui avait été créée par Guillaume Rouvier quelques années auparavant. Rien que de très classique donc.

Ce qui l’est moins c’est que Guillaume Rouvier, à 59 ans, a décidé de se lancer dans une nouvelle activité et de créer quelque chose (qui existe aujourd’hui) et qui s’appelle HIBOO.

En voici la description telle qu’elle apparait sur leur site.

 

Année de naissance : 2017

Deux fondateurs, deux générations, deux univers :

Guillaume Rouvier, 59 ans, a fondé la société de gestion de capitaux Rouvier Associés en 1986 et l’a développée jusqu’en 2016.

Marie de Raismes, 30 ans, a co-fondé et co-développé une start-up agritech suisse pendant 5 ans  à travers trois levées de fonds.

Un métier : l’analyse des entreprises françaises cotées et de leur environnement.

Suivies, formatées et indépendantes, nos études commencent par couvrir des entreprises françaises.

Un regard : le long terme.

Hiboo étudie les comptes et la stratégie des sociétés sur plus de dix années et projette leur avenir sur le long terme.

Comment fonctionne le site Hiboo ?

Une expertise en ligne, gratuite, accessible à tous :

  1. Des analyses de l’environnement économique et politique dans la section Tendances.
  2. Des analyses de sociétés cotées dans la section Valeurs, disponibles sous deux formes complémentaires :une vidéo de 10 à 15 minutes présente la société et introduit à la lecture de l’analyse financière; cette dernière, écrite et formatée, permet au lecteur de mesurer l’enjeu de l’investissement et de comparer rapidement plusieurs valeurs entre elles.
  3. Des formations à l’investissement à long terme et un glossaire pour lire les fiches d’analyses dans la section Mode d’emploi.

 

Pour aller plus loin, l’investisseur peut :

 

  1. S’inscrire gratuitement sur le sitepour avoir accès aux dernières actualités et résultats concernant la société et se créer une liste de favoris
  2. Souscrire un abonnement payant (recommandé pour les professionnels) :

Aide à l’analyse :

Possibilité d’importer sous format excel plus de 10 ans de comptes pour chaque société, bruts – tels que présentés par la société – et retraités par les équipes Hiboo, avec l’explication et la philosophie de ces retraitements ainsi que la mise en valeur et l’explication des différents ratios en permettant une lecture rapide.

Aide à la gestion :

Observations particulières des équipes Hiboo sur les sociétés étudiées les plus intéressantes. Accès à des analyses complémentaires de valeurs étrangères présentant les qualités d’un excellent investissement à long terme.

Liste de valeurs – françaises et internationales – recommandées par Hiboo.

Les entreprises peuvent s’abonner aux modules complémentaires suivants :

  1. Le suivi semestriel et/ou trimestriel des résultats.
  2. Une ou plusieurs interviews stratégiques d’un membre de la direction de la société.
  3. Une traduction en anglais des différents éléments d’analyse.
  4. Une communication ouverte en cas de crise ou d’événement spécial.

Notre formulaire de contact est disponible ici si vous désirez obtenir plus de renseignements sur les abonnements payants.

 

Nos valeurs

 

Ce sont ces valeurs qui ont motivé la création de Hiboo et qui quotidiennement animent ceux qui travaillent à son développement :

  1. La liberté de pensée : ne pas se laisser enfermer dans un schéma de pensée dominant, ouvrir son esprit à des idées nouvelles, écouter les entrepreneurs et les managers et comprendre leur culture sont nécessaires pour une analyse pertinente dans un monde divers et en mutation. Nous l’apprécions également chez les managers dans leurs décisions pour leur entreprise.
  2. La transparence: nous justifions nos avis et portons à la connaissance des investisseurs et des entreprises les éléments sur lesquels ils ont été fondés. Plus globalement, convaincus que la connaissance fonde la confiance, nous nous engageons pour une information plus accessible.
  3. La mesure: notre travail d’analyse peut affecter tant les entreprises que nous étudions que les investisseurs qui utilisent notre travail. Nous sommes très attentifs à ce que nous mettons en ligne et à qualifier le niveau de confianceque nous avons dans nos appréciations.

 

Cette nouvelle aventure  dans laquelle se lance mon ami Guillaume Rouvier commence exactement là où l’Institut des Libertés s’arrête. Sur ce site, vous trouverez tout ce dont vous pourrez avoir besoin pour choisir en connaissance de cause les valeurs qui constitueront le socle de votre épargne et la philosophie est exactement la même que la nôtre : honnêteté intellectuelle, gratuité, vues alternatives, conseils tirés d’une longue expérience… En réalité, un individu de bonne volonté se retrouve avec ces deux sites aussi bien équipé pour gérer une épargne que les grandes banques de la place. Voila le vrai miracle de l’Internet : permettre à chacun de retrouver son autonomie en échappant à la main mise monopolistique des grandes institutions sur notre épargne.

Si vous consacrez quelques heures par semaine à vous occuper enfin de vos avoirs, alors vous deviendrez libre. C’est tout le mal que je vous souhaite. Mais HIBOO  vous sera nécessaire.

 

Auteur: Charles Gave

Economiste et financier, Charles Gave s’est fait connaitre du grand public en publiant un essai pamphlétaire en 2001 “ Des Lions menés par des ânes “(Éditions Robert Laffont) où il dénonçait l’Euro et ses fonctionnements monétaires. Son dernier ouvrage “Sire, surtout ne faîtes rien” aux Editions Jean-Cyrille Godefroy (2016) rassemble les meilleurs chroniques de l'IDL écrites ces dernières années. Il est fondateur et président de Gavekal Research (www.gavekal.com).

Partager sur

40 Commentaires

  1. Bonjour,

    Un grand merci à Charles ainsi qu’à l’IdL pour la bienveillance du billet !
    La vision long-terme, gratuite et indépendante que nous proposons sur notre site va dans le même sens que l’IdL : être libre ! C’est cette volonté commune, lecteurs d’IdL, qui va vous faire, nous l’espérons, apprécier notre offre.

    L’équipe hiboo

    Répondre
  2. Décevant, M. Gave et déconcertant. Vous vantez les mérites d’un groupe qui de son côté se fait le défenseur du système que par ailleurs vous avez critiqué, combattu et considéré comme voué au désastre : le couple franco-allemend pour une Europe fort et un euro triomphant !
    http://hiboo.expert/actualite/lallemagne/

    Que faut-il penser !

    Répondre
    • Question

      est ce cette partie qui vous a choqué ? »A long terme, l’Allemagne craint le déclin de sa démographie couplé à celui de l’Europe orientale et de l’Europe du Sud : leurs populations additionnées pourraient être réduites de plus de 20% d’ici à la fin du siècle alors même que l’Europe pèse 60% des exportations allemandes. La France est, avec la Belgique, le seul pays de la zone € dont la population devrait croître sur cette période, de l’ordre de 10%. »

      ou celle ci  »
      « Ces trois horizons, court–moyen-long terme, contraignent l’Allemagne à renforcer ses débouchés partout dans le monde, ce qui ne peut se faire qu’au prix d’une neutralité politique qui apparaît aujourd’hui incompatible avec l’alliance avec les Etats-Unis. »

      ou bien encore
      « Ces derniers se sentent en effet menacés dans leur suprématie par la montée de puissances régionales agressives et souvent abritées par la possession de l’arme nucléaire : ils exigent donc de leurs alliés un alignement strict sur leur diplomatie qui devient elle-même plus incisive. »

      ?

    • Non ce qui me choque c’est qu’une France reformée (chichement) ne sera pas suffisante dans une alliance européenne renforcée avec l’Allemagne pour compenser les handicaps structurels que vous avez souvent signalés la surévaluation de l’euro qui a déjà ruiné notre industrie, l’hypertrophie du secteur public par rapport à l’Allemagne etc. ce qui dans un tel contexte voue la France a un futur touristique. On est loin de la vision gaullienne. N’est-ce pas vous, M. Gave, qui avait écrit un jour. Hitler l’a rêvé Maastritch l’a fait !

    • Alors il y a deux choses.

      1/ le propos de Charles. Ce dernier depuis les débuts de l’euro n’a cessé de dire que l’euro allait nous amener trop de maisons en Espagne et trop de voitures en Allemagne. Qu’en ce sens, l’euro était une catastrophe et personne içi ou la ne le conteste

      2/ Il demeure néanmoins que la chose ayant eu lieu et le chose continuant qu’une personne devant investir doit le faire en tenant compte de cette donne POLITIQUE, non choisie, s’il veut « jouer l’Europe ».

      Charles avait fait un billet il y a longtemps sur les valeurs en portefeuille, celles que vous aimez, celles que vous aimez moins. Une valeur ne sait pas que vous l’aimez.

      Dans la même idée, on peut imaginer pouvoir jouer un marché tout en étant profondemment contre les structures politiques qui l’ont crée.

       »
      Les valeurs que vous avez dans votre portefeuille ne savent pas que vous vivez une grande histoire d’amour avec elles. Imaginons par exemple que vous vous soyez pris d’une passion coupable pour l’or. Il ne sait pas que vous l’aimez et ne sera pas vexé si vous lui faites une infidélité en le vendant pour acheter autre chose. Pas d’attachement sentimental, pas de fierté mal placée, de la modestie, encore de la modestie,toujours de la modestie…

      Il n’y a PAS de placement miracle qui monterait jusqu’à la fin des temps. Tout placement atteint un jour un niveau où il faut le vendre. Par contre ce n’est pas parce qu’un placement a beaucoup baissé qu’il faut l’acheter.

      Si vous avez une position dans votre portefeuille qui vous empêche de dormir (ça m’est arrivé) ou qui vous réveille à quatre heures du matin, ou si vous commencez à avoir mal au dos (plein le dos…), vendez. Vous n’êtes plus en état de réfléchir sainement.
      Il n’y a jamais un seul cafard dans une cuisine. Imaginons qu’une société annonce qu’elle a découvert qu’un employé indélicat a perpétré quelques indélicatesses… Vendez aussi vite que vous le pouvez. D’autres cafards vont sortir des que la lumière sera éteinte.
      N’empruntez jamais pour acheter. On ne s’enrichit pas avec l’argent des autres. »

      Le Fait que Charles Gave soit contre l’Euro et il l’est, ne veut pas dire qu’il va systématiquement refuser de « jouer l’Allemagne » si les valeurs boursières à un instant T le demandent. A la rigueur, avoir une action avec son propre pognon ne regarderait que lui mais ce serait mal servir ses clients que de servir sa propre cause politique au dépend de leurs patrimoines investi et confié !

      On a passé l’âge de jouer à Don quichotte.

  3. Encore un très bel article, tout comme celui intitulé « comment gagner de l’argent sans rien faire mais en réfléchissant »… je vous suis depuis des années et nous nous sommes rencontrés à plusieurs reprises à Luxembourg. J’aime particulièrement ces deux articles, que j’ai imprimé, car ils vont au delà des analyses économiques auxquelles vous nous avez habitués pour décrire une façon de vivre, un cadre intellectuel auquel j’adhère complètement. J’ai atteint aussi, je crois, cette liberté, et je la chéris. Ces articles donc c’est à mes enfants que je souhaite les lire et c’est pour cela que je vous dit merci!

    Répondre
  4. L’égalité n’a pas de sens car elle n’existe pas dans la nature. Si l’on transpose la doctrine socialiste aux fleurs (par exemple), comment imaginer qu’elles puissent êtres de couleur égale, de taille égale, de parfum égal…
    Espérant qu’avec ce simple exemple les partisans de l’égalité comprendront qu’elle n’est ni possible ni souhaitable.

    Répondre
  5. Merci d’avoir signalé la création du très intéressant Hiboo.expert.
    J’ai lu les articles classés dans la rubrique « tendances » (sauf ceux traitant de Macron).
    Ils font naitre de nombreuses réflexions et questions aussi auxquelles chacun donnera ses réponses.
    Le sujet marché de l’eurodollar pourrait être traité dans IdL aussi. Plus exactement il l’a été, mais pourrait être actualisé.
    G. Rouvier le voit comme un marché potentiellement explosif (négativement) mais son article contient peu de données chiffrées.
    Si le marché eurodollar est un marché fractionnaire comme beaucoup de marchés monétaires où la base monétaire est constituée par les dépôts détenus par les banques offshore auprès des banques US based, a-t-on le rapport des masses (base contre masse en circulation)? S’il y avait une crise (il y en a eu une en 2012), la Fed ne ferait-elle pas des accords de swap avec les banques centrales des pays en crise? En somme faut-il avoir peur de ce marché parce qu’il n’a pas de prêteur (officiel) de dernier recours?

    Répondre
    • Cher Monsieur,

      L’idl n’a pas non plus vocation à servir de plateforme de placement. Certains s’y égarent, car c’est leur tendance mais nous ne « vendons » rien de cet ordre. C’est juste pour rendre service et débarasser si je puis dire :-)).

    • Je réponds à la sympathique réponse de idl à mon premier message ci-dessous.
      Je ne vois pas en quoi je me suis égaré. Ma question / suggestion à Ch. Gave concerne un sujet macro comme Ch. Gave en traite tant sur le site idl.
      Il n’y avait aucune question concernant un placement dans ma question, que vous n’avez peut-être pas comprise.

    • Alors je la refais mais je vous remercie de bien vouloir me reposer la question quand bien même,

      Take two.

      Charles s’égare parfois en macro

      méchant charles

      pas bien

      pas refaire

      Ceci n’est pas un site destiné à la Macro (et ses diverses applications pratique, de recherches à gestionnaires) mais bien, et attention du public subjugué, un site dédié au Libéralisme.

      Donc, à moins de rattacher la question du pétro dollars (Si le marché eurodollar est un marché fractionnaire comme beaucoup de marchés monétaires où la base monétaire est constituée par les dépôts détenus par les banques offshore auprès des banques US based, a-t-on le rapport des masses (base contre masse en circulation)? à une question libérale urgente, je ne vois pas. . Et je peux vous jurer ici que même dans les livres de Charles Gave français, il ne s’égare jamais aussi loin en Macro. Ceci serait donc du domaine de Gavekal ergo, rien à faire ici.

      Mais peut être aurez vous l’amabilité d’éclairer à nouveau ma lanterne et d’avoir l’extreme gentillesse de m’expliquer en quoi ce commentaire précieux relève de la sphère libérale?

  6. Formidable introduction qui est une vraie source d’inspiration, merci une fois de plus. Comprendre quel est son devoir et le faire sincèrement, ce n’est pas donné à tout le monde.

    Elle tombe à point puisqu’au même moment un de vos plus grands ennemis déclarés et idéologiques (Paul Jorion) annonce qu’il jette l’éponge après 11 ans à avoir déverser son salmigondis marxiste. A l’opposé exact de votre discrétion, que ne l’a-t-on vu tant à la télé que dans la presse raconter les grandes inepties communistes, annoncer la fin du monde et de l’espèce humaine, prôner la gratuité pour tout et n’importe quoi sans jamais le voir offrir quoi que ce soit. Comme à l’habitude le mois touche à sa fin et il rappelle que les 1500 euros de ses lecteurs ne sont toujours pas arrivés. Même pas capable de payer lui même ses frais d’hébergement malgré sa présence aux « meilleures ventes Amazon ».

    « Une caméra ? Vite ! vite ! pas sans moi ! »

    A l’en croire, il va se consacrer à sa psychanalyse. Voilà où mènent le pessimisme, la vision embuée du monde social, le désespoir d’avoir dépensé sa vie dans des problèmes mal posés.

    Encore merci pour nous offrir les bons axes d’analyse, quelques conseils pratiques, et la preuve que l’humour l’emporte toujours sur le cynisme haineux.

    Répondre
  7. L’argent « c’est de la Liberté frappée ».
    On pourrait ajouter: battre monnaie c’est frapper cette liberté. S’enrichir sans réfléchir et sans risque!

    Répondre
  8. Enfin un article de fond 😉
    Merci.

    Répondre
    • :-))

  9. Monsieur, vous dites: « Le but de chaque échange est non pas d’enrichir une partie au détriment de l’autre mais d’enrichir les deux en permettant à chacun de se sentir plus libre après l’échange. »
    Je donne toujours la même réponse à ce type de raisonnement, à travers un exemple: Le plus riche passe de 1 million à 2 millions, pendant que le plus pauvre passe de 1 bol de riz à 2 bols de riz.
    Est-ce donc suffisant de parler ainsi?

    Répondre
    • L’échange, ce serait aussi la façon dont il faut considérer l’impôt : un versement contre la sécurité et les services publique de l’Etat Régalien.
      Si j’ai bien lu …

    • houlala !! vous devez beaucoup souffrir en lisant Charles Gave…
      Pourquoi faites vous cela? pourquoi venez vous ici? vous avez déjà tous les médias… ça ne vous suffit plus?

    • :-))
      Certains semblent aimer avoir mal et viennent s’égarer en ce lieu.

    • Il est certain que si pour vous, l’Economie est une donne fixe, vous devez avoir du mal avec les notions de Croissance ET d’Histoire en général….

      PS: vous avez raison d’utiliser cette image souvent, elle a le mérite de comprendre tout de suite son interlocuteur.

      PS Du PS: je cuits mon riz à la pilaf, Dieu ne fasse que je saisisse une passoire pour ce faire. Recette Syrienne: vous prenez du Riz Basmati (non traité) vous le lavez, lavez lavez, puis vous mettez juste un pouce d’eau (au dessus du riz). Salez, poivrez, un noix d’huile d’olive. Vous donnez un bouillon et dés que le riz bout, vous baissez le feu en couvrant le riz au niveau le plus bas. Vous attendez sans ouvrir 15 minutes, il sera parfait avec une petite croûte sous le fond du riz.

      Ainsi, vous aurez appris et l’Economie et l’art de vivre.

      Je vous en prie

    • Cher lecteur
      Ce que vous dites ne fait aucun sens
      Dans les Evangiles, Jesus raconte la parabole de la pauvresse qui donne 2 pites (la piece la plus petite en ce temps la a la quete a la Synagogue )
      Et les disciples de se moquer de cette pauvre femme
      A quoi le Christ dit qu’elle a plus donne que le plus riche, qui ne donne que son superflU alors qu’elle a donne son necessaire
      Pour reprendre votre example, il est tres probable que celui qui recoit deux bols de riz a la place d’un seul peut de ce fait nourrir sa famille et peut etre commencer a epargner
      Quand donc les gens de gauche vont ils cesser de regarder avec jalousie ceux qui sont au dessus?
      l’important est que leur sort a eux s’ameliore
      Votre idee semble etre que la seule facon d’enrichir les pauvres est d’appauvrir les riches
      Montrez moi un seul exemple dans l’histoire ou ca ait marche
      Je vous plains de vivre dans la jalousie et la rancoeur
      CG

    • Vous avez tout à fait raison dans une économie de deux personnes dans laquelle le bol de riz vaut 1 million de la monnaie considérée dans cette économie.

      Mais plus loin, la monnaie dans cette économie est forcément le bol de riz. Donc dans votre exemple, à la fin de la période le plus pauvre est le plus riche… jusqu’à la prochaine récolte.

      source:
      L’analyse japonaise est la plus ancienne forme d’analyse graphique. Elle a été créée au Japon au xviie siècle[réf. nécessaire] et théorisé par Munehisa Honma au xviiie siècle. Appelée aussi bougies japonaises, cette analyse était utilisée pour représenter et anticiper les cours du riz dans ce qui était le premier marché à terme du monde.

    • Je suis d’accord en partie avec Ankou, ce n’est
      pas absolument pas suffisant de parler ainsi.

      Les contributions personnelles doivent d’être liées aux capacités financières de chacun (donc progressives mais raisonnables pas plus de 35% de prélèvements au TOTAL pour des revenus supérieurs à 5 millions d’euros par an).

      je voudrai rappeler à beaucoup qu’on peut être libéral sans être opposé à ce principe.
      On peut être libéral sans se prosterner devant Hayek et Friedmann et sans céder aux sirènes des « oints du seigneur » .

      On peut rappeler ainsi qu’il existe des pays libéraux comme le Canada,qui possède une sécurité sociale ( retraites et santé) très correcte.

      Dans ce pays la plus haute tranche d’impôt sur le revenu est de 33% – plus environ 8%d’impôt province- soit un total de 41% de taux marginal.

      Pour mémoire, aux USA le taux marginal est toujours de 39,6% plus environ 6 à 8% de « state tax et property tax » (impôt local) soit un taux marginal total – en moyenne- de 45 %(donc supérieur à celui du Canada!)

      De plus , après lecture attentive d’un article de l’IREF (think tank qui n’a pas la réputation d’être marxiste) les propositions fiscales de Donald Trump indiquent qu’il maintiendrait la tranche de 39,6 % (plus l’impôt local à charge des Etats fédérés) tout en simplifiant les modalités de cet impôt et le nombre de tranches (4 au lieu de 7 avec Obama).

      Il proposerait en revanche une baisse forte de l’IS (impôt sur les sociétés) 20% contre 35% et sur les revenus du capital (dividendes): flat tax de 13% contre les deux tranches précédentes de 15 et 20%.

      Si cette proposition est entérinée cela prouverait que l’aspect redistributif de l’impôt est maintenu, principe contrebalancé par la proportionnalité de l’impôt sur le capital (ce qui est très pertinent).

      On peut à la fois apprécier la dynamique intellectuelle de Mr Charles Gave (et c’est largement mon cas) tout en comprenant les interrogations de certains intervenants plus critiques.

      Oserai-je, même, une étrange analyse qui s’appuie sur un ancien article d’un certain Mr Netter (vice-président de l’Institut des Libertés) :

      il avait calculé que que la plus haute tranche d’impôt en France était de 45% plus 15% de CSG plus 5% de la contribution Fillon soit près de 60% de taux marginal et pourtant Mr Netter (comme d’ailleurs Mr Piketty -il faut le faire-) avait oublié d’y ajouter la part d’ impôts locaux!

      En réalité il fallait compter objectivement 6 à 7% de complément fiscal (en étant raisonnable ) et conclure qu’en France le taux marginal des plus hauts revenus était bien d’environ 68%.

      Or j’ai relu attentivement les propositions fiscales d’un certain Bernie Sanders (le Mélenchon américain) et il s’avère que ce soit disant « trotsko socialiste marxisant » proposait un taux marginal de 55% pour des revenus dépassants 5 millions de dollars ( en ajoutant là aussi une moyenne de 6% d’impôt local) aboutissant à un taux maximum marginal de 61% pour des revenus dix fois supérieurs aux niveau des revenus français frappés par le taux supérieur!

      Le taux d’imposition, réel et non marginal ainsi proposé par Sanders n’était pas confiscatoire et respectait le principe de Laffer ( taux de prélèvement gobal inférieur à 50%).

      En conclusion, il faut toujours établir les comparaisons les plus précises et les plus rigoureuses avec notamment l’Amérique du nord (USA et Canada) seule partie du monde occidental qui n’est plus sociale démocrate mais qui maintient (et c’est tout à son honneur )une certaine forme de redistribution par le biais des organismes tels « social security », « medicare », « medicaid », « earned tax credit » (impôt négatif en direction des ménages faibles).

      On a le droit sans passer pour un socialiste ou un crétin de respecter cet état de fait.

      On a le droit aussi, par exemple en matière de géopolitique d’être partisan (comme moi) de la reconnaissance de l’appartenance de la Crimée à la Russie, d’être favorable à la disparition de l’OTAN et cependant ne pas être en pâmoison devant le régime politique russe comme certains idiots utiles. (Tout en comprenant parfaitement la politique extérieure de Vladimir Poutine.)

      On peut souhaiter qu’un jour, pas trop lointain, Mr Poutine soit remplacé par un patriote aussi soucieux que lui de l’intérêt de sa nation mais raisonnablement démocrate ! ( et il existe ce type de profil politique en Russie).

      On peut aussi avoir une grande admiration pour la remarquable démocratie libérale chinoise de Taiwan (pourvue dune sécurité sociale médicale d’un niveau quasi suédois), pour l’esprit démocratique et libéral tout imprégnée de la culture anglo saxonne d’Hong Kong.

      On peut par contre être plus dubitatif quant au bien fondé de l’admiration béate témoignée par certains prétendus libéraux pour la Chine continentale lénino capitaliste toujours protectrice de son petit frère Nord Coréen.

      Encore que peut être s’agit t’il là d’un énième
      avatar d’un certain esprit français qui s’amourachait du temps de Molière pour tout ce qui venait de l’Empire Ottoman -les fameuses turqueries- devant désormais les « chinoiseries ».

      A la vraie liberté

    • ankou patrick

      Vous ne pouvez ignorer que les unités monétaires ont un rapport avec la nature humaine ou la nature.
      Ainsi une unité de surface est souvent en relation avec le labour…

      J’ai peur que votre exemple ne puisse s’appliquer qu’au Japon au xviii eme siecle.
      Avec un bol de riz contenant 1million de grains et 1 yen valant 1grain de riz en fin de période et dans un village de deux personnes.

      l’un ayant du livrer de force son bol de riz à l’autre, après une mauvaise récolte, en l’ayant vendu préalablement à terme à l’autre 1million, alors qu’il avait parié sur une bonne récolte.
      la monnaie en million dans votre cas est une option (dont le prix d’exercice varie au gré du marché exactement comme les billets de banque). Une créance qui ne vaut rien en fin de période dans votre cas.
      La vraie monnaie dans votre cas est le riz, et c’est donc votre plus pauvre qui est le plus riche.

      Vous pouvez changer vos hypothèses.
      Je l’ai fait pour vous, dans le cadre de conditions extrèmes.
      Car sinon l’un des modérateurs de ce forum, le Bélier, très strict, saura me reprocher en temps utile d’avoir laissé passer ceci.

      Sauf erreur : 1monnaie forte, 2faible , 3chine 2017

      rockefeller gagne 1million de plus (fortune 1905/1910 +-200/400millions) la ford T est à 850dollars, une maison neuve coute 2500dollars
      une ford t s’amorti en 5ans, une maison en dix.
      1/5 d’une ford T est très différent d’un bol de riz

      en 1922, un entrepreneur allemand génère 1000 000 de marks en exploitant un ouvrier qui gagnera un bol de soupe en plus. 12h après les 1 000 000 valent 900 000 de la veille

      en 2017 un entrepreneur chinois génère 1000 000 de rmb en exploitant des vendeurs qui gagneront un bol de dimsum supplémentaire, c’est possible car 1000 000 de rmb est … un deux/trois/quatre pièces comme il en existe des centaines de millions en chine. Et votre exemple est sans intérêt.

      Alors prenons 100 millions de RMB de gain scandaleux pour l’entrepreneur ou l’oligarque.
      Le prix du m2 acheté par le pauvre est à 1200/1500e et est donc différent d’un bol de riz à 1e grand maximum chez Din Tai Fung

      le communisme est une arnaque complètement dépassée comparée à celle ici décrite
      https://storia.me/en/@Storia-Video/nigel-farage-on-globalization-3avpkn

    • @Aljosha:
      Que pensez-vous de l’échange suivant? Quelqu’un vient frapper à votre porte, vous propose des services divers et variés et vous indique que c’est obligatoire sinon vous risquez la con-fisc-ation de vos biens et/ou d’être enfermé dans une cage.

    • Une tragédie en trois actes
      I – J’ouvre la porte et lui propose un verre,
      II – Puis lui offre le livre de Philippe Nemo : « La philosophie de l’impôt » fraîchement refermé,
      III – Enfin je redouble de détermination pour mettre ce sinistre personnage en minorité et ne plus avoir affaire avec lui, d’une façon ou d’une autre.

    • Otez-moi d’un doute #Ankou, vous n’êtes pas la mort?! Car en breton, ankou c’est la mort! Je plaisante!
      Cela ne suffit en effet pas de parler ainsi mais passer de 1 à 2 est une progression arithmétique, voire mieux encore, une progression géométrique;
      certes passer de 1 million à 2, puis continuer en multipliant par deux pendant un centaine de pas (de la progression géométrique) donne des chiffres vertigineux; mais comme répondait M. Platini à M. Blatter qui lui demandait: « un million de quoi? » l’autre a répondu: « un million de n’importe quoi! (sous-entendu de dollars ou d’€ pour payer un rapport bidon);
      mais quelqu’un d’autre, un savant antique dont je ne me souviens plus du nom, a justement demandé le nombre de grain de blé (ou de riz) que l’on obtiendrait sur la 64ème case d’un échiquier si on plaçait 1 seul grain sur la 1ère case et si on multipliait par deux ce grain sur la 2ème case et ainsi de suite et sur toutes les cases jusqu’à la dernière;
      je vous laisse deviner (ou calculer)!

  10. J’ai beau lire vos articles, je ne comprends toujours rien à l’argent, alors je travaille. Si j’étais plus riche, je me consacreraisi à composer et à écrire et je serais plus libre. Tant pis, j’aime bien mon métier quand même 🙂

    Répondre
  11. Belle publicité pour Hiboo!
    Dans quelques années, quand la France aura instauré une bien-pensance du web (a.k.a. le « CSA »…) tous ceci sera sanctionné!
    Curiosité naïve: est-ce que HIBOO est un acronyme et lequel?
    Merci.

    Répondre
    • hibou + google (goggles) ?

    • Nous avons choisi ce nom en référence au.. hibou, l’un des célèbres attributs d’Athéna, symbole de l’intelligence et la réflexion et capable de voir de loin et dans la nuit !
      http://hiboo.expert/

  12. Bonjour et merci pour cet article intéressant , le site web est pertinent et propose une analyse plus pertinente que le mainstream.
    En ce qui concerne cette valeur de LIBERTE qui nous est chère (lecteurs de l’IDL) et que vous soulignez , une remarque fondamentale est nécessaire .
    En effet , cette valeur n’est pas forcément partagée par tous et certains préfèreront de loin l’EGALITE , et au nom de cette égalité , tenteront de « brider » les libertariens .
    Et là , je n’arrive pas à aller plus loin que ce raisonnement , à savoir par quel moyen nous pourrions faire entendre notre valeur et la communiquer aux autres car c’est mon avis , l’égalité n’est pas dans la nature de notre univers , c’est de la diversité que nait la force de tout un chacun
    Une excellente semaine à tous

    Répondre
    • Il faut parler d’égalité DEVANT la loi.

      Pour compléter la liberté peut être mal comprise si on oublie d’associer la Responsabilité qui est adossée.
      Sans liberté -> pas de responsabilité.
      Sans responsabilité -> pas de liberté.

  13. Mr Gave, bonjour !

    Je ne vois pas de rubrique ou l’on peut s’inscrire sur HIBOO pour accéder aux informations dont vous parlez…

    Sinon, je vous lis avec grand intérêt et me félicite de pouvoir écouter un libre penseur …qui n’a malheureusement que très rarement l’occasion de s’exprimer sur BFM business… pour ne pas dire « personae non gratta »

    Cordialement
    Jacques R

    Répondre
  14. Bonjour Mr GAVE, Merci pour ces conseils, je viens de regarder le site de HIBOO et c’est très bien réalisé, vraiment très complet et pertinent. J’ai eu l’impression de retourner à l’école et de faire de l’analyse financière. Je n’aurai plus d’excuses pour mal investir !
    J’espère que vous allez continuer de nous livrer vos billets.
    Bien amicalement
    Alain

    Répondre
  15. Merci pour cet article très chouette et cette nouvelle piste à suivre.

    Répondre

Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *