« L’Etat est mort, Vive l’état » (Septembre 2010) aux éditions Bourin

Charles Gave
Septembre 2010
Consulter le blog de cet auteur

165 pages
19.00 €
Isbn: 978-2-84941-192-6
Code sodis: 724596.1

« Retraites, déficits budgétaires, chômage, absence d’avenir pour leurs enfants, tous les problèmes qui agitent les Français en ce moment ont une source commune : l’État est sorti de ses missions pour se mettre à faire un peu n’importe quoi, et ce n’importe quoi a été financé par la dette.
Les récents problèmes de la Grèce ont montré que des pays peuvent se voir refuser l’accès aux marchés financiers et à l’emprunt. Brutalement, le pays perd alors toute souveraineté et doit, sébile à la main et corde au cou, mendier de quoi boucler ses fins de mois auprès des organisations internationales comme le FMI.
L’alternative à ce qui serait un désastre inouï est de prendre les mesures qui s’imposent avant que le FMI ne s’installe à Paris.
En écrivant ce livre, mon but est d’aider chaque lecteur-citoyen à comprendre ce qui menace la stabilité économique et politique de notre “cher et vieux pays”, pourquoi et comment nous en sommes arrivés là. Il sera ainsi à même de faire pression pour que les bonnes décisions soient prises.
Car les solutions sont connues et ont déjà été appliquées ailleurs, en Suède, au Canada, en Nouvelle-Zélande, en Chine. Il faut simplement trouver le courage politique pour les appliquer. Nous avons tout au plus deux ans pour redresser la barre, après il sera trop tard et d’autres, le FMI, Bruxelles, prendront les décisions à notre place.
La France est ainsi faite que tout sursaut national est d’abord un sursaut de l’État. Notre État, aujourd’hui auxmains d’une “caste”, doit redevenir l’État de tous les Français, nés ou à naître. Dans les années qui viennent, il va nous falloir redéfinir son rôle et ses missions. De fait, nous entrons dans une bataille similaire à celle qu’ont connue nos grands ancêtres de l’époque des Lumières quand ils ont voulu affranchir l’État de ceux qui l’avaient conquis à leur profit pour le rendre à la fois efficace, neutre et laïc. C’est l’enseignement des Lumières, qui reste d’une grande actualité, qu’il nous faudra appliquer. Telle est la tâche qui nous attend. Ce sera dur, ce sera long, mais peu de pays ont autant d’atouts que la France pour livrer et gagner cette bataille. » C. G.

 


 

« Libéral mais non coupable » ( Septembre 2009) aux éditions Bourin

Charles Gave
Septembre 2009
Consulter le blog de cet auteur

156 pages
18.00 €
Isbn: 978-2-84941-137-7
Code sodis: 724 537.8

« A l’origine de ce livre il y a un principe simple : pour régler les problèmes, il faut d’abord les comprendre et pour les comprendre, il faut d’abord les analyser. Toutes les situations de crises graves, comme celle dans laquelle nous nous trouvons, ont des causes à la fois lointaines et proches, difficiles à démêler ; surtout les causes réelles sont souvent cachées par les causes apparentes. Aujourd’hui c’est le libéralisme qui tient lieu de leurre et de bouc émissaire.

J’invite le lecteur à découvrir les vraies causes de la crise. Ce n’est pas le libéralisme qui est coupable. Les responsabilités résident dans le dévoiement des systèmes bancaires et financiers, dans l’incompétence de certains économistes, dans des erreurs politiques graves dictées par la déresponsabilisation et la démagogie des instances dirigeantes. C’est pourquoi l’économiste et financier que je suis depuis quarante ans, qui sillonne la planète avec son bâton de pèlerin, non pas pour convertir mais pour rétablir la vérité, reste au fond de lui-même, Libéral mais non coupable. » Charles Gave

 


 

« Un libéral nommé Jésus » (Avril 2005) aux éditions Bourin

<informations>

 » La seule forme de pensée économique qui soit conforme aux Évangiles, c’est le libéralisme !  »

Sur cette conviction forte et politiquement incorrecte, Charles Gave nous livre un pamphlet où il analyse le texte des Évangiles en économiste qui a fait du libéralisme son credo.

 » Venons-en à l’essentiel, c’est-à-dire à la question que nous posons, et qui est la suivante : si les Évangiles sont le fondement même de notre civilisation, si vraiment ils sont de tous temps et de tous les lieux, alors ils doivent avoir quelque chose à nous dire aujourd’hui sur ce qui est moral en économie !

Ils ont peut-être été trop lus et commentés par des religieux, des moralistes, des philosophes et pas assez parties économistes, et des financiers « , affirme Charles Gave.

Écrit avec fougue et mordant, Un libéral nommé Jésus n’est ni un livre de théologie ni même un livre religieux.

C’est l’essai d’un économiste qui croit que l’honneur du libéralisme a toujours été de protéger les libertés civiques et économiques contre l’empiètement constant du pouvoir politique.

 


 

« C’est une révolte sire ? Non, c’est une révolution » (Mai 2006) aux éditions Bourin

Charles Gave
Mai 2006
Consulter le blog de cet auteur

172 pages
14.00 €
Isbn: 978-2849410424

Nous sommes entrés, depuis un certain temps déjà, dans la troisième grande révolution technologique que l’humanité ait connue.

Après être passés de la cueillette et du nomadisme à l’agriculture puis à l’ère industrielle, nous entrons dans l’économie de la connaissance.

Cette révolution aura des conséquences incommensurables sur la société et l’organisation du monde : disparition du modèle social français ; affrontement direct entre le modèle individualiste anglo-saxon et le modèle communautariste religieux islamique ; faillite de l’euro, la dernière tentative de superstructure monétaire totalement archaïque ; fin de la plus-value industrielle au profit de la plus-value intellectuelle, etc.

Mais les  » princes  » qui nous gouvernent refusent d’affronter cette réalité. Par méconnaissance ou par malhonnêteté, ils  » vendent  » encore au bon peuple une société déjà morte. Ils n’ont qu’un seul objectif : que le peuple continue de payer pour cette illusion.

Et qu’une seule peur : que le  » tiers-état  » moderne se révolte comme en 89. Pourtant, qu’ils le veuillent ou non, la révolution a commencé !

Charles Gave pose son regard d’économiste et de financier international sur notre époque : ses analyses sont violentes, précises, argumentées et pleines d’humour ; ses solutions radicales et d’une redoutable logique.

 


 

« Des lions menés par des ânes » (Mars 2003) Chez Robert Laffont

Charles Gave
Mars 2003
Consulter le blog de cet auteur

200 pages
18.25 €
Isbn: 978-2221099100
 Acheter sur Amazon

La zone euro, ou Euroland, et la France ne vont pas bien. L’auteur explique les raisons de ce déclin. Les lions ce sont les Français, les ânes les fonctionnaires et la classe politique… Un diagnostic clair et accessible à un très large public. Un pamphlet implacable.

 

Diffuser cet article sur vos réseaux sociaux